L'arrestation d'une «princesse» chinoise expose le complot chinois de la domination du monde

S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
La plupart des journalistes ne reconnaissent pas la Chine comme une technocratie, mais les lecteurs de TN identifieront facilement le problème présenté dans cet article. Meng Wanzhou est un lien avec le passé de la Chine communiste, mais elle est à la pointe du régime technocrate. ⁃ Éditeur TN

L'arrestation de Meng Wanzhou, membre de la direction de Huawei, à Vancouver le 13 décembre dernier a entraîné un retour de flamme immédiat.

Des communistes chinois furieux ont commencé à arrêter des Canadiens innocents en représailles. Jusqu'à présent, trois de ces «otages de vengeance» ont été pris et sont détenus dans des prisons secrètes sur des accusations vagues. Beijing laisse entendre que le nombre d'otages pourrait augmenter si Meng n'est pas libéré rapidement.

Même pour un régime voyou tel que celui de la Chine, ce type d'action est presque sans précédent.

Alors, qui est Meng Wanzhou?

Actuellement en résidence surveillée et en attente d'extradition vers les États-Unis, elle fera face à des accusations selon lesquelles sa société aurait violé les sanctions américaines en faisant des affaires avec l'Iran et aurait commis une fraude bancaire en déguisant les paiements qu'elle aurait reçus en retour.

Mais dire qu'elle est la directrice financière de Huawei ne commence pas à expliquer son importance - ou la réaction de la Chine.

Il s'avère que la «princesse» Meng, comme on l'appelle, est une royauté communiste. Son grand-père était un proche camarade du président Mao pendant la guerre civile chinoise, qui est ensuite devenu vice-gouverneur de la plus grande province de Chine.

Elle est également la fille du fondateur et président de Huawei, Ren Zhengfei. Papa la prépare à lui succéder quand il prendra sa retraite.

En d'autres termes, Meng est l'héritière apparente de la société de haute technologie la plus importante et la plus avancée de Chine, et joue un rôle clé dans la grande stratégie de domination mondiale de la Chine.

Huawei est un leader de la technologie 5G et, plus tôt cette année, a dépassé Apple pour devenir le deuxième fabricant mondial de smartphones derrière Samsung.

Mais Huawei est bien plus qu'un innocent fabricant de smartphones.

C'est une agence d'espionnage du Parti communiste chinois.

Comment savons nous?

Parce que le parti l'a répété à plusieurs reprises.

D'abord dans 2015, puis en juin 2017, le parti a déclaré que toutes les entreprises chinoises devaient collaborer à la collecte de renseignements.

L'article 7 de la loi sur le renseignement national chinois stipule que "Toutes les organisations et tous les citoyens" doivent soutenir, collaborer et collaborer au travail de renseignement national, et protéger les secrets de travail du renseignement national dont ils sont au courant. "

Toutes les entreprises chinoises, qu’elles soient privées ou détenues par l’État, font désormais partie intégrante de la vaste campagne d’espionnage du parti à l’étranger.

Huawei est un élément clé de cet effort agressif visant à espionner le reste du monde. Selon le directeur du FBI, Christopher Wray, les téléphones intelligents de la société peuvent être utilisés pour "modifier ou voler des informations de manière malveillante", ainsi que pour "mener un espionnage non détecté". Au début de cette année, le Pentagone avait interdit les appareils de toutes les bases militaires américaines dans le monde.

Mais Huawei, qui a été spécialement désigné comme "champion national", a une mission encore plus importante du Parti communiste que d'écouter des conversations téléphoniques.

En tant que leader mondial de la technologie 5G, il a été chargé d’installer les réseaux 5G «de la fibre optique au téléphone» dans des pays du monde entier.

En fait, «Made in China 2025» - le plan agressif du parti visant à dominer les technologies de pointe du 21st siècle - désigne Huawei comme la clé pour parvenir à la domination mondiale de 5G.

Tout système de réseau installé par une entreprise travaillant main dans la main avec les services de renseignement chinois soulève le danger non seulement du cyberespionnage, mais également du vol de technologie activé par le cyberespace.

Et le danger ne s'arrête pas là.

Les nouveaux réseaux 5G ultra-rapides, qui sont 100 plus rapides que 4G, vont littéralement faire tourner le monde de demain. Tout, des smartphones aux villes intelligentes, des véhicules autonomes aux systèmes d'armes, en fait, sera sous leur contrôle.

En d’autres termes, quiconque contrôle les réseaux 5G contrôlera le monde - ou du moins une grande partie de celui-ci.

Lire l'histoire complète ici…

S'INSCRIRE
Notifier de
invité
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires