Les villes gagnent en pouvoir et en influence dans la politique mondiale

Galerie ONU Femmes / Flickr, CC BY-NC-ND
S'il vous plaît partager cette histoire!

Comme l'a prédit le Dr Parag Khanna dans Connectography, les villes mondiales devraient éclipser l'État-nation en contrôlant l'économie mondiale et la structure sociétale. L'ONU fait avancer ce programme avec le Nouvel Agenda Urbain et les initiatives du Programme 2030.  Éditeur TN

Au cours des deux dernières années, les problèmes urbains - de la durabilité dans l'environnement construit aux inégalités dans les villes - sont devenus une priorité internationale. Les villes, à leur tour, jouent un rôle plus important dans la politique mondiale; le croissance de la diplomatie des villes a forgé des centaines de réseaux de villes et des milliers d'initiatives transnationales.

Ces développements ont perturbé l'ordre politique établi. Les villes se rapportent maintenant directement aux instruments, traités et engagements mondiaux, contournant souvent les États - comme le montrent les étapes pris par beaucoup de villes à mettre en œuvre l'accord de Paris sur le changement climatique, malgré l'opposition des gouvernements centraux.

Ces efforts sont de plus en plus reconnus, en particulier par les Nations Unies (ONU), qui ont privilégié l’urbanisme dans les négociations et les accords d’importance internationale, tels que le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe, le liant universel Objectifs de développement durable(ODD), et le Agenda d'Addis Abeba sur le financement du développement durable.

Le développement le plus pertinent à ce jour est peut-être le moment où 170 des États membres de l’ONU a convenu de la New Urban Agenda - une feuille de route pour guider la croissance des villes au cours des prochaines années 30 - à la Habitat III conférence à Quito (Équateur) en octobre, 2016.

Cependant, le processus menant à Habitat III et au-delà a soulevé des questions quant à la pertinence de l’ONU pour faire face aux grands défis urbains mondiaux. Ces préoccupations se sont matérialisées dans la nomination d'un panel indépendant sur l'efficacité d'ONU-Habitat - l'agence chargée des activités de l'ONU en matière d'établissements humains et de développement urbain.

Le panel a rendu compte de ses conclusions à une réunion de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) en septembre, 5 et 6, où je parlais au nom du monde universitaire, apportant ma contribution aux recommandations du panel aux côtés de nombreux autres représentants et délégués impliqués dans ONU-Habitat.

Le temps de la réforme

Les discussions ont clairement montré que la réforme est déjà en marche et qu'elle est la bienvenue au plus haut niveau de l'ONU. Comme l'a déclaré la secrétaire générale adjointe des Nations Unies, Amina Mohammed, dans son discours d'ouverture, l'organisation reconnaît désormais que "la réponse mondiale à la promesse d'urbanisation a été inadéquate".

Des recommandations audacieuses sont nécessaires, car une trop grande partie du travail urbain dans le système des Nations Unies est fragmentée entre les différentes branches de l'organisation. L'enjeu est de taille, car la réforme d'ONU-Habitat est perçue par Mohammed comme un «test décisif pour les ambitions de réforme de l'ONU» - un objectif clé du nouveau secrétaire général de l'ONU, António Guterres, qui a pris ses fonctions en janvier 2017.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Sharon Maclise

Je vis à Edmonton, une ville de taille moyenne de l'Alberta, au Canada. Notre maire et notre conseil sont un groupe de spécialistes du développement durable endoctrinés. Les gens ont nié la politique municipale en pensant que tout le pouvoir se trouvait aux niveaux fédéral / provincial / provincial. En fait, les titulaires constamment réélus dans les courses de villes s'emparent de plus en plus de pouvoir et changent nos vies, que cela nous plaise ou non. Il est temps que les conservateurs ne soient pas intimidés par ces politiciens locaux au programme mondialiste. La seule façon de le faire est peut-être de commencer à créer des partis politiques au niveau local.