Parler est-il le remplacement non censuré de Twitter?

S'il vous plaît partager cette histoire!
La foule de la justice sociale et d'autres gauchistes font de leur mieux pour perturber la nouvelle plate-forme de médias sociaux, Parler, qui éloigne des millions de conservateurs du Twitter hautement censuré. Parler est le premier média social alternatif à gagner du terrain contre Twitter.

Technocracy News a également rejoint Parler en tant que @PatrickBois et vous pouvez y trouver nos articles publiés pour examen et discussion. ⁃ TN Editor

Je n'ai jamais été fan des plateformes de médias sociaux, principalement parce que je me rends compte que la plupart d'entre elles sont gérées par des gauchistes et des mondialistes avec un programme antagoniste. L'idée de dépenser tout le temps et les ressources nécessaires pour créer un public sur ces sites Web pour ensuite utiliser ce travail contre vous comme un levier pour réduire au silence vos points de vue n'est pas attrayante. Plus vous investissez dans des sites comme Twitter, plus vous en dépendez pour diffuser votre message, et plus vous devenez dépendant, plus les employés de ces entreprises ont de pouvoir sur vous.

Demandez à l'un des de nombreuses personnalités conservatrices qui ont été bannis de Twitter au cours des deux dernières années en raison de leurs positions politiques. Ou demandez aux personnes qui ont été bannies de YouTube, Twitch, Facebook, etc. dans le cadre d'une purge massive de comptes le mois dernier, la grande majorité d'entre elles étant considérées comme conservatrices ou modérées. Bien sûr, ces entreprises n'admettent généralement pas carrément qu'elles sont biaisées contre les points de vue conservateurs et modérés; au lieu de cela, ils accusent les comptes de répandre des «discours de haine», de violer les règles de la communauté ou de violer les «règles du droit d'auteur».

L'affirmation de Twitter selon laquelle ils n'ont aucun parti pris politique est une mauvaise orientation typique de la gauche. Interdire aux gens le droit d'auteur ou le «discours de haine» n'est pas nécessairement motivé par des raisons politiques, n'est-ce pas? Cependant, comme les analystes l'ont montré dans le passé, les conservateurs sont en quelque sorte QUATRE FOIS plus probable d'être accusé de violations de politique «neutres» que les gauchistes sur Twitter. Quant au discours de haine, tout ce qui est conservateur est désormais considéré comme une forme de discours de haine. Tout ce qui est modéré est considéré comme un discours de haine. Tout ce qui n'est pas conforme à la religion de justice sociale est considéré comme un discours de haine. Et si ce n'est pas considéré comme un discours de haine aujourd'hui, il le sera demain.

Il est intéressant de noter que les SJW sur les réseaux sociaux peuvent mousser à la bouche avec la rage anti-blanche quand ils le souhaitent et que les conséquences leur arrivent rarement, mais les conservateurs ne peuvent raconter que des faits et des chiffres et sont sommairement lancés pour «racisme».

Pas de parti pris? Oui en effet…

YouTube a interdit des milliers de comptes au cours des deux dernières semaines en raison «d'idées suprémacistes et de théories du complot», appeler les gens derrière eux «utilisateurs nuisibles».

Twitch a organisé un «Conseil consultatif de sécurité» composé principalement de gauchistes de la justice sociale (y compris un fou affamé de pouvoir qui pense qu'il est une femelle cerf) pour «informer et orienter les décisions» concernant spécifiquement la protection de la sécurité des utilisateurs «marginalisés».

Écoutez, je comprends les concepts derrière Alinsky Tactics et la réalité selon laquelle les gauchistes nient généralement tout ce qu'ils font, aussi évident que cela soit. Ils prétendront même que leurs propres groupes (comme Antifa) n'existent pas lorsqu'ils sont pris dans une position compromettante. Mais il arrive un moment où l'éclairage au gaz ne fonctionnera plus. Nous savons tous que les plates-formes de médias sociaux détestent quiconque s'oppose au récit de justice sociale; la seule raison pour laquelle ils n'ont pas encore expulsé tous les conservateurs de leurs plateformes est qu'il y a autre chose qu'ils détestent encore plus - la perspective que les conservateurs et les modérés puissent riposter en masse en s'organisant sur leurs propres plateformes concurrentes.

Entre Parler…

Je soutiens depuis des années que les analystes alternatifs et quiconque n'appartenant pas à la gauche politique devraient créer leurs propres médias sociaux. Si vous dépendez de systèmes contrôlés, vous pouvez être contrôlé. C'est vraiment aussi simple que cela. Chaque fois que quelqu'un met tout en œuvre pour mettre en place un système alternatif, il nous appartient de le soutenir et au moins de lui donner une chance.

Il y a eu quelques tentatives pour y arriver, mais dans tous les cas, les attaques des médias traditionnels et des gauchistes ont été implacables. Ce que je veux explorer ici, c'est pourquoi? Pourquoi les gauchers se soucient-ils autant si nous les laissons dans leur petit monde de bulles et commençons notre propre truc?

Parler en particulier a été sous attaque sans fin au cours des dernières semaines de SJWs tentant pour traîner et perturber le site, ainsi que des critiques décousues de la part des HSH. Une partie de la raison est peut-être que Parler a pris de l'ampleur; avec 500,000 XNUMX nouvelles personnes rejoignant en quelques jours. Nous devons considérer la possibilité que Parler ne soit pas une menace pour le culte de la justice sociale, ils ne l'attaqueraient pas de manière aussi cohérente.

La principale critique de Parler par la gauche va un peu comme ceci:

"Parler prétend que c'est un site de liberté d'expression, mais il censure des gens comme Twitter, alors pourquoi quitter Twitter? »

J'adore cet argument car il met en valeur le sophisme malhonnête des gauchistes. Premièrement, les gauchistes ne se soucient pas de la liberté d'expression et ne s'en soucient pas depuis au moins une décennie. Ils ne se soucient que de contrôler le récit. À quelle fréquence voyez-vous des gauchistes attaquer Twitter ou YouTube pour la censure des conservateurs? Ils ne le feront pas, car ils l'aiment et ils savent que les chances sont minces que ces plates-formes les poursuivent.

Deuxièmement, lorsque Parler dit que c'est une «plateforme de liberté d'expression», je pense qu'il est évident qu'ils se réfèrent spécifiquement au discours politique. Les gauchistes Admettre ouvertement à la traîne Parler afin de perturber et de saboter ses progrès, notamment en publiant de la pornographie et d'autres tactiques enfantines afin de forcer Parler à les interdire afin qu'ils puissent alors dire «Regardez! Parler a menti sur la liberté d'expression… »

La gauche défend la censure par des entreprises comme Twitter, Facebook et Google car ce sont des «entreprises privées» et les sites Web sont des propriétés privées (imaginez cela, commies défendant les droits de propriété privée). Je suis en fait d'accord avec cette prémisse de base, mais leurs arguments posent certains problèmes. Parler est en effet une entreprise privée et a parfaitement le droit d'interdire les trolls qui tentent de perturber la discussion et de chasser les gens de la plateforme. Mais, il y a une grande différence entre des sites comme Parler et les principales plateformes médiatiques.

La plupart des grands conglomérats technologiques, comme Google et Facebook, reçoivent des milliards de dollars en subventions des États et du gouvernement fédéral et l'argent des contribuables. Autant que je sache d'après mes recherches, Parler ne le fait pas. Twitter a même reçu un allègement fiscal étendu pendant huit ans d'une valeur de plus de 70 millions de dollars pour avoir été basé à San Francisco dans le cadre d'un programme appelé «l'allégement fiscal Twitter». En échange du bien-être et du traitement spécial de la vallée de la silicone, les Californiens de SF profitent désormais d'une bulle historique des prix de l'immobilier et de la location, ainsi que d'un pic de pauvreté et de sans-abrisme ainsi que d'un trafic sans fin. Beaucoup de personnes qui travaillent dans ces entreprises n'ont même pas les moyens de vivre dans la même ville qu'eux.

Les principales plates-formes de médias sociaux qui acceptent des fonds publics reçoivent un avantage indu par rapport à d'autres entreprises concurrentes et devraient donc être tenues pour responsables en tant que services publics, et non en tant qu'entreprises privées. Si une société comme Google veut renoncer à l'argent des contribuables et payer le prix fort pour toute la bande passante qu'elle utilise, alors bien sûr, elle devrait être autorisée à censurer qui elle veut. Mais jusque-là, ces sociétés sont soumises à une surveillance, tout comme le serait tout monopole d'entreprise.

Le fait que Parler encourage la liberté d'expression politique est ce qui compte ici. Et jusqu'à présent, les seuls gauchistes expulsés du site sont ceux qui s'y rendent délibérément pour essayer de l'incendier. C'est parfait? Non, rien ne l'est. Mais Twitter et d'autres ont un préjugé avéré contre les voix conservatrices et même les voix libérales qui vont à l'encontre du script accepté. Pourquoi rester sur Twitter alors qu'il existe d'autres options plus gratuites?

Je soupçonne que les SJW méprisent Parler parce qu'il représente un point focal pour une organisation conservatrice, et ils pensent qu'ils sont propriétaires de la timonerie organisationnelle.

Les gauchistes, étant de nature collectiviste, ne sont habiles qu'à une chose: mobiliser les corps par le mensonge et la manipulation. C'est là qu'ils ont un net avantage sur les conservateurs. Le problème est que les gauchistes sont faciles à mobiliser car ils ont une mentalité de drone. Ils ont tendance à suivre aveuglément leurs portiers. Les conservateurs ont tendance à être plus indépendants et remettent souvent en cause les motivations derrière un mouvement donné, ce qui provoque des désaccords internes sur la mobilisation. Notre liberté d'esprit est notre force autant que notre faiblesse, et la gauche politique le sait.

En nous rassemblant sur une plate-forme qui ne nous est pas implacablement hostile, nous avons la possibilité de discuter des options et de nous organiser sans être attaqués par une foule d'ingénieurs dans le processus.

Quand je vois le vitriol des gauchistes sur Parler, je me rappelle aussi une fois de plus que les communistes ne voient pas les gens comme des «alliés», ils voient les gens comme des biens. Ils veulent se débarrasser des conservateurs de leurs plates-formes, mais ne veulent pas non plus que les conservateurs partent et construisent leurs propres plates-formes. Je pense souvent à l'invasion chinoise du Tibet en réfléchissant à cette mentalité. La stratégie du PCC était une stratégie de nettoyage ethnique; construire des chemins de fer vers le Tibet pour importer des Chinois et chasser les Tibétains indigènes. Mais, lorsque les Tibétains ont cherché à quitter le pays à pied pour se rendre au Népal, le gouvernement chinois a installé des tireurs d'élite dans les montagnes pour les tuer alors qu'ils tentaient de s'échapper.

Telle est la philosophie communiste - Vous n'êtes pas autorisé à vous éloigner. Vous n'êtes pas autorisé à rester tel que vous êtes. Votre seul choix est d'être rééduqué. Votre seule option est de vous conformer.

Une critique que j'ai vue du côté conservateur est qu'en passant à Parler, nous nous «isolons» du discours public et n'aurons aucune influence à l'approche des élections. C'est une notion idiote.

Il n'y a aucune règle qui dit que vous ne pouvez pas utiliser À LA FOIS Parler et Twitter pour diffuser votre message. Si vous pensez vraiment que les élections comptent encore, alors sautez sur autant de plates-formes que possible. Comprenez simplement que la purge sur des sites comme Twitter et YouTube va s'aggraver à la fin de 2020. Compte là-dessus.

Au-delà de cela, si vous pensez que les lignes ne sont pas déjà profondément dessinées sur le fossé politique aux États-Unis, vous vous trompez. La plupart des gens ont décidé de quel côté ils se trouvaient. La seule ambiguïté est peut-être que beaucoup de gens ne réalisent pas encore à quel point la situation pourrait s'aggraver. Rester sur les plates-formes de gauche pour «combattre le bon combat» est, à mon avis, une perte de temps. Le moment est venu de bâtir une communauté afin que nous soyons prêts pour la tempête politique et sociale qui est prête à toucher terre, je n'ai aucun intérêt à essayer de rallier des gauchistes délirants à mes côtés.

Je fais la promotion de Parler dans cet article parce que c'est la première tentative majeure que j'ai vue pour développer un média social conservateur et amical. Ils ne me paient pas, je ne connais pas les gens qui dirigent l'entreprise et je n'ai aucun intérêt dans le succès ou l'échec de Parler. J'ai rejoint le site et toute personne souhaitant me suivre peut le faire en cherchant @altmarket. J'espère que le site deviendra un havre de paix Internet pour les conservateurs en ces temps difficiles. Je pense qu'il peut être utilisé comme un outil pour nous unir nos forces et nous préparer. Les idéaux et principes conservateurs d'un gouvernement limité, des libertés civiles, des marchés libres et de l'individualisme doivent perdurer pour les générations futures. Nous devons commencer à construire nos citadelles, et Parler pourrait être un bon point de départ.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité
8 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Sapère Audète

«Parler est-il le remplaçant non censuré de Twitter?» Ouais, pour la semaine prochaine.

DawnieR

Et Gab? Qui existe depuis combien de temps maintenant?!

non

Désolé mais je ne m'inscris PAS à Parler. Ils veulent mon numéro de téléphone et d'autres informations injustifiables. Ça sent le piège. Bien essayer Google!

doyen

Pourquoi n'avez-vous pas la possibilité de partager avec Parler?

Patrick Wood

Il n'y a pas d'option de partage avec Parler

Ken

Quand est-ce que je commence