Les Allemands prennent le contrôle des aéroports grecs 14 dans le cadre d'un accord de privatisation

S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
 
TN Note: Personne ne conteste les programmes sociaux excessifs de la Grèce qui ont conduit à sa chute économique, mais la communauté internationale est intervenue pour forcer la Grèce à vendre des actifs clés à des entreprises privées. Ce processus est appelé «privatisation» et dans le cas de la Grèce, il est assez impitoyable, y compris les îles, les services publics clés, les aéroports, etc. En fin de compte, la Grèce apparaîtra comme une province coloniale de géants corporatifs.
La Grèce a signé son premier grand accord de privatisation accordant le contrôle de plus d'une douzaine d'aéroports régionaux à une entreprise allemande. L'accord fait partie des demandes des créanciers internationaux de privatiser les actifs de l'État afin de garantir un fonds de sauvetage de plusieurs milliards d'euros pour Athènes.

Le contrat d'un montant de 1.23 milliards d'euros donne un bail de 40 année à l'exploitant de l'aéroport de Francfort, Fraport. La société allemande pourrait moderniser et exploiter un groupe d’aéroports, notamment sur les îles touristiques populaires de Corfou, Mykonos, Rhodes et Santorin.

Le directeur général de Fraport, Stefan Schulte, a qualifié l'accord de "Gagnant-gagnant" pour "La Grèce et ses habitants."

"Le projet souligne le savoir-faire étendu que Fraport sera en mesure de fournir sur ces passerelles d'aviation 14 qui sont vitales pour l'économie de la Grèce et, en particulier, pour son énorme secteur du tourisme international", Schulte a dit.

 "C'est un développement très significatif et un message fort, dans toutes les directions, que l'économie grecque gagne la confiance des marchés et s'engage sur la voie de la croissance", a déclaré Stergios Pitsiorlas, responsable de l'agence de privatisation de la Grèce.

L'accord de privatisation avec Fraport a été conclu l'année dernière, mais les négociations finales ont été gelées lorsque Syriza est arrivé au pouvoir en janvier. Cela va à l'encontre de la promesse pré-électorale du Premier ministre Alexis Tsipras de ne pas privatiser les infrastructures du pays. L'idée a été fortement combattue par la plateforme de gauche de Syriza qui a accusé la coalition de "Se rendre" biens publics.

Un chiffre d’affaires d’environ 3 milliards d’euros a été généré en Grèce par le biais de privatisations au cours des six dernières années. En ce qui concerne le programme de sauvetage actuel, le gouvernement grec doit lever un milliard d'euros supplémentaire sur la vente ou la passation de contrats de gestion d'actifs appartenant à l'État au cours des trois prochaines années. La mesure vise à réduire la dette publique et à accroître les investissements.

Lire l'histoire complète ici…

S'INSCRIRE
Notifier de
invité
2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Pete

La colonisation de la Grèce par le système bancaire élite bat son plein. Même les plages sont sous le marteau.

http://www.keeptalkinggreece.com/2014/05/21/greece-sells-110-of-its-best-beaches-in-the-name-of-development/

Le pays est fini, la population s'est effondrée, mais l'armée continue d'investir.