Les mini-«supermarchés robotisés» assemblent les commandes des clients à la demande

S'il vous plaît partager cette histoire!
L'industrie de l'épicerie d'un billion de dollars se transforme sous vos yeux alors qu'Amazon déclenche une guerre des robots avec d'autres entreprises d'épiceries. Les magasins seront en grande partie exempts de caissiers, de préparateurs et de stockeurs, mettant des millions de personnes au chômage. Les technocrates inventent parce qu'ils ne peuvent pas parce qu'il y a une bonne raison de le faire. ⁃ Éditeur TN

Le groupe d'épicerie Ahold Delhaize ouvrira de petits entrepôts automatisés pour accélérer la préparation de commandes et réduire les délais de livraison, a appris Reuters en réorganisant son activité de commerce électronique face à la concurrence croissante dans un secteur en forte croissance.

Lors d'un événement destiné aux investisseurs le 13 novembre, le huitième plus grand détaillant alimentaire au monde devrait présenter un partenariat qui lui permettra d'automatiser la collecte des commandes dans des mini «supermarchés robots» rattachés aux magasins de ses chaînes américaines comme Stop & Shop.

Désormais, la société néerlandaise Ahold Delhaize s'associe à Takeoff, une start-up qui construit de petits entrepôts qui empilent les produits d'épicerie jusqu'au plafond pour gagner de la place et utilisent des bras robotisés pour assembler les commandes des acheteurs pour des articles tels que la bière, le lait, le pain et les fruits.

Les entrepôts servent de supermarchés condensés pouvant approvisionner plusieurs magasins en commandes à la demande. Leur construction coûte environ $ 3, chiffre qui, selon M. Takeoff, est inférieur au coût d'une rénovation de magasin typique.

«Ahold se prépare à une impulsion majeure», a déclaré Curt Avallone, directeur du développement de Takeoff qui a dirigé l'innovation numérique chez Stop & Shop jusqu'en 2003, a déclaré à Reuters.

«Si cela se passe bien, à la fois de leur côté et de notre côté, l’espoir est que nous pourrons rapidement en construire un bon nombre.»

Le directeur général de Ahold, Frans Muller, a confirmé mercredi l’accord et déclaré que celui-ci devrait permettre de se développer en ligne plus rapidement et à un coût inférieur à celui des entrepôts autonomes.

«Avec la solution robotisée, nous pouvons optimiser ces coûts de prélèvement et être plus proches avec la micro-exécution de nos zones de chalandise. Nous réduisons également le coût du dernier kilomètre », a-t-il déclaré.

Les actions d'Ahold ont bondi de 5% mercredi en publiant des résultats du troisième trimestre qui ont dépassé les prévisions des analystes, stimulés par de fortes ventes en ligne et une croissance sur ses marchés clés.

GUERRE D'ÉPICERIE EN LIGNE

La décision d'Ahold est la dernière salve d'une guerre pour le marché de l'épicerie en ligne qui s'est intensifiée depuis la prise de contrôle par Amazon de Whole Foods l'année dernière. Whole Foods a depuis lancé la livraison d'épicerie le jour même avec Prime Now d'Amazon dans plus de 60 villes.

D'autres détaillants s'empressent également de réagir: Walmart testera la cueillette automatisée de produits d'épicerie Alphabot d'Alert Innovation dans un magasin du New Hampshire, et Kroger s'est associé à l'expert britannique de l'épicerie en ligne Ocado.

M. Kroger a annoncé qu'il dévoilerait l'emplacement des trois premiers sites américains dans un entrepôt de haute technologie 20 prévu pour les entrepôts Ocado dans les prochaines semaines. Leur construction prendra environ deux ans et coûtera environ un million de dollars à Ocado.

Ahold Delhaize, l'opérateur de chaînes américaines telles que Giant Food, Food Lion et Hannaford, a racheté l'épicier en ligne basé à Chicago, Peapod, à 2000, qui reste le leader du marché.

Cependant, la croissance a ralenti chez Peapod depuis qu'Amazon a acheté Whole Foods et que les supermarchés - y compris les propres chaînes d'Ahold comme Stop & Shop - font équipe avec des start-ups comme Instacart pour offrir un ramassage en bordure de rue ou une livraison en une à deux heures.

Ahold a déclaré que la croissance des ventes en ligne aux États-Unis s'était accélérée au troisième trimestre, mais M. Muller a déclaré qu'il n'en était toujours pas satisfait.

MAIN À LA BOUCHE

Jusqu'à présent, la stratégie d'Ahold était en grande partie manuelle. Dans ses entrepôts, appelés «magasins sombres», les cueilleurs saisissent les articles sur les étagères et les mettent dans des caisses pour emballage et livraison.

Ahold Delhaize a des décennies d'expérience dans la livraison de produits d'épicerie à domicile, à partir des Pays-Bas en 1986, lorsque sa chaîne Albert Heijn a pris les commandes par téléphone ou par fax.

Dans un entrepôt Albert Heijn situé à l'extérieur de la ville néerlandaise d'Eindhoven, les ramasseurs récupèrent chacun une moyenne d'un produit toutes les 10 secondes, en parcourant environ 4.5 km par jour. Les algorithmes déterminent le chemin le plus court dans les allées et tentent de minimiser la congestion du chariot.

Pawel Kamienczuk, un préparateur de commandes polonais âgé de 28, transpire alors qu'il coure dans une allée, essayant de rencontrer une cible d'articles 380 une heure plus tard.

«Au début, il fallait du temps pour s'y habituer, mais maintenant je ne me sens plus fatigué», dit-il.

Kamienczuk porte au poignet un smartphone, qui lui indique où aller et quels objets saisir par la suite.

Il scanne chaque produit avec un appareil monté sur son index et le place dans l'une des caisses bleues 18 empilées sur un grand chariot.

Les entrepôts d'Albert Heijn peuvent prélever et emballer de 135 à 140 unités par heure de travail, ce qui est inférieur au tarif de Kamienczuk car il prend en compte le travail effectué par d'autres pour décharger les fournitures, empiler les étagères, assembler les commandes et emballer les fourgons de livraison.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires