Démêler la grande réinitialisation et la guerre mondiale irrationnelle contre le carbone

S'il vous plaît partager cette histoire!
Les gens ne devraient pas oublier qu'il s'agit d'unités à base de carbone et qu'une guerre contre le carbone est essentiellement une guerre contre eux. Néanmoins, l'élite mondiale représentée par le WEF, les banques centrales, les ONG, les fondations et Blackrock nous enfoncent dans la gorge leurs politiques de technocratie. Éditeur TN

La grande réinitialisation du Forum économique mondial (WEF) a été présentée au public comme une opportunité de construire un avenir durable et neutre en carbone. L'extrait sonore omniprésent de reconstruire mieuxou « reconstruire plus vert », en tant que Premier ministre britannique Boris Johnson l'a récemment reformulé, suggère que la reprise après la dévastation économique, à la suite de la prétendue pandémie, est une chance pour le monde de "réinitialiser."

Objectif de développement durable 11 (b) de l'ONU Agenda 2030 États:

D'ici 2020, augmenter considérablement le nombre de villes et d'établissements humains adoptant et mettant en œuvre des politiques et des plans intégrés d'adaptation au changement climatique, de résilience aux catastrophes, et développer et mettre en œuvre, conformément au Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030, gestion globale des risques de catastrophe à tous les niveaux.

L'équipe de Cadre Sendai pour la prévention des catastrophes, écrit en 2015, déclare :

La phase de relèvement, de réhabilitation et de reconstruction, qui doit être préparée en amont d'une catastrophe, est une opportunité cruciale pour Reconstruire en mieux.

Avec l'émergence en 2020 de la prétendue pandémie mondiale, établissements humains ont certainement mis en œuvre des plans. S'inscrivant parfaitement dans l'Agenda 2030, nos dirigeants s'efforcent de reconstruire mieux se concentrent sur une reprise qui semble avoir été planifiée bien avant que quiconque n'ait même entendu parler du SRAS-CoV-2.

Une vision pour l'avenir

Le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (WBCSD) a publié ses Document Vision 2050 en 2010. Visant à transformer l'économie mondiale pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD), ils ont déclaré qu'une voie serait nécessaire. ce serait « exigent des changements fondamentaux dans les structures de gouvernance, les cadres économiques, les entreprises et le comportement humain ». Ils envisageaient deux périodes distinctes de transformation.

Le WBCSD est une organisation de 200 PDG de certaines des plus grandes entreprises mondiales. C'est la plaque tournante de plus de 60 conseils d'entreprises nationaux et régionaux et d'organisations partenaires, notamment les Nations Unies, la Commission européenne, le Forum économique mondial (WEF), la Banque mondiale, l'Organisation mondiale de la santé, le Fonds mondial pour la nature, le projet de loi et Fondation Melinda Gates, la Fondation Ford et BlackRock.

Ils ont appelé la décennie 2010-2020 la Ados turbulents. Ce serait le moment de construire les mécanismes qui permettraient à la changements fondamentaux être établit. Temps de transformation débuterait en 2020, une fois que les changements fondamentaux auraient pu « Mûrir en connaissances, comportements et solutions plus cohérents ».

Dans sa conclusion, le WBCSD a suggéré comment le processus de passage de la Ados turbulents into the Temps de transformation Pourrait se produire:

Crise. Opportunité. C'est un cliché commercial, mais il y a du vrai là-dedans.

Alors que pour beaucoup d'entre nous, 2020 a été un désastre, le WBCSD a été l'un des principaux planificateurs de la nouvelle normale économie mondiale pour qui la pandémie mondiale n'aurait pu arriver à un moment plus opportun. Ce fut une coïncidence remarquable que le droit opportunité de crise arrivé exactement à l'heure prévue. En 2020, ils ont mis à jour leur Vision 2050. Reconnaissant que le le temps de se transformer étaient arrivés, ils ont dit :

Malgré son énorme coût humain et financier, la pandémie de COVID-19 a créé une opportunité de conduire et d'accélérer le changement à un rythme complètement différent de celui que nous aurions pu imaginer auparavant.

Bien qu'ils aient imaginé exactement cette possibilité. Les partenaires du WBSCD, le WEF, ont également compté leurs bonnes étoiles. La prétendue pandémie mondiale de Covid-19 était une opportunité pour apporter les changements sociaux, économiques et politiques importants qu'ils espéraient depuis longtemps :

La crise du Covid-19, et les perturbations politiques, économiques et sociales qu'elle a provoquées, modifient fondamentalement le contexte traditionnel de la prise de décision… Alors que nous entrons dans une fenêtre d'opportunité unique pour façonner la reprise, cette initiative… informera tous ceux qui déterminent l'état futur des relations mondiales, l'orientation des économies nationales, les priorités des sociétés, la nature des modèles économiques et la gestion d'un bien commun mondial.

Dans sa lettre au PDG de 2021, Larry Fink, président de BlackRock, a également exprimé sa gratitude pour la bonne fortune de BlackRock alors qu'il développait l'opportunité sans précédent présenté par le Covid-19 :

La pandémie a présenté une telle crise existentielle… qu'elle nous a poussés à affronter avec plus de force la menace mondiale du changement climatique. Les marchés ont commencé à intégrer le risque climatique à la valeur des titres… accéléré encore plus vite. Je pense que c'est le début d'une transition longue mais qui s'accélère rapidement – ​​une transition qui se déroulera sur de nombreuses années et refaçonnera les prix des actifs de tous types… la transition climatique présente une opportunité d'investissement historique.

Les commentaires de Fink décrivent comment la grande réinitialisation Build Back Better Great Reset est censée fonctionner. Certaines personnes semblent penser que développement durable a quelque chose à voir avec l'environnementalisme, sauver la planète ou quelque autre vague « agenda vert ». Malheureusement, ils sont loin du compte.

Colle d'entreprise

Le développement durable signifie capitalisme des parties prenantes comme le ciment de l'entreprise qui maintient ensemble un réseau mondial de partenariats public-privé qui assument collectivement le rôle de gouverneurs mondiaux. Sous leur intendance le système monétaire et financier international (SFI) est en train de se transformer. Le réseau de partenaires des parties prenantes est occupé à capitaliser un marché d'obligations carbone de 120 XNUMX milliards de dollars en tant que fondement du nouveau FMIS.

Des militants écologistes comme Greta Thunberg et Extinction Rebellion s'imaginent peut-être qu'ils sont à l'avant-garde d'une bataille écologiste mondiale contre le changement climatique et le gros pollueurs qui sont coupables de l'avoir causé. En réalité, involontairement ou non, ce sont des leaders d'image pour le les gros pollueurs département des relations publiques.

Le même méprisé les entreprises mondiales sont des membres clés d'un partenariat public-privé mondial qui utilise la ruse du changement climatique pour établir le nouveau FMIS. Celui qui consolidera leur puissance économique mondiale et donc leur autorité mondiale.

Non seulement la prétendue pandémie mondiale livrer la bonne crise au bon moment, dans une autre coïncidence vraiment remarquable, cela nous a habitués aux changements de comportement nécessaires pour vivre dans notre nouveau IMFS durable. Des déplacements réduits, un accès limité aux ressources, un faible taux d'emploi, l'austérité, la dépendance à l'égard du soutien financier de l'État et de nouvelles formes de monnaie basées sur des mesures durables des parties prenantes, font tous partie de notre avenir net zéro prévu.

Les partenaires du WEF, Deutsche Bank, font certainement partie des entreprises mondiales qui en sont conscientes. Ils a publié un article en novembre 2020 dans lequel leur analyste senior Eric Heymann a décrit ce que laisse présager une économie neutre en carbone :

L'impact de la politique climatique actuelle sur la vie quotidienne des gens est encore assez abstrait. La politique climatique se traduit par une augmentation des taxes et des redevances sur l'énergie. Si nous voulons vraiment atteindre la neutralité climatique, nous devons changer nos comportements dans tous ces domaines de la vie. Un revirement majeur de la politique climatique produira certainement des perdants tant pour les ménages que pour les entreprises. En outre, la prospérité et l'emploi risquent d'en souffrir considérablement. Il n'existe pas encore de technologies rentables adéquates pour nous permettre de maintenir notre niveau de vie d'une manière neutre en carbone. Cela signifie que les prix du carbone devront augmenter considérablement afin d'inciter les gens à changer leur comportement. Une autre option (ou peut-être complémentaire) consiste à durcir considérablement la législation réglementaire. Dans quelle mesure pouvons-nous être prêts à accepter une sorte d'éco-dictature (sous forme de loi réglementaire) pour aller vers la neutralité climatique ?

Cela concorde avec les observations des anciens et actuels gouverneurs de la Banque d'Angleterre. Avant son départ en tant que gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney a mis en garde que les entreprises incapables de respecter les normes réglementaires SDG »fera faillite sans aucun doute. En d'autres termes, les lignes de crédit, sans lesquelles même les entreprises multinationales ne peuvent espérer fonctionner, ne seront réservées qu'à ceux qui peuvent se permettre de mettre en œuvre les conditions changements.

Plus récemment, maintenant en tant qu'envoyé spécial des Nations Unies pour l'action et le financement pour le climat, le conseiller spécial du gouvernement britannique à la conférence COP26 et un Conseil d'administration du WEF, Carney renforcé son message et fait signe à son partenaires parties prenantes comment le nouveau FMIS sélectionnerait les gagnants et les perdants des entreprises.

Il y aura des industries, des secteurs et des entreprises qui réussiront très bien au cours de ce processus, car ils feront partie de la solution. Mais il y aura aussi des retardataires et ils seront punis.

L'équipe de gagnants et perdants ne s'appliquera pas qu'aux entreprises. La nouvelle partie prenante IMFS ne semble pas non plus être basée sur l'emploi de masse. Récemment, le gouvernement britannique a publié son Rapport du groupe de travail sur les emplois verts. Promettant un avenir brillant d'opportunités d'emploi, ils citent le rapport de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) Net Zero d'ici 2050 : une feuille de route pour le secteur énergétique mondial. L'État de l'AIE :

La transition vers le net zéro apporte de nouvelles opportunités substantielles pour l'emploi, avec 14 millions d'emplois créés d'ici 2030… Sur notre chemin, environ 5 millions d'emplois sont perdus… ce qui signifie que les changements structurels peuvent provoquer des chocs pour les communautés avec des impacts qui persistent dans le temps. Cela nécessite une attention politique prudente pour faire face aux pertes d'emplois. Il sera essentiel de minimiser les difficultés associées à ces perturbations… en localisant de nouvelles installations d'énergie propre dans les zones fortement touchées dans la mesure du possible et en fournissant une aide régionale.

Emplois pivots

Pour être clair, des révolutionnaires verts comme Mark Carney et l'AIE suggèrent que nous pouvons pratiquement éliminer l'industrie lourde, réduire la capacité de fabrication pratiquement à zéro, retirer les combustibles fossiles du marché énergétique domestique et commercial et, en même temps, augmenter l'emploi. Cela surprendra certainement PriceWaterhouseCoopers (PwC), qui renommés avec Chatham House et le WEF.

En 2018, PwC a modélisé le Main-d'œuvre du futur. Ils ont présenté un certain nombre de scénarios basés sur mégatendances et leurs évaluations de la façon dont nous pourrions nous adapter à ces impositions apparemment inévitables. Quel que soit le modèle qu'ils ont décrit, le thème commun était l'automatisation croissante et la domination de l'IA sur le lieu de travail. Les pertes d'emplois sont inévitable ont-ils dit, même si de nouveaux emplois seront créés.

Cependant, la portée et l'éventail de ces nouveaux emplois semblent être extrêmement limités. Ces emplois créés seront créés par ce que PwC a décrit comme « personnes essentielles ». Ils ont un ensemble de compétences très particulier qui les rend UNE à leurs employeurs parties prenantes. PwC a prédit :

Les travailleurs qui effectuent des tâches que l'automatisation ne peut pas encore résoudre deviennent plus essentiels, ce qui signifie que la créativité, l'innovation, l'imagination et les compétences en conception seront prioritaires par les employeurs. Ce point de vue est soutenu par les chefs d'entreprise du monde entier qui ont répondu à notre plus récent sondage auprès des PDG… Ce sont les personnes « pivotantes ».

Il semble qu'il y aura de maigres opportunités d'emploi pour le reste d'entre nous dans notre avenir durable. Les quelques emplois restants seront limités uniquement aux tâches qui ne peuvent pas être effectuées par l'automatisation ou l'IA. Seulement le Photobooth des personnes, avec des compétences adaptées aux parties prenantes de l'entreprise, seront de toute valeur. Il existe de nombreuses raisons d'accorder une grande crédibilité à l'étude de 2013 par Chercheurs de l'Université d'Oxford qui a prédit que 47% de tous les emplois seront perdus.

Le Royal Institute of International Affairs (Chatham House) a réfléchi à ce que ce nouvel avenir du carbone signifiera pour nous, les gens ordinaires. Toujours en 2018, le RIIA a mandaté la Royal Society qui a effectué un examen de la littérature disponible sur l'impact de l'IA et de l'automatisation. Ils ont constaté un manque flagrant de recherche évaluant les implications pour nous, en tant qu'individus. Ils ont trouvé:

Ces preuves montrent que l'utilisation de la technologie numérique dans le travail est liée à une polarisation croissante du travail entre les emplois principalement effectués par des travailleurs ayant un faible niveau d'éducation formelle (« peu instruits ») et les emplois effectués par des travailleurs très instruits… Pertes individuelles dues au déplacement liées à l'automatisation n'ont pas encore été estimées, mais une littérature plus large suggère que ces pertes peuvent être importantes et persistantes. Cela peut … conduire à des augmentations significatives des inégalités, en particulier si les employeurs ont un pouvoir de marché important.

Ainsi, la base de la confiance du Groupe de travail sur les emplois verts et de l'AIE concernant la création d'emplois semble être un mystère. Il est probablement intéressant de noter qu'il s'agit de prédictions modélisées.

Le successeur de Carney au poste de gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE), Andrew Bailey, a déjà déclaré qu'il serait important de se débarrasser de « emplois improductifs » et a déclaré que les pertes d'emplois, en raison de la « Crise du Covid-19 » étaient inévitables. Encore une fois, la pandémie mondiale nous a apparemment acclimatés à la nouvelle économie neutre en carbone.

Réponse « économique » sans précédent

Mark Carney, alors gouverneur de la BoE, a participé à la Symposium des banquiers centraux du G7 à Jackson Hole, Wyoming quatre mois avant le premier cas de Covid-19 ont été signalés. Lors de cette réunion, la plus grande société de gestion de placements au monde, BlackRock, a présenté son rapport intitulé Faire face au prochain ralentissement, aux banquiers centraux réunis. BlackRock a déclaré :

Des politiques sans précédent seront nécessaires pour répondre au prochain ralentissement économique. La politique monétaire est presque épuisée alors que les taux d'intérêt mondiaux plongent vers zéro ou en dessous. La politique budgétaire à elle seule aura du mal à fournir une stimulation majeure en temps opportun étant donné les niveaux élevés d'endettement et les retards typiques de mise en œuvre.

BlackRock a déclaré que l'IMFS actuel ne serait pas en mesure de répondre efficacement à une crise financière majeure :

Les politiques monétaires conventionnelles et non conventionnelles fonctionnent principalement grâce à l'effet stimulant de la baisse des taux d'intérêt à court et à long terme. Ce canal est presque épuisé.

La politique budgétaire (dépenses publiques et fiscalité) ne serait pas en mesure de répondre à un "déclin" because  dette gouvernementale était hors des charts. Un manque d'activité dans l'économie productive signifiait que les augmentations d'impôts seraient insuffisantes pour répondre à un krach financier majeur. De même, la politique monétaire (créer de la monnaie) a été exploité parce que les prêts interbancaires et les marchés obligataires associés étaient proches de l'implosion.

Il y avait un sentiment d'urgence parmi les banquiers du G7, comme l'a révélé Mark Carney. En août 2019, s'exprimant à la Symposium de Jackson Hole, Il a dit:

Plus fondamentalement, une asymétrie déstabilisante au cœur de l'IMFS se développe. Une économie mondiale multipolaire nécessite un nouvel IMFS pour réaliser son plein potentiel. Ce ne sera pas facile. L'histoire enseigne que la transition vers une nouvelle monnaie de réserve mondiale peut ne pas se dérouler en douceur… Les développements technologiques offrent le potentiel pour qu'un tel monde émerge. La Banque d'Angleterre… a été claire… les conditions d'engagement de tout nouveau système de paiement privé systémique doivent être en vigueur bien avant tout lancement… peut-être par le biais d'un réseau de monnaies numériques de banque centrale… les déficiences du FMIS ont devenir de plus en plus puissant. Même une connaissance passagère de l'histoire monétaire suggère que ce centre ne tiendra pas… Je terminerai en ajoutant de l'urgence au défi de Ben Bernanke. Mettons fin à la négligence malveillante de l'IMFS et construisons un système digne de l'économie mondiale diversifiée et multipolaire qui est en train d'émerger.

Il est clair que le les capitalistes parties prenantes avait accepté que l'IMFS existant était terminé avant la pandémie mondiale. Par conséquent, BlackRock a proposé un autre Solution.

Ils ont recommandé qu'une société de gestion d'investissement, BlackRock par exemple, soit chargée d'aspirer les titres spéculatifs et les dérivés pour le compte des gouvernements. Cela pourrait être fait en contournant toute analyse de risque, permettant aux banques centrales d'acheter d'énormes volumes d'actifs indésirables pour financer directement la politique du gouvernement.

Ce faisant, BlackRock suggérait que la politique budgétaire du gouvernement devrait être contrôlée par la politique monétaire de la banque centrale. Ils étaient en train d'établir un système de contrôle de la politique gouvernementale par la banque centrale. Ils ont appelé ça « aller directement ».

BlackRock a dit que aller directement ne serait nécessaire qu'en cas de « état inhabituel » résultant de « circonstances inhabituelles ». Tandis que la « état inhabituel » nécessiterait un « installation permanente », aller directement ne serait utilisé que temporairement. Une fois les objectifs de politique budgétaire atteints, qui, selon leur plan, seraient également des objectifs de politique monétaire, le installation permanente pourrait alors passer à la "stratégie de sortie" placé sur le « horizon politique ».

Trop gros pour échouer - Encore une fois

Un mois plus tard, ces conditions inhabituelles a surgi avec l'effondrement du marché des accords de pension (repo) aux États-Unis.

Les accords de rachat sont emprunt de courte durée, généralement du jour au lendemain, où les courtiers en obligations offrent principalement des obligations d'État aux investisseurs avec un accord pour les racheter à un prix plus élevé le lendemain. Cette différence marginale est la taux repo.

Le marché des pensions permet aux sociétés et autres détenteurs d'obligations de lever des capitaux rapidement. Les investisseurs peuvent réaliser un profit rapide et, comme le marché se compose principalement de titres sûrs (obligations d'État), le marché des pensions est généralement considéré comme stable. C'est un élément essentiel du système de prêt interbancaire où les banques échangent les réserves de la banque centrale pour régler les paiements et déplacer les capitaux.

Le taux des pensions est généralement d'environ 2%, mais le 17 septembre 2019, le marché américain des pensions s'est arrêté, obligeant les détenteurs de bons du Trésor à augmenter le taux à 10%. en un jour. Malgré ce taux beaucoup plus attractif, les investisseurs ne sont toujours pas entrés sur le marché des pensions. Ils auraient dû sauter sur l'occasion de faire une mise à mort rapide grâce à l'augmentation du taux de prise en pension, mais ils ne l'ont pas fait.

Lorsque le marché des pensions s'est effondré, seuls quatre géants bancaires américains [JPMorgan Chase & Co., Bank of America, Wells Fargo et Citibank (Citigroup Inc.)] détenaient 25 % des réserves de la Fed et 50 % des bons du Trésor américain (obligations du gouvernement américain) entre eux. Leurs liquidités étaient fortement orientées vers les bons du Trésor. Dans leur 2019 4e rapport trimestriel la Banque des règlements internationaux (BRI) a expliqué pourquoi il s'agissait d'un problème grave :

Les marchés des pensions redistribuent la liquidité entre les institutions financières : non seulement les banques, mais aussi les compagnies d'assurance, les gestionnaires d'actifs, les fonds monétaires et autres investisseurs institutionnels. Ce faisant, ils contribuent au bon fonctionnement des autres marchés financiers. Ainsi, toute perturbation durable de ce marché … pourrait rapidement se répercuter sur le système financier. Le gel des marchés des pensions à la fin de 2008 a été l'un des aspects les plus dommageables de la Grande Crise Financière. Les quatre plus grandes banques américaines sont spécifiquement devenues des acteurs clés : leur position prêteuse nette… a augmenté rapidement, atteignant environ 300 milliards de dollars fin juin 2019. Dans le même temps, les 25 banques suivantes ont réduit leur demande de financement en pension. sont susceptibles d'avoir réduit les réserves de liquidités des quatre grandes banques et leur volonté de prêter sur le marché des pensions.

La BRI a reconnu que des années d'assouplissement quantitatif (impression de monnaie virtuelle) à la suite du krach financier de 2008, avaient fourni tellement de liquidités aux banques commerciales américaines qu'elles avaient moins besoin d'utiliser le marché des pensions. Dans le même temps, les plus grandes institutions financières détenaient tellement de bons du Trésor qu'elles risquaient de devenir leurs propres clients. Loin d'être des investissements stables, les bons du Trésor américain semblaient nettement fragiles. Cela a davantage dissuadé les investisseurs potentiels du marché des pensions.

De plus, avec autant de réserves, la fluctuation du taux directeur a rendu instables les cash-flows des plus grandes banques. La BRI a noté que, pour ces too big to fail banques, "leur capacité à fournir des financements à court terme sur les marchés des pensions a été diminuée." Ils ont ajouté que c'était "un facteur structurel sous-jacent qui aurait pu amplifier la réaction du taux de prise en pension."

La BRI a alors affirmé que la Fed avait "marchés apaisés" en se lançant dans encore plus de QE (création d'argent) en achetant les bons du Trésor aux géants bancaires qui encombrent le système. Les grands médias financiers sont restés presque silencieux alors que la Fed pompé 6 XNUMX milliards de dollars à Wall Street. Le système de crédit interbancaire se bloquait à nouveau, tout comme en 2007.

Financement direct des gouvernements

BlackRock's aller directement Le plan, présenté au G7 en août 2019, a commencé à prendre effet en septembre 2019 avec l'effondrement du marché des pensions. Quelques mois plus tard, lorsque l'OMS a déclaré la pandémie mondiale, les conditions et circonstances économiques sont devenues encore plus inhabituel. BlackRock a expliqué comment aller directement activé le réponse économique à la pandémie mondiale:

L'évolution future et la propagation mondiale de l'épidémie de coronavirus sont très incertaines … le confinement et la distanciation sociale sont finalement atteints en réduisant l'activité économique … Cela nécessite une réponse politique décisive, préventive et coordonnée … Une réponse mondiale globale devrait comporter les éléments suivants : … Des indemnités de maladie généreuses et des régimes de chômage partiel pour stabiliser les revenus et limiter les pertes d'emplois… développer les facilités de financement pour les prêts… La politique monétaire devrait se concentrer sur la prévention d'un durcissement injustifié des conditions financières et assurer le fonctionnement des marchés financiers.

By aller directement, les banques centrales du monde entier, y compris la BoE, se sont engagées dans des niveaux sans précédent d'assouplissement quantitatif pour financer directement les dépenses publiques au cours de la pandémie mondiale. Ce plan a été conçu en août 2019, sept mois avant que l'OMS ne déclare un Crise Covid-19. Il n'y a actuellement aucun signe de la fin de ce qui est effectivement une création monétaire à une échelle inimaginable.

Lors du sommet du G2021 à Cornwall en 7, les médias financiers ont rapporté que "Leaders mondiaux" ait eu a accepté de poursuivre le QE. Ils n'avaient pas accepté de continuer quoi que ce soit, cette décision avait été prise des mois plus tôt par BlackRock et les banquiers du G7 réunis à Jackson Hole. Nous devons cesser nos illusions que les marionnettes politiques ont défilé devant les caméras de télévision sont aux commandes. Ils ne contrôlent rien.

Fin mai 2021, les banquiers centraux du G7 se sont à nouveau réunis pour discuter du nouveau FMIS qu'ils étaient déjà en train de construire. Les gouverneurs des banques centrales se sont joints aux représentants du Fonds monétaire international (FMI), du Groupe de la Banque mondiale, de l'OCDE, de l'Eurogroupe et du FSB (BRI). Par aller directement, les ministres des finances du gouvernement du G7 présents ont été chargés de suivre les politiques fiscales que les banquiers leur ont dit de mettre en œuvre.

Suite à leur rencontre, les banquiers centraux a publié son communiqué au monde:

Nous continuerons à travailler ensemble pour assurer une reprise mondiale forte, durable, équilibrée et inclusive qui se reconstruira mieux et plus écologiquement à partir de la pandémie de Covid-19… Nous soulignons la nécessité de verdir le système financier mondial afin que les décisions financières prennent en compte les considérations climatiques … Nous nous engageons à augmenter et à améliorer nos contributions au financement climatique jusqu'en 2025, notamment en augmentant le financement de l'adaptation et le financement des solutions basées sur la nature … Nous nous engageons également à appliquer un impôt minimum mondial d'au moins 15 % pays par pays.

BlackRock a présenté le G7 avec la solution ils utiliseraient en réponse à la pandémie. Les politiques de verrouillage ont provoqué l'effondrement ultérieur des économies et du commerce mondial. Cela a aggravé la crise financière qui a commencé avec l'échec du repo. Les banques centrales ont alors augmenté l'échelle de aller directement.

QE fourni généreuse indemnité de maladie et les régimes de chômage partiel ont été utilisés pour stabiliser les revenus et limiter les pertes d'emplois. Il n'y a jamais eu de justification scientifique ou d'avantage de santé publique pour les blocages. Ils ont été conçus pour créer un réponse globale globale à étendre le financement pour les prêts afin de protéger et assurer le fonctionnement des marchés financiers.

On connaît désormais la stratégie de sortie de BlackRock horizon politique ressemble à. C'est la transition réussie vers une économie mondiale neutre en carbone et à zéro net. Les banquiers centraux décideront quand ces objectifs durables ont été atteints et, jusque-là, ils sont "aller directement" et sont fermement en charge de tout.

En janvier 2020, tout comme le pandémie mondiale était en train de construire, le Forum économique mondial (WEF) a publié ses Indicateurs pour la création de valeur durable. Cela a établi les critères ODD selon lesquels tous les actifs d'investissement seront évalués.

Toute entreprise qui a besoin de lever des capitaux devra répondre à ces exigences. Ils stipulent que les gagnants de ce nouvel IMFS auront les bonnes personnes (pivotantes) à son conseil d'administration, ils s'engageront avec les bonnes personnes parties prenantes, leur comportement éthique répondra à l'approbation du WEF et ils pourront se permettre toutes les compensations de carbone nécessaires et d'autres adaptations au changement climatique.

En mars 2020, en tant que pandémie a été déclaré, le WEF a combiné leurs smétriques durables en un score Environnemental, Social et de Gouvernance (ESG). Le WEF a déclaré:

À la lumière des preuves croissantes, de l'activisme et de la réglementation, les investisseurs intègrent des considérations climatiques dans leurs décisions d'investissement. Par exemple, un groupe d'investisseurs gérant 118 XNUMX milliards de dollars d'actifs s'attend désormais à ce que les entreprises fournissent des informations conformément à la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD).

L'équipe de preuves de montage a été produit par des modèles informatiques, le militants étaient des gens comme Mark Carney, qui menaçaient de mettre les entreprises en faillite à moins qu'elles ne s'y conforment, et les règlements (TCFD) étaient déterminés par le Conseil de stabilité financière de la BRI. Cela signifiait que l'ensemble du système était finalement sous le contrôle du Banque des règlements internationaux.

PPP mondial - Une grande réinitialisation

En janvier 2021, les actionnaires capitalistes ont convenu de "convergence." Les ESG ont été établis en tant que Indicateurs du capitalisme des parties prenantes. Grâce à un processus qu'ils ont appelé « matérialité dynamique », le FEM a construit un mécanisme pour convertir un engagement envers les ODD en la base d'un nouveau FMIS.

Indicateurs du capitalisme des parties prenantes définir un investissement durable comme tout investissement dans une entreprise avec une bonne note ESG. Étant donné que les ODD liés au changement climatique sont étayés par des accords internationaux, les entreprises hautement cotées ESG sont considérées comme des investissements sûrs. À moins que les entreprises ne puissent obtenir une bonne note ESG, elles ne survivront pas.

Maintenant, le WEF souhaite mettre à jour sa note ESG pour enregistrer « R » pour la résilience. Cela caractérise la façon dont ce système est conçu pour fonctionner. Le système de notation est arbitraire et entièrement sous le contrôle des partenaires principaux du partenariat public-privé mondial des parties prenantes. Seules les entreprises les plus aptes à franchir les bonnes étapes au bon moment bénéficieront du système de notation ESG (R?) Stakeholder Capitalism Metrics. C'est un gagnant prend tout le jeu et le prix est incroyablement proche. L'état du WEF :

L'ESG, qui est devenu un ensemble de mesures largement utilisé, consiste à analyser les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance pour déterminer dans quels programmes, fonds et entreprises investir. Avec cet accent mis sur la transformation, l'utilisation de cadres ESG augmentera probablement autant les entreprises naissantes ou les nouveaux projets connaissent une aubaine d'investissements supplémentaires, à la fois en capitaux privés et par les gouvernements du monde entier : par exemple, le Green Deal européen de 1 2 milliards de dollars et le plan d'infrastructure durable américain de XNUMX XNUMX milliards de dollars.

Alors que ce seront les bonnes multinationales, les sociétés parties prenantes et les investisseurs privés qui profiteront de la transition vers le nouveau IMFS neutre en carbone, le contribuable le subventionne. Pas étonnant qu'ils soient si désireux de lutter contre le changement climatique. En contrepartie, comme l'ont souligné la Deutsche Bank et d'autres, nous pouvons nous attendre à ce que notre « prospérité et emploi » à "souffrir considérablement." Cela commence à ressembler néo-féodalisme.

Janet Yellen, ancienne présidente de la Fed et actuelle secrétaire au Trésor des États-Unis, a expliqué comment le partenariat public-privé privilégié parties prenantes seront les financiers de la net zéro hégémonie des entreprises. Par exemple, BlackRock détient déjà 200 milliards de dollars durable Titres ETF. Ceux-ci suivent la performance des investissements notés ESG, incitant ainsi les entreprises qui ont besoin de capitaux à s'engager dans les ODD. BlackRock a l'intention d'augmenter sa détention d'ETF à 1 2030 milliards de livres sterling d'ici XNUMX et s'engage à poursuivre sa politique de « préparation à la transition carbone ».

Les investisseurs recherchent des obligations d'entreprises auprès des grands investisseurs ESG et ont déjà créé 17.1 billions de dollars marché des actifs durables. Avec 120 XNUMX milliards de dollars d'actifs ESG déjà gérés par des institutions financières comme BlackRock, c'est là que les investisseurs se dirigent dans la ruée vers l'or neutre en carbone et financée par les contribuables.

C'est la capitalisation du marché des obligations carbone sur laquelle le chancelier britannique Rishi Sunak et d'autres porte-parole politiques sont si confiants. Pour que ce marché obligataire de 120 XNUMX milliards de dollars devienne la base d'un nouveau FMIS, les investisseurs doivent être fortement encouragés à acheter des actifs notés ESG. Ce processus doit se poursuivre à un rythme soutenu pour achever la transformation.

À cette fin, le 9 novembre 2020, Sunak a annoncé que le Royaume-Uni avait l'intention d'émettre son obligation verte souveraine. Le gouvernement britannique a déclaré qu'il rendrait les divulgations TCFD obligatoires pour toutes les entreprises, afin d'encourager les investissements dans les nouvelles technologies "comme les pièces stables et les monnaies numériques de la banque centrale." Le gouvernement britannique a déclaré :

Le Royaume-Uni deviendra le premier pays au monde à rendre les divulgations alignées sur le Groupe de travail sur les divulgations financières liées au climat (TCFD) entièrement obligatoires dans l'ensemble de l'économie d'ici 2025… Le Royaume-Uni mettra également en œuvre une taxonomie verte - un cadre commun pour déterminer quelles activités peuvent être défini comme écologiquement durable.

La prétention du gouvernement britannique qu'il contrôle ce processus est comique. Le Indicateurs du capitalisme des parties prenantes qui déterminent les notations ESG (R?) des actifs ne sont pas gérées par le gouvernement britannique.

Des sociétés d'investissement mondiales géantes comme BlackRock et des institutions d'entreprise mondiales comme le WEF et le WBSCD contrôlent ces stratégies d'investissement. Les gouvernements ne sont que des juniors, facilitant les partenaires dans le partenariat public-privé mondial.

Les engagements TCFD auxquels ils obligent les entreprises britanniques à se conformer sont contrôlés par le FSB de la BRI. Non seulement les banques centrales, sous l'autorité de la BRI, aller directement et en finançant la politique fiscale mondiale, ils déterminent également la manière dont les affaires seront menées. En effet, grâce à la pandémie mondiale, ils sont désormais en charge des économies du monde entier. Pour qui nous choisissons de voter n'a pas d'importance.

Indépendamment de ce que vous pensez du Covid-19, le fait est le suivant : il a présenté un partenariat public-privé mondial avec l'opportunité parfaite de réinitialiser l'économie mondiale. Les changements sociaux, économiques, politiques et même culturels qu'il a entraînés coïncident précisément avec ceux que nous devons adopter pour passer à l'économie neutre en carbone proposée. L'occasion a été saisie d'utiliser le récupération d'aller de l'avant avec la création d'un nouveau FMIS pour remplacer le modèle défaillant qui était sur le point de s'effondrer complètement quelques mois seulement avant la déclaration de la pandémie mondiale.

Pour la BRI et le système mondial de banques centrales qu'elles dirigent, la pandémie est le cadeau qui ne cesse de donner. Non seulement il a livré tout ce dont nous avons discuté, mais il leur permet de s'emparer de toutes les ressources sur Terre et de contrôler tous les aspects de nos vies grâce à un nouveau système monétaire. Le nouvelle normale est très loin d'être normal - quelque chose que nous explorerons bientôt.

Lire l'histoire complète ici…

A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires