L'ancien président de Greenpeace déchiquette scientifiquement le changement climatique

greenpeaceGracieuseté de Wikipedia
S'il vous plaît partager cette histoire!
Note TN: Ce qui suit est une conférence donnée par Patrick Moore, ancien président de Greenpeace Int'l, à l'Institution of Mechanical Engineers à Londres. Il est un critique virulent de la science défectueuse qui soutient le changement climatique causé par les humains. Puisqu'il était une légende dans l'éco-mouvement, son évaluation actuelle est crédible et faisant autorité.

Devrions-nous célébrer le dioxyde de carbone?

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs.

Merci de m'avoir donné l'occasion d'exposer mon point de vue sur le changement climatique. Comme je l'ai déclaré publiquement à de nombreuses reprises, rien n'indique de manière scientifique, à la lumière des observations du monde réel, que le dioxyde de carbone soit responsable du moindre réchauffement du climat mondial survenu au cours des dernières années 300, depuis le pic de le petit âge glaciaire. Si une telle preuve avait été testée et répliquée, elle aurait été notée par tous.

L'affirmation selon laquelle les émissions humaines sont désormais l'influence dominante sur le climat est simplement une hypothèse, plutôt qu'une théorie scientifique universellement acceptée. Il est donc correct, voire contraignant dans la tradition scientifique, d’être sceptique à l’égard de ceux qui expriment la certitude que «la science est réglée» et «le débat est terminé».

Mais il est certain que CO2 est la pierre angulaire de toute vie sur Terre et que, sans sa présence dans l’atmosphère globale à une concentration suffisante, cette planète serait morte. Pourtant, aujourd’hui, nos enfants et nos publics apprennent que CO2 est un polluant toxique qui détruira la vie et mettra la civilisation à genoux. Ce soir, j'espère renverser cette dangereuse propagande causée par l'homme. Ce soir, je démontrerai que les émissions humaines de CO2 ont déjà sauvé la vie sur notre planète d'une fin très prématurée. Qu'en l'absence d'une partie du carbone renvoyé dans l'atmosphère d'où il provenait, la plus grande partie de la vie sur Terre, sinon toute la vie, commencerait à mourir dans moins de deux millions d'années.

Mais d'abord un peu de contexte.

Je suis né et j'ai grandi dans le petit village flottant de Winter Harbour, à l'extrémité nord-ouest de l'île de Vancouver, dans la forêt pluviale du Pacifique. Comme il n'y avait pas de route dans mon village, pendant huit ans, moi-même et quelques autres enfants ont été emmenés chaque jour en bateau dans une école d'une pièce du village de pêcheurs voisin. Je n'avais pas réalisé à quel point j'avais de la chance de jouer sur les bas-fonds au bord des ruisseaux où se reproduisaient les saumons dans la forêt tropicale, jusqu'à ce que je sois envoyé dans un pensionnat à Vancouver où je excellais en sciences. J'ai fait mes études de premier cycle à l'Université de la Colombie-Britannique, en me concentrant sur les sciences de la vie - la biologie, la biochimie, la génétique et la foresterie - l'environnement et l'industrie dans laquelle ma famille évolue depuis plus de 100. Puis, avant que le mot soit connu du grand public, j'ai découvert la science de l'écologie, la science de la relation entre tous les êtres vivants et de la manière dont nous sommes liés à eux. Au plus fort de la guerre froide, de la guerre du Vietnam, de la menace d'une guerre nucléaire totale et de la prise de conscience nouvelle de l'environnement, je fus transformé en un militant écologiste radical. Pendant mon doctorat en écologie à 1971, je me suis joint à un groupe de militants qui avaient commencé à se réunir dans le sous-sol de l'église unitarienne afin de planifier un voyage de protestation contre les essais américains de bombe à hydrogène en Alaska.

Nous avons prouvé qu’un groupe d’activistes à la recherche un peu rebelle pouvait faire naviguer un vieux bateau de pêche dans l’océan Pacifique Nord et aider à changer le cours de l’histoire. Nous avons créé un centre de liaison permettant aux médias de rendre compte de l’opposition du public aux tests.

[the_ad id = "11018 ″]

Lorsque cette bombe H a explosé en novembre 1971, il s’agissait de la dernière bombe à hydrogène à avoir explosé aux États-Unis. Même si quatre autres tests étaient prévus dans la série, le président Nixon les a annulés en raison de l'opposition publique que nous avions contribué à créer. C'était la naissance de Greenpeace.

Forts de la victoire, en revenant de l'Alaska, nous avons été nommés frères de la nation Namgis dans leur grande maison à Alert Bay, près de chez moi, dans le nord de l'île de Vancouver. Pour Greenpeace, cela a commencé la tradition des Guerriers de l'arc-en-ciel, après une légende indienne crie qui prédit la réunion de toutes les races et croyances pour sauver la Terre de la destruction. Nous avons baptisé notre navire Rainbow Warrior et j'ai passé les quinze prochaines années au sein du comité supérieur de Greenpeace, sur les lignes de front du mouvement écologiste, alors que nous évoluions du sous-sol de cette église pour devenir la plus grande organisation de défense de l'environnement au monde.

Nous avons ensuite abordé les essais nucléaires français dans le Pacifique Sud. Ils se sont révélés un peu plus difficiles que les essais nucléaires américains. Il a fallu des années pour mener ces tests sous terre à l’atoll de Mururoa en Polynésie française. Dans 1985, sous les ordres directs du président Mitterrand, des commandos français ont bombardé et fait couler le Rainbow Warrior dans le port d’Auckland, tuant notre photographe. Ces manifestations se sont poursuivies longtemps après que j'ai quitté Greenpeace. Ce n'est que vers le milieu de la période 1990 que les essais nucléaires ont finalement pris fin dans le Pacifique Sud, ainsi que dans la plupart des autres régions du monde.

En remontant à 1975, Greenpeace a entrepris de sauver les baleines de l'extinction aux mains d'énormes flottes baleinières d'usine. Nous avons affronté la flotte baleinière d'usine soviétique dans le Pacifique Nord, nous mettant devant leurs harpons dans nos petits bateaux en caoutchouc pour protéger les baleines en fuite. Cela a été diffusé dans les journaux télévisés du monde entier, introduisant pour la première fois le mouvement Save the Whales dans les salons de tous. Après quatre ans de voyages, en 1979, la chasse industrielle à la baleine a finalement été interdite dans le Pacifique Nord et en 1981 dans tous les océans du monde.

Dans 1978, je me suis assis sur un bébé phoque au large de la côte est du Canada pour le protéger du club des chasseurs. J'ai été arrêté et emmené en prison. Le phoque a été matraqué et écorché, mais une photo de mon arrestation alors qu'elle était assise sur le bébé phoque est apparue dans plus de journaux 3000 du monde entier le lendemain matin. Nous avons gagné les cœurs et les esprits de millions de personnes qui considéraient le massacre de bébés phoques comme dépassé, cruel et inutile.

Pourquoi alors ai-je quitté Greenpeace après 15 ans à la direction? Lorsque Greenpeace a démarré, nous avions une orientation humanitaire forte, consistant à préserver la civilisation de la destruction par une guerre nucléaire totale. Au fil des ans, la «paix» à Greenpeace a été progressivement perdue et mon organisation, avec une grande partie du mouvement écologiste, s'est laissée emporter dans la conviction que les humains sont les ennemis de la terre. Je crois en un environnementalisme humanitaire parce que nous faisons partie de la nature et non pas de celle-ci. Le premier principe de l'écologie est que nous faisons tous partie du même écosystème, comme l'a dit Barbara Ward, «Une famille humaine sur le vaisseau spatial Terre», et prêcher autrement enseigne que le monde serait mieux sans nous. Comme nous le verrons plus tard dans l'exposé, il existe de très bonnes raisons de considérer les humains comme essentiels à la survie de la vie sur cette planète.

Au milieu de la période 1980, je me suis retrouvé le seul directeur de Greenpeace International à avoir une formation scientifique formelle. Mes collègues directeurs ont proposé une campagne pour «interdire le chlore dans le monde entier», en l'appelant «L'élément du diable». J'ai souligné que le chlore est l'un des éléments du tableau périodique des éléments, l'un des éléments constitutifs de l'univers et le 11th, élément le plus courant de la croûte terrestre. J'ai soutenu le fait que le chlore est l'élément le plus important pour la santé publique et la médecine. L’ajout de chlore à l’eau de boisson a été la plus grande avancée de l’histoire de la santé publique et la majorité de nos médicaments synthétiques reposent sur la chimie du chlore. Ceci est tombé dans l'oreille d'un sourd, et pour moi c'était la paille finale. Je devais partir.

Lorsque j'ai quitté Greenpeace, je me suis engagé à élaborer une politique environnementale fondée sur la science et la logique plutôt que sur le sensationnalisme, la désinformation, l'anti-humanisme et la peur. Dans un exemple classique, une récente manifestation dirigée par Greenpeace aux Philippines a utilisé le crâne et les os croisés pour associer le riz doré à la mort, alors que le riz doré peut potentiellement sauver chaque année un million d’enfants de 2 de la mort par carence en vitamine A.

La courbe de Keeling de la concentration de CO2 dans l'atmosphère terrestre depuis 1959 est supposée être un fusil à fumée de changement climatique catastrophique. Nous supposons que CO2 était à 280 ppm au début de la révolution industrielle, avant que l'activité humaine puisse avoir un impact significatif. Je reconnais que la majeure partie de la hausse de 280 à 400 ppm est causée par les émissions de CO2 humain, avec une possibilité que cela soit dû au dégagement de gaz dû au réchauffement des océans.

La NASA nous dit que «le dioxyde de carbone contrôle la température de la Terre» dans un déni enfantin des nombreux autres facteurs impliqués dans le changement climatique. Cela rappelle la thèse de la NASA selon laquelle il pourrait y avoir de la vie sur Mars. Des décennies après avoir démontré qu'il n'y avait pas de vie sur Mars, la NASA continue de s'en servir comme moyen de lever des fonds publics pour financer davantage d'expéditions sur la planète rouge. La promulgation de la peur du changement climatique a maintenant le même objectif. Comme l'a dit prophétiquement Bob Dylan, «l'argent ne parle pas, il jure», même au sein d'une des organisations scientifiques les plus admirées au monde.

Sur le plan politique, les dirigeants du G7 prévoient de «mettre fin à l'extrême pauvreté et à la faim» en supprimant progressivement 85% de la production mondiale d'énergie, y compris 98% de l'énergie utilisée pour transporter les personnes et les biens, y compris les denrées alimentaires. Les empereurs du monde apparaissent vêtus de la photo prise à la fin de la réunion, mais celle-ci était évidemment photographiée. Ils devraient être tenus de se tenir nus pour avoir fait une déclaration aussi stupide.

Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, l'organe suprême dans le domaine du climat, est désespérément en conflit par sa composition et son mandat. Le groupe est composé uniquement de l'Organisation météorologique mondiale, de prévisionnistes météorologiques et du Programme des Nations Unies pour l'environnement, de spécialistes de l'environnement. Ces deux organisations se concentrent principalement sur des échelles de temps à court terme, allant de quelques jours à peut-être un siècle ou deux. Mais le conflit le plus important concerne le mandat confié au Groupe d’experts par l’ONU. Ils doivent seulement se concentrer sur «un changement de climat imputé directement ou indirectement à une activité humaine modifiant la composition de l'atmosphère et s'ajoutant à la variabilité naturelle du climat». Ainsi, si le GIEC découvrait que le changement climatique n'était pas étant affecté par l'altération de l'atmosphère par l'homme ou par le fait qu'il n'est pas «dangereux», il ne serait pas nécessaire qu'ils existent. Ils sont pratiquement mandatés pour trouver du côté de l'apocalypse.

La certitude scientifique, les tassements politiques, un GIEC désespérément conflictuel, et maintenant le pape, chef spirituel de l’Église catholique, dans un effort audacieux pour renforcer le concept de péché originel, indiquent que la Terre ressemble à «un immense tas de saleté» et que nous devons revenir à la béatitude préindustrielle, ou est-ce une misère?

Et puis, il y a l'immense amas de crasse qui nous est alimenté plus de trois fois par jour par le réseau des médias verts, un chaudron bouillant de malheur imminent, comme si nous étions déjà condamnés à la damnation en enfer et qu'il y avait peu de chance de rédemption. Je crains pour la fin des Lumières. Je crains un Goulag intellectuel avec Greenpeace comme gardien de prison.

Commençons par notre connaissance de l’histoire à long terme de la température de la Terre et de CO2 dans l’atmosphère de la Terre. Notre meilleure conclusion à partir de divers indicateurs indirects indique que CO2 était plus élevé au cours des premiers milliards d'années de l'histoire de la Terre depuis la période cambrienne jusqu'à aujourd'hui. Je vais me concentrer sur le passé, 4, millions d'années depuis que les formes de vie modernes ont évolué. Il est évident que la température et CO540 sont en corrélation inverse au moins aussi souvent qu’ils ne le sont en apparence. Deux exemples clairs de corrélation inverse se sont produits il y a 2 millions d'années et 150 millions d'années. À la fin du Jurassique, la température a chuté de façon spectaculaire alors que CO50 augmentait. Durant le maximum thermique éocène, la température était probablement plus élevée que jamais au cours des derniers 2 millions d'années, alors que CO550 était sur une trajectoire descendante depuis des millions 2. Ces éléments de preuve suffisent à eux seuls pour justifier une spéculation approfondie de toute relation de cause à effet déclarée entre CO100 et la température.

La période dévonienne, qui a débuté il y a un million d'années, a marqué l'apogée de l'invasion de la vie sur la terre ferme. Les plantes ont évolué pour produire de la lignine qui, combinée à la cellulose, donnait naissance à du bois qui permettait pour la première fois aux plantes de grandir, en concurrence les unes avec les autres pour la lumière du soleil. Au fur et à mesure que les vastes forêts réparties sur la terre vivante augmentaient de plusieurs ordres de grandeur, la biomasse vivante tirait le carbone sous forme de CO400 de l'atmosphère pour produire du bois. La lignine est très difficile à décomposer et aucune espèce de décomposeur ne possède les enzymes pour la digérer. Les arbres sont morts les uns sur les autres jusqu'à atteindre une profondeur de 2 ou plus. C’était la fabrication des grands gisements de charbon dans le monde, alors que cette immense réserve de carbone séquestré continuait à se construire pendant des millions d’années. Puis, heureusement pour l'avenir de la vie, les champignons de la pourriture blanche ont évolué pour produire les enzymes capables de digérer la lignine, ce qui coïncidait avec la fin de l'ère charbonnière.

Rien ne garantissait que les champignons ou toute autre espèce de décomposeur développeraient le complexe d'enzymes nécessaire à la digestion de la lignine. Sinon, CO2, qui avait déjà été entraîné pour la première fois dans l’histoire de la Terre à des niveaux similaires à ceux d’aujourd’hui, aurait continué à décliner à mesure que les arbres continuaient de grandir et de mourir. C’est-à-dire jusqu’à ce que CO2 atteigne le seuil de 150 ppm en dessous duquel les plantes commencent d’abord à mourir de faim, puis cessent de croître complètement, puis meurent. Pas seulement les plantes ligneuses mais toutes les plantes. Cela entraînerait l'extinction de la plupart des espèces terrestres, sinon de toutes, comme les animaux, les insectes et autres invertébrés affamés par manque de nourriture. Et ce serait ça. L'espèce humaine n'aurait jamais existé. Ce n’était que la première fois qu’il était tout à fait possible que la vie s’apprête à s’éteindre, en raison de la pénurie de CO2, indispensable à la vie sur Terre.

Un enregistrement bien documenté de la température globale au cours des millions 65 passés montre que nous avons connu une période de refroidissement majeure depuis le maximum thermique eocène 50 il y a un million d'années. La Terre était alors un réchauffeur moyen 16C, avec la majeure partie de la chaleur accrue aux latitudes plus élevées. La planète entière, y compris l'Arctique et l'Antarctique, était libre de glace et la terre était recouverte de forêts. Les ancêtres de toutes les espèces sur Terre aujourd'hui ont survécu à ce qui a peut-être été la période la plus chaude de l'histoire de la vie. On s’interroge sur les prédictions alarmantes selon lesquelles même une augmentation de température de 2C depuis l’ère préindustrielle provoquerait des extinctions massives et la destruction de la civilisation. Les glaciers ont commencé à se former dans l'Antarctique 30 il y a un million d'années et dans l'hémisphère nord il y a un million d'années. Aujourd'hui, même dans cette période interglaciaire de l'ère glaciaire du Pléistocène, nous vivons l'un des climats les plus froids de l'histoire de la Terre.

En nous rapprochant du présent, nous avons appris des carottes de glace de l’Antarctique qu’au cours des dernières années 800,000, il y avait des périodes régulières de glaciation majeure suivies de périodes interglaciaires dans les cycles annuels de 100,000. Ces cycles coïncident avec les cycles de Milankovitch qui sont liés à l’excentricité de l’orbite terrestre et à son inclinaison axiale. Il est hautement plausible que ces cycles soient liés à l'intensité solaire et à la distribution saisonnière de la chaleur solaire à la surface de la Terre. Il existe une forte corrélation entre la température et le niveau de CO2 atmosphérique au cours de ces glaciations successives, ce qui indique une possible relation de cause à effet entre les deux. CO2 diffère de la température d’une moyenne d’années 800 par rapport à la dernière année 400,000, ce qui indique que la température en est la cause, car la cause ne vient jamais après l’effet.

En regardant les dernières années de température 50,000 et CO2, nous pouvons voir que les changements dans CO2 suivent les changements dans la température. Comme on pouvait s'y attendre, les cycles de Milankovitch sont beaucoup plus susceptibles de provoquer un changement de température qu'un changement de CO2. Et un changement de température est beaucoup plus susceptible d'entraîner une modification de CO2 en raison des gaz de CO2 dégagés des océans pendant les périodes plus chaudes et d'une absorption (absorption) de CO2 pendant les périodes plus froides. Pourtant, les alarmistes du climat persistent à insister sur le fait que CO2 est à l'origine du changement de température, malgré le caractère illogique de cette affirmation.

Il est décevant de considérer l'ampleur du changement climatique au cours des dernières années 20,000, depuis le pic de la dernière grande glaciation. À cette époque, il y avait des kilomètres de glace 3.3 sur l'actuelle ville de Montréal, une ville de plus d'un million de personnes. 3% du Canada était recouvert d’une couche de glace. Même au sud de Chicago, il y avait près d'un kilomètre de glace. Si le cycle de Milankovitch continue de prévaloir et que nos émissions de CO95 ont peu de raisons de penser le contraire, cela se reproduira progressivement au cours des prochaines années 2. Nos émissions de CO80,000 vont-elles empêcher une autre glaciation, comme l'a suggéré James Lovelock? Il ne semble guère y avoir d’espoir pour cela jusqu’à présent, car malgré l’émission de toutes nos émissions de CO2 par 1 / 3 au cours des dernières années 2, le Met Office britannique affirme qu’il n’ya pas eu de réchauffement statistiquement significatif au cours de ce siècle.

Au plus fort de la dernière glaciation, le niveau de la mer était environ 120 mètres plus bas qu’aujourd’hui. Il y a quelques années, tous les glaciers de basse altitude et de latitude moyenne avaient fondu. Il n’ya pas eu de consensus sur la variation du niveau de la mer depuis, bien que de nombreux scientifiques aient conclu que le niveau de la mer était plus élevé qu’aujourd’hui au cours de l’optimum thermique holocène de 7,000 à 9,000 il ya quelques années, lorsque le Sahara était vert. Le niveau de la mer peut également avoir été plus élevé qu'aujourd'hui pendant la période chaude médiévale.

Des centaines d'îles situées près de l'équateur en Papouasie, en Indonésie, ont été submergées par la mer, ce qui conforte l'hypothèse selon laquelle le niveau de la mer n'a guère changé au cours des millénaires. Il faut beaucoup de temps pour qu'une telle érosion se produise à cause de l'action modérée des vagues dans une mer tropicale.

Pour en revenir à la relation entre la température et CO2 à l’ère moderne, nous constatons que la température a augmenté à un rythme lent et constant dans le centre de l’Angleterre depuis 1700 alors que les émissions humaines de CO2 n’étaient pas pertinentes avant que 1850 ne commence à augmenter exponentiellement après 1950. Cela n’indique pas une relation de cause à effet directe entre les deux. Après avoir gelé régulièrement pendant le petit âge glaciaire, la Tamise a gelé pour la dernière fois en 1814, alors que la Terre se dirigeait vers ce que l'on pourrait appeler la période chaude moderne.

Le GIEC affirme qu'il est «extrêmement probable» que les émissions humaines soient la principale cause du réchauffement de la planète «depuis le milieu du 20e siècle», c'est-à-dire depuis le 1950. Ils affirment que «extrêmement» signifie 95% certain, même si le nombre 95 a été tout simplement plumé, comme un acte magique. Et «probable» n'est pas un mot scientifique, mais plutôt un jugement, un autre mot pour un avis.

Il y a eu une période de réchauffement de 30-1910 pendant un an, puis un refroidissement de 1940 à 1940, au moment même où les émissions de CO1970 ont commencé à augmenter de manière exponentielle, puis un réchauffement de 2 à 30 qui a commencé à augmenter de manière exponentielle, puis un réchauffement de 1970 à 2000 très similaire en durée et en température monter à la hausse de 1910-1940. On peut alors se demander «quelle est la cause de l’augmentation de température de 1910-1940 s’il ne s’agissait pas d’émissions humaines? Et s’il s’agissait de facteurs naturels, comment pouvons-nous savoir que les mêmes facteurs naturels ne sont pas responsables de l’augmentation entre 1970-2000? »Il n’est pas nécessaire de remonter des millions d’années pour trouver l’erreur logique dans la certitude du GIEC que nous sommes. les méchants dans la pièce.

L'eau est de loin le principal gaz à effet de serre et la seule molécule présente dans l'atmosphère dans les trois états, gazeux, liquide et solide. En tant que gaz, la vapeur d'eau est un gaz à effet de serre, mais non liquide et solide. En tant que liquide, les nuages ​​forment des nuages ​​qui renvoient le rayonnement solaire dans l’espace pendant la journée et retiennent la chaleur la nuit. Il n’est pas possible que des modèles informatiques puissent prédire l’effet net de l’eau atmosphérique dans une atmosphère CO2 plus élevée. Pourtant, les spécialistes de la technologie postulent que plus CO2 est élevé, ce qui entraîne une réaction positive de la part de l’eau, amplifiant ainsi l’effet de CO2 seul par 2-3. D'autres scientifiques pensent que l'eau pourrait avoir une rétroaction neutre ou négative sur CO2. Les données d'observation tirées des premières années de ce siècle tendent à renforcer cette dernière hypothèse.

Combien de politiciens ou de membres des médias ou du public sont au courant de cette déclaration sur le changement climatique du GIEC dans 2007?

"nous devrions reconnaître que nous avons affaire à un système chaotique couplé non linéaire et que, par conséquent, la prévision à long terme des états climatiques futurs n'est pas possible. »

Un graphique montre que les modèles climatiques ont grossièrement exagéré le taux de réchauffement, ce qui confirme la déclaration du GIEC. Les seules tendances que les modèles informatiques semblent pouvoir prédire avec précision sont celles qui se sont déjà produites.

Au cœur de mon exposé, CO2 est la monnaie de la vie et le bloc de construction le plus important de toute la vie sur Terre. Toute vie est basée sur le carbone, y compris la nôtre. Certes, le cycle du carbone et son rôle central dans la création de la vie devraient être enseignés à nos enfants plutôt que la diabolisation de CO2, que le «carbone» est un «polluant» qui menace la continuation de la vie. Nous savons pertinemment que CO2 est essentiel à la vie et qu’il doit être présent à un certain niveau dans l’atmosphère pour la survie des plantes, qui constituent l’aliment principal de toutes les autres espèces vivantes aujourd’hui. Ne devrions-nous pas encourager nos citoyens, étudiants, enseignants, politiciens, scientifiques et autres dirigeants à célébrer CO2 en tant que source de la vie?

Il est prouvé que les plantes, y compris les arbres et toutes nos cultures vivrières, sont capables de croître beaucoup plus rapidement à des niveaux de CO2 supérieurs à ceux présents dans l’atmosphère de nos jours. Même à la concentration actuelle de 400 ppm, les plantes manquent relativement de nutrition. Le niveau optimal de CO2 pour la croissance des plantes est environ 5 fois supérieur, 2000 ppm, mais les alarmistes le préviennent qu'il est déjà trop élevé. Ils doivent être contestés chaque jour par toute personne connaissant la vérité dans cette affaire. CO2 est le donneur de la vie et nous devrions célébrer CO2 plutôt que de le dénigrer comme c'est la mode aujourd'hui.

Nous assistons à la «reverdissement de la Terre» alors que des niveaux plus élevés de CO2, dus aux émissions humaines résultant de l'utilisation de combustibles fossiles, favorisent la croissance accrue des plantes dans le monde. Cela a été confirmé par des scientifiques du CSIRO en Australie, en Allemagne et en Amérique du Nord. Seule la moitié de CO2 que nous émettons à partir de l'utilisation de combustibles fossiles apparaît dans l'atmosphère. La balance va ailleurs et la meilleure science dit que la plus grande partie de cela va à l'augmentation de la biomasse végétale mondiale. Et qu'est-ce qui ne va pas avec cela, alors que les forêts et les cultures agricoles deviennent plus productives?

Tout le CO2 dans l'atmosphère a été créé en dégazant du cœur de la Terre lors d'éruptions volcaniques massives. Cela était beaucoup plus répandu dans les débuts de l’histoire de la Terre, lorsque le cœur était plus chaud qu’aujourd’hui. Au cours des derniers 150 millions d'années, CO2 n'a ​​pas été suffisamment ajouté à l'atmosphère pour compenser les pertes graduelles dues à l'enfouissement dans les sédiments.

Regardons où se trouve tout le carbone dans le monde et comment il se déplace.
Aujourd’hui, à un peu plus de 400 ppm, il y a 850 milliards de tonnes de carbone sous forme de CO2 dans l’atmosphère. En comparaison, lorsque les formes de vie modernes ont évolué il y a plus de 500 il y a un million d'années, il y avait près de 15,000 milliards de tonnes de carbone dans l'atmosphère, ce qui correspond au niveau actuel de 17. Les plantes et les sols combinés contiennent plus de 2,000 milliards de tonnes de carbone, soit plus du double de l’atmosphère globale. Les océans contiennent 38,000 milliards de tonnes de carbone, CO2 dissous, 45 fois plus que dans l’atmosphère. Les combustibles fossiles, qui proviennent d’usines qui ont extrait CO2 de l’atmosphère, représentent 5,000 - 10,000, un milliard de tonnes de carbone, 6 - 12 fois la quantité de carbone présente dans l’atmosphère.

Mais le nombre vraiment étonnant est la quantité de carbone qui a été séquestrée de l’atmosphère et transformée en roches carbonées. Des milliards de tonnes 100,000,000, soit un quadrillion de tonnes de carbone, ont été transformées en pierre par des espèces marines qui ont appris à se blinder en combinant du calcium et du carbone en carbonate de calcium. Le calcaire, la craie et le marbre sont tous d’origine vitale et représentent 99.9% de tout le carbone présent dans l’atmosphère globale. Les falaises blanches de Douvres sont constituées des squelettes de carbonate de calcium de coccolithophores, minuscule phytoplancton marin.

La grande majorité du dioxyde de carbone provenant de l'atmosphère a été séquestrée et stockée de manière permanente dans des roches carbonées où elle ne peut être utilisée comme nourriture par les plantes.

À partir de 540, il y a un million d'années, au début de la période cambrienne, de nombreuses espèces d'invertébrés marins ont développé la capacité de contrôler la calcification et de construire un blindage pour protéger leur corps mou. Les mollusques et les crustacés, tels que les palourdes et les escargots, les coraux, les coccolithofores (phytoplancton) et les foraminifères (zooplancton) ont commencé à combiner le dioxyde de carbone et le calcium, éliminant ainsi le carbone du cycle de vie au moment où les coquilles s'enfonçaient dans les sédiments; 100,000,000 milliards de tonnes de sédiments carbonés. Il est ironique de constater que la vie elle-même, en concevant une armure de protection, a déterminé sa propre disparition en éliminant continuellement CO2 de l'atmosphère. C’est une séquestration et un stockage du carbone au sens large. Ce sont les sédiments carbonés qui forment les gisements de schiste à partir desquels nous fractionnons le gaz et le pétrole. Et j'ajoute mon soutien à ceux qui disent: «OK, Royaume-Uni, fais de la fracturation».

Au cours des derniers 150 millions d'années, CO2 s'est progressivement retiré de l'atmosphère. Cela a de nombreuses composantes, mais ce qui compte, c’est l’effet net, à savoir l’élimination en moyenne de tonnes de carbone 37,000 de l’atmosphère chaque année pendant des millions d’années. La quantité de CO150 dans l'atmosphère a été réduite d'environ 2% pendant cette période. Cela signifie que les émissions volcaniques de CO90 ont été compensées par la perte de carbone dans les sédiments de carbonate de calcium sur une base de plusieurs millions d'années.

Si cette tendance se maintient, CO2 tombera inévitablement à des niveaux menaçant la survie des plantes, qui nécessitent un minimum de ppm de 150 pour survivre. Si les plantes meurent, tous les animaux, insectes et autres invertébrés dont la survie dépend des plantes mourront également.

Combien de temps durera le niveau d'épuisement actuel de CO2 jusqu'à ce que la quasi-totalité de la vie sur Terre soit menacée d'extinction par manque de CO2 dans l'atmosphère?

Au cours de cette période glaciaire du Pléistocène, le CO2 tend à atteindre un niveau minimum lorsque les glaciations successives atteignent leur apogée. Lors de la dernière glaciation, qui a culminé il y a 18,000 2 ans, le CO180 a atteint un creux de 2 ppm, ce qui est très probablement le niveau de CO30 le plus bas de l'histoire de la Terre. C'est seulement 180 ppm au-dessus du niveau auquel les plantes commencent à mourir. La recherche paléontologique a démontré que même à 2 ppm, il y avait une restriction sévère de la croissance lorsque les plantes commençaient à mourir de faim. Avec le début de la période interglaciaire plus chaude, le CO280 a rebondi à 2 ppm. Mais même aujourd'hui, avec les émissions humaines qui font que le CO400 atteint 2 ppm, les plantes sont toujours limitées dans leur taux de croissance, qui serait beaucoup plus élevé si le CO1000 était à 2000-XNUMX ppm.

Voici les nouvelles choquantes. Si les humains n'avaient pas commencé à débloquer une partie du carbone stocké sous forme de combustibles fossiles, qui étaient tous dans l'atmosphère sous forme de CO2 avant la séquestration par les plantes et les animaux, la vie sur Terre aurait bientôt été privée de cet élément nutritif essentiel et commencerait à mourir . Étant donné les tendances actuelles des glaciations et des périodes interglaciaires, il s’agirait probablement de moins de 2 millions d’années à partir d’aujourd’hui, un clin d’œil naturel, 0.05% du 3.5 milliard d’histoire de la vie.

Aucune autre espèce n'aurait pu s'acquitter de sa tâche de restituer une partie du carbone dans l'atmosphère qui avait été prélevée et enfermée dans la croûte terrestre par les plantes et les animaux au cours des millénaires. C'est pourquoi je rends hommage à James Lovelock lors de ma conférence de ce soir. Pendant de nombreuses années, Jim était convaincu que les humains étaient la seule et unique espèce de voleurs de Gaia, destinée à provoquer un réchauffement climatique catastrophique. J'aime l'hypothèse de Gaia mais je ne suis pas religieux à ce sujet et pour moi, cela ressemblait trop au péché originel. C'était comme si les humains étaient la seule espèce perverse sur la Terre.

Mais James Lovelock a vu la lumière et réalisé que les humains peuvent faire partie du plan de Gaia, et il a de bonnes raisons de le faire. Et je l’honore, car il faut du courage pour changer d’avis après avoir investi une si grande part de votre réputation dans l’opinion opposée. Plutôt que de considérer les humains comme des ennemis de Gaia, Lovelock comprend maintenant que nous pouvons travailler avec Gaia pour «brouiller un autre âge de glace», ou glaciation majeure. Ceci est beaucoup plus plausible que le scénario catastrophe - car notre rejet de CO2 dans l'atmosphère a définitivement inversé la tendance à la baisse constante de cet aliment essentiel à la vie et pourrait réduire les chances que le climat ne glisse dans une autre période de grande glaciation. Nous pouvons être certains que des niveaux plus élevés de CO2 entraîneront une augmentation de la croissance des plantes et de la biomasse. Nous ne savons vraiment pas si des niveaux plus élevés de CO2 vont empêcher ou réduire le glissement éventuel dans une autre grande glaciation. Personnellement, je ne suis pas optimiste pour cela car l'historique à long terme ne supporte pas une forte corrélation entre CO2 et la température.

Nous ne savons pas que le niveau de CO2 est en baisse constante et que les émissions humaines de CO2 ne sont pas universellement reconnues comme un miracle du salut. D'après l'observation directe, nous savons déjà que les prévisions extrêmes de l'impact de CO2 sur la température mondiale sont hautement improbables, étant donné qu'environ un tiers de toutes nos émissions de CO2 ont été rejetées au cours des dernières années 18 et qu'il n'y a eu aucun réchauffement statistiquement significatif. Et même s'il y avait un réchauffement supplémentaire, ce serait sûrement préférable à l'extermination de toutes ou de la plupart des espèces de la planète.

Vous l'avez entendu ici. «Les émissions humaines de dioxyde de carbone ont sauvé la vie sur Terre de la famine et de l'extinction inévitables en raison du manque de CO2». Pour utiliser l'analogie de l'horloge atomique, si la Terre avait 24 quelques heures, nous étions entre deux secondes et minuit 38 lorsque nous avons inversé la tendance vers la fin des temps. Si ce n'est pas une bonne nouvelle, je ne sais pas ce que c'est. Vous n'avez pas à éviter Armageddon tous les jours.

Je lance un défi à quiconque de fournir un argument convaincant qui contredit mon analyse des données historiques et la prédiction de la famine CO2 sur la base de la tendance du million d’années 150. Les arguments ad hominem concernant les «négateurs» ne doivent pas nécessairement s'appliquer. Je soutiens qu'une grande partie de la société a été collectivement induite en erreur en pensant que le CO2 global et la température sont trop élevés alors que le contraire est vrai pour les deux. Est-ce que quelqu'un nie qu'en dessous de 150 ppm CO2 des plantes vont mourir? Quelqu'un nie-t-il que la Terre a connu une période de refroidissement d'un million d'années 50 et que cet âge glaciaire du Pléistocène est l'une des périodes les plus froides de l'histoire de la planète?

Si nous supposons que les émissions humaines ont à ce jour ajouté quelques milliards de tonnes 200 de CO2 à l'atmosphère, même si nous avons cessé d'utiliser les combustibles fossiles, nous avons déjà acheté un million de 5 supplémentaires pour la vie sur Terre. Mais nous ne cesserons pas d’utiliser des combustibles fossiles pour alimenter notre civilisation. Il est donc probable que nous pourrons prévenir la famine des usines faute de CO2 d’au moins 65 millions d’années. Même lorsque les combustibles fossiles se sont raréfiés, nous avons les quadrillions de tonnes de carbone contenues dans les roches carbonées, que nous pouvons transformer en chaux et en CO2 pour la fabrication du ciment. Et nous savons déjà comment faire cela avec l’énergie solaire ou nucléaire. Cela seul, indépendamment de la consommation de combustibles fossiles, fera plus que compenser la perte de CO2 due à l'enfouissement de carbonate de calcium dans les sédiments marins. Sans aucun doute, l'espèce humaine a permis de prolonger la survie de la vie sur Terre pendant plus de 100 millions d'années. Nous ne sommes pas l'ennemi de la nature mais son salut.

En post-scriptum, je voudrais faire quelques commentaires sur l’autre côté de la prétendue dangereuse pièce du changement climatique, notre politique énergétique, en particulier les combustibles fossiles très décriés; charbon, pétrole et gaz naturel.

Selon leur classement, les combustibles fossiles représentent entre 85-88% de la consommation mondiale d'énergie et plus de 95% de l'énergie nécessaire au transport des personnes et des biens, y compris nos aliments.

Plus tôt cette année, les dirigeants des pays G7 ont convenu que les combustibles fossiles devraient être progressivement éliminés par 2100, un développement pour le moins étrange. Bien sûr, aucune personne intelligente ne croit vraiment que cela se produira, mais cela témoigne du pouvoir des élites qui ont convergé autour du changement climatique catastrophique provoqué par l’homme, auquel tant de présumés dirigeants mondiaux doivent participer à la charade. Comment pourrions-nous les convaincre de célébrer CO2 plutôt que de le dénigrer?

On dit beaucoup de choses méchantes sur les combustibles fossiles même s'ils sont en grande partie responsables de notre longévité, de notre prospérité et de nos modes de vie confortables.

Les hydrocarbures, composants énergétiques des combustibles fossiles, sont 100% organiques, comme en chimie organique. Ils ont été produits par l'énergie solaire dans les mers et les forêts anciennes. Lorsqu'ils sont brûlés à des fins énergétiques, les principaux produits sont l'eau et le CO2, les deux aliments les plus essentiels à la vie. Et les combustibles fossiles constituent de loin la plus grande batterie de stockage d'énergie solaire directe sur Terre. Rien d'autre ne se rapproche du combustible nucléaire, qui est également solaire en ce sens qu'il a été produit par des étoiles mourantes.

Aujourd'hui, Greenpeace proteste contre les plates-formes pétrolières russes et américaines avec des navires à moteur diesel 3000 HP et utilise des moteurs hors-bord 200 HP pour monter à bord des plates-formes et accrocher des bannières en plastique anti-huile fabriquées à partir de combustibles fossiles. Ensuite, ils publient un communiqué de presse nous informant que nous devons «mettre fin à notre dépendance au pétrole». Cela ne me dérangerait pas si Greenpeace monte à bicyclette à bord de leurs voiliers et ramène leurs petits bateaux dans les plates-formes pour y suspendre des banderoles en coton biologique. Nous n'avions pas de bombe H à bord du bateau qui avait participé à la première campagne de Greenpeace contre les essais nucléaires.

Une partie du pétrole mondial provient de mon pays d'origine situé dans les sables bitumineux canadiens du nord de l'Alberta. Je n'avais jamais travaillé dans le secteur des combustibles fossiles jusqu'à ce que je m'énerve de constater les mensonges sur la production de pétrole de mon pays dans les capitales de nos alliés dans le monde. J'ai visité les opérations de sables bitumineux pour découvrir par moi-même ce qui s'y passait.

Il est vrai que ce n’est pas beau à voir lorsque le terrain est dépouillé pour atteindre le sable afin d’en extraire le pétrole. En fait, le Canada nettoie la plus grande marée noire naturelle de l’histoire et en tire profit. L'huile a été amenée à la surface lorsque les plaques rocheuses en collision ont fait monter les montagnes Rocheuses. Lorsque le sable est retourné à la terre, 99% de la soi-disant «huile toxique» en a été retirée.

Les activistes anti-pétrole disent que les activités d'exploitation des sables bitumineux détruisent la forêt boréale du Canada. La forêt boréale canadienne représente 10% de toutes les forêts du monde et la région des sables bitumineux est comparable à un bouton sur un éléphant en comparaison. En vertu de la loi, chaque pouce carré de terrain perturbé par l'extraction de sables bitumineux doit être restitué à la forêt boréale indigène. Quand des villes comme Londres, Bruxelles et New York qui ont dévasté l'environnement naturel seront-elles rendues à leurs écosystèmes natifs?

L'art et la science de la restauration écologique, ou récupération, comme on l'appelle dans l'industrie minière, est une pratique bien établie. Le terrain est remodelé, le sol d'origine est remis en place et des espèces de plantes et d'arbres indigènes sont établies. Il est possible, en créant des dépressions là où le sol était plat, d’accroître la biodiversité en créant des étangs et des lacs où les plantes, les insectes et la sauvagine des zones humides peuvent s’implanter dans le paysage remis en état.

Les bassins de résidus où le sable nettoyé est renvoyé ont une apparence laide pendant quelques années, mais sont finalement récupérés dans des prairies. La Première nation de Fort McKay est sous contrat pour gérer un troupeau de bisons dans un parc à résidus remis en état. Chaque bassin de résidus sera remis en état de manière similaire une fois les opérations terminées.

En tant qu'écologiste et environnementaliste depuis plus de 45, cela me suffit. Le temps est géologique, le territoire est perturbé en un clin d'œil, puis il retourne dans un écosystème de forêt boréale durable doté d'un sable plus propre. Et en prime, nous avons le carburant nécessaire pour alimenter nos mangeurs de mauvaises herbes, scooters, motos, voitures, camions, autobus, trains et avions.

En conclusion, le dioxyde de carbone issu de la combustion de combustibles fossiles est l’essence de la vie, le personnel de la vie, la monnaie de la vie, voire le pivot de la vie sur Terre.

Je suis honoré d'avoir été choisi pour prononcer votre conférence annuelle.

Merci de m'avoir écouté ce soir.

J'espère que vous avez vu CO2 sous un nouvel angle et que vous vous joindrez à moi pour célébrer CO2!

Lisez le discours complet ici…

S'abonner
Notifier de
invité

94 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Robert Brooks

Il est formidable de constater que certains faits s’opposant aux modèles informatiques fabriqués à la maison sont supposés être de la science.

MurkySpeed

Bruh science est des modèles informatiques homebrew

Alexandre

Hors du sujet. Si Jésus lui-même, avec son père, ET la Vierge Marie, accompagné du Bouddha, de Yahvé et de Mohamed, est revenu sur Terre et a déclaré à la planète, avec des voix comme le tonnerre à l'horizon lointain, que le changement climatique est une fraude, qu'Al Gore est un idiot et l'ONU est la pire chose qui se soit jamais produite, cela ne changerait rien. Et ce discours donne toujours l'impression que les gens peuvent changer les choses. Si les gens avaient le moindre pouvoir de faire quoi que ce soit, nous serions maintenant au paradis. Les 15 dernières années montrent trop clairement à quel point (politique)... Lire la suite »

Yeux grands ouverts

>>> ET, même si un changement devait survenir, ce serait un retour de l'ancienne dictature militaire démoniaque, ce que j'entends un peu trop ces derniers temps. Oui, cela vous amène à vous demander s'il y a un élément de «psychologie inversée» dans tout cela. Vous pouvez être sûr que s'il y a un retour à une dictature militaire, ce sera un dictateur environnementaliste: comme Hitler, un environnementaliste végétarien bienveillant. Je vis en Australie, et votre résumé des Brésiliens est à peu près parfait pour ma propre population de prolétaires. Mon seul désaccord avec toi concerne... Lire la suite »

Ray Songtree

Alexandre, ce n'est pas fini. La vie urbaine est chose faite, bien sûr, mais pas la vie sur Terre. Nous ne luttons pas pour la culture dominante, nous nous battons pour la vie, et nous devrons tous nous adapter à mesure que nous nous retirons de l'insoutenable.

Davy Stephenson

Soyons ensuite durables, pour être durables et pour conserver notre énergie, nous devons commencer à inverser la tendance appelée «déqualification», et utiliser nos propres mains pour de bon au lieu de la guerre, ce que les balles, les bombes et les équipes de banque de la ville de Londres obtiennent. très riche et nous devenons très morts et très pauvres en faisant leur sale boulot.

Jésus est la seule personne à revenir très bientôt.

lars

Roni Sylvester

Merci Dr Patrick Moore! Votre clarification sur le changement climatique est grandement appréciée. Prochaines étapes? a) DEMANDER Les croyants au réchauffement climatique anthropique débattent publiquement des scientifiques dont les conclusions diffèrent. Un exemple: demandez à Al Gore de débattre publiquement du Dr Richard Lindzen. b) EXIGEZ que votre élu ne fasse pas un règlement, une taxe de plafonnement et d'échange ou une politique basée sur le changement climatique. Pourquoi? La science n'est PAS réglée! La seconde, quelqu'un vous dit «La science est réglée», sachez qu'ils sont soit grossièrement mal informés ou mentent. c) CESSEZ de contribuer à des groupes comme Nature Conservancy, HSUS, Sierra Club, Greenpeace, World Wildlife Foundation, PETA et Earth Justice. Certains déjà... Lire la suite »

Pau

Patrick Moore est un shill pour Monsanto. Si vous n'avez pas vu le clip de lui disant que Monsanto Roundup est bon à boire, vous devriez le vérifier.
https://www.youtube.com/watch?v=ovKw6YjqSfM

Allan Smith

Je pensais que ces faits auraient été assez évidents pour toute personne moyennement éduquée.

Lee

«… A dérivé dans la conviction que les humains sont les ennemis de la terre.» Cela dit tout.

Vajrapani

L'auteur est un scientifique. Je n'en suis pas un. Je ne peux pas et donc je ne réfute pas ce que dit l'auteur. Cependant, comme expérience personnelle, en Inde par exemple, la couverture verte est réduite, il y a plus de pollution provenant de la construction et des automobiles. Ces derniers sont une source d'air vicié, ce qui fait même de marcher sur la route une expérience douloureuse. Je ne sais pas quelle science peut expliquer cela. L'auteur aurait peut-être dû se concentrer également sur d'autres polluants comme les métaux lourds dans les gaz d'échappement des automobiles. Je me sens mieux en marchant qu'après un trajet en voiture, même si je peux... Lire la suite »

Davy Stephenson

Et leur révolution industrielle ne sera pas différente de la nôtre ces derniers temps, mais plus grande, plus nous exigeons leurs produits moins chers.

Poétence

L'argument est que CO2 n'est pas un polluant, pas qu'il n'y a pas de polluants, tels que les retombées des essais nucléaires et d'autres composants des gaz d'échappement.

Jacques

Vajrapani, j'ai visité votre pays à plusieurs reprises. L '«air vicié» dont vous parlez provient de polluants toxiques dans l'air, ce n'est pas du dioxyde de carbone. Il n'y a pas de conflit entre votre expérience et ce que dit l'auteur. Nous devons lutter contre les polluants toxiques. Le dioxyde de carbone (qui est inodore et invisible) n'en fait pas partie. Comme l'explique l'article, le CO2 est essentiel à toute vie sur Terre. C'est pourquoi la combustion du gaz naturel dans les véhicules est tellement meilleure que l'essence ou le diesel. Je crois que c'est à Delhi où se trouvent les scooter-taxis... Lire la suite »

Samuel

Il ne dit pas que le climat ne change pas. Il dit qu'il n'est pas convaincu que cela soit causé par le CO2, sans parler des actions humaines. En ce qui concerne les voitures, je pense qu'il vaut probablement mieux s'éloigner de l'énergie pétrolière. La technologie des batteries et des moteurs électriques est devenue trop bonne pour ignorer le fait qu'à bien des égards, une voiture électrique est un véhicule supérieur. Ce n'est pas la même chose que d'interdire tous les véhicules à essence, mais les villes remplies de voitures électriques - qui n'ont besoin que de parcourir de courtes distances dans les rues de la ville - seraient beaucoup plus propres. Utiliser moins de voitures... Lire la suite »

Graham Howlett

Mate, très bonne réponse. Équilibré et réaliste.

Par-dessus

En fait, ce qui est expliqué dans l'article, c'est que le CO2 ne peut PAS être la cause du «réchauffement climatique» car le CO2 et l'augmentation de la température ont une relation INVERSE, c'est-à-dire que l'augmentation de la température VIENT EN PREMIER et qu'après cela, les niveaux de CO2 augmentent.
Pourquoi? La hausse des températures (conséquence des variations cycliques naturelles des niveaux d'activité des taches solaires) permet une augmentation des niveaux de CO2 ET C'EST UNE BONNE CHOSE!
CO2 est la corbeille à pain du monde.

Terry

Vous avez absolument raison sur tous vos points. Et, je suis un professeur de physique à la retraite avec une préparation académique en géophysique et océanographie physique. Le canular sur le changement climatique est utilisé pour réaliser un autre programme trop long pour être discuté ici. Merci d'avoir souligné que le CO2 est une bonne chose. Sans suffisamment, le plancton de l'océan mourrait, tout comme notre approvisionnement en oxygène atmosphérique.

Steven

Le dioxyde de carbone est-il un gaz à effet de serre? Si elle est alors faite, le réchauffement climatique est un fait. Le seul argument est le degré. Combien de $ pour l'âme de cet homme. Est-ce que j'entends des offres.

Patrick Wood

Le dioxyde de carbone est un produit chimique essentiel dans le cycle de la vie: les plantes en ont besoin pour se développer via la photosynthèse et en retour, elles émettent de l'oxygène que nous respirons. Plus il y a de C02, plus les plantes poussent et donc moins de faim et plus d'O2 pour une atmosphère saine. C'est aussi simple que cela.

JohnyB

C’est tout à fait vrai, CO2 sera équilibré.
Mais attendez une minute, à cause de la déforestation, ce n’est peut-être pas le cas.

Si j'ai bien compris l'article
Le CO2 ne mettra pas fin à la vie sur terre, la vie continuera, ce ne sont que ces petites agglomérations de lumière que l'on voit la nuit hors de l'ISS qui seront inondées si la température augmente
Ne vous inquiétez pas, nous survivrons en tant qu'espèce, nous n'aurons plus qu'à bouger. Un peu 😉

Dorota

Il y a actuellement plus de verdure sur la planète qu'au cours des dernières années 20, en raison des efforts de plantation accrus en Chine et en Inde.

carbonates

La séquestration forestière du carbone peut sembler être le plus grand puits de carbone, mais en réalité, le phytoplancton dans l'océan, couvrant plus des deux tiers de la surface mondiale, est le plus grand puits de carbone. Même en supposant que la déforestation ait un impact, il s'agit d'une partie mineure du cycle biogéochimique mondial du carbone. Environ 70 % du dioxyde de carbone utilisé par les plantes est absorbé par le phytoplancton océanique.

Matthieu

Vous pensez donc qu'avant l'apparition de l'homme sur cette planète, le dioxyde de carbone n'existait pas ??? C'est ce que vous dites ?? C'est effrayant de penser qu'il y a des gens qui sont aussi terriblement incultes que vous. Pourtant, il semble que les fidèles religieux de l'Église du réchauffement climatique soient très peu instruits dans de nombreux domaines, pas seulement dans la science.

Davy Stephenson

Essayez 600 plus des parties par million dans les serres commerciales et personne ne meurt encore.
Ensuite, essayez les expériences de biotope d’antan et vérifiez les chiffres, en particulier là où le béton stockait le gaz de la centrale.

Steven

Comment voyez-vous cela? Il y a beaucoup de «gaz à effet de serre», et la simple présence de CO2 et une élévation de température ne prouvent pas que l'un provoque l'autre. C'est ce que la police appellerait une «preuve circonstancielle». Peut-être que le monde se réchauffe naturellement - ces cycles de chaud et de froid sont un fait établi - et il se trouve que nous sommes actuellement dans un cycle de réchauffement. Le fait qu'une grande quantité de CO2 ait été libérée et la croyance que le CO2 est un gaz à effet de serre ne prouvent pas que le CO2 * a * provoqué * le changement de température.... Lire la suite »

Louis Hunt

«100,000,000 1,000,000 100 milliards de tonnes, soit un quadrillion de tonnes de carbone, ont été transformées en pierre par des espèces marines…» Quelque chose ne va pas. Soit la première valeur doit être «2 XNUMX XNUMX milliards de tonnes», soit la deuxième valeur doit être «XNUMX quadrillions de tonnes». Quoi qu'il en soit, cela éclipse la quantité actuellement présente dans notre atmosphère. C'est une excellente pièce. Je savais que le dioxyde de carbone n'était pas un «polluant» parce que la vie telle que nous la connaissons ne serait pas possible sans lui. Mais je ne savais pas que le COXNUMX atmosphérique était en baisse depuis des millions d'années et que, sans intervention humaine, la vie sur terre était en marche... Lire la suite »

Mark Pugner

Refuser, dénier, nier, croire, croire, croyant ne sont PAS des termes scientifiques.

Mat

Excellent article en dehors de sa promotion des cultures GM et de la fracturation.

Dave

Il n'a pas mentionné les cultures GM…

Mark Gomez

"Riz doré"

Darran Blyth

Nous essayons toujours de comprendre comment l'utilisation de la technologie pour nourrir les personnes affamées est un problème. Pro OGM

Patrick Wood

Il y a d'énormes problèmes avec les OGM en général; de nombreuses conséquences inattendues qui ne sont PAS bonnes pour l'animal ou l'homme.

Andrew Thompson

Pouvez-vous nommer une «conséquence involontaire». Étant donné que presque tout ce que nous mangeons a été génétiquement modifié, je ne sais pas quelles pourraient être ces conséquences.

David Sears

Le problème est que vous pouvez manger et encore mourir de faim à cause de la malnutrition. Si les OGM produisent des aliments plus nutritifs, alors ce qui se passe naturellement est parfait. Cependant, nos processus de production et de modification en masse des ressources naturelles ajoutent des produits chimiques et des polluants dans notre corps qui causent des maladies, des maladies et la malnutrition. Il y a une bonne histoire sur les cerfs qui sortent de la montagne pendant un hiver particulièrement rigoureux. Des gens bien intentionnés ont jeté de la nourriture pour le bétail pour les cerfs. Les cerfs affamés ont mangé avec plaisir la botte de foin, mais ont ensuite été trouvés mourant de faim parce qu'ils ne pouvaient pas le digérer. On peut manger tout ce qu'on veut mais si on... Lire la suite »

Andrew Thompson

Dès que vous utilisez le mot «chimique» de manière péjorative, vous perdez l'argumentation. Tout ce que vous mangez est composé de produits chimiques. Vous auriez besoin d'être beaucoup plus précis pour vous en sortir.

Samuel

Il n'y a aucune preuve ou raison de croire que la modification d'un gène a un effet négatif sur la «nutrition» d'un aliment. Améliorer la croissance du maïs dans les climats froids ne l'empêche pas, comme par magie, de cesser de produire et d'être constitué de nutriments. Il est très facile de tester le contenu nutritionnel des aliments. S'il y avait une telle chose comme une culture OGM particulière qui avait une valeur nutritionnelle réduite en raison d'un effet secondaire du gène qu'elle a modifié, ce n'est PAS une raison de prétendre que le génie génétique, en général, rend d'une manière ou d'une autre par magie toutes les cultures qui sont modifiées. leur valeur nutritionnelle. C'est... Lire la suite »

helios

La véritable menace des OGM concerne la biodiversité

sharon

Et si nous permettons réellement à la nature de suivre son cours comme dans la nature. Si l'Occident cessait d'être une soupape de trop-plein pour les pays qui se reproduisent et le monde réduirait la population à un niveau plus durable, ignorant les terribles avertissements des condamnés économiques, le monde pourrait maintenir la population à un niveau de vie habitable et confortable. .

Jim Mullen

J'ai aimé lire cet article et je l'ai trouvé bien présenté. Apparemment, le CO2 n'est pas un problème. En tant que société, j'estime qu'il est urgent de commencer à concentrer de vraies ressources sur des contrôles plus stricts sur la combustion du pétrole, du gaz, du charbon (c'est-à-dire imposer des épurateurs propres) et des contrôles sur les déchets industriels et résidentiels polluant l'eau et créant des décharges. Les dirigeants doivent être mieux informés, aujourd'hui, au lieu d'opter pour le moyen facile de paraître «préoccupé par leurs semblables». Arrêtez de soutenir la rhétorique. J'espère que notre pays et d'autres cesseront bientôt de financer l'ONU corrompue. L'ONU s'est trop éloignée de sa... Lire la suite »

Chercheur de vérité

Les scientifiques n'ont jamais été unis sur la question des émissions de CO2 d'origine humaine, malgré la reconnaissance de la valeur du CO2. Si la science est une découverte objective, où est l'honnêteté de notre communauté éduquée sur cette question? S'il n'y a pas d'honnêteté, comment pouvons-nous faire confiance? Pourquoi nombre de nos dirigeants mondiaux sont-ils résolus à soutenir les informations déséquilibrées et les réponses malavisées qui auront un impact sur des milliards de personnes? Merci d'avoir publié ceci - pouvons-nous en voir plus -

Kevin Smith

Puissance. Ignorer la science et les faits pour le financement, la réglementation et finalement le pouvoir sur les gouvernements, les entreprises et le jeu final… le pouvoir sur les gens. Le réchauffement climatique est entièrement une question de pouvoir et d’argent, tout simplement.

Voler

S'il n'y a pas de changement climatique provoqué par l'homme, alors il n'y a pas d'organe directeur mondial pour nous aider à le combattre en contrôlant la vie de chaque être humain. C'est bien sûr pour ces êtres humains qui sont étouffés pour lutter contre le changement climatique.

Dr Nicholas Ashley

Ah, une voix claire de la raison et une voix calme aussi. Je me demande vraiment quelle est la formation scientifique des climatologues? Je prends une petite exception en ce qui concerne la lignine et la période carbonifère. L'oxygène atmosphérique était d'environ 32%. Il existe des preuves d'incendies de forêt gigantesques et catastrophiques, sans aucun doute, en raison de la réduction des impacts d'allègement couplée à une teneur élevée en oxygène. Ainsi, les champignons responsables de la pourriture blanche n'étaient pas les sauveurs de la vie sur Terre en soi. La chimie et la physique était. Les climatologues devraient également étudier la physique, en particulier les mathématiques du rayonnement du corps noir. Cela devrait être obligatoire.

Phil Johnson

Tout d'abord, un avertissement. Je ne suis pas un scientifique, mais je suis les arguments actuels pour et contre AGW. Je cite ceci pour une raison: «Les crustacés tels que les palourdes et les escargots, les coraux, les coccolithofores (phytoplancton) et les foraminifères (zooplancton) ont commencé à combiner le dioxyde de carbone avec le calcium et ainsi à éliminer le carbone du cycle de vie lorsque les coquilles coulaient dans les sédiments; 100,000,000 2 12 milliards de tonnes de sédiments carbonés. Il est ironique que la vie elle-même, en concevant une armure protectrice, ait déterminé sa propre disparition éventuelle en éliminant continuellement le CO3 de l'atmosphère. Mercredi dernier (15/XNUMX/XNUMX), «Discovery» a mis sur «Racing Extinction», dont une partie... Lire la suite »

Lloyd

Shiva, le destructeur, fait autant partie du cycle de vie que Vishnu, le créateur. Si le CO2 détruit la vie des coquillages comme les coraux, les crabes, les crevettes et les huîtres, c'est peut-être la manière de mère nature de les empêcher de surpeupler et d'endommager davantage l'écosystème de cette façon. Personnellement, je pense que les lois de la nature (telles que l'océan absorbant le CO2 et tuant une partie de certaines de ses formes de vie) font partie de la façon dont l'homéostasie est préservée dans la nature. Je vois cela comme similaire aux incendies de forêt qui sont nécessaires pour réduire l'accumulation de... Lire la suite »

Fred

Ensuite, comment expliquez-vous l’existence de mollusques et de crustacés d’eau douce vivant dans la biosphère acide?

Samuel

Ouais, l'oxygène aussi. Il est toxique lorsqu'il est respiré à des concentrations élevées. C'est un gaz très corrosif, comme la farine (ils l'utilisent pour graver le verre). Tout ce qui entre en contact avec l'O2 est corrodé; O2 rouille le métal, le transforme en oxyde de fer. Il fait dorer les fruits, émiette les noyaux. Il y a de nombreuses indications qu'il provoque la décomposition et la mort des cellules, et même le vieillissement humain. C'est mortel pour toute vie végétale; ils l'exhalent comme un sous-produit toxique. Tant qu'ils ont suffisamment de CO2 pour respirer, ils vivent. Mettez-les dans de l'O2 pur et ils meurent rapidement. O2 est inflammable; le feu est juste... Lire la suite »

Alexander Tierney

La transformer en un élément différent, hein?

john mackay

A peine «déchiré en lambeaux» 🙂 mais assez bon argument pour le CO2.
La vie convenue survivra, mais qu'en est-il de la vie humaine?
Jean
-

Dawes

«Ripped to Shreds» - d'accord… si tout est si terrible, pourquoi l'histoire ment-elle? (ps: l'histoire ne ment pas)

Remarquez comment tous ces leaders «pro» ont des parts dans des sociétés éoliennes et solaires… #conflictofinterest

Franck

Il est difficile (impossible?) D'argumenter avec la justification qu'il avance dans cet argument, mais la plus grande menace est alors sûrement l'inégalité des revenus et la destruction des ressources limitées de la terre pour un gain purement financier qui ne profite qu'à 1%. Et cela ne veut rien dire de l'empoisonnement des cours d'eau, des terres, des forêts, etc., par l'exploitation minière à ciel ouvert; extraction d'or, de zinc ou de cuivre; la surpêche; monocultures; destruction d'espèces menacées par la chasse ou la destruction de l'habitat; destruction des forêts tropicales et autres forêts; la propagation d'espèces non indigènes dans divers écosystèmes (crapauds et lapins de canne en Australie; bullfrongs de l'est de l'Amérique du Nord dans l'ouest du nord... Lire la suite »

Patrick Wood

Si vous vous inquiétez du fait que 1% viole la planète aujourd'hui, attendez simplement que le véritable pillage commence. Ce sont les mêmes personnes qui nous apportent la peur du réchauffement climatique afin de nous conduire vers le développement durable, ou «économie verte». Le Développement Durable entend pleinement s'approprier les moyens de production et de consommation, c'est-à-dire qu'ils vous diront ce que vous êtes autorisé à faire et aussi ce que vous êtes autorisé à consommer. Ceci, mon ami, se traduira par une dictature scientifique totale du type de celle dont ont prévenu Huxley (Brave New World) et Orwell (1984).

Marc

J'étais autrefois un passionné d'Al Gore. Maintenant, je pense qu'il devrait être jugé pour crimes contre l'humanité - pas à cause de cet article, mais parce qu'il nous a menti de manière si flagrante pour son propre profit (et celui de ses copains d'entreprise) avec son film Inconvenient Truth. J'aurais dû savoir que tout ce qu'un politicien soutient avec autant de véhémence n'est jamais dans notre meilleur intérêt. Il a suivi sa partie du scénario jusqu'au bout et a convaincu la plupart des démocrates de le soutenir sans que les gens ne vérifient jamais ses faits. Il est malheureux qu'un... Lire la suite »

Don MacAlpine

En novembre 1995, j'étais sur la bonne voie pour prendre la décision de quitter le salaire confortable en tant que «scientifique forestier professionnel». Je travaillais dans des bureaux gouvernementaux en Ontario, au Canada. Voir Patrick Moore apparaître sur une scène lors d'une conférence internationale sur «les forêts boréales» a cimenté mon désir de quitter les bureaux gouvernementaux mensongers. J'ai dû écrire sur le mensonge délibéré qui vient de tous les côtés. Lors de cette conférence, M. Moore a parlé au nom de l'industrie forestière de la même manière qu'il le fait ici. Il y avait Greenpeace et d'autres représentants `` écologistes '' criant dans le... Lire la suite »

Patrick Wood

Je laisse votre commentaire ici pour que tout le monde puisse le voir et y réfléchir, mais je vais vous demander: avez-vous une boule de cristal que vous pouvez prouver qu'il y a un «désastre imminent» qui dévastera les masses de populations humaines? Non, vous ne le faites pas et non, vous ne pouvez pas. Pourquoi devrions-nous faire confiance aux modèles informatiques alimentés par des données corrompues pour déterminer notre avenir? Nous ne devrions pas. Avec tous les scandales de données déjà révélés, la soi-disant science du climat n'est rien de plus qu'une pseudo-science. Un chaman ou un sorcier pouvait tout aussi bien prévoir l'avenir.

Mary Anne Z. O'Sullivan

La géo-ingénierie des aérosols stratosphériques (SAG) de la météo terrestre DOIT s'arrêter ou rien d'autre n'a d'importance. Personne au gouvernement, dans l'armée ou dans une position d'influence ne reconnaîtra même cette activité en cours (depuis les années 1990 ou avant) ni ne tiendra compte de son influence néfaste (publiquement) lorsqu'il rendra compte des progrès du changement climatique mondial. Tout ce qui est considéré ouvertement ou dont on parle est la même vieille ligne officiellement approuvée qui déclare ad nauseam: «Le changement climatique est dû aux émissions de carbone provenant des combustibles fossiles et d'autres activités humaines ordinaires.» Le faux semblant de scientifiques comme David Keith et d'autres qui prétendent continuellement «la géo-ingénierie... Lire la suite »

Dale Greer

Enfin, il se lance dans la «science»:

«J'admets que la majeure partie de l'augmentation de 280 à 400 ppm est causée par les émissions humaines de CO2, avec la possibilité qu'une partie soit due au dégazage dû au réchauffement des océans.»

C'est là que j'ai arrêté de lire, car nous savons d'où vient le CO2. Nous brûlons actuellement près de miles cubes d'équivalent pétrole chaque année, ce qui est suffisant pour augmenter les niveaux de CO2 d'environ 4 à 5 ppm. En fait, le CO2 atmosphérique n'augmente pas autant que nous en produisons, probablement parce qu'une partie est absorbée dans les océans.

Duncan

Cela ressemble à quelqu'un avec une hache à broyer.

Patrick Wood

Non, voici un coup de main: Obama et l'Armée verte globale s'engagent à détruire l'énergie à base de carbone. Déjà, la plus grande entreprise de charbon en Amérique, Peabody Energy, vient de se déclarer en faillite. Entre-temps, les mêmes personnes ont promis que l’énergie de remplacement permettrait de combler l’énorme déficit énergétique. Nous découvrons maintenant que les sociétés d’énergie solaire et éolienne s’effondrent parce qu’elles ne peuvent absolument pas réaliser de profit. Alors, où en sommes-nous? Vissé. Dans le même temps, les superbes zones désertiques qui abritent ces gigantesques centrales solaires ont été violées de manière durable et écologique. Qui va arracher ces... Lire la suite »

Bennett

Bien joué, M. Moore. Merci d'avoir dit la vérité sur l'escroquerie d'AGW d'une manière qui expose clairement la science connue, ainsi que la propagande BS qui est enseignée dans nos tristes écoles et institutions publiques de haut edukashun.

Passez le mot, le réchauffement climatique est une très bonne chose.

Jorgeb

Vérité? C'est l'opinion. Tout comme les scientifiques du changement climatique ne peuvent pas prédire l'avenir, le Dr Moore non plus. Tenter de prouver qu'un groupe a tort ne lui donne pas automatiquement raison. Les deux peuvent toujours être faux. Les choses inquiétantes sont les tendances et les impacts sur la santé des gens.

Tim

Tout est une hypothèse, quel que soit votre domaine de conclusion. Mais le Dr Moore fournit l'autre côté d'une hypothèse actuellement très déséquilibrée provoquée par la propagande médiatique constante qui refuse de présenter des conclusions bien versées au Dr Moores.

Anita

* toux * CŒUR

Voklst

Pas un mot, pas un coup d'oeil
Sur FUKUSHIMA, des radiations massives se répandent toujours dans nos océans, notre planète, la couche d’ozone, l’air superficiel et dans le mélange de CO2 et de combustion de combustibles fossiles. Pas un mot.
Pas un peep.
Plz mis dans la zone de recherche de YT
«Fukushima et les fuites de rayonnement»
Vérifiez les dates.

Stuart

Ce qui est sans rapport avec cet article

Robert

Grand discours, il m'a ouvert les yeux sur les fausses déclarations du gouvernement auxquelles je m'attendais depuis longtemps. Mais pourriez-vous faire une étude sur la manière dont les Chemtrails sont bons ou mauvais pour l'environnement, pourraient-ils être une cause du réchauffement planétaire, sans parler de l'empoisonnement de la planète et de tout ce qui s'y trouve. merci Robert

Patrick Wood

Parmi les meilleures études, les chemtrails sont conçus pour refroidir l'atmosphère en réfléchissant la lumière du soleil dans l'espace. Oui, ils créent de graves problèmes environnementaux. Les technocrates croient apparemment que le compromis vaut les avantages espérés.

krustysurfer

GESTION DU RAYONNEMENT SOLAIRE! et ce gars travaille maintenant pour l'industrie des combustibles fossiles. j'ai assez lu je ne peux plus l'estomac. les choses sont en train de mourir et sa bande est en partie responsable de son aide. La géo-ingénierie SRM est une arme météorologique que la plupart des pays ont juré de ne jamais utiliser. nous en voyons maintenant les effets alors que la vie est desséchée et court-circuitée… .. que leurs armes tombent du ciel que le Soleil ait son mot à dire en la matière, quelques événements de Carrington pour arranger les choses. Aloha

krustysurfer

«Une partie du pétrole mondial provient de mon pays natal, dans les sables bitumineux canadiens du nord de l'Alberta. Je n'avais jamais travaillé avec les intérêts des combustibles fossiles jusqu'à ce que je sois irrité par les mensonges répandus sur la production pétrolière de mon pays dans les capitales de nos alliés à travers le monde. J'ai visité les exploitations des sables bitumineux pour découvrir par moi-même ce qui s'y passait. C'est vrai que ce n'est pas joli quand la terre est mise à nu pour atteindre le sable afin que l'huile puisse en être retirée. ”VOUS ÊTES SUR LE TEAT DE L'INDUSTRIE PÉTROLIÈRE, alors... Lire la suite »

Voler

Ancien directeur de Greenpeace Canada, pas international, apparemment. Votre article est trompeur sur ce point et sur plusieurs autres.

Comment diable pouvez-vous justifier l'écriture «Puisqu'il était une légende dans l'éco-mouvement, son évaluation actuelle est crédible et faisant autorité.» quand votre mouvement de négationnistes du changement climatique fait tout ce qu'il peut pour discréditer la science du climat et ses chercheurs?

Andrew Roberts

Quel long article, principalement sur lui-même. Convenez que Greenpeace a été détourné par des radicaux mal informés. En désaccord avec son hypothèse non scientifique selon laquelle le changement climatique n'est pas prouvé et uniquement attribué au CO2. Le changement climatique est prouvé par le changement de température moyenne à long terme. Il a été prouvé que le changement de température moyenne à long terme a de nombreux agents contributifs, y compris le plastique, les nanoparticules et de nombreux autres polluants dans nos cours d'eau et nos océans. Le déboisement est un autre contributeur aux multiples facettes. Également du méthane issu de l'agriculture et de l'homme, puis croissance des transports, de la consommation d'énergie et de l'industrie lourde, des gaz de climatisation et de nombreux autres polluants augmentant à un rythme plus rapide que jamais... Lire la suite »

David

Le premier bon sens que j'ai lu sur les effets de CO2 sur le climat du monde

Andrew

Il n'y a aucune preuve scientifique définitive par l'observation du monde réel que l'arsine serait et est une atmosphère toxique. La toxicité de l'Arsine n'a été testée qu'en laboratoire et il n'y a pas eu d'observations dans le monde réel de ce qui arrive à l'environnement lorsqu'il est exposé à une atmosphère d'arsenic, il serait donc conjecture et alarmiste de suggérer que les résultats de laboratoire se traduiraient dans un monde réel. scénario, ou serait-ce? Je me demande si l'expression / qualification d '«observation du monde réel» est un effort de manipulation politique pour discréditer une science valide du monde réel?

David Sutton

J'aimerais entendre le point de vue du Dr Brian Cox sur ce discours….

Linda

Moore n'est pas un scientifique ou une légende du mouvement éco. Il a quitté Greenpeace dans les 1970

AL

merci pour la SCIENCE !!! pas d'opinion, disons ici ou supposition ... dormir bien en sachant que la tempête de merde est surtout dans l'esprit ...

Ashley Frisch

Patrick Moore n'est pas un climatologue et son association avec Greenpeace a pris fin il y a plus de 30 ans. Il est maintenant un homme d'affaires, apparemment avec un agenda. Il n'en reste pas moins que> 99% des climatologues (c'est-à-dire ceux qui collectent, analysent et publient des données climatiques) conviennent que le climat de la Terre change en raison des activités humaines. Patrick Moore est une personne avec une opinion. Veuillez consulter «Scientists Warning To Humanity 2018» pour consulter un article soutenu par 15,000 180 scientifiques dans 15,000 pays. À titre de comparaison, si XNUMX médecins vous avertissaient de retirer une taupe, les écouteriez-vous ou écouteriez-vous... Lire la suite »

Patrick Wood

== Il reste que> 99% des climatologues (c’est-à-dire ceux qui collectent, analysent et publient des données climatiques) s’accordent à dire que le climat de la Terre change en raison des activités humaines.

Votre statistique est absolument fausse. Vous détestez évidemment Patrick Moore, mais n'utilisez pas de fausses déclarations comme celle-ci pour faire valoir votre point de vue.

Thomas Mildenberger

Je ne suis pas un expert du climat, mais les arguments de Patrick Moore semblent convaincants. C'est drôle cependant que je n'ai pas trouvé de réponse étayée à ses arguments sur Internet. Quelqu'un pourrait-il donner une réponse détaillée à ses arguments, le plus convaincant pour moi étant que le CO2 suit la température, et non l'inverse?

Patrick Wood

Tim Ball et Willie à venir pour commencer

Thomas Mildenberger

Merci, Patrick, mais je cherchais l'opinion contraire: qui prouve scientifiquement que l'argumentation est fausse? Je veux dire, à la fin, nous avons 1000 scientifiques qui ont une autre opinion mais je ne trouve pas de réponse à ces arguments ...

Tim

Patrick Moore est un scientifique. Un doctorat en écologie et un baccalauréat en foresterie. Son hypothèse est présentée avec un soutien très plausible et mérite un examen minutieux. Je serais intéressé par le débat concernant sa présentation.

Anthony Dowling

Fait: Sur l'ensemble des scientifiques ayant pris une part active à la discussion sur ce sujet, seul un faible pourcentage était d'accord avec le changement climatique et 99% de ce groupe a convenu que le changement est dû aux activités humaines. Ce pourcentage converti correspond aux scientifiques 97.

Franck

Il me semble que la solution consiste à réduire la population mondiale de 3 ou de 4 milliards!

Meha

Une guerre a-t-elle déjà eu lieu pour l'énergie solaire?

observateur

@Dr. Patrick Moore - pouvez-vous me diriger vers le lien pour les citations et références dans votre discours? Merci!

Samuel

Je ne crois pas ou ne crois pas ses affirmations sur le CO2 et le réchauffement climatique (je ne me considère pas assez instruit pour essayer de juger personnellement), mais j'aime la façon dont il pense en dehors des sentiers battus. Je suis également heureux de voir que je ne suis pas la seule personne à avoir rejeté tout ce mythe de «l'homme en tant qu'espèce envahissante vénéneuse» que les gens répètent tant aujourd'hui. L'homme est la nature. Nous ne pouvons pas échapper à la nature. Tout ce discours comme s'il y avait de la «nature», bonne, gentille, parfaite et «homme», mauvais, mauvais, opposé à la nature et essayant de la détruire, est ridicule. TOUT est «nature». nous... Lire la suite »

Peter Baldwin

Chaleur latente: la chaleur commence à faire fondre la glace.
Atténuation globale: la température augmenterait en quelques semaines sans jours sans aérosols.

Par-dessus

Lors d'un dîner d'élite, les écologistes d'élite ont déclaré à l'économiste Martin Armstrong que «le changement climatique n'est pas une question d'environnement - il s'agit en réalité de l'humanité peuplée de DE». (Armstrong a révélé cela à ses lecteurs et clients alors qu'il était consterné). Le CLUB OF ROME de Rockefeller dont Al Gore est membre a été créé pour DE-peupler la planète. En cherchant «un ennemi mondial pour unir toutes les nations du monde», l'homme boogey environnemental a été choisi pour «SAUVER LA PLANÈTE». Le but pour lequel le réchauffement climatique CO2 boogeyman est essentiel de promouvoir indépendamment des faits, est qu'il est nécessaire de JUSTIFIER... Lire la suite »

Guy Lakeman

Conférence utile et merci 🙂
Il est également important de noter que les problèmes humains sont liés à la conception et à la copie des mauvais fils
Les arbres captent le dioxyde de carbone pour se nourrir dans les forêts d'arbres proches
Les humains captent le dioxyde de carbone dans les villes des bâtiments proches pour s'étouffer dans un suicide idiot de masse sur leurs îlots de chaleur urbains qui déclenchent sur eux-mêmes des conditions météorologiques extrêmes
Nous, dans les zones rurales et les zones océaniques de l'hémisphère sud, vivons avec de l'air pur et une croissance saine

GUY W LAKEMAN

s'il vous plaît voir ma conférence de Noël sur le climat, etc. sur Linkedin