Changement climatique : la doxa de la foi verte

Image : www.CoxandForkum.com
S'il vous plaît partager cette histoire!
Le réchauffement climatique a plus en commun avec une religion radicale qu'avec la science. Les scientifiques légitimes ont complètement démystifié l'alarmisme climatique, mais toute cette science est catégoriquement rejetée, même si elle réfute totalement les conclusions des alarmistes. La seule solution est de garder la foule des technocrates verts hors des politiques publiques. ⁃ Éditeur TN

J'ai récemment eu une conversation avec Tony Heller de realclimatescience.com concernant l'ensemble de données Global Mean Temperature Anomaly qui servait à prouver que le réchauffement climatique est réel. Le terme changement climatique n'a jamais eu de sens pour moi et le simple fait que le terme ait changé de réchauffement climatique devrait soulever le scepticisme du public. La critique de Heller contre le récit du changement climatique est simple.

Les données ne sont pas intègres.

Heller affirme que les « corrections de température » de la NOAA ont rendu le passé plus frais qu'il ne l'est aujourd'hui, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de réchauffement à craindre du tout. Les lectures brutes du thermomètre du passé, non corrigées, sont à l'intérieur de la variation du réchauffement que nous voyons aujourd'hui. La NOAA publie les températures ajustées (en rouge ci-dessous) par opposition aux lectures non ajustées (en bleu ci-dessous).

Par implication, toutes les théories sur l'effet de serre, la boucle de rétroaction positive de la vapeur d'eau, que le Période chaude médiévale était plus chaud dans le passé, un phénomène local ou mondial n'a même pas de sens à discuter. L'avis de Tony est qu'il s'agit plus d'une fraude que d'un défi scientifique

La fraude dans la science du changement climatique n'est malheureusement pas rare. Suite aux e-mails du Climate Gate en 2009, Stephen McIntyre de Audit Climatique a clairement montré comment le Hockey Stick Graph de Michael Mann était une fabrication complète. Les données ont été omises, les ensembles de températures ont été mélangés et les scientifiques dissidents ont été réduits au silence pour faire passer le récit du GIEC à l'appui de la Protocole de Kyoto.

J'ai fait quelques vidéos sur ce sujet, depuis que j'ai commencé mon podcast, avec des scientifiques qui doutent du "consensus scientifique" sur le changement climatique.

Il s'agit notamment du Dr Richard Lindzen, du Dr William Happer, du Dr Valentina Zharkova et du Dr Judith Curry. Ils abordent tous le problème d'un point de vue légèrement différent, mais à la fin, ils concluent qu'il s'agit au mieux d'une question académique et qu'elle ne mérite pas la couverture médiatique et l'obsession religieuse de notre élite politique.

A ceux qui s'intéressent à la science du climat, Dr Judith Curry dirige un bon blog avec des perspectives des deux côtés de la question et Ron Bailey de Reason Magazine écrit un bon article en 2019 qui résume la science officielle ainsi que les incertitudes. Le plus grand différend est la sensibilité au climat, c'est-à-dire la quantité de réchauffement que vous pouvez attendre de l'augmentation du C02.

La science de la prévision du changement climatique rapporte « une gamme de valeurs possibles pour le réchauffement climatique futur. Il est aussi faux scientifiquement de dire que l'avenir climatique sera catastrophique que de dire avec certitude qu'il sera simplement tiède. Il ajoute : "Il n'y a pas non plus de falaise à franchir en 2030 ou à 1.5 °C de réchauffement."

La poursuite de la croissance économique et des progrès technologiques aiderait sûrement les générations futures à gérer bon nombre, voire la plupart, des problèmes causés par le changement climatique. Dans le même temps, la vitesse et la sévérité auxquelles la terre semble maintenant se réchauffer rendent l'approche attentiste de plus en plus risquée.

Le changement climatique sera-t-il apocalyptique ? Probablement pas, mais la possibilité n'est pas nulle. Alors, à quel point vous sentez-vous chanceux ? Franchement, après avoir examiné les preuves scientifiques récentes, je ne me sens pas aussi chanceux qu'avant.

Le Dr Richard Lindzen a mis le données sous un autre angle dans un article où il établit une comparaison entre le réchauffement climatique, Lyssenkisme et Eugénisme, les deux croyances pseudoscientifiques qui ont respectivement déferlé sur les élites russe et occidentale au début du siècle dernier. Le premier a conduit à l'Holodomor, la grande famine de Staline, et le second a servi de prétexte à la justification par l'élite allemande de la Génocide namibien et l'Holocauste juif.

L'Afrique du Sud avait sa propre version d'une pseudo théorie scientifique infiltrant une élite qui est finalement devenue une politique publique. L'élite afrikaner était fortement influencée par Werner Eiselin's Ouvrage anthropologique qui suggérait que l'indigène ne devait apprendre qu'à travers sa propre langue afin de « préserver sa culture ». Ses idées poussées jusqu'à leur conclusion logique ont imprégné l'establishment de l'apartheid et retranché la logique de l'éducation bantoue.

Professeur d'anthropologie avant de devenir inspecteur en chef de l'éducation autochtone dans le Transavaal, Eiselen avait un grand respect pour la particularité des Noirs et un véritable souci de la préservation de la langue et de la culture bantoues.[13] Pour lui, il ne faisait guère de doute que les Noirs apprendraient mieux à travers leurs propres langues.

Des phénomènes comme VIH / SIDA, Covid19, le réchauffement climatique, l'eugénisme, l'hypothèse du cœur diététique et le lyssenkisme suivent tous le Effet doré. Le paradigme scientifique dominant est accepté par un corps scientifique à travers le processus social au lieu d'être basé sur des preuves concluantes. Ceux qui ne sont pas d'accord avec le récit officiel sont châtiés et brûlés sur le bûcher virtuel et qualifiés de « négationnistes ». Le terme même de négationnisme est écrit dans le Malleus Maleficarum - le manuel qui a été utilisé pour enseigner aux intellectuels intelligents de Harvard comment identifier les sorcières.

Et en premier lieu, si l'accusé reste ferme dans ses dénégations et ne peut en aucune façon être incité par des hommes honnêtes à avouer la vérité, la manière suivante de sentence, qui est à certains égards définitive, sera utilisée.

Comme le dit le manuel, la punition pour avoir commué le crime indescriptible de s'en tenir à sa conscience et à sa croyance était l'exécution.

Si la personne à interroger est à la fois jugée équivoque et qu'il existe en même temps d'autres indices suffisants pour justifier qu'elle soit torturée, que ces deux faits soient inclus dans la sentence, comme ils le sont ci-dessus. Mais si seulement l'un ou l'autre de ceux-ci est valable, qu'un seul soit mis dans la phrase. Mais que la sentence soit bientôt mise à exécution, ou qu'ils fassent semblant de l'exécuter. Néanmoins, que le juge ne soit pas trop disposé à soumettre une personne à la torture, car il ne faut y recourir qu'à défaut d'autres preuves.

Je suis tombé sur l'effet d'or pour la première fois après avoir entendu un discours du regretté physicien Freeman Dysan qui soutenait que la position correcte pour un scientifique était d'être hérétique et minoritaire.

Dans son discours, Dysan a fait un éloge funèbre au regretté scientifique Tommy Gold qui est allé dans différents domaines scientifiques pour tenter de briser le paradigme du consensus. Les idées de Gold sur la vibration interne de l'oreille et la théorie abiogène des combustibles fossiles ont d'abord été ridiculisées par le "consensus scientifique", mais plus tard, elles ont été acceptées comme dogme officiel.

J'ai eu une conversation avec Ned Nikolov et Karl Zeller qui proposent que l'ensemble de l'effet de serre est suspect et que l'univers est régi par une relation température-pression, c'est-à-dire qu'il ressemble plus à un piston de voiture qu'à une couverture. Je reste sceptique quant à cette interprétation car les gaz avec convection ne suivent normalement pas une relation pression-température et les lois du transfert de rayonnement sont bien établies. Il en va de même pour de nombreux physiciens et climatologues, mais je rends hommage à Nikolov et Zeller pour m'avoir fait réfléchir sur les fondements de la physique atmosphérique.

Peut-être qu'un jour ils auront raison ?

Mais même si Heller et Nikolov ont tort, comme le montre le Dr Lindzen, il n'y a rien à craindre concernant le C02 sur la base des hypothèses officielles actuelles. La ligne noire dans le graphique ci-dessous est le « réchauffement dangereux » projeté du rapport du GIEC dans le pire des cas, discrédité et impossible Scénario RCP8.5. Il s'agit clairement d'une température que la plupart des humains peuvent supporter.

Le graphique effrayant du réchauffement climatique est dérivé d'un ensemble de stations de température situées principalement en Amérique du Nord. Si l'on devait prendre l'écart moyen de la moyenne sur 30 ans, on pointerait le graphique noir ci-dessous. Ce qui est perceptible, c'est qu'il y a autant de stations de température qui refroidissent qu'il y a de réchauffement.

Le résidu de cette variation est représenté en jaune ci-dessous.

Le graphique ci-dessus n'est pas particulièrement effrayant, mais bien sûr, pour générer de la propagande, on peut toujours étirer le chiffre, omettre la barre d'erreur, tronquer l'axe des ordonnées et effrayer le public avec le graphique suivant connu sous le nom d'"anomalie".

Sur la question du changement climatique, je préfère être un hérétique car toute l'histoire et les solutions proposées semblent plus proches de théologie que de se fonder sur des preuves convaincantes réelles.

La sombre vision du monde des militants du climat semble devoir plus au médiévalisme qu'aux Lumières. On estime que jusqu'à 15 % de la population de l'Europe préindustrielle a été célibataire en permanence. Comme les militants chrétiens qui détestent le sexe, les verts d'aujourd'hui ont tendance à être hostile à l'idée de procréation, en particulier dans les pays riches. Les personnes axées sur la famille peuvent également s'opposer aux appelle à des restrictions sur le fait d'avoir des enfants en raison de leur « héritage carbone », une proposition déjà approuvée par des chercheurs sur le climat de l'Université de Lund en Suède et de l'Université d'État de l'Oregon aux États-Unis.

De toute évidence, l'avenir offert n'est pas meilleur pour la plupart - c'est un avenir marqué par une mobilité descendante, moins de voyages et des conditions de vie plus surpeuplées sous une inflation verte perpétuelle. Eric Heymann, économiste senior chez Deutsche Bank Research, pourrait être un avocat du "Great Reset" (ou quelque chose comme ça), mais il avertit toujours que le Green Deal européen et son objectif de neutralité climatique d'ici 2050 menacent un Méga-crise européenne ce qui pourrait bien conduire à une "perte notable de bien-être et d'emplois". Nous devrons même changer notre façon de manger : certains scientifiques suggèrent que nous devrons passer des hamburgers à des concoctions aussi délicieuses que "saucisses de mouche.” Un autre a suggéré que nous nous recyclions et découvrions la les subtilités du cannibalisme.

En tant qu'ingénieur travaillant dans le secteur de l'énergie, je ne suis pas convaincu qu'il existe un moyen pour le monde d'obtenir des combustibles fossiles au cours de ce siècle, étant donné le simple fait que l'Afrique et l'Asie augmentent leur population et élargissent la classe moyenne. Comme Cambridge Professeur Michael Kelly montré dans son discours au GWPF, il faut croire aux licornes ou aux utopies pour que Net Zero soit possible, même de loin.

La seule solution est de adapter au changement climatique, même en supposant que la foule Doom and Gloom a raison. Préparez-vous plutôt à un monde plus chaud et acceptez les changements qui l'accompagnent et atténuez le C02 autant que possible.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Connie

Alors pourquoi personne ne parle du fait que la Floride pourrait ne pas être en mesure de voter aux élections de novembre ? Que se passe-t-il alors ? Il n'y a pas de changement au Congrès ? Les Dems aimeraient ça !!

[…] Changement climatique : la doxa de la foi verte […]

[…] Changement climatique : la doxa de la foi verte […]