Alphabet dit qu'il ne vendra pas les données personnelles qu'il recueille dans Smart City

S'il vous plaît partager cette histoire!
Sidewalk Labs d'Alphabet prend de la chaleur sur son développement Quayside Smart City à Toronto, mais il n'y a aucune raison de faire confiance à l'engagement de leur PDG de ne pas vendre les données privées collectées sur chaque citoyen: l'ensemble du projet est basé sur la collecte et la vente de données. ⁃ Éditeur TN

Alphabet unité de ville intelligente Les trottoirs a publié son plan directeur de plus de 1,500 153 pages pour développer XNUMX acres du secteur riverain de l'est de Toronto.

La proposition vise à fournir des logements abordables, à réduire le trafic et à lutter contre les changements climatiques et les inégalités.

Le PDG de Sidewalk Labs, Dan Doctoroff, s'est engagé à ne pas vendre les données personnelles des personnes collectées par les différents services opérant dans la «ville intelligente».

Selon la proposition, Sidewalk Toronto ajoutera 14.2 milliards de dollars canadiens par an au PIB du Canada, 4.3 milliards de dollars canadiens en recettes fiscales et créera 44,000 2040 emplois permanents d'ici XNUMX.

Un projet de ville intelligente de haute technologie proposé le long du front de mer de Toronto par Alphabet unité Les trottoirs s'est engagé à ne pas vendre aux annonceurs les données personnelles collectées pour servir les résidents et les visiteurs, dans le cadre du plan directeur de la page 1,500 publié lundi.

La proposition de la plus grande ville du Canada est conçue pour fournir des logements abordables, réduire la circulation et lutter contre les changements climatiques et les inégalités. Mais les défenseurs de la vie privée ont exprimé des inquiétudes.

Le développement de 3.9 milliards de dollars canadiens propose des fonctionnalités telles qu'un réseau thermique pour réduire la consommation d'énergie, des feux de circulation qui utilisent les données pour donner la priorité aux piétons qui ont besoin de plus de temps pour traverser les routes et un train léger autofinancé qui relie la région du Grand Toronto au secteur riverain. , entre autres fonctionnalités.

Les activistes de la protection de la vie privée ont insisté pour que Sidewalk Labs garantisse que les données personnelles utilisées pour exécuter le projet restent anonymes.

Le directeur général, Dan Doctoroff, a déclaré lors d'une conférence de presse lundi que Sidewalk Labs ne divulguerait pas d'informations personnelles à des tiers sans son consentement explicite et ne vendrait pas d'informations personnelles.

L'aménagement proposé par Sidewalk englobe 12 acres de terrain appelé Quayside et le River District, une zone de 153 acres que Sidewalk Labs prévoit de développer.

Le projet de ville intelligente a suscité une controverse avec des préoccupations concernant les capteurs, qui selon les critiques conduiraient à une surveillance excessive et à une collecte de données non éthique.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité
3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Rober Olin

Si cela fonctionne, ils devront construire un mur autour de lui ou il se transformera en …………… bien… vous savez.

Elle

Quelle charge!