La présidence de Biden réinitialiserait le gouvernement technocratique libéral

Pentagone (Wikipedia Commons)
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les technocrates ont prévalu sous une administration Trump mais seraient suralimentés sous un régime Biden. Le Green New Deal, alias Technocracy, l'accord de Paris sur le réchauffement climatique, les programmes de l'ONU, etc., émergeraient tous comme des initiatives technocrates de premier plan. ⁃ Éditeur TN

Technocratie, cultisme climatique et guerres stupides

Êtes-vous prêt pour la grande réinitialisation? C'est le grand bond en avant de la technocratie du 21e siècle. Il est temps, comme le gourou de Davos Klaus Schwab, de redémarrer nos idées passées du 18e siècle sur les droits, la démocratie et les constitutions - et de nous abandonner au bon régime des experts et des sectateurs du climat, sans oublier, bien sûr. , leurs conseillers financiers.

La réalité, cependant, est moins Great Reset que Great Preset. Ce que les élites qui parlent de cette manière veulent vraiment, c'est remonter le temps à environ 2014, avant l'ascension de Donald Trump, avant le Brexit, avant que les populistes ne prennent le pouvoir à travers l'Occident sur une vague de mécontentement contre l'ordre libéral-technocratique.

Regardez qui Joe Biden, le grand espoir des réinstallés, veut conduire la reprise économique. Janet Yellen, qui était le choix du président Barack Obama à la Réserve fédérale, pour le Trésor. Neera Tanden, l'acolyte corporatiste de Clinton, pour le Bureau de la gestion et du budget. Adewale Adeyemo, président de la Fondation Obama, comme adjoint de Yellen.

C'est encore une fois le temps d'Obama dans la défense et la diplomatie. Antony Blinken, le conseiller adjoint à la sécurité nationale d'Obama, est le candidat de Biden au poste de secrétaire d'État. Michèle Flournoy, qui a géré la stratégie de contre-insurrection ratée d'Obama en Afghanistan et a plaidé pour la démolition désastreuse de la Libye, est la candidate probable de Biden au poste de secrétaire à la Défense.

L'échec tombe aussi bien vers le haut que vers l'arrière. La grande réinitialisation est un fantasme que nos systèmes d'exploitation peuvent être réinitialisés au programme Obama 2.0 à partir de 2016, sinon à l'original, notoirement défectueux, Obama 1.0 de 2008.

Mais même Joe Biden doit savoir que lorsque vous réinitialisez un appareil, vous le ramenez à ses paramètres d'origine. Dans ce cas, les paramètres d'origine sont ceux du libéralisme technocratique.

Le libéralisme technocratique était le système américain par défaut depuis le New Deal et le système par défaut de l'Europe occidentale pendant la guerre froide. Il reste le système établi et préféré dans les bureaucraties occidentales. Les démocrates la vénèrent, et c'est la religion de substitution de l'Union européenne. Il réunit modérés, centristes et pigistes de tous les partis dans une méfiance partagée à l'égard des électeurs.

La mouche vulgaire dans cette pommade élitiste est que les électeurs ne l'aiment pas. Les Britanniques l'ont rejeté lors du référendum sur le Brexit de 2016. Les électeurs américains l'ont rejeté cette année-là lorsqu'ils ont élu Donald Trump. Et l'ondulation bleue des élections de 2020, avec son lourd ressac rouge à la Chambre, montre que les électeurs ne lui font toujours pas confiance.

Biden veut nous ramener vers le futur, avant le krach financier et la faible reprise d'Obama. Avant que l'administration Obama ne libère Wall Street sans scot, laissait les plus pauvres se noyer avec leurs hypothèques sous-marines et exploitait de petites entreprises avec ObamaCare. Avant, surtout, l'élection de Trump comme le visage inacceptable de «l'espoir et du changement».

Le personnel raté des années Obama rampe hors de leurs cachettes dans le marais. Les idées ratées des années Obama sont réchauffées par le Blob et médiatisées par les mêmes médias propagandistes qui nous ont vendu la «collusion» avec la Russie. Même John Kerry est de retour, en tant qu'ambassadeur du climat: un vieil homme criant aux nuages.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires