Des écoliers déçus envahissent les rues en grève du climat mondial

AFP Photo / Juni Kriswanto
S'il vous plaît partager cette histoire!
La maltraitance psychologique des enfants aux mains d'adultes sociopathes est aussi tordue et mauvaise que la maltraitance physique. Lorsque les enfants sont nourris de propagande selon lesquels ils vont mourir s'ils ne font pas grève pour le réchauffement climatique, il est temps de dire «Assez!

Un jeune de 15 ans déclare ci-dessous: «Nous pensons qu'il ne sert à rien d'aller à l'école si nous n'allons pas avoir un avenir dans lequel vivre.» Ces jeunes enfants n'ont ni la capacité ni les outils nécessaires pour comprendre la réalité et sont utilisés sans pitié pour aggraver l'hystérie du réchauffement climatique des extrémistes climatiques. Ce n'est pas une erreur que la seule solution jamais proposée soit le Développement Durable, alias Technocratie. ⁃ Éditeur TN

De grandes foules d'enfants ont manqué l'école vendredi pour rejoindre une grève mondiale contre le changement climatique, écoutant le cri de ralliement de l'activiste adolescente Greta Thunberg et exigeant que les adultes agissent pour mettre fin au désastre environnemental.

C'était censé être la plus grande manifestation jamais organisée contre la menace que fait peser le changement climatique sur la planète.

Criant des slogans et brandissant des pancartes, des enfants et des adultes de toute l'Asie et du Pacifique ont lancé la manifestation, qui s'est ensuite étendue à l'Afrique et à l'Europe avec une foule immense envahissant les rues.

"Nous sommes le futur. Nous sommes des écoliers et nous n'allons pas à l'école », a déclaré Vihaan Agarwal, 15 ans, qui manifestait à Delhi.

«Nous pensons qu’il ne sert à rien d’aller à l’école si nous n’avons pas un avenir dans lequel vivre.»

Les organisateurs prévoient un million de participants au total. Rien qu'en Australie, ils ont déclaré que plus d'enfants, de parents et de sympathisants de 300,000 se sont rassemblés.

«Arrêtez le changement climatique maintenant», «Il n'y a pas de planète B», «Réveillez-vous!» lisez quelques-unes des enseignes brandies par des manifestants dans un quartier commerçant branché du centre de Tokyo.

«Nous, les adultes, avons causé l'urgence de cette planète», a déclaré l'une d'entre elles, Chika Maruta, 32 ans, marchant avec ses collègues d'une entreprise de cosmétiques.

«Nous devons prendre nos responsabilités pour la prochaine génération.»

- «Nous méritons mieux» -

L'écolière suédoise Thunberg, 16, a accusé les dirigeants de ne pas en faire assez pour prévenir les changements climatiques néfastes.

À la veille des grèves, elle a insisté sur le fait que les solutions étaient «ignorées».

«Tout compte, ce que vous faites compte», a-t-elle déclaré dans un message vidéo aux supporters.

Les manifestants, jeunes et vieux, ont fait écho à son cri.

«Nous devons réduire notre empreinte carbone à presque rien dans les 12 prochaines années, sinon il y aura des conséquences dramatiques», a déclaré Jonathan Lithgow, 15 ans, l'un des quelque 500 enfants et adultes qui manifestent à Johannesbourg.

Il a ajouté que son école avait donné la permission aux étudiants de participer à la marche.

Les manifestations devaient se terminer à New York, où des millions d'étudiants de 1.1 dans les écoles publiques 1,800 ont été autorisés à sauter des cours.

Alors que le soleil se levait au-dessus de la date limite internationale, les événements ont commencé dans les îles du Pacifique, menacées par les déluges, de Vanuatu, des Salomon et de Kiribati - où les enfants ont scandé «Nous ne coulons pas, nous nous battons».

Il y avait un sens similaire de défi à travers l'Asie.

«Nous sommes l'avenir et nous méritons mieux», a déclaré à l'AFP Lilly Satidtanasarn, 12 ans, connue sous le nom de «Greta de Thaïlande» pour sa campagne contre les sacs en plastique dans les centres commerciaux.

Les adultes «viennent d'en parler, mais ils ne font rien», dit-elle. «Nous ne voulons pas d'excuses.»

- 'On vous ment' -

En Australie, certaines autorités locales, des écoles et des entreprises ont encouragé les gens à participer aux grèves.

L’évolution de l’environnement est devenue une réalité quotidienne en Australie, frappée ces dernières années par des sécheresses, des feux de brousse plus intenses, des inondations dévastatrices et le blanchissement de la Grande barrière de corail.

De nombreuses études scientifiques examinées par des pairs ont montré un lien entre les émissions de gaz d'origine humaine et le changement climatique.

Mais les manifestations ont également mis à nu la résistance de ceux qui contestent la menace.

Le parlementaire australien de la coalition au pouvoir Craig Kelly a averti jeudi les enfants que «tout ce qu'on vous dit est un mensonge».

«Les faits sont qu'il n'y a aucun lien entre le changement climatique et la sécheresse, les ours polaires sont de plus en plus nombreux.»

Certaines autorités ont averti que les absences de l'école vendredi devaient être expliquées - mais les élèves n'ont pas été découragés.

«Nous sommes ici pour envoyer un message aux gens au pouvoir - aux politiciens, en leur montrant que nous nous soucions de nous et que c'est vraiment important pour nous», a déclaré Will Connor, 16 ans.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Elle

Cette utilisation des mineurs ici n'est pas différente de celle des pédophiles de type Epstein qui parcourent le monde. Tout vrai gouvernement a été mis à l'écart par les politiciens passés et présents, les responsables de l'application des lois et les juges. et al parce qu'ils préfèrent se servir eux-mêmes plutôt que le bien public. Par conséquent, aucune condamnation ni aucune décennie devant les tribunaux. Les soi-disant «systèmes judiciaires» UTILISENT DES ENFANTS pour transmettre leurs causes de maladie et couvrir leurs programmes tout aussi malsains, surtout lorsqu'ils savent que leur défaite est à l'horizon, comme avec les terroristes du changement climatique. C'est le dernier signe de leur perte à venir. La toute dernière action jamais entreprise est... Lire la suite »