Des robots de livraison autonomes arrivent sur les campus universitaires américains

S'il vous plaît partager cette histoire!
Les étudiants se réjouissent! Pizza livrée à votre porte par robot que vous n'avez pas besoin de pourboire. Starship suppose que cela fonctionnera vraiment, mais ils font face à une montagne de problèmes, y compris le vandalisme. ⁃ Éditeur TN

L’expérience universitaire par excellence consistant à faire livrer une pizza dans votre dortoir est sur le point d’être améliorée. Starship Technologies a annoncé mardi son intention de déployer des milliers de ses robots de livraison autonomes à six roues sur les campus universitaires du pays au cours des deux prochaines années, après avoir recueilli un financement de 40 de série A pour un montant de XNUMX $.

C’est un grand pas pour la startup basée à San Francisco (née Estonia) et ses robots, qui ont été testés dans plus de villes 100 dans différents pays 20, a parcouru des miles 350,000, a traversé des millions de rues 4 et vient de marquer le point culminant de l’achèvement de sa livraison 100,000. Les campus universitaires, avec leur abondance de sentiers de promenade, leurs limites bien définies et leur corps d'étudiants axés sur l'utilisation de téléphones intelligents, sont un lieu évident pour Starship de se lancer dans la prochaine phase de son activité.

La société travaille en étroite collaboration avec les administrations de chaque collège où elle envisage de se lancer. Cela a commencé à l'Université George Mason et à l'Université du Nord de l'Arizona. Il sera suivi en septembre de l'Université de Pittsburgh et de l'Université Purdue de l'Indiana. Starship prévoit de déployer des robots 25 – 50 sur chaque campus au cours des prochains mois 24, ce qui signifie qu'il pourrait y avoir plus de robots 5,000 jouant autour de ces écoles avec 2021.

Chaque robot est électrique, possède un coffre pouvant contenir environ un kilo de chargement 20 et une suite de caméras autour de l’extérieur permettant d’identifier les obstacles et d’aider à guider le robot vers sa destination. Ils ont un rayon de livraison de trois à quatre milles et peuvent parcourir une vitesse maximale de 4 mph, ce qui est évidemment plus lent qu'une livraison par un humain à vélo ou en voiture. Le PDG de Starship, Lex Bayer, a déclaré que la capacité du robot à travailler pendant de nombreuses heures sans pause était ce qui lui donnait un avantage.

«Il n'y a pas non plus de culpabilité ni de honte», déclare Bayer. «Tu peux commander ce que tu veux, quand tu veux. Et vous n'avez pas à vous soucier d'un autre élève que vous envoyez pour effectuer ce ramassage à votre place. C'est juste un robot qui va vous le livrer. "

Les robots peuvent monter des bordures mais pas des escaliers, ce qui peut limiter leur attrait pour les clients habitant dans des immeubles à plusieurs étages. Bayer explique que c’est la raison pour laquelle Starship cible des marchés moins denses et de faible hauteur. Mais il spécule également que si la livraison des robots décollait, les propriétaires des bâtiments pourraient éventuellement décider d'inclure une porte séparée réservée aux robots, un peu comme le propriétaire d'un chat inclurait un rabat de porte pour son animal de compagnie. "Certainement possible dans le futur", opine-t-il.

Avec la clôture de cette série de financement de la série A, Starship a maintenant réuni un total de millions de dollars 85. La série était dirigée par Morpheus Ventures et des investisseurs antérieurs, notamment Shasta Ventures, Matrix Partners et MetaPlanet Holdings, ainsi que de nouveaux investisseurs, tels que TDK Ventures, Qu Ventures et autres.

Starship gagne de l'argent en facturant à ses clients 1.99 $ par commande. Il a également des contrats avec les universités et les restaurants pour lesquels il fournit des produits, mais Bayer affirme que Starship peut être plus rentable que ses concurrents, à propulsion humaine (et fortement subventionné) des services de livraison comme DoorDash et Postmates.

«La gestion de ces autres entreprises est vraiment difficile», a-t-il déclaré. «Je pense que ce qu'ils ont vraiment prouvé, c'est que les consommateurs veulent des livraisons. Ils aiment la commodité, mais il est très compliqué et discutable de faire fonctionner le modèle commercial. Pour ce faire, nous utilisons une technologie autonome. C'est une approche complètement différente. "

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires