Les villes et les pays se rebellent contre la privatisation de l'eau et gagnent

DémonstrateursDes manifestants défilent dans les rues pour protester contre une taxe sur l'eau à Dublin, en Irlande, en novembre 1, 2014. (Photo: William Murphy)
S'il vous plaît partager cette histoire!

Les entreprises privées s’efforcent de tirer un profit de l’eau depuis les 1600, lorsque les premières compagnies d’eau ont été créées en Angleterre et au pays de Galles. La première vague de privatisation de l'eau a eu lieu dans les 1800 et, vers le milieu ou la fin du 19e siècle, les services publics d'approvisionnement en eau étaient courants en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine et ont commencé à apparaître en Afrique et en Asie.

Mais la vague de privatisation s'est estompée et, pendant la majeure partie du 20e siècle, l'eau était en grande partie une ressource contrôlée par le public. Aux États-Unis, par exemple, seulement 30% des systèmes d’alimentation en eau sont de propriété privée dans 1924, passant de 60% à 1850.

Ce n'est qu'à la fin des années 1980 que l'idée de sociétés privées gérant l'eau est réapparue à grande échelle. Sous Margaret Thatcher, le gouvernement britannique a privatisé toutes les compagnies des eaux en Angleterre et au Pays de Galles en 1989, ce qui en fait le premier pays à le faire. Couplé à l'accent mondial mis sur le capitalisme de marché libre après la chute du communisme, il a lancé la deuxième vague de privatisation de l'eau qui se poursuit aujourd'hui.

La privatisation de l'eau a été, et est toujours, encouragée par le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, qui font des prises de contrôle public-privé une condition des prêts. En conséquence, le début des années 1990 a vu une ruée de villes et de pays du monde entier céder les ressources en eau de leur pays à des entreprises privées.

L'industrie et les investisseurs font valoir que le fait de confier de l'eau à des particuliers se traduit par une amélioration de l'efficacité et de la qualité des services, et que les services seront mieux gérés. La privatisation offre également aux gouvernements la possibilité d’obtenir des revenus en vendant des services d’eau et en permettant aux entreprises de générer des bénéfices. Mais l'objectif principal étant le profit, l'idée de l'eau en tant que droit de l'homme devient sans doute une préoccupation secondaire.

Lire l'article entier ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires