Bonner Cohen: UN Habitat III pousse les «villes compactes»

S'il vous plaît partager cette histoire!

La ville compacte cherche à rassembler le plus grand nombre de personnes possible dans un espace restreint afin que les transports en commun puissent permettre la mobilité entre travail et loisirs. Ce sont les pauvres qui finiront par se retrouver du côté du bâton.  Éditeur TN

 Dans un monde décrit à plusieurs reprises comme menacé par d'innombrables défis, notamment l'inégalité des revenus, des infrastructures urbaines inadéquates, la discrimination à l'égard des minorités de tous bords et le changement climatique, les participants à la conférence Habitat III de l'ONU à Quito, en Équateur, ont appris qu'une planification globale visait la concentration des personnes dans les zones urbaines offrait la meilleure voie vers un avenir «durable».

S'adressant à Habitat III le premier jour de la conférence, Serge Salat, directeur du laboratoire de morphologie urbaine en France, a déclaré que les urbanistes compacts, avec des résidents vivant aussi près que possible des transports en commun, devraient être l'objectif des urbanistes. Il a noté qu'un accès facile aux transports en commun signifierait que les résidents n'auraient plus besoin de voiture pour les emmener au travail ou à leurs loisirs. Ceci, at-il ajouté, ferait des villes tournées vers l'avenir des leaders dans la lutte contre le changement climatique. Le panel de Salat à Habitat III a discuté des solutions vertes au changement climatique et à d'autres problèmes urbains. Salat, il est à noter est un conseiller du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies. (IPCC_.

Création d'espaces ouverts et d'espaces sauvages

Selon Salat, la ville devrait être choisie comme modèle par Stockholm, en Suède. Stockholm, a-t-il noté, a créé des «zones tampons» d'espaces ouverts - essentiellement des parcs - qui les parcourent. Juste au-delà de l'espace ouvert se trouvent des zones réservées à la faune, ce qu'il a appelé des "couloirs de nature sauvage". À quelques exceptions près, le seul endroit où des biens résidentiels et commerciaux sont disponibles est à Stockholm proprement dite.

En d’autres termes, en interdisant aux personnes de vivre et de travailler sur des terres, elles n’auront pas d’autre choix que de s’installer dans des zones urbaines densément peuplées. Si les parents préfèrent élever une famille dans un environnement de banlieue, ils devront réfléchir à nouveau. Dans le cadre de ce programme, les planificateurs centraux empileront le paquet en faveur des villes compactes.

Le nouvel agenda urbain et les pauvres du monde

Bienvenue dans le «Nouveau programme urbain» d'Habitat III. Les fonctionnaires de l'ONU, les ONG vertes et leurs alliés au sein des gouvernements nationaux souhaitent que ce programme mondial globalisé et imposé soit imposé dans le monde entier.

Lors de l'ouverture de la session plénière d'Habitat III, les intervenants ont constamment répété que les pauvres du monde étaient «les plus vulnérables». Ils ont raison. Mais ce qu’ils refusent de voir, c’est que leurs stratagèmes exposeront les pauvres à un risque encore plus grand. Limiter le nombre de terrains disponibles pour les habitations augmente le coût du logement. La promotion d'une énergie renouvelable peu fiable et inabordable augmente le coût de l'électricité. Dans les deux cas, ce sont les pauvres qui se retrouvent à bout de souffle.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires