Charge : Google martèle les concurrents en manipulant les extensions de navigateur

Les monopoles de la révolution industrielle
S'il vous plaît partager cette histoire!
Google utilise tous les outils et technologies disponibles pour écraser ses concurrents et maintenir sa domination dans l'extraction du surplus comportemental de l'humanité. Dans les années 1800, le pétrole était extrait de la terre ; maintenant, les technocrates numérisent et extraient le comportement humain pour la certitude du contrôle et de la manipulation. Éditeur TN

Google est déjà confronté à des défis juridiques croissants de la part des régulateurs du monde entier qui accusent le géant de la technologie de maintenir un monopole illégal sur ses activités de recherche et de publicité numérique.

Mais maintenant, l'un de ses rivaux les plus importants allègue que le titan abuse des extensions de navigateur pour favoriser ses produits et étouffer ses concurrents, ajoutant une nouvelle ride au débat antitrust à enjeux élevés et à l'élan des appels à une nouvelle réglementation.

PDG de DuckDuckGo Gabriel Weinberg, dont la société propose un moteur de recherche concurrent qui vante ses protections de la vie privée, m'a dit à moi-même et à Gerrit De Vynck lors d'une interview mardi que Google déployait des fonctionnalités de conception manipulatrices, connues sous le nom de « motifs sombres », pour inciter les utilisateurs à abandonner les produits concurrents.

Selon DuckDuckGo, Google utilise depuis des années des notifications trompeuses pour inciter les utilisateurs à désactiver les extensions de navigateur de ses concurrents et pour les dissuader de basculer leurs moteurs de recherche par défaut sur son navigateur Web, Chrome. Mais Weinberg a déclaré que Google en août 2020 avait modifié les invites pour éloigner de manière plus flagrante les utilisateurs de quitter le navire.

Les modifications incluent l'obligation pour les utilisateurs de répondre s'ils préfèrent « Revenir à la recherche Google » après avoir ajouté l'extension DuckDuckGo et affiché aux utilisateurs un bouton plus grand et en surbrillance lorsqu'ils leur donnent la possibilité de « Revenir en arrière » ou non.

Weinberg a déclaré que les ajustements – bien que subtils – ont eu un impact majeur. 

Depuis que Google a mis en œuvre les changements, DuckDuckGo a déclaré avoir constaté une baisse significative – 10 % – du nombre de nouveaux utilisateurs qu'il a pu conserver sur ses services sur Chrome. DuckDuckGo a déclaré que cela s'était traduit par des centaines de milliers de nouveaux utilisateurs perdus. (Chrome est le navigateur de bureau le plus répandu au monde par une large marge.)

C'est la première fois que l'entreprise s'exprime publiquement sur l'impact de cette pratique sur ses activités, y compris ce qu'elle dit être des millions de pertes de revenus potentielles depuis que Google a modifié ses invites en 2020.

"Pour les moteurs de recherche comme nous qui essaient de permettre activement aux consommateurs de changer, [ou] de choisir une alternative, ils rendent la tâche déraisonnablement compliquée et déroutant les consommateurs", a déclaré Weinberg à propos de Google.

La porte-parole de Google, Julie Tarallo McAlister, a déclaré dans un communiqué que les utilisateurs de Chrome "peuvent modifier directement leurs paramètres de recherche par défaut à tout moment". mais ils se plaignent souvent « quand ils téléchargent une extension qui modifie ces paramètres de manière inattendue à leur insu ».

Elle a ajouté: «Ce problème est bien documenté depuis longtemps et c'est pourquoi nous avons depuis longtemps des exigences de divulgation claires pour les extensions et affiché aux utilisateurs une notification si une extension essaie de modifier leurs paramètres de recherche - comme un moyen de confirmer leur intention. "

McAlister a déclaré que la notification apparaît "quel que soit le fournisseur de recherche choisi par l'utilisateur" et que certains autres navigateurs ont des "politiques similaires".

Weinberg a déclaré qu'il espère qu'en parlant de la tactique, cela renforcera les appels à une législation antitrust bipartite à l'étude à Capitol Hill d'interdire aux grandes plateformes de donner la priorité à leurs propres produits et de désavantager leurs concurrents. 

Les propositions ne sont que quelques-uns des nombreux projets de loi ciblant ce que les législateurs américains considèrent comme des abus anticoncurrentiels de la part d'entreprises comme Google. Mais les factures, le fer de lance by Sen Amy Klobuchar (D-Minn) et Rép. David Cicilline (DR.I.), bénéficient d'un large soutien des démocrates et des républicains, ce qui en fait l'un des plus menaçants pour les géants de la Silicon Valley. Ils sont considérés comme des baromètres pour la poussée antitrust plus large.

Weinberg a déclaré que la baisse de la rétention des utilisateurs via leur extension sur Chrome, qui n'était pas signalée auparavant, est l'une des preuves les plus «directes» qu'ils ont vues sur la façon dont les pratiques de Google ont nui à leur entreprise.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

14 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Dennis

Le problème est la non-exécution.
Des lois anti-trust.
Et cela vient de nos représentants « dûment élus » qui gouvernent selon la volonté de leurs électeurs et de leurs portefeuilles.

[…] Lire la suite : Google martèle les concurrents en manipulant les extensions de navigateur […]

[…] Lire la suite : Google martèle les concurrents en manipulant les extensions de navigateur […]

[…] Source Technocracy News janvier […]

[…] Accusation : Google martelant les concurrents en manipulant les extensions de navigateur – Technocracy News… « Google est déjà confronté à des contestations judiciaires croissantes de la part des régulateurs du monde entier qui accusent le géant de la technologie de maintenir un monopole illégal sur ses activités de recherche et de publicité numérique. […]

[…] Accusation : Google martelant les concurrents en manipulant les extensions de navigateur – Technocracy News… « Google est déjà confronté à des contestations judiciaires croissantes de la part des régulateurs du monde entier qui accusent le géant de la technologie de maintenir un monopole illégal sur ses activités de recherche et de publicité numérique. […]

[…] site et a été accusé par l'un de ses rares concurrents, le beaucoup plus petit Duck Duck Go, de manipuler les extensions de navigateur pour détourner les clients des produits concurrents. Apple continue d'imposer des [...]

[…] Accusation : Google martelant les concurrents en manipulant les extensions de navigateur […]

[…] Kotkin note les efforts de Google pour entraver son concurrent DuckDuckGo. Comme le dit Technocracy News : […]

[…] Um dos poucos concorrentes do Google, o muito menor DuckDuckGo, acusou-o, no início deste ano, de manipular as extensões de navegadores para direcionar clientes de produtos rivais. Este mês, o órgão regulador gouvernementale do Reino […]

[…] L'un des rares concurrents de Google, le beaucoup plus petit DuckDuckGo, l'a accusé plus tôt cette année de manipuler les extensions de navigateur pour détourner les clients des produits concurrents. Et ce mois-ci, le régulateur de l'État britannique, la concurrence et […]

[…] L'un des rares concurrents de Google, le beaucoup plus petit DuckDuckGo, l'a accusé plus tôt cette année de manipuler les extensions de navigateur pour détourner les clients des produits concurrents. Et ce mois-ci, le régulateur de l'État britannique, la concurrence et […]

[…] L'un des rares concurrents de Google, le beaucoup plus petit DuckDuckGo, l'a accusé plus tôt cette année de manipuler les extensions de navigateur pour détourner les clients des produits concurrents. Et ce mois-ci, le régulateur de l'État britannique, la concurrence et […]