Quayside: la nouvelle ville intelligente de Google est un cauchemar en matière de confidentialité

Image: laboratoires sur le trottoir
S'il vous plaît partager cette histoire!
Alors que Google applique ses compétences en gestion de données dans une ville réelle, Quayside, il se transforme en cauchemar en matière de vie privée. Ce qu’il doit faire, il ne le fera pas car sa principale directive est de collecter des données identifiables. Les données anonymisées sont totalement inutiles pour les technocrates de Google. ⁃ Éditeur TN

Sidewalk Labs, une division Alphabet spécialisée dans les villes intelligentes, est aux prises avec une bataille pour la confidentialité des informations. L'équipe a a perdu son expert principal et son consultant, Ann Cavoukian, sur un projet de confiance des données qui approuverait et gérerait la collecte d’informations à l’intérieur de Quayside, un quartier intelligent conceptuel à Toronto. Cavoukian, l'ancien commissaire à l'information et à la protection de la vie privée de l'Ontario, n'est pas d'accord avec le plan actuel parce qu'il donnerait à la fiducie le pouvoir d'approuver la collecte de données qui ne sont pas anonymisées ou «désidentifiées» à la source. «J'ai eu beaucoup de mal avec ça», a-t-elle déclaré à Engadget. «Je ne pouvais tout simplement pas ... je ne pouvais pas vivre avec ça.

La sortie de Cavoukian rejoint le scepticisme croissant sur Sidewalk Labs et les données urbaines qui seront récoltées via Quayside, la première section d'un quartier intelligent prévu appelé Sidewalk Toronto. Sidewalk Labs a toujours soutenu que le quartier suivra 'la vie privée par la conception', un cadre de Cavoukian publié pour la première fois au milieu des années 1990. L'approche garantit que la confidentialité est prise en compte à chaque étape du processus de conception, en équilibrant les droits des citoyens avec l'accès requis pour créer des espaces de vie plus intelligents, plus efficaces et plus respectueux de l'environnement.

Sidewalk Labs discute de la façon d’adopter le cadre depuis sa sélection comme partenaire de planification à quai année dernière. L'équipe a tenu d'innombrables réunions avec le public et les experts en technologie, dont Cavoukian, pour expliquer sa réflexion et s'assurer que les préoccupations de chacun sont prises en compte dans le plan directeur d'innovation et de développement prévu au début de l'année prochaine. (Le plan est en fait une présentation ou une proposition finale qui devra être approuvée par la ville de Toronto avant que les travaux de construction puissent aller de l'avant.)

La vie privée, bien sûr, a été une source constante de discussion. Certains Torontois sont inquiets à cause de la réputation de Google en tant qu'entreprise de publicité et des vagues informations que Sidewalk a données sur la collecte de données jusqu'à présent. Sidewalk Labs, cependant, ne peut pas être précis car il n'a rien finalisé - il recherche toujours et considère ses options.

Pourtant, des progrès sont en cours. Laboratoires Trottoir publié quelques propositions initiales pour la gouvernance des données à Quayside la semaine dernière. L'essentiel: il veut que quelqu'un d'autre gère le problème. L'entreprise a suggéré une fiducie indépendante qui superviserait toute la collecte de données dans le quartier. Si une entreprise, y compris Sidewalk Labs, souhaitait mettre en place du matériel ou des services de suivi des citoyens, elle devrait d'abord déposer une demande, appelée évaluation responsable de l'impact des données (RDIA), avec la confiance. Certaines demandes pourraient être «auto-certifiées» ou approuvées rapidement, tandis que d'autres nécessiteraient un examen attentif de la part du groupe.

Ce qui sonne bien, non?

Sidewalk Labs affirme que toutes ses applications suivraient le cadre de conception de la confidentialité de Cavoukian. Mais voici le hic - la confiance aurait également le pouvoir d'approuver les applications qui n'anonymisent pas les données à la source. Dans son document de proposition, l'équipe appartenant à Alphabet donne un exemple théorique impliquant des caméras vidéo dans les parcs publics. L'application, selon Sidewalk Labs, n'a pas pu être auto-certifiée car elle implique des informations personnelles. Il pourrait toutefois être approuvé à la condition que les séquences vidéo ne soient utilisées que pour l'amélioration du parc et que les fichiers soient détruits sur une base continue de sept jours. L'entreprise en question devrait également ériger des panneaux à proximité des caméras et ajouter leurs emplacements à un registre public.

Cette marge de manœuvre concerne Cavoukian. Elle pense que toutes les données de Quayside devraient être anonymisées à la source pour préserver la confidentialité des citoyens. «À la minute où vous dites:« Eh bien, ce sera leur choix », vous pouvez parier que de plus en plus de données seront collectées sous une forme personnellement identifiable», a-t-elle déclaré. «Parce que c'est le trésor. C'est ce que tout le monde veut.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires