L'objection des techno-sceptiques s'accentue

S'il vous plaît partager cette histoire!
TN Note: Les gens commencent à s’agiter dans le monde entier, de tous les horizons politiques. Ce n’est pas la technologie en tant que telle qui est en cause, mais bien son utilisation abusive et l’abus des utilisateurs de la technologie.

L'iPhone d'Astra Taylor a un écran fissuré. Elle l'a bandée avec du ruban adhésif transparent et prévoit d'utiliser le téléphone jusqu'à ce qu'il se désintègre. Elle s'oppose à l'obsolescence programmée des gadgets actuels et à la façon dont les grandes entreprises de technologie incitent les clients à se moderniser.

Taylor, 36, est un documentariste, musicien et activiste politique. Elle est également une star émergente dans le monde de la critique technologique. Elle n’est pas paranoïaque, mais elle maintient du ruban adhésif sur la lentille de la caméra de son ordinateur portable, car, comme chacun le sait, ces gadgets peuvent être confisqués par des agents néfastes de toutes sortes.

Taylor est un dissident numérique du 21stst-century. Elle est l’une des nombreuses technophiles mécontentes de l’évolution de la révolution technologique. Les progressistes politiques ont jadis embrassé la promesse utopique d’Internet en tant que force de démocratisation, mais ils ont été consternés par la montée de «l’état de surveillance» et par la quasi-monopolisation des plates-formes numériques par d’énormes entreprises.

Le mois dernier, Taylor et plus de militants, universitaires et experts en technologie 1,000 se sont réunis à la New School de New York pour une conférence sur le thème «Réinventer Internet». Ils rêvent d'un modèle coopératif: des personnes qui traitent directement les unes avec les autres sans avoir à passer par un hub d'entreprise qui aspire des données.

«Les puissants ne veulent définitivement pas que nous redémarriez les choses, et ils feront tout ce qui est en notre pouvoir pour nous arrêter, et ils utiliseront la force brutale ou la bureaucratie», a prévenu Taylor aux participants à la clôture de la session de deux jours.

Nous avons besoin d'un mouvement, dit-elle, "qui dit non Ă  l'ordre existant".
Les dissidents n'ont pas de tâche facile. Nous sommes dans un nouvel âge de la machine. L'intelligence artificielle et les réseaux sociaux numériques sont désormais intégrés à l'infrastructure de base du monde développé.

Une grande partie de ceci est objectivement bon et agréable et habilitant. Nous avons tendance à aimer nos appareils, nos médias sociaux, nos jeux informatiques. Nous aimons notre connectivité. Nous aimons savoir presque tout et n'importe quoi ou faire des achats impulsifs en tapant quelques mots dans un moteur de recherche.

Mais il y a ce récit de l'ombre en cours d'écriture en même temps. C’est une résistance passionnée, bien que toujours remarquablement désorganisée, à l’établissement numérique.

Les techno-sceptiques, ou peu importe comment vous les appelez - "humanistes" peut être le meilleur terme - le sentiment que les besoins humains se perdent dans la frénésie technologique, que les priorités ont été bouleversées. Ils ont le sentiment que trop d'efforts sont déployés pour s'assurer que les nouvelles innovations seront bénéfiques pour les machines.

«Je fais partie de l'équipe humaine!», Dira l'auteur Douglas Rushkoff à la fin d'une conférence.

Vous pourriez remplir un programme universitaire avec des livres évoquant une sorte de résistance technologique. Commencez la classe avec «Vous n'êtes pas un gadget» (Jaron Lanier), passez à «Internet n'est pas la réponse» (Andrew Keen), puis, pour effrayer les élèves, «Notre dernière invention: l'intelligence artificielle et le La fin de l'ère humaine »(James Barrat).
La plate-forme populaire: reconquérir le pouvoir et la culture à l'ère numérique, devrait faire partie de la panoplie d'une réévaluation lucide d'Internet et des nouveaux médias.

Parmi la myriade de critiques de la culture informatique, l’une des plus courantes est que les entreprises s’enrichissent grâce à nos données personnelles. Nos pensées, nos amitiés et nos besoins fondamentaux sont traités par des algorithmes informatiques et vendus aux annonceurs. Les machines pourraient bientôt en savoir plus sur nous que sur nous-mêmes.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
steve

Louez le Seigneur pour avoir élevé des gens courageux qui dénoncent cette tyrannie envahissante et croissante.
Malheureusement, les Écritures nous disent que la plupart les adopteront pleinement et recevront la marque en donnant des excuses que «qui peut résister à la bête?»