La soif de contrôle de l'Agenda 2030 des Nations Unies est à l'origine des pénuries mondiales d'énergie

Image via la Commission européenne
S'il vous plaît partager cette histoire!
Cet article illustre le résultat de la guerre de l'ONU contre l'énergie, et l'Europe va en ressentir le plein effet avec un hiver froid, des prix élevés de l'énergie et des apports alimentaires restreints. Il n'y a AUCUNE pénurie d'énergie nulle part sur terre. Toutes les pénuries sont motivées par les politiques fallacieuses de l'Agenda 2030 et du développement durable, alias Technocratie. La guerre de la technocratie contre l'humanité s'intensifie mais n'est toujours pas reconnue par la grande majorité des citoyens qui en sont affectés.

Pendant ce temps, le secrétaire américain aux Transports affirme que la douleur des prix élevés de l'essence est un avantage pour accélérer la transition verte.

⁃ Éditeur TN

La Commission européenne a affirmé mercredi "il n'y a aucune raison de croire que ce modèle va changer" concernant la diminution des flux de gaz naturel russe avant l'hiver, la publication d'un nouveau plan radical dans un communiqué de presse qui appelle les États membres à réduire immédiatement et "volontairement" la consommation de gaz.

Il propose une réduction significative de la consommation de gaz de 15 % au cours des huit prochains mois, et nécessitera une action drastique dans les industries, les producteurs d'électricité et même les citoyens dans leurs ménages, selon Bloomberg.

L'exécutif de l'UE a noté que les réductions initiales seraient des réductions volontaires ; toutefois, dans une proposition sans précédent, la Commission a demandé que, dans le scénario d'une alerte à l'échelle de l'UE, "lorsqu'il existe un risque substantiel de grave pénurie de gaz ou de demande exceptionnellement élevée de gaz, entraînant une détérioration significative du gaz situation d'approvisionnement » - qu'il possède la pouvoir d'imposer des réductions obligatoires.

Le communiqué « Save gas for a safe winter » est introduit en blâmant et en condamnant la « militarisation des exportations de gaz » par le Kremlin. le document:

L'Union européenne est confrontée au risque de nouvelles coupures d'approvisionnement en gaz en provenance de Russie, en raison de la militarisation des exportations de gaz par le Kremlin, près de la moitié de nos États membres étant déjà touchés par des livraisons réduites. Agir maintenant peut réduire à la fois le risque et les coûts pour l'Europe en cas de perturbation supplémentaire ou totale, renforçant la résilience énergétique européenne.  

La Commission propose donc aujourd'hui une nouvel outil législatif et un plan européen de réduction de la demande de gaz, pour réduire de 15 % la consommation de gaz en Europe jusqu'au printemps prochain. Tous les consommateurs, les administrations publiques, les ménages, les propriétaires de bâtiments publics, les fournisseurs d'électricité et l'industrie peuvent et doivent prendre des mesures pour économiser le gaz. La Commission va également accélérer les travaux sur la diversification de l'offre, y compris les achats groupés de gaz pour renforcer la possibilité pour l'UE de s'approvisionner en gaz alternatif.

Quant au « droit » proposé de déclarer une alerte à l'échelle de l'Union qui déclencherait des pouvoirs obligatoires exercés par l'exécutif européen, ce libellé est contenu dans la section suivante :

La Commission propose une nouveau règlement du Conseil relatif à la réduction coordonnée de la demande Mesures pour le gaz, basé sur Article 122 du traité. Le nouveau règlement fixerait un objectif pour tous les États membres de réduire la demande de gaz de 15 % entre le 1er août 2022 et le 31 mars 2023. Le nouveau règlement donnerait également à la Commission la possibilité de déclarer, après consultation des États membres, une "alerte de l'Union" sur la sécurité d'approvisionnement, imposant une réduction obligatoire de la demande de gaz sur tous les États membres.

L'Union Alert peut être déclenchée lorsqu'il existe un risque substantiel de grave pénurie de gaz ou de demande de gaz exceptionnellement élevée. Les États membres devraient mettre à jour leurs plans d'urgence nationaux d'ici la fin du mois de septembre pour montrer comment ils entendent atteindre l'objectif de réduction, et devraient faire rapport à la Commission sur les progrès accomplis tous les deux mois. Les États membres demandant un approvisionnement en gaz solidaire seront tenus de démontrer les mesures qu'ils ont prises pour réduire la demande intérieure.

Les mesures extraordinaires (et les pouvoirs apparemment revendiqués et adoptés par Bruxelles) viennent au milieu de ce qu'un analyste a cité dans Bloomberg a qualifié l'Europe de "plus grande crise énergétique de son histoire" - également sort du Nord Stream 1 à l'opérationnalité à court et à long terme de l'Allemagne reste incertaine.

Et il cherche à durer non seulement cet hiver à venir, mais des années, comme Bloomberg javier blas souligne, "La Commission européenne met non seulement en garde contre l'approvisionnement en gaz cet hiver, mais aussi problèmes signalés pour l'hiver 2023-24 (la raison en est que si vous tirez tous vos stocks cet hiver, vous êtes en difficulté pour le prochain).

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

4 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Brad

Poutine est dans le coup je crois. Ils travaillent tous ensemble.

[…] Lire la suite : La soif de contrôle de l'Agenda 2030 des Nations Unies est à l'origine des pénuries mondiales d'énergie […]

[…] Lire la suite : La soif de contrôle de l'Agenda 2030 des Nations Unies est à l'origine des pénuries mondiales d'énergie […]

[…] La soif de contrôle de l'Agenda 2030 des Nations Unies est à l'origine des pénuries mondiales d'énergie […]