Objectif de pauvreté du Programme 2030 menacé sans travail décent

S'il vous plaît partager cette histoire!

Note TN: Le développement durable, alias la technocratie, est un système économique qui remplace la libre entreprise et le capitalisme. Il n’y a qu’un seul problème: il ne fonctionne pas et ne fonctionnera jamais pour produire de la croissance économique. Certaines personnes commencent à remettre en question l'objectif de l'Agenda 2030 de mettre fin à la pauvreté et de fournir «des emplois décents pour tous». 

Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du Travail (OIT) met en garde contre le déficit mondial d’emplois de qualité et la détérioration de la situation économique dans un certain nombre de régions. De plus, pauvreté relative1  dans les pays développés est en augmentation.

En utilisant les dernières données disponibles, le BIT Emploi et perspectives sociales dans le monde (WESO) 2016 - Transformer les emplois pour vaincre la pauvreté , constate que plus de 36 pour cent des pays émergents et en développement vivent dans la pauvreté - avec un revenu quotidien inférieur à la parité de pouvoir d’achat (PPA) en 3.10 USD.

Selon le rapport, il faudrait environ US $ milliards 600 par an - ou près de US $ 100 milliards 10 au cours des années 15 - pour éradiquer les menaces extrêmes.2  - et modéré3  la pauvreté dans le monde par 2030.

Le rapport conclut que le problème de la pauvreté persistante ne peut être résolu par les seuls transferts de revenus; des emplois plus nombreux et de meilleure qualité sont essentiels pour atteindre cet objectif.

On estime que près du tiers des personnes extrêmement ou moyennement pauvres dans les économies en développement ont des emplois. Cependant, leur emploi est vulnérable par nature: ils sont parfois non rémunérés, concentrés dans des métiers peu qualifiés et, en l'absence de protection sociale, dépendent presque exclusivement du revenu du travail. Parmi les pays développés, davantage de travailleurs occupent un emploi salarié ou salarié, mais cela ne les empêche pas de sombrer dans la pauvreté.

WESO 2016 constate que l'incidence de la pauvreté relative a augmenté d'un point de pourcentage dans l'Union européenne depuis le début de la crise.

«Clairement, le Objectif de développement durable de mettre fin à la pauvreté  2030 est en danger sous toutes ses formes », a déclaré le Directeur général du BIT, Guy Ryder. "Si nous tenons vraiment au programme de 2030 et si nous voulons enfin mettre fin au fléau de la pauvreté qui se perpétue de génération en génération, nous devons nous concentrer sur la qualité des emplois dans tous les pays."

«À l’heure actuelle, bien que X% de la population mondiale soit pauvre, 30 ne détient que X% de son revenu mondial», a déclaré Raymond Torres, conseiller spécial du BIT pour les questions sociales et économiques. "Ce n'est qu'en améliorant délibérément la qualité de l'emploi pour ceux qui en ont et en créant un nouveau travail décent que nous pourrons sortir de manière durable de conditions de vie précaires et améliorerons les moyens de subsistance des travailleurs pauvres et de leurs familles."

L'étude révèle également que les niveaux élevés d'inégalité des revenus réduisent l'impact de la croissance économique sur la réduction de la pauvreté. «Cette constatation nous dit qu'il est grand temps de réfléchir à la responsabilité des nations riches et des individus dans la perpétuation de la pauvreté. Accepter le statu quo n'est pas une option », déclare Torres.

Des progrès fragiles et inégaux

Les estimations du BIT sur la réduction de la pauvreté interviennent après une période soutenue de progrès au niveau mondial, la part de la population vivant dans l’extrême pauvreté passant de 46.9 pour cent à 1990 à un peu moins de 15 pour cent parmi les pays émergents et en développement de 107. Lorsque l'on considère les personnes moyennement pauvres, le taux est passé de 67.2% à 36.2%.

Mais les données démontrent que les progrès en matière de pauvreté ont été inégaux. La pauvreté a rapidement diminué dans les pays à revenu intermédiaire, en particulier dans la région Asie et Pacifique, mais dans une bien moindre mesure dans les pays à faible revenu, où 47.2 pour cent de la population reste dans une extrême pauvreté. En fait, dans les pays développés, la pauvreté a augmenté ces dernières années, notamment dans l'Union européenne.

En outre, malgré les progrès considérables accomplis dans la réduction de l’extrême pauvreté, WESO 2016 avertit que la poursuite de la réduction de la pauvreté est menacée non seulement par une faible croissance économique, mais également par les principaux obstacles structurels à la création d’emplois de qualité.

La détérioration récente des perspectives économiques en Asie, en Amérique latine et dans la région arabe et dans les pays riches en ressources naturelles a commencé à mettre en évidence la fragilité de l'emploi et du progrès social. Dans certains de ces pays, l'inégalité des revenus a commencé à augmenter après des décennies de baisse, ce qui risque de compromettre les progrès réalisés en matière de pauvreté.

La réduction de la pauvreté dans tous les secteurs au sein des pays a également été inégale. En utilisant les dernières données, les estimations basées sur 43 des pays émergents et en développement montrent que le quart des personnes employées dans l'agriculture vivaient dans une pauvreté extrême (près des deux tiers de tous les travailleurs extrêmement pauvres), contre seulement 12 pour cent des personnes employées dans l'industrie. et seulement 7 pour cent des personnes employées dans les services.

Transformer les emplois pour mettre fin à la pauvreté

Le rapport WESO 2016 se termine par un certain nombre de recommandations visant à résoudre les problèmes structurels liés à la création d’emplois de qualité et à une réduction concomitante de la pauvreté. Ils incluent:

    1. S'attaquer aux pièges à faible productivité, qui sont au cœur de la pauvreté:
      La croissance économique, lorsqu'elle est étroite, va de pair avec des taux de pauvreté toujours élevés ou en augmentation. Les politiques doivent diversifier la base productive et s'attaquer aux pièges à faible productivité, notamment i) en stimulant les entreprises durables et en facilitant la transition des entreprises informelles vers les entreprises formelles et les dispositifs d'emploi, ii) en luttant contre la précarité de l'emploi et iii) en investissant dans les compétences et dans les secteurs en retard de développement, en particulier l'agriculture et les économies rurales non agricoles.
    2. Renforcer les droits au travail et permettre aux organisations d’employeurs et de travailleurs d’atteindre les pauvres: Les individus devraient être autorisés à refuser des formes de travail inacceptables, ce qui souligne l’importance des normes internationales du travail et des socles de protection sociale. Collectivement, les pauvres et les vulnérables ont également besoin d'une voix pour pouvoir influencer la politique nationale du travail. Les organisations d’employeurs et de travailleurs ont donc besoin de protections juridiques leur permettant de représenter les pauvres.
    3. Réduire la pauvreté grâce à des politiques de l'emploi et des politiques sociales bien conçues: Les gouvernements devraient s’appuyer sur les nombreux exemples récents de politiques sociales et de l’emploi fructueuses, qui renforcent les perspectives d’emploi des pauvres, tant dans les économies avancées que dans les pays en développement. En outre, compte tenu de l'incidence élevée de la pauvreté chez les enfants, il est urgent de renforcer les programmes ciblés associant éducation et soutien du revenu.
    4. Renforcer la capacité des gouvernements à mettre en œuvre des politiques et des normes de réduction de la pauvreté:  La pauvreté est souvent associée à une faible capacité de mise en œuvre des administrations publiques. Pour mettre en œuvre les politiques susmentionnées, une administration du travail efficace, des institutions d’exécution et un dialogue social sont essentiels. De plus, pour que le soutien du revenu atteigne les pauvres, il faut lutter contre la corruption.
    5. Stimuler les ressources et responsabiliser les riches:  Comme de nombreux outils politiques identifiés nécessitent une réorientation des priorités politiques et des fonds publics, une assiette fiscale progressive et un traitement fiscal équitable des grandes et des petites entreprises sont importants pour fournir un financement tout en améliorant les incitations. Ce serait un moyen efficace de sensibiliser les riches au fait que les inégalités persistantes de richesse et de revenus pourraient entraver les progrès futurs en matière de réduction de la pauvreté.
    6. Impliquer le BIT dans la réalisation des objectifs de développement durable:  Les preuves montrent que le travail décent est une condition nécessaire pour mettre fin à la pauvreté avec 2030. L'OIT s'emploiera à catalyser la coopération internationale sur les politiques favorisant le travail décent et les entreprises durables, en coopération étroite avec les Nations Unies, la Banque mondiale et les pays donateurs.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Robert Vincin

Mon travail consiste à enseigner la culture de la foresterie fourragère fourragère dans le désert et le carbone. Le monde doit de toute urgence s'unir dans une compréhension commune: la Terre est une banque unique d'actifs sol-eau-végétation-abeilles dirigée par des comités 190 + avec des sous-comités 1000 et des idées de 10,000 aujourd'hui. Les banques ont un protocole dictatorial unique et tel doit être global 2016-. nous devons appliquer ce que font les CRP sur les provinces 9 en tant que plan unique https://www.youtube.com/watch?v=YbI8YZmBP8g. Cette première excite la transpiration de la côte au bassin versant, tous financés dans le cadre du commerce de compensation 100yy CO2 de la CCNUCC. À moins que ce ne soit un plan unifié, il échouera.... Lire la suite »

Patrick Wood

Robert - La conversion du désert en terres agricoles productives est une entreprise louable. Cependant, le faire au nom de Kyoto ou du mandat de l'ONU de prendre en charge tous les moyens de production et de consommation (c'est-à-dire le développement durable), n'est pas la bonne raison de le faire. De l'aveu même de l'ONU, le changement climatique concerne la redistribution mondiale de la richesse.

Kristin

En regardant cette liste d'objectifs nobles ci-dessus, tous ces problèmes sont résolus en important tout le tiers monde aux États-Unis. C’est ainsi qu’ils accomplissent leur but utopique, aux dépens de nous «riches Américains». L'ONU est communiste avec un C majuscule, ne vous inquiétez pas. Ils prélèvent les impôts des travailleurs américains pour payer ces pauvres - c'est la redistribution qu'ils veulent. Ils appellent cela «l'humanitarisme caritatif», mais nous n'avons pas le choix de payer des impôts ou non, ils sont retirés de nos chèques de paie avant qu'ils ne soient encaissés. Cela va continuer.... Lire la suite »