Dans leur propre intérêt, les entreprises commencent à abandonner les mandats Vaxx

Illustration : Sarah Grillo/Axios
S'il vous plaît partager cette histoire!
Une par une, lentement, tranquillement, les entreprises abandonnent les mandats de vaccins. Il n'y a aucun remords, mais seulement l'intérêt personnel pour tenter de forcer les employés à retourner au travail. Regrettez-vous de les avoir forcés à travailler à domicile en premier lieu ? Non. L'esprit technocrate ne voit jamais d'erreur dans les politiques passées, mais a toujours une solution aux problèmes actuels. ⁃ Éditeur TN

Certaines entreprises annulent les mandats de vaccination des employés contre le COVID – mais peu font de déclarations publiques officielles à ce sujet.

Pourquoi c'est important: Ces mesures signalent que nous sommes entrés dans un nouveau chapitre de la pandémie – et que les employeurs cherchent désespérément à ramener les gens au bureau.

  • Les employeurs essaient de réduire les barrières à l'entrée pour les nouvelles recrues, déclare Erin Grau, co-fondatrice de Charter, une société de médias et de services axée sur l'avenir du travail, qui entend des dirigeants qui abandonnent leur mandat.
  • Les exigences sont également coûteuses et chronophages pour les employeurs - une autre raison d'arrêter, ajoute-t-elle.

Que ce passe-t-il: "[Les entreprises] ont décidé que la justification des [mandats] était devenue suffisamment faible pour qu'elles ne veulent pas continuer", Jeff Levin-Scherz, responsable de la santé de la population chez Willis Towers Watson, a déclaré à Axios.

  • Oui mais: Il y a un risque que l'abandon de ces exigences rende certains travailleurs moins prêts à se mêler à leurs collègues — de peur de tomber malade.

Les entreprises ne veulent généralement pas en parler, voir peu d'avantages compte tenu de l'histoire controversée des mandats. Mais un peu de régimes de grands employeurs sont publics :

  • Dès cette semaine, Goldman Sachs levée des exigences de vaccination partout sauf à New York, où il a toujours un mandat pour les lieux de travail.
  • "Avec de nombreux outils, dont la vaccination, des traitements améliorés et des tests désormais disponibles, le risque de maladie grave est considérablement réduit", a déclaré Goldman aux employés dans une note annonçant le changement, obtenue par Axios.
  • En juin, Cisco a cessé d'exiger la vaccination pour «l'entrée au bureau, les voyages, la participation à des événements ou la visite de clients, partenaires et autres tiers», selon son website.
  • JPMorgan Chase a déclaré qu'il recommencerait à embaucher des personnes non vaccinées en mars.

Dézoomer: La Maison Blanche a appelé hier les entreprises à prendre certaines mesures pour protéger les employés et les clients du COVID-19 cet automne. Les mandats n'étaient pas sur la liste.

  • Au lieu de cela, l'administration affirme que les employeurs devraient "aider leurs employés à accéder aux vaccins COVID-19 mis à jour". La Maison Blanche recommande également aux employeurs de partager des informations sur les options de traitement et d'améliorer la qualité de l'air intérieur, ainsi que d'accorder des congés payés à toute personne qui se fait vacciner.
  • Les employeurs peuvent également faire d'autres choses, comme dire aux gens de ne pas venir s'ils sont malades et, "si possible, proposer un travail à distance aux personnes présentant des symptômes", explique le Dr Leana Wen, professeur de santé publique à Université George Washington.

Entre les lignes: Les choses ont beaucoup changé depuis que ces mandats ont été mis en place pour la première fois l'année dernière – une époque où la vaccination était considérée comme très efficace contre la propagation des maladies. Maintenant, avec les variantes, c'est moins vrai, dit Wen.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

5 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
DawnieR

Mmmmm…..ouais ; tout va bien. MAIS…..trop peu, trop tard. Qu'est-ce que ces entreprises vont faire pour n'avoir PAS DE TRAVAILLEURS…..parce que ceux qui ont pris les INJECTIONS EXPERIMENTALES D'ARMES BIOLOGIQUES D'ARNm sont tous MORTS ?! Et ces entreprises n'ont PAS à se soucier de « protéger » les employés qui ont pris le COUP DE MORT, DE ceux qui ne l'ont PAS fait. Ils DOIVENT PROTÉGER les employés qui n'ont PAS OBTENU LE JAB DE LA MORT DE CEUX QUI L'ONT !!! Ces NON HUMAINS (qui ont ÉTÉ INJECTÉS) n'ont PAS besoin de PERDRE SUR ceux qui sont ENCORE HUMAINS ; et NE PAS INFECTER LES HUMAINS avec leurs FLUIDES CORPORELS TOXIQUES !! L'INJECTÉ... Lire la suite »

Noix de gomme123

Vous n'avez pas commenté le dernier Jab qui a été testé sur huit (8) MICE.

RIEN d'autre, y compris les humains - peut-être PAS DE BÉNÉVOLES ?.

Encore une fois, il n'y a AUCUNE information concernant les "INGRÉDIENTS".

SOYEZ EXTRÊMEMENT MÉFIANT de ce(s) lot(s).

Anne

Il se peut que les entreprises qui abandonnent les mandats de covid jab craignent d'être poursuivies à l'avenir. Peut-être déjà faire l'objet de poursuites. Ou il se pourrait que leurs employés aient accumulé d'énormes factures médicales sur les régimes d'assurance-maladie de groupe. Ensuite, il faut tenir compte du nombre de demandes d'invalidité et de «morts subites» survenues depuis le début des piqûres de covid. Quel que soit le raisonnement des employeurs sur l'abandon des mandats covid. Pour ma part, je chéris la liberté de prendre les médicaments de mon choix comme il se doit pour tout le monde. J'ai dit aux gens l'année dernière qu'un travail... Lire la suite »

Noix de gomme123

"ILS" ont encore plus de raisons d'avoir rendu ce LOT de nouveaux Jabs encore plus meurtriers et rapides.