Corbett : L'appel de la sirène de la technocratie en Chine convoque les tyrans technocrates

S'il vous plaît partager cette histoire!
Les oiseaux restent généralement dans leur propre espèce. Les aigles ne volent pas avec les moineaux, ni les buses avec les oies. Les technocrates sont comme ça et soulignent le dicton : « Les oiseaux d'une plume s'assemblent ». Les tyrans et les Big Tech aiment et estiment la Chine, non pas parce que c'est une dictature communiste, mais parce que c'est une technocratie ! Cet article le cloue.

Pour une analyse plus approfondie, TN recommande de suivre et abonnement à James Corbett le Le rapport Corbett. ⁃ Éditeur TN

Je suis sûr que vous avez tous déjà vu le clip de Justin Trudeau admettant qu'il "admire" la dictature chinoise "parce que leur dictature de base leur permet de redresser leur économie en un rien de temps", mais la voici encore.

Compte tenu des événements absolument sans précédent et complètement effrayants qui ont vient de se dérouler au Canada sous la direction du premier ministre Trudeau, il n'est pas surprenant que son aveu glaçant de 2013 ait été faire le tour en ligne encore une fois.

Mais ce n'est pas une sorte de lapsus ponctuel ou un moment de "gotcha" hors contexte. Maintes et maintes fois, (mauvais) chef après (mauvais) chef du monde entier ont confirmé leur convoitise pour les pouvoirs dictatoriaux de la Chine. En fait, il n'y a pas que les (mauvais) dirigeants qui convoitent le système autoritaire chinois ; les hommes d'affaires, les experts, les gros bonnets des groupes de réflexion et tous les autres membres de la soi-disant « superclasse » sont également en colère contre le style de gouvernance de Pékin.

En surface, il y a une explication parfaitement évidente à ce phénomène : ces voyous mondialistes sont tous des tyrans en herbe. Si un système ChiCom leur donnait le pouvoir de « transformer leur économie en un rien de temps » ou de faire quoi que ce soit d'autre sur leur liste de souhaits, ils l'adopteraient sans arrière-pensée.

Mais, comme d'habitude, il y a une couche encore plus importante dans cette histoire qui est négligée par presque tout le monde. Vous voyez, la Chine n'est pas seulement tous type de dictature. En fait, ce n'est même pas communiste. Lorsque vous comprenez le principe selon lequel le gouvernement chinois est vraiment en continuant à fonctionner, vous commencez à comprendre pourquoi la Chine a été érigée en nouvelle superpuissance montante du 21e siècle et ce que cela signifie pour l'avenir de l'humanité.

Les tyrans aiment la Chine

L'histoire d'amour de Trudeau avec la Chine n'a bien sûr pas commencé ni pris fin en 2013. La détermination du Premier ministre canadien à se prosterner devant les Chinois à chaque occasion est un fait bien connu de la vie politique canadienne et a abouti à une série de tentatives pathétiques pour s'attirer les faveurs de Xi et du gouvernement chinois. Les points faibles incluent Trudeau invitation à l'Armée de libération du peuple chinois (APL) participer à des exercices d'hiver avec les Forces armées canadiennes, son menacer un groupe caritatif pour avoir osé tenter de décerner un prix au président de Taïwan et sa promesse de décerner un COVID « fabriqué au Canada » arme biologique « vaccin » sur le peuple canadien. Cette promesse s'est avérée être un mensonge à tous égards : la société « canadienne » développant le vaccin n'était même pas canadienne, mais une société chinoise liée à l'APL. (Les fabrications pures et simples émanant du bureau du Premier ministre dans cette affaire étaient si scandaleuses que même la CBC fallait les recouvrir.)

Mais il n'y a pas que Trudeau et son Cabinet canadien « pénétré » du WEF qui ont un penchant pour la glorieuse dictature chinoise.

Biden s'est vanté à plusieurs reprises d'avoir "voyagé 17,000 XNUMX miles" avec Xi lorsqu'il était vice-président - une affirmation que même le Poste de Bezos vérificateurs de faits pourrait soutenir - et a eu son propre "moment Trudeau" lors d'une mairie de CNN l'année dernière, louant les Chinois dictateur à vie à l'improviste comme un "gars brillant et vraiment dur" dans une diversion bizarre et non scénarisée du téléprompteur.

L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel défense constante de la dictature de Xi et son pousser à augmenter les investissements de l'UE en Chine lui a valu le (dés)honneur de être appelé "vieil ami" (lao péngyŏu, un titre réservé aux compagnons de voyage mondialistes vénérés comme Henry Kissinger) par Xi lors d'un appel téléphonique d'adieu entre les deux (mauvais) dirigeants l'année dernière.

Même Poutine – que beaucoup de médias « alternatifs » considèrent à tort comme un antimondialiste – a renversé un demi-siècle de tensions politiques sino-russes forger une relation de travail étroite avec Xi et jeter les bases sino-russes du La fausse opposition des BRICS au Nouvel Ordre Mondial. Non seulement Xi et Poutine font tout leur possible pour appelez-vous les meilleurs amis (Poutine aimait particulièrement donner de la glace russe au dictateur chinois pour son 66e anniversaire), mais, comme je l'ai souligné à maintes reprises, ils ont collaboré à la création d'un système « alternatif » de mondialisation c'est-à-dire, en réalité, juste le même vieille vision NWO vêtus de vêtements différents.

De même, tous les (mauvais) dirigeants du monde (non) libre se sont également alignés pour conclure des accords avec la dictature de ChiCom et prodiguer des éloges à Xi tout en faisant semblant d'être du bout des lèvres à leur supposée "préoccupation" pour les droits de l'homme dans le pays. Macron ? Visite. Jonson ? Visite. Bennet ? Visite.

Je pourrais continuer, mais vous voyez l'idée. À un certain moment, le spectacle de marionnettes politiques après marionnettes politiques faisant la queue pour acclamer Xi Jinping et le gouvernement chinois est si écrasant qu'il dément l'idée que la Chine est vraiment un ennemi de l'Occident.

Donc quoi vraiment passe ici?

La ligne de propagande occidentale sur la Chine

À ce stade, nous sommes confrontés à un paradoxe apparent.

D'une part, la Chine est dépeinte comme une telle menace pour l'ordre international - menaçant ses voisins maritimes et réprimant sa minorité ouïghoure alors même que sa puissance militaire et son influence géopolitique augmentent - que des groupes entièrement nouveaux (le "Quad") et traités (le PTP) doivent être conçus pour le contenir.

D'un autre côté, les (mauvais) dirigeants du monde se déchaînent pour prouver à quel point ils sont proches du président Xi et pour conclure des accords avec le gouvernement chinois.

Comme d'habitude, il y a une explication simple à cette apparente contradiction que la plupart des gens peuvent immédiatement comprendre : l'argent. Vous voyez, les Chinois achètent des politiciens. Passer du temps au contact de la nature au quotidien augmente notre bien être. Les bénéfices sont physiques et mentaux. Réaliser des activités comme le jardinage, faire de l'exercice en extérieur ou être entouré d'animaux ont de nombreux effets positifs. pourquoi tous ces mondialistes font la queue pour faire l'éloge et signer des traités avec les ChiComs.

Et, comme d'habitude, il y a du vrai dans cette explication. Le chinois êtes actif dans les opérations d'influence internationale, employant toutes les astuces du livre: pas seulement corruption, mais la création de des programmes de « bourses » lucratifs pour recruter des chercheurs étrangers, l'utilisation de agents doubles à des postes sensibles, et, bien sûr, le Bon vieux piège à miel.

Mais si les motivations financières (ou sexuelles) peuvent suffire à expliquer le comportement sinophile de certains politiques et chercheurs, elles ne suffisent pas à expliquer le phénomène des 40 dernières années. Comme j'ai documenté dans le passé, l'ascension de la Chine à sa position d'importance économique, géopolitique et militaire ne s'est pas produite du jour au lendemain et elle ne s'est pas produite à la suite d'une poignée de politiciens achetés et payés. Au contraire, la Chine a été soigneusement et intentionnellement érigée en acteur majeur du nouvel ordre mondial multipolaire émergent par le même groupe de globalistes qui ont supervisé la finance et la géopolitique mondiales au cours des 50 dernières années.

Mais pourquoi?

Pour comprendre cette question, il est fructueux de jeter un coup d'œil à ce que les mondialistes voient en Chine. Nous pouvons avoir un aperçu de la réponse en examinant un thème curieux et récurrent dans la propagande médiatique contrôlée de l'establishment sur la Chine. Je l'appelle : « La Chine est horrible ! . . . Mais ne serait-ce pas agréable ? »

Ce thème peut être vu dans presque tous les articles des médias d'entreprise contrôlés sur les maux du gouvernement chinois et son traitement de ses citoyens. En un mot, ils exposent le contrôle incroyablement orwellien que les ChiComs exercent sur tous les aspects de la vie des citoyens, le décriant comme tyrannique. . . et ensuite souligner l'efficacité de ce système autocratique dans la gestion de l'économie chinoise et la construction de la puissance militaire et de l'influence géopolitique chinoises. L'effet d'une telle propagande est toujours de rappeler au lecteur que la Chine est l'ennemi et mérite nos deux minutes de haine, mais qu'il serait bien que nos gouvernements occidentaux "démocratiques" aimants assument également certains de ces pouvoirs.

L'expression désormais tristement célèbre d'« admiration » de Trudeau pour la dictature chinoise est un exemple de ce thème, mais les propagandistes de Le New York Times fourni peut-être l'expression quintessentielle de cette idée dans un article récent, "Vivre selon le code : en Chine, les contrôles de l'ère Covid peuvent durer plus longtemps que le virus. »

L'article s'ouvre sur le sort de Xie Yang, un avocat des droits de l'homme qui a décidé de se rendre à Shanghai pour rendre visite à la mère d'un dissident même après que les autorités locales l'aient mis en garde contre le voyage. Sur le chemin de l'aéroport, les responsables ont changé l'état de santé de Xie sur son application de code de santé mandatée par le gouvernement de "vert", ce qui signifie qu'il était libre de voyager, à "rouge", incitant la sécurité de l'aéroport à tenter de le mettre en quarantaine.

Le reste de l'article suit une ligne délicate : il documente avec précision les violations flagrantes des droits de l'homme permises par la grille de surveillance de la biosécurité érigée par le gouvernement chinois, mais il est parsemé de rappels constants sur la façon dont efficaces cette grille est à "contenant" l'arnaque. Le gouvernement chinois, nous dit-il, est devenu "enhardi par ses succès dans l'éradication de Covid". Et, nous dit-on, l'application du code de la santé mandatée par le gouvernement est "la clé de l'objectif de la Chine d'éradiquer le virus entièrement à l'intérieur de ses frontières". Ces contrôles "ont vraiment produit d'excellents résultats, car ils peuvent surveiller chaque individu", a déclaré l'article citant un travailleur dentaire chinois. le Horaires affirme même que le « succès du gouvernement à limiter les infections » a conduit à un « large soutien » pour les mesures.

En d'autres termes : la tyrannie de la Chine est horrible ! . . . Mais ne serait-ce pas agréable ?

Une fois que vous aurez remarqué ce stratagème de propagande particulier, vous le verrez partout dans les discussions dominantes sur la « menace » chinoise qui est censée être la plus grande « menace » pour le monde libre. Et une fois que vous do remarquez cette astuce, vous commencerez à comprendre le réal raison pour laquelle les mondialistes ont travaillé si étroitement avec la Chine pendant des décennies : non pas parce qu'ils sont partisans du communisme, mais parce qu'ils voient la Chine comme un laboratoire expérimental dans lequel perfectionner une nouvelle forme de gouvernance pour la planète.

C'est précisément ce que voulait dire David Rockefeller lorsqu'il écrivit sa tristement célèbre ode au président Mao en août 1973. New York Times éditorial, "D'un voyageur chinois"

L'expérience sociale en Chine sous la direction du président Mao est l'une des plus importantes et des plus réussies de l'histoire de l'humanité.

Ce n'est pas que Rockefeller était un communiste secret (ou pas si secret). En fait, il s'avère que le système de gouvernance chinois n'est pas du tout du communisme.

La Chine n'est pas communiste

Alors si la Chine n'est pas communiste, qu'est-ce que c'est ?

La réponse est simple : la Chine est une technocratie.

Maintenant, soit vous êtes un pauvre normand perdu qui est tombé d'une manière ou d'une autre sur cet éditorial et n'a aucune idée de ce que signifie cette déclaration, soit vous êtes un adepte des médias indépendants et vous avez déjà une assez bonne compréhension de ce qu'est la "technocratie" . Si le premier est le cas, je vous recommanderais explorer mes archives sur le sujet pour mieux comprendre ce qu'est la technocratie et comment elle sert de principe directeur de choix pour les mondialistes au 21e siècle.

Pour résumer, il y a deux manières de comprendre ce qu'est la technocratie. Il y a la définition simple et inoffensive fournie au public, qui soutient que la technocratie est simplement un gouvernement par une élite scientifique et technique. Et puis il y a l'hypothèse cachée sur laquelle repose cette définition : à savoir que « l'élite scientifique et technique » est redevable à la «Superclasse» dont ils tirent leurs financements, leurs repères de recherche et leurs valeurs. La « science », après tout, n'est qu'un processus, et la technologie n'est qu'un moyen d'appliquer les connaissances scientifiques à la poursuite d'un objectif spécifique. Mais dont le but ? On voit ainsi que la technocratie n'est pas la règle bienveillante d'une classe scientifique éclairée, mais la utilisé de cette classe par l'oligarchie dirigeante pour gérer plus efficacement la population humaine.

Que la Chine soit une technocratie n'est pas une observation controversée. Il a été réalisé par un certain nombre d'universitaires, dont Liu Yongmou, professeur de philosophie des sciences et de la technologie à l'Université Renmin de Chine. Dans un article de 2016 dans Questions de science et de technologie intitulé "Les avantages de la technocratie en Chine», Yongmou détaille comment la technocratie a été importée en Chine sous le surnom de « politique experte » par Luo Longji, un politicien et intellectuel qui a étudié auprès des technocrates d'origine à l'Université de Columbia dans les années 1920. Ce système de gouvernance a été initialement évité par Mao, qui a préféré la dévotion au parti plutôt que l'expertise technique, mais a prospéré dans l'ère post-Mao, culminant avec les trois derniers présidents de la Chine - Jiang Zemin, Hu Jintao et Xi Jinping - tous ayant initialement étudié l'ingénierie.

Ce n'est pas un détail anodin. L'état d'esprit technocratique est partout apparent dans le système chinois, où les citoyens sont traités comme des variables indisciplinées dans une équation par ailleurs harmonieuse, des variables qui ne peuvent être apprivoisées que par une logique rigoureuse et des restrictions algorithmiques impitoyables. D'où la longue liste de techniques impitoyables, inhumaines, mais sans doute « efficaces » pour gérer la population. Les techniques, dirigées par les Chinois, vont du réseau de reconnaissance faciale le plus répandu au monde au vaste système de crédit social, qui réglemente le comportement des citoyens en leur interdisant les transports en commun ou en bloquant leur accès à l'enseignement supérieur ou à des emplois bien rémunérés s'ils ne pas se conformer aux diktats du gouvernement.

Faut-il alors s'étonner que la Chine ait été le premier pays à déployer le « laissez-passer de santé » basé sur le code QR et hébergé sur smartphone qui permet au gouvernement, s'il le souhaite, d'empêcher toute personne de franchir n'importe quel point de contrôle gouvernemental à tout moment ? ? Ou que les médias occidentaux – sans parler des (mauvais) dirigeants comme Trudeau – convoiteraient si ouvertement ces pouvoirs ?

Comme Patrick Wood, l'auteur de multiples ouvrages sur l'histoire cachée de la technocratie, le résume avec justesse dans son article intitulé (à juste titre) "La Chine est une technocratie"

La Chine est une technocratie à part entière et c'est la première du genre sur la planète Terre, grâce à la manipulation intelligente et au soutien des élites occidentales comme la Commission trilatérale. [. . .] En conclusion, le danger clair et présent pour la domination mondiale n'est pas une sorte de dérivé marxiste, mais plutôt la technocratie néo-autoritaire. Vivre sous un tel système sera bien plus oppressant et douloureux que le socialisme, le communisme ou le fascisme.

Il est important de comprendre cela, car si nous ne voyons pas que la Chine n'est pas plus communiste que les États-Unis ne sont « libres » et « démocratiques », alors nous ne comprendrons jamais ce que cette étrange danse d'amour/haine à propos du nouveau croque-mitaine chinois/ frenemy est vraiment à propos.

L'élite mondiale du pouvoir perfectionne ses techniques de contrôle de la population humaine et la Chine est le laboratoire technocratique où elle teste ces techniques. Cette activité c'est pourquoi Trudeau, les médias grand public et tous les autres organes de l'establishment "Superclasse" vraiment admirer la Chine.

Cet éditorial hebdomadaire fait partie de Abonné au rapport Corbett Newsletter

Pour soutenir le rapport Corbett et accéder à la newsletter complète, veuillez s'inscricre pour devenir membre du site.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire l'article original […]

Timothée

J'exhorte respectueusement Rick Wiles et son Trunews à comprendre ces informations.

[…] Corbett : L'appel de la sirène de la technocratie en Chine convoque… […]