ECOSOC: L'agenda 2030 appelle à la redistribution de la richesse et des revenus

S'il vous plaît partager cette histoire!

Note TN: L'économie verte des Nations Unies (aussi appelée développement durable ou technocratie) est axée sur l'égalité, qui a été déclarée être la «redistribution de la richesse» à l'échelle mondiale. Cependant, le président de l'ECOSOC, Oh Joon, a déclaré que les inégalités sont plus qu'une question de disparités de revenu et de richesse; il oblige tous les humains de la planète à entrer dans leur système de commandement et de contrôle. 

30 mars 2016: Dans le contexte du Programme de développement durable à l'horizon 2030, le Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC) a organisé une réunion spéciale sur les inégalités pour examiner les principaux facteurs d'inégalité et proposer des solutions politiques. Les participants ont discuté de la lutte contre les inégalités en tant qu'impératif moral et objectif du Programme 2030, et des priorités politiques pour lutter contre les inégalités aux niveaux national, régional et mondial. Un résumé informel de la réunion présenté par le Président devrait éclairer les travaux de la session de 2016 du Forum politique de haut niveau sur le développement durable (HLPF).

Ouverture de la réunion sur 30 Mars 2016, au siège des Nations Unies à New York, aux États-Unis, le président de l'ECOSOC, Oh Joon, a noté que l'inégalité est plus qu'une question de disparité de revenus et de richesse; Ces problèmes sont aggravés par un accès inégal aux besoins humains fondamentaux tels que la nourriture, les soins de santé, l'éducation, l'eau potable et l'assainissement. Oh a rapporté que: sept personnes sur dix dans le monde vivent dans des pays où l'inégalité des revenus s'est accrue, «atteignant souvent le niveau le plus élevé depuis des années 30»; les femmes des zones rurales ont trois fois plus de risques de mourir en couches que celles dans les zones urbaines; les personnes handicapées sont jusqu'à cinq fois plus susceptibles d'engager des dépenses de santé catastrophiques; et les enfants nés dans des ménages plus pauvres ont moins de chances d'achever leurs études primaires. Il a ajouté que l'instabilité sociale et politique peut conduire à l'émergence de l'extrémisme.

Jan Eliasson, Secrétaire général adjoint des Nations Unies, a noté que les inégalités figurent en bonne place dans les objectifs de développement durable (ODD), notamment dans l'objectif 5 (Parvenir à l'égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles), l'objectif 10 (Réduire les inégalités dans et entre les pays) et en tant que question intersectorielle qui imprègne pratiquement tous les 17 objectifs et leurs cibles. Eliasson a appelé à atteindre «ceux qui sont les plus en retard en premier», et a déclaré que la réduction des inégalités devrait être une référence fondamentale par laquelle la réalisation de l'Agenda 2030 sera mesurée. Concernant les inégalités entre les pays, il a cité les flux financiers illicites, les manipulations financières, l'évasion fiscale et le manque d'harmonisation des codes fiscaux entre les pays, comme facteurs contributifs. Au niveau national, il a souligné les mesures prises par les pays pour contenir ou réduire les inégalités, notamment: la restructuration de la dette et une relance budgétaire prudente; les engagements à élargir l'égalité des chances, la protection sociale et l'accès universel aux biens et services publics; investissements dans les infrastructures publiques; des institutions solides, transparentes et inclusives; et saisir le potentiel de la technologie financière pour promouvoir l'inclusion financière. Eliasson a déclaré que l'inégalité n'est pas une mesure sans valeur de l'activité économique, mais qu'elle est de plus en plus préjudiciable, «poussant les sociétés vers la polarisation et la fracture» et condamnant les enfants à «des vies difficiles».

Jonathan Ostry, Fonds monétaire international (FMI), a fait remarquer que des sociétés plus égales tendent à se développer plus rapidement et une société plus égal se développe de manière plus durable. De même, Jeffrey Sachs, Université Columbia, a rapporté qu'une étude réalisée par la Fondation Bertelsmann a conclu que plus une société est égalitaire, plus elle est proche de la réalisation des ODD 17.

Denise Dresser, de l'Instituto Tecnológico Autónomo de México, a exposé certaines des causes de l'inégalité au Mexique, telles que l'économie politique dysfonctionnelle, le «capitalisme de copinage» et la corruption. D'autres ont souligné la contribution du chômage des jeunes et des impacts du changement climatique à la question des inégalités. Plusieurs orateurs ont déclaré que la liberté et l'égalité allaient de pair, et ne se combattaient pas nécessairement avec Thomas Pogge de l'Université de Yale, soulignant que la lutte pour l'égalité était aussi la lutte pour davantage de liberté.

De nombreux intervenants ont souligné les multiples dimensions de l'inégalité et sa nature transversale dans l'agenda 2030, et ont souligné l'importance de: s'attaquer aux obstacles structurels menant à l'exclusion; accès universel aux soins de santé, nutrition et éducation de qualité; amélioration de l'accès au marché, de la disponibilité et de la désagrégation des données; des partenariats fondés sur la dignité et l'équité; aide publique au développement (APD); croissance inclusive; et commerce équitable et fiscalité. Marcos Bonturi, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a souligné la pertinence de l'échange automatique d'informations en matière fiscale pour prévenir l'évasion fiscale.

La Thaïlande pour le groupe 77 et la Chine (G-77 / Chine) a déclaré lutter contre les inégalités entre les pays doit être l'une des principales tâches de l'ONU et a appelé à une représentation et une voix accrues des pays en développement dans les processus de prise de décision. L'UE a noté que l'inégalité et la pauvreté vont de pair, et a souligné l'importance de l'équité intergénérationnelle et de l'élimination de toutes les formes de discrimination. Le Canada a déclaré que la lutte contre les inégalités est une priorité internationale et nationale, et que le pays recentre son aide sur les pauvres et les plus vulnérables. Il a noté les mesures adoptées au Canada à cet égard, notamment l'amélioration de l'assurance-emploi et l'amélioration de l'accès à une éducation de qualité pour les peuples autochtones. L'Iran a noté que la pauvreté et l'extrémisme contribuaient à accroître les inégalités au Moyen-Orient.

Toujours sur les inégalités, le Comité du développement social de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) s'est réuni du 28 au 30 mars 2016 pour discuter des moyens de renforcer la dimension sociale du développement durable en Asie et dans le Pacifique. Le Comité a souligné qu’il importait de lutter contre les inégalités à l’intérieur des pays et entre les pays et de s’attaquer à l’impact des changements démographiques. Shamshad Akhtar, Secrétaire exécutif de la CESAP, a noté que le développement social est une condition nécessaire pour garantir que «personne ne soit laissé pour compte» et a appelé à exploiter le potentiel du lien entre la réduction de la pauvreté, l'égalité et la stabilité sociale.

Au cours de la réunion du Comité, la CESAP a également lancé la publication intitulée «Le temps de l'égalité: le rôle de la protection sociale dans la réduction des inégalités en Asie et dans le Pacifique», qui avait été publiée en décembre 2015. Le rapport fait valoir que l'inégalité, sous ses multiples formes, est en augmentation en Asie et dans le Pacifique, et que cela nuit au développement durable. Le rapport prouve également que la protection sociale est un instrument efficace pour réduire les inégalités. [Site de la réunion] [Déclaration du président de l'ECOSOC] [Déclaration du secrétaire général de l'ONU] [DESA News] [Communiqué de presse du Centre régional d'information des Nations Unies pour l'Europe centrale] [Webcast de réunion] [Communiqué de presse de la CESAP sur la réunion du Comité du développement social] [Communiqué de presse des Nations Unies sur la réunion de la CESAP] [Publication: Le temps de l'égalité: le rôle de la protection sociale dans la réduction des inégalités en Asie et dans le Pacifique] [Histoire de l'IIDD RS sur les publications de décembre de la CESAP] [Sources IISD RS]

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

10 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laura Adley

Lequel des candidats à la présidence empêchera l'ONU d'appliquer ce plan pour un gouvernement mondial?

Linda Goodman

Le seul candidat qui ne soit pas une marionnette mondialiste est Donald Trump. C'est pourquoi il est attaqué même par son propre «parti». Examinez les actions passées et les plans futurs de tous les candidats et cela devient manifestement évident. Presque tous les DC sont des traîtres mondialistes.

Standard

Aucun. Ils soutiennent tous ce programme diabolique, en particulier George Bush. Nous pouvons en remercier ce traître mondialiste!

Al

C'est drôle comme nous devons redistribuer nos richesses, mais les intérêts vraiment riches et corporatifs paient les autres pour cacher leur richesse, afin que nous réapparitions à jamais dans leur servitude.

Américain chrétien

Les pays en mauvais état ne sont pas dus à la faute des Américains qui sont également dans un état d'affaiblissement. C'est la faute des politiciens très riches et des autres dirigeants du monde entier que l'ONU non durable aide à rester riche et au pouvoir. L'ONU traverse le monde en soutenant un groupe terroriste HAMAS en tant que membres

tom

La seule redistribution de la richesse proviendra des travailleurs, des cadres et du reste de la classe moyenne, les bénéficiaires ne seront pas les pauvres du monde, mais seront ceux qui joueront un rôle déterminant dans la mise en place des banques de dépôt et des bureaucraties pour traiter les transferts. Un exemple probable d'équilibrage de la richesse serait de fournir plus de nourriture (du type OGM) aux pays les plus pauvres, c'est-à-dire des subventions à des sociétés comme Monsanto.

Terry Lee

Ce ne sont pas les pays eux-mêmes, ce sont les élus et les entreprises qui ont mis en place des lois pour extraire des ressources des pays et inciter les gens à payer pour tout, ce sont les entreprises ... Et les guerres inventées doivent cesser, et tous ces gens très riches qui pensent être des dieux doivent être arrêtés, ils financent la plupart de ce qui est négatif pour démolir les pays et les forcer à l'esclavage. Ce nouvel ordre mondial, l'agenda 2030 doit s'arrêter, l'ONU doit être remboursée, point final, ces gens pensent qu'ils sont des dieux et... Lire la suite »

KP

Dissoudre l’ONU et donner aux pauvres les milliards de dollars qu’elle nous permet de sauver.

Quelle perte de temps et d'air ces gens sont, nous en avons assez de ces déchets avec le communisme. «L'égalité» n'est pas «l'égalité des résultats», c'est «l'égalité des chances». Donner à d'autres personnes la richesse que nos ancêtres ont accumulée ne fera que nous rendre tous pauvres, pour être dominés par les politiciens, les bureaucrates et autres parasites similaires.

Brûlez les tous!

Nicole Leatherman

Le président Trump est notre seul espoir, il est clair qu’aucun autre individu n’aurait pu s’attaquer à ce mal EPIC.