Metaverse : AR Pioneer avertit que « cela pourrait faire disparaître la réalité »

Louis Rosenberg, Wikimedia Commons
S'il vous plaît partager cette histoire!
La fin logique du Métavers est de plonger les gens dans une réalité artificielle qui sera si addictive qu'ils ne pourront ou ne voudront pas y échapper. Il faut tenir compte de l'avertissement de Louis Rosenberg : il a créé le premier système de réalité augmentée entièrement fonctionnel pour l'armée de l'air. Éditeur TN
  • L'un des plus grands informaticiens au monde pensait que le métavers pourrait un jour "faire disparaître la réalité"
  • Louis Rosenberg est connu pour avoir développé le premier système de réalité augmentée fonctionnel au Air Force Research Laboratory
  • Rosenberg est profondément préoccupé par les « fournisseurs de plateformes » qui auront l'infrastructure du métaverse
  • Le PDG de Meta, Mark Zuckerberg, a déjà suggéré que le métaverse serait l'avenir de son entreprise 
  • L'écrivain de science-fiction Neal Stephenson est crédité d'avoir créé l'expression " métaverse " en tant que successeur d'Internet

L'un des plus grands informaticiens au monde croit au métavers, l'idée qui a causé Mark Zuckerberg rebaptiser toute son entreprise, pourrait un jour « faire disparaître la réalité ».

Dans un récent éditorial, Louis Rosenberg, un informaticien connu pour avoir développé le premier système de réalité augmentée fonctionnel à l'Air Force Research Laboratory et fondateur de la société de réalité virtuelle Immersion Corporation, estime qu'en intégrant la réalité virtuelle et la réalité augmentée et en faisant interagir les gens dans le domaine numérique pendant une partie importante de leur journée, cela pourrait « modifier notre sens de la réalité » et déformer « la façon dont nous interprétons nos expériences quotidiennes directes ».

"Notre environnement se remplira de personnes, de lieux, d'objets et d'activités qui n'existent pas réellement, et pourtant ils nous sembleront profondément authentiques", a écrit Rosenberg dans l'article publié par Big Think.

Bien qu'il n'ait pas spécifiquement mentionné l'ancien Zuckerberg ou Meta par leur nom, Rosenberg a clairement indiqué qu'il était profondément préoccupé par les « fournisseurs de plate-forme » qui disposeront de l'infrastructure.

« ... Je suis préoccupé par les utilisations légitimes de la RA par les puissants fournisseurs de plates-formes qui contrôleront l'infrastructure », a ajouté Rosenberg.

Zuckerberg a déjà suggéré que le métaverse est l'avenir de son entreprise et a évoqué l'idée depuis juillet.

"Et mon espoir, si nous le faisons bien, je pense qu'au cours des cinq prochaines années environ, dans ce prochain chapitre de notre entreprise, je pense que nous passerons effectivement des gens qui nous voient principalement comme une entreprise de médias sociaux à un métaverse entreprise », a déclaré Zuckerberg dans une interview en juillet avec The Verge.

Rosenberg, 62 ans, s'inquiète également que la technologie de réalité augmentée, comme les lunettes (comme celles produit par Meta et aurait travaillé par Apple) ou les contacts finiront par forcer les gens à « devenir complètement dépendants des couches virtuelles d'informations projetées tout autour de nous ».

"Cela ne semblera pas plus facultatif que l'accès à Internet ne semble facultatif aujourd'hui", a expliqué Rosenberg, qui a fait fortune dans la technologie.

« Vous ne débrancherez pas votre système de RA car cela vous rendra inaccessibles des aspects importants de votre environnement, ce qui vous désavantagera socialement, économiquement et intellectuellement.

"Le fait est que les technologies que nous adoptons au nom de la commodité restent rarement facultatives, pas lorsqu'elles sont intégrées dans nos vies aussi largement que le sera la RA."

En plus du fait qu'il note que la société vit dans des "temps dangereux", la réalité augmentée "a le potentiel d'amplifier les dangers à des niveaux que nous n'avons jamais vus".

Rosenberg a cité un exemple qui l'inquiète particulièrement au sujet d'un futur dans lequel le métavers surmonte la réalité :

« Imaginez-vous marcher dans la rue de votre ville natale, en regardant avec désinvolture les gens que vous croisez sur le trottoir.

«C'est un peu comme aujourd'hui, sauf que de grosses bulles d'informations rougeoyantes flottent au-dessus de la tête de chaque personne que vous voyez.

«Peut-être que l'intention est innocente, permettant aux gens de partager leurs passe-temps et leurs intérêts avec tout le monde autour d'eux.

« Imaginez maintenant que des tiers puissent injecter leur propre contenu, éventuellement en tant que couche de filtre payante que seules certaines personnes peuvent voir. Et ils utilisent cette couche pour marquer les individus avec des mots clignotants en gras comme « alcoolique » ou « immigrant » ou « athée » ou « raciste » ou même des mots moins chargés comme « démocrate » ou « républicain ».

« Ceux qui sont tagués ne savent peut-être même pas que les autres peuvent les voir de cette façon.

Les superpositions virtuelles pourraient facilement être conçues pour amplifier la division politique, ostraciser certains groupes, voire susciter la haine et la méfiance.

« Est-ce que cela va vraiment rendre le monde meilleur ? Ou faudra-t-il prendre la culture polarisée et conflictuelle qui a émergé en ligne et la répandre dans le monde réel ? »

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteure

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
9 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Steve Préwitt

Si vous croyez aux principaux événements « d'actualité » sur les médias MSM et/ou ALT, vous vivez déjà dans une forme de métaverse. À mon humble avis, de nombreux événements MAJEURS, sinon la plupart, sont créés ou augmentés par des agences de renseignement créant une «réalité» pour les masses. Le 9 septembre a été l'un de ces événements qui a justifié les actions militaires et politiques souhaitées par les programmeurs, soutenus bien sûr par les personnes qui ont acheté l'intégralité du récit officiel. Aujourd'hui, bon nombre des événements « dignes d'intérêt » rapportés sont simplement fabriqués ou déformés pour détourner l'attention de ce qui se passe dans le monde « réel » ou pour... Lire la suite »

Elle

Cela peut-il VOUS faire disparaître Rosenburg et votre androïde Zuckerberg ? J'aimerais ça.

Est-ce que le brun

Oh oui! Je lis Stephenson depuis de nombreuses années, depuis "Cryptonomicon", et plus récemment "The Diamond Age". Avant cela, les romans futuristes de Gibson. Ils ont une faible valeur de revente chez Bookman's ou en ligne, car cet avenir prédictif et prédictif est déjà là et passe rapidement devant nous, pauvres humains.

Pierre Appleby

La série de livres « Otherland » de Tad Williams, est exactement sur ce sujet

Brett A Gleason

Des adultes jouant à des jeux de simulation essayant de transformer le monde réel en une simulation à contrôler ou quel que soit leur raisonnement pervers. Je pense que cela ne se concrétisera jamais et c'est une pensée enfantine dans un monde réel qui gaspille un temps et des ressources précieux. Tous ceux qui croient à ces conneries sont des crétins simples d'esprit.

[…] Lire la suite : Metaverse : AR Pioneer avertit que « cela pourrait faire disparaître la réalité » […]

Anne

Cela ne me surprendrait pas si cette technologie est obligatoire pour tout le monde si elle se concrétise. Cela me semble être une autre méthode de tromperie, de contrôle et d'asservissement. Je suis sûr que la classe dirigeante sera exempte de tous les effets néfastes que la personne moyenne ressentirait à cause de l'engin métavers. Ils ont tout conçu pour s'assurer qu'ils restent au sommet de la pyramide alors que la majorité de la société vit en dessous d'eux. À ce stade, les bureaucrates et les technocrates ne peuvent pas faire confiance à quoi que ce soit qui existe déjà. Très certainement rien à venir qu'ils promeuvent. Et je doute qu'ils... Lire la suite »

Anne

J'ai oublié de mentionner cela une fois que vous vous êtes enregistré dans les motels de la classe dirigeante. Vous ne pourrez pas vérifier.