New York Post: Le monde descend en tyrannie

S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
L'auteur de cette histoire reconnaît la chute évidente dans la tyrannie, mais pas que la tyrannie elle-même est une technocratie, autrement dit un développement durable. Jinping, Poutine, Erdogan et d'autres dictateurs sont résolument en faveur du développement durable. La Chine est le plus clairement une technocratie. Lorsque Franklin Delano Roosevelt a été élu président de 1933, un an après la fondation de Technocracy à l'Université de Columbia, les premiers technocrates l'ont appelé à se déclarer dictateur afin de mettre en œuvre la technocratie. C'est le meilleur moyen de relancer la technocratie, car un dictateur n'a aucune résistance ennuyeuse à se mettre sur son chemin, comme en Chine, en Russie ou en Turquie. ⁃ Éditeur TN

Ce n'était pas censé se passer de cette façon. Après l'effondrement de l'Union soviétique dans 1991, la démocratie était censée être irrésistible. Alors que certains d'entre nous étaient plus sceptiques que d'autres, même les cyniques ont admis que la liberté semblait avoir la haute main.

À peine plus d’un quart de siècle plus tard, démocratie et libertés politiques sont remises en cause, société après société renonçant à la renaissance de la tyrannie, marchant derrière l’extrémisme religieux, le nationalisme xénophobe - ou les deux.

Le dimanche, Vladimir Poutine était réélu à la présidence de la Russie avec presque 77 pour cent des voix. Avec son image de propagande implacable à la maison, Poutine aurait gagné des élections libres, mais cela n'aurait pas suffi: il ressent le besoin d'un mandat irrévocable, de reconnaissance en tant que sauveur de son pays. Alors les candidats sérieux de l'opposition ont été exclus (et un assassiné), tandis que le bourrage d'urnes était sans vergogne. Les tsars sont juste comme ça.

Quelques jours plus tôt, le président chinois Xi Jinping a conçu son mandat à vie (Il ne s'est pas ennuyé avec la charade d'un vote national). Xi est le dirigeant le plus puissant que la Chine ait depuis Mao à son apogée, et Mao a coûté à la Chine des dizaines de millions de vies.

En Turquie, membre de l'OTAN, le président Recep Tayyip Erdogan, un soi-disant sultan, a démantelé la constitution; emprisonné des dizaines de milliers de membres de l'opposition; mis en scène des essais de spectacles massifs; détruit la liberté de la presse; a attaqué des minorités; fanatiques religieux habilités; et, maintenant, envahit la Syrie non pas pour vaincre les vestiges de l'Etat islamique, mais pour écraser nos alliés kurdes.

En Égypte, où la démocratie s'est imposée en un rien de temps, le président Abdel Fattah al-Sissi règne de manière impitoyable, tandis que le syrien Bachar al-Assad a survécu à toutes les prédictions de sa chute. En Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, non élu, reste le dirigeant incontesté.

Même Kim Jong Un, un despote en tôle, a acquis une reconnaissance internationale à un niveau jamais atteint par ses prédécesseurs.

Parmi les membres de l’OTAN et de l’Union européenne, la Hongrie et la République tchèque, des hommes forts dominent la scène politique. La Roumanie et la Slovaquie luttent pour maintenir des formes démocratiques et même la Pologne a vu sa constitution minée. La corruption, servante de la tyrannie, est partout.

En Italie et en France, les partis néo-fascistes favorables à Poutine sont des forces politiques avec lesquelles il faut compter, tandis que Moscou soutient également les partis d'extrême droite en Allemagne et en Autriche.

Une grande partie de cette subversion est liée à Moscou et au nouveau modèle de tyrannie de Poutine. Un vieil homme du KGB, Poutine a eu le génie de reconnaître que les États policiers du siècle dernier étaient allés trop loin et avaient gaspillé des ressources en disséquant des vies privées. Les êtres humains ont besoin de se plaindre, et le pacte conclu entre Poutine et son peuple est qu'il peut choper tout ce qu'il veut dans la cuisine ou la chambre à coucher, mais ne peut pas se plaindre dans la rue.

Les Russes trouvent cela acceptable.

Xi a conclu un accord similaire, fondé sur des progrès matériels et une libéralisation mineure. Les tyrans d'aujourd'hui (autres que Kim) ne sont pas intéressés par le contrôle de chaque pensée: ils se contentent de contrôler le comportement.

Une autre raison de la résurgence de la tyrannie est liée à la nature humaine, ce que nous idéalisons en Occident. Tout le monde ne voit pas la liberté comme une priorité absolue, préférant la sécurité (une leçon que nous aurions dû apprendre en Irak). Les populations non scolarisées dans nos traditions associent liberté et anarchie - et agissent en conséquence: les Russes sont brûlés au troisième degré par les 1990.

Les tyrans peuvent vous opprimer. Ils peuvent vous mener dans des guerres désastreuses. Mais ils ne demandent pas que vous preniez la responsabilité personnelle, ce grand fardeau de la démocratie. Et chaque tyran digne de ce nom fournit des boucs émissaires pour les échecs de son peuple: ce n'est jamais votre faute, ce sont eux. C'est un message que les démagogues promeuvent même ici.

Le président chinois Xi Jinping a été réélu à l'unanimité…

Les tyrans offrent une certitude. Tout ce que vous avez à faire est de les laisser diriger les choses. C’est un marché que trop d’humains s’engagent avec joie. Entre-temps, la liberté est synonyme d’insécurité et la démocratie signale le chaos aux sociétés non préparées. Comme nous le constatons depuis près de trois décennies, l'imposition soudaine de formes démocratiques aux sociétés traditionnelles revient à donner une grenade à un enfant.

Qu'est-ce que cela signifie pour nous, mis à part les dangers évidents dans le monde?

Lire l'histoire complète ici…

Joignez-vous à notre liste d'envoi!


M'abonner
Notifier de
invité
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires