Les investissements en obligations vertes sont à peu près aussi utiles que les timbres verts E & H

Timbres verts S&H
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les investissements obligataires respectueux de l'environnement sont plus coûteux à maintenir et n'ont aucun avantage de prix par rapport aux obligations traditionnelles, mais ils prétendent être «le foyer naturel des investissements environnementaux, sociaux et de gouvernance». Principalement, ils apaisent la conscience des émetteurs corporatifs pour prouver qu'ils sont «verts». ⁃ Éditeur TN

Parmi les émetteurs et les investisseurs, la demande d’obligations respectueuses du climat continue de croître.

Dix ans après l'émission de la première obligation «verte» par la Banque mondiale, le marché de ces produits d'investissement respectueux de l'environnement montre enfin des signes de maturité. Et il y a de bonnes raisons de croire que cela ne fait que commencer.

Aujourd'hui, les entreprises, les municipalités et les banques subissent des pressions pour prouver qu'elles sont des citoyens du monde responsables. L'émission d'obligations qui financent des projets durables et respectueux du climat leur permet de récolter ces avantages tout en préservant l'avenir de leurs opérations et de leurs infrastructures.

Récemment, le marché a affiché une croissance exponentielle. La valeur totale des obligations vertes émises en 2017 a atteint 161 milliards de dollars, en hausse de 74% par rapport à 2016, selon Moody's et la Climate Bond Initiative.1Cette année, selon la même source, ce nombre devrait atteindre le milliard de dollars 250.

Le marché a peut-être mis plus de temps à se développer que prévu. Mais il existe maintenant une combinaison saine de facteurs en place - certains qui tirent, d'autres qui poussent - qui devraient assurer une croissance robuste du marché alors qu'il entre dans sa deuxième décennie.

Du côté de l’attraction se trouve une demande accrue, à la fois des émetteurs et des investisseurs. Les émetteurs cherchent généralement à diversifier leur base d'investisseurs et les obligations vertes constituent un excellent moyen d'attirer des clients soucieux de l'environnement, de la société et de la gouvernance. Depuis juillet 2017, le nombre de fonds d’obligations vertes dédiées est passé de 38 à 24, ce qui représente une augmentation de 58%. Finance environnementale, un service d'information et d'analyse en ligne. Sur la même période, le total des actifs sous gestion dans les fonds dédiés d'obligations vertes est passé à 5.34 milliards de dollars, selon Environmental Finance. Green Bond Database.2 De toute évidence, les investisseurs veulent acheter ce type de produits, et cela se reflète dans le paysage des actifs.

Du côté de la poussée, il y a des régulateurs et des décideurs politiques qui soutiennent ce marché. L'absence de réglementation et de définitions est souvent citée comme un obstacle à la croissance des obligations vertes, mais de plus en plus de pays prennent des mesures pour y remédier. La Commission européenne a pris une position de leader avec la publication de son Rapport 2018 de mars, «Un plan d'action pour le financement d'une croissance durable»,3 une feuille de route des réformes pour les produits financiers verts comprenant des taxonomies, des normes et des meilleures pratiques.

Individuellement, des pays comme la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la Suède ont tous récemment publié des lignes directrices visant à conduire une transition verte. En août 2016, la Chine a publié son propre ensemble de lignes directrices et de politiques, consacrant davantage l'investissement vert dans le cadre de la stratégie de développement national du pays. Ces directives et politiques sont essentielles pour renforcer la confiance des investisseurs et aider les émetteurs à suivre leurs progrès par rapport aux objectifs de la politique environnementale.

Qu'est-ce que tout cela signifie pour les émetteurs et les investisseurs attentifs au marché des obligations vertes? Il y a trois grandes tendances à noter.

Premièrement, les types d'émetteurs entrant sur le marché continueront de s'élargir. Les entreprises, les agences de transport, les services publics et les aéroports ont tous adopté cette forme de dette pour financer leurs transitions vers les énergies renouvelables. On assiste également à l'émergence d'un marché des obligations vertes souveraines: au cours des 18 derniers mois, la Pologne, la France, la Belgique, l'Indonésie, les Fidji et le Nigéria ont tous émis des obligations vertes souveraines.

Deuxièmement, beaucoup de ces émetteurs retournent sur le marché pour des deuxième et troisième transactions. Plutôt que de les admirer en tant que pièces de musée, les émetteurs traitent les obligations vertes comme une partie intégrante de leur boîte à outils de financement. Cela finira par créer une courbe des obligations vertes que chaque émetteur peut utiliser pour fixer les prix futurs, un signe certain de maturité pour le marché et un signe que les émetteurs la considèrent comme une option régulière lorsqu'ils envisagent de se financer.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires