Bait For Technocracy: les écologistes encouragent la redistribution mondiale de la richesse

richesse
S'il vous plaît partager cette histoire!
La résistance grandit: "L’objectif est clairement une technocratie qui sapera la liberté, limitera les opportunités, ne profitera pas vraiment aux pauvres et nuira matériellement aux sociétés qui sont allées au-delà de la lutte pour la survie. ⁃ Éditeur TN
 

Le mouvement écologiste veut rendre l’Ouest riche beaucoup plus pauvre pour que les plus démunis puissent s’enrichir.

Plutôt que d’améliorer le sort des pays en développement par le biais de projets aussi cruciaux que la construction d’un réseau électrique africain, les environnementalistes estiment que des progrès importants devront être faits pour que les améliorations puissent être durables, ce qui signifie que des milliards de personnes devront rester enlisées dans la pauvreté pour «sauver la planète». La terre."

Après avoir exclu une croissance substantielle de nos frères et soeurs sans ressources, on nous dit que nous devrons redistribuer substantiellement la richesse de l'Occident aux pauvres, afin que le monde entier puisse vivre dans une norme nettement plus basse (pour nous) mais relativement égale de vie.

En d'autres termes, oubliez de créer un monde avec une liberté d'opportunité, mais penchez-vous devant les moulins à vent utopiques pour imposer des résultats égaux: à chacun selon ses besoins, de chacun selon ses capacités.

C’est certainement le message d’un nouveau document publié dans Nature. Après avoir identifié les critères d'une «bonne vie», les auteurs poussent le redistributionnisme à l'échelle mondiale. De, «Une bonne vie pour tous à l’intérieur des frontières planétaires:”(Mon emphase):

Nous appliquons une approche descendante qui distribue les parts de chaque frontière planétaire entre les nations en fonction de la population actuelle (une approche des limites biophysiques par habitant). Alors que la littérature sur la justice environnementale met l'accent sur la nécessité de responsabilités différenciées dans la pratique, une approche par habitant nous permet d'explorer quelle qualité de vie pourrait être atteinte universellement si les ressources étaient réparties de manière égale.

Il est important de répondre à cette question, car on dit souvent que tout le monde pourrait bien vivre si seuls les riches consommaient moins, de sorte que les pauvres puissent en consommer davantage.

Cela signifie des limites, des limites, des limites!

La théorie des besoins humains développée par les auteurs ci-dessus… représente la durabilité sous forme d'un espace en forme de beignet où l'utilisation des ressources est suffisamment élevée pour répondre aux besoins de base des personnes (la limite intérieure), mais pas au-delà de transgresser les limites planétaires (la frontière).

En d'autres termes, la croissance est en panne. Nous devons vivre dans des systèmes économiques et sociaux strictement limités par des frontières arbitraires sur l'utilisation des ressources établies par «les experts».

Les auteurs soutiennent que les sociétés en plein essor «transgressent» leurs quotas d'utilisation des ressources:

Les pays où les niveaux de satisfaction à l'égard de la vie et l'espérance de vie sont plus élevés ont également tendance à dépasser les limites biophysiques… En général, la performance sociale est étroitement liée aux émissions de CO 2 et à l'empreinte matérielle…

Les indicateurs sociaux les plus étroitement liés à l'utilisation des ressources sont l'enseignement secondaire, l'assainissement, l'accès à l'énergie, les revenus et la nutrition. À l'exception de l'éducation, ceux-ci sont plus étroitement associés à la satisfaction des besoins physiques qu'à la réalisation d'objectifs plus qualitatifs (par exemple, soutien social et qualité démocratique). L'indicateur social le moins étroitement lié à l'utilisation des ressources est l'emploi.

Ils parlent de démocratie. Mais ils ne le veulent pas, car ils prescrivent une tyrannie technocratique internationale - formulée dans un langage passif - qui prendrait du succès à donner aux nécessiteux afin d’empêcher leur utilisation accrue des ressources naturelles:

Si tout le monde veut mener une bonne vie dans les limites de la planète, alors nos résultats suggèrent que les systèmes d'approvisionnement doivent être fondamentalement restructurés pour permettre de répondre aux besoins de base à un niveau d'utilisation des ressources bien inférieur.

Comment allez-vous faire ça, les gars? Confiscation de la richesse? Augmentation du socialisme? Destruction de la démocratie pour les pays qui ne veulent pas dépouiller leurs murs? En tant de mots, tout ce qui précède:

Sur la base de nos conclusions, deux stratégies générales peuvent aider les nations à se rapprocher d’un espace juste et sûr. Le premier consiste à viser la «suffisance» de la consommation de ressources…

Mettre l'accent sur la suffisance impliquerait de reconnaître que la surconsommation pèse sur les sociétés confrontées à une variété de problèmes sociaux et environnementaux, et d'aller au-delà de la poursuite de la croissance du PIB pour adopter de nouvelles mesures de progrès. Cela pourrait également impliquer la poursuite de la «décroissance» dans les pays riches et le passage à des modèles économiques alternatifs tels qu'une économie en régime permanent.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires