Deutsche Bank: le Green New Deal nécessite `` un certain degré d'éco-dictature ''

S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
The Great Reset, alias Green New Deal et Technocracy, nécessite la transformation complète de tous les éléments de la société, des cadres juridiques au commerce en passant par le contrôle de la population. La Deutsche Bank mondiale a révélé qu'il faudra «un certain degré d'éco-dictature» pour y parvenir. La dictature scientifique est le résultat clé de la technocratie est un piège civilisationnel de non-retour. ⁃ Éditeur TN

Une analyse publié par Deutsche Bank critique vivement le «débat malhonnête» avec lequel l'UE vend son «accord vert» aux citoyens européens. Les risques massifs du projet pour la prospérité, le système économique et la démocratie elle-même ne doivent pas être dissimulés, mais doivent être abordés ouvertement.

Eric Heymann, économiste senior chez Recherche de la Deutsche Bank, prévient que le Green Deal européen et son objectif de neutralité climatique à l'horizon 2050 menacent une méga-crise européenne, conduisant à «une perte notable de bien-être et d'emplois». Et il prévient: cela ne fonctionnera pas sans «un certain degré d'éco-dictature».

L'analyste qualifie de douteux que le Green Deal soit présenté dans tous les domaines comme «une nouvelle stratégie de croissance» qui permettrait à l'UE de devenir une «société juste et prospère». Bien que cela puisse sembler bon sur le papier, écrit Heymann, afin d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, l'économie européenne et l'ensemble de ses systèmes politiques et juridiques devront être fondamentalement modifiés.

Pour le moment, les conséquences révolutionnaires de l'agenda climatique de l'UE pour la vie quotidienne sont «encore relativement abstraites» et pour la plupart des ménages «toujours acceptables». Bientôt, cependant, la voie vers la neutralité climatique nécessitera des interventions drastiques dans le choix des moyens de transport, la taille des logements, les moyens de chauffage, la possession de biens de consommation électroniques, ainsi que des restrictions dans la consommation de viande et de fruits tropicaux. .

Et il prévient que ces restrictions et violations déclencheront inévitablement une «résistance politique massive».

Certaines parties trouveront des arguments contre des politiques strictes de protection du climat si ces dernières conduisent à une augmentation significative des prix de l'énergie ou à des restrictions de liberté personnelle ou de droits de propriété. Et ne nous leurrons pas: ces partis trouveront le soutien des électeurs. Au niveau de l'UE, il y aura des conflits majeurs sur la distribution, qui peuvent contribuer à (davantage) les divisions au sein du bloc. Sommes-nous prêts à faire face à cette polarisation?

Vous trouverez ci-dessous des extraits de l'analyse d'Eric Heymann (Deutsche Bank Research).

Un certain degré d'éco-dictature sera nécessaire

L'impact de la politique climatique actuelle sur la vie quotidienne des gens est encore assez abstrait et acceptable pour de nombreux ménages. La politique climatique prend la forme de taxes et de redevances sur l'énergie plus élevées, qui rendent le chauffage et la mobilité plus chers. Certains pays ont fixé des normes minimales d'efficacité énergétique pour les bâtiments ou des règles similaires dans d'autres domaines. Cependant, la politique climatique ne détermine pas nos vies. Nous prenons des décisions de consommation clés, par exemple si nous voyageons, combien nous voyageons et quels moyens de transport nous utilisons, si nous vivons dans une grande maison ou un petit appartement et comment nous chauffons nos maisons, combien d'appareils électroniques nous avons et combien nous les utilisons intensément ou combien de viande et de fruits exotiques nous mangeons. Ces décisions ont tendance à être prises sur la base de nos revenus et non sur des considérations climatiques.

Si nous voulons vraiment atteindre la neutralité climatique, nous devons changer notre comportement dans tous ces domaines de la vie. C'est tout simplement parce qu'il n'existe pas encore de technologies rentables adéquates pour nous permettre de maintenir notre niveau de vie d'une manière neutre en carbone. Cela signifie que les prix du carbone devront augmenter considérablement pour inciter les gens à changer leur comportement. Une autre option (ou peut-être complémentaire) consiste à resserrer considérablement la législation réglementaire. Je sais que «écodictature» est un mauvais mot. Mais il se peut que nous devions nous demander si et dans quelle mesure nous serons prêts à accepter une sorte d'éco-dictature (sous la forme d'une loi de régulation) afin de progresser vers la neutralité climatique. Voici un exemple: que devons-nous faire si les propriétaires ne veulent pas transformer leurs maisons en immeubles à émission zéro; s'ils n'ont pas les moyens financiers de le faire; si cela n'est pas possible pour des raisons techniques ou si les investissements associés ne sont pas rentables?

Lire le rapport complet de la Deutsche Bank ici.

Lire l'histoire complète ici…

A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
INSCRIVEZ-VOUS
Notifier de
invité
5 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Provenant de Technocracy News & Trends […]

[…] Provenant de Technocracy News & Trends […]

Corona Coronata

Un certain degré = 100 pour cent

[…] (1) Actualités de la technocratie […]

James Reinhart

Les banques sont de tels bastions de transparence et d'honnêteté. Ont-ils déjà été poursuivis et pour combien?
Je suis sûr qu'ils poussent plusieurs milliers de milliards de dollars à adopter un comportement criminel, mais qui va en prison? Désordre avec de l'argent au Moyen Âge et cela leur a fait plus que mal.