La privatisation pousse les dockers grecs à se retirer

S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print

TN Note: La Grèce a été contrainte de privatiser (vendre) les principaux actifs nationaux afin de bénéficier d’un financement de sauvetage par l’UE. Les travailleurs sont farouchement opposés à l’accord, car ils perdront le contrôle de l’exploitation du port.

Les dockers grecs sont sortis jeudi pour protester contre les privatisations prévues des deux plus grands ports du pays, condition d'un renflouement de plusieurs milliards d'euros par des prêteurs internationaux.

Fixer une date pour soumettre des offres contraignantes pour les ports du Pirée et de Thessalonique est l’une des actions dont Athènes a besoin pour mener à bien sa première révision du plan de sauvetage et dégager plus de fonds pour son plan de sauvetage en milliards d’euros.

Les responsables du ministère des Transports ont déclaré que l'action revendicative ne semblait pas perturber le trafic dans les ports.

Une déclaration du syndicat des dockers a promis d'éviter les privatisations et a accusé le gouvernement de tenter de vendre à des «monopoles étrangers».

«Les ports doivent être développés en utilisant leurs propres capitaux, par le biais de facilités de crédit et en exploitant les fonds de l'Union européenne», a-t-il déclaré. Les chefs de mission des prêteurs sont à Athènes pour évaluer le respect des conditions de sauvetage.

Le groupe chinois Cosco, l'opérateur danois de terminaux à conteneurs APM Terminals et les services internationaux de terminaux à conteneurs basés aux Philippines, qui ont été présélectionnés dans le cadre d'une procédure de déclaration d'intérêt, ont jusqu'au mois d'octobre 30 pour soumettre des offres contraignantes en vue d'une participation de 51 dans OLP.

Lire l'histoire complète ici…

INSCRIVEZ-VOUS
Notifier de
invité
1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires