Privacy Wars: un tribunal belge ordonne à Facebook de cesser de collecter des données utilisateur

S'il vous plaît partager cette histoire!
Facebook a subi une défaite publique choquante en Belgique et encourt des amendes de plus de 100 millions de dollars pour la collecte et le stockage des données des utilisateurs. Il a été accusé d'avoir «piétiné» la législation belge et européenne sur la protection de la vie privée. La répression contre la Big Tech monte dans toute l'Europe. ⁃ Éditeur TN

Facebook a été condamné par un tribunal belge à cesser de collecter des données sur les utilisateurs ou à une amende quotidienne de 250,000 € par jour, ou jusqu’à € 100m.

La cour a jugé vendredi que Facebook avait enfreint les lois sur la protection de la vie privée en recherchant des personnes sur des sites tiers dans la dernière salve dans une bataille de longue date entre la commission belge pour la protection de la vie privée (CPP) et le réseau social.

"Facebook ne nous informe pas suffisamment sur la collecte d'informations à propos de nous, sur le type de données collectées, sur l'utilisation de ces données et sur la durée de stockage de ces données", a déclaré le tribunal. "Cela ne donne pas non plus notre consentement à la collecte et au stockage de toutes ces informations."

Il a également été ordonné à Facebook de supprimer toutes les données recueillies illégalement sur des citoyens belges, y compris des personnes qui n'étaient pas utilisateurs du réseau social.

La firme de médias sociaux utilise différentes méthodes pour suivre le comportement en ligne des personnes si elles ne sont pas sur le site Web de l'entreprise en plaçant des cookies et des pixels invisibles sur des sites Web tiers, a déclaré le tribunal.

Richard Allan, vice-président des politiques publiques pour la région EMEA de Facebook, a déclaré que la société était déçue par le verdict et qu'elle comptait faire appel: «Les cookies et les pixels que nous utilisons sont des technologies standard et permettent à des centaines de milliers d'entreprises de développer leurs activités et d'atteindre leurs clients. dans l’UE.

[the_ad id = "11018 ″]

«Toute entreprise qui utilise nos technologies doit donner des avis clairs aux utilisateurs finaux, et nous donnons aux personnes le droit de ne pas demander que des données collectées sur des sites et des applications de Facebook soient utilisées pour des publicités.»

Belgique v Facebook

La bataille entre la Belgique et Facebook est en cours depuis 2015, lorsque le CPP a commandé un rapport de chercheurs de l'Université de Louvain, qui a révélé que le suivi par Facebook de tous les visiteurs sans consentement explicite à l'aide de cookies était contraire au droit de l'UE Le CPP, qui n’a pas le pouvoir de sanctionner directement les entreprises, a pris Facebook au tribunal plus tard cette année pour son prétendu "piétinement" de la législation belge et européenne sur la protection de la vie privée après avoir échoué à conclure un accord avec le réseau social à la suite des conclusions du rapport.

Le tribunal belge a ordonné à Facebook de cesser de suivre les non-membres à la fin de 2015, menaçant d'amendes. Facebook a fait appel de la décision de la cour au début de 2016, contestant que la Belgique avait compétence sur le réseau social, son siège social étant situé à Dublin. Facebook aussi contesté l'utilisation de l'anglais dans la décision comprenant les mots «navigateur» et «cookie», qui selon le réseau social était contraire à la loi belge qui stipule que seuls le néerlandais, le français ou l’allemand peuvent être utilisés.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires