Universitaire: le TPP est trop imparfait pour un vote «oui» au Congrès

S'il vous plaît partager cette histoire!

TN Note: L'auteur de cette histoire est le directeur du Earth Institute de l'Université Columbia. Généralement, les démocrates sont contre le PTP alors que les républicains sont pour. En revanche, les démocrates sont pour le réchauffement climatique et le développement durable, tandis que les républicains sont contre. Ce qu'aucune des deux factions ne réalise, c'est que le TPP et le développement durable sont créés par les mêmes personnes dans un but commun. Ainsi, lorsque vous cernez la tête à des articles comme celui-ci, qui dit que le PTP fait très peu pour le développement durable, élevez votre horizon et regardez la situation dans son ensemble.

La mondialisation est une force positive et puissante pour le bien, si elle est ancrée dans le bon type de cadre éthique et juridique. Pourtant, le projet actuel de partenariat transpacifique n'est pas digne d'un simple coup de pouce du Congrès. Sans renoncer aux prétendus objectifs du PTP, les signataires de 12 devraient ralentir, utiliser successivement les éléments de cet accord commercial complexe et œuvrer davantage pour un ensemble de normes internationales qui soutiendront véritablement le développement durable mondial.

Le TPP devrait être jugé sur la question de savoir s'il garantit ou non le bien-être économique mondial, mais s'il confère des avantages aux États-Unis au détriment des autres pays. L’objectif ultime de la politique économique devrait être d’améliorer le bien-être de toutes les composantes de la société, y compris les pauvres et la classe moyenne. Les accords qui aident les riches aux dépens des pauvres, les capitaux aux dépens du travail ou des secteurs particuliers aux dépens des consommateurs doivent être considérés avec scepticisme.

L'administration Obama a sûrement négocié le PTP de bonne foi, et l'accord contribuerait probablement à la croissance économique mondiale et américaine. Ce n'est pas un accord pernicieux, le fruit d'une cabale secrète comme certains l'ont craint. La mondialisation n’est pas non plus un mal à lutter acharnée. La triste vérité, cependant, est que, bien que l'administration ait promis un accord sur le 21 au XXIe siècle, nous avons encore un autre accord à la fin du 20. Et nous connaissons déjà les résultats probables: une croissance économique aux dépens de l’inégalité croissante des revenus; pouvoir excessif des grandes entreprises pharmaceutiques, de la grande finance et d’autres secteurs dotés d’un puissant pouvoir de lobbying; et les menaces croissantes d'un conflit commercial à somme négative avec la Chine.

L'accord, avec ses chapitres 30, est en réalité quatre offres complexes en une.

La première est un accord de libre-échange entre les signataires. Cette partie pourrait être signée aujourd'hui. Les taux de droits tomberaient à zéro; les quotas diminueraient; le commerce se développerait; et le protectionnisme serait tenu à distance.

La deuxième est un ensemble de normes réglementaires pour le commerce. La plupart d'entre elles sont utiles, car elles exigent que les réglementations limitant les échanges commerciaux soient fondées sur des preuves, et non sur des caprices politiques ou un protectionnisme caché.

Le troisième est un ensemble de réglementations régissant les droits des investisseurs, la propriété intellectuelle et les réglementations dans les secteurs de services clés, notamment les services financiers, les télécommunications, le commerce électronique et les produits pharmaceutiques. Ces chapitres sont un mélange de bon, de mauvais et de laid. Leur dénominateur commun est qu’elles consacrent le pouvoir du capital des entreprises au-dessus de toutes les autres composantes de la société, y compris les syndicats et même les gouvernements.

Le quatrième est un ensemble de normes sur le travail et l’environnement qui sont censées faire avancer la cause de l’équité sociale et de la durabilité de l’environnement. Mais les accords sont maigres, inapplicables et généralement peu imaginatifs. Par exemple, le changement climatique n'est même pas mentionné, et encore moins abordé de manière audacieuse et créative.

Lire l'article complet ici…

 

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
dennisambler

Jeffrey Sachs Earth Institute est en partie financé par l'Open Society Foundation de Soros et Soros est membre du conseil consultatif. Il a été impliqué dans le «hi-jacking» du Pape, avec John Schellnhuber de Potsdam, dans la production de l'Encyclique qui a poussé à des contrôles sur l'énergie à base de carbone. Il est également conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon. De 2002 à 2006, il a été directeur du Projet du Millénaire des Nations Unies et Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan sur les objectifs du Millénaire pour le développement, Action 21. En 2009, Sachs a pris la parole à la conférence annuelle du Parti des socialistes européens: https: //vimeo.com/8673040 He... Lire la suite »