Flashback: les architectes européens ont toujours eu l'intention de technocratie

Reddit
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les membres de la Commission trilatérale, qui envisageaient la technocratie dès le départ, ont largement conçu l’UE. L'UE a officiellement commencé avec le traité 1992 de Maastricht, la même année que le sommet de la Terre à Rio, au Brésil, qui a créé l'Agenda 21 et le développement durable, également appelé technocratie. ⁃ Éditeur TN

En feuilletant la presse britannique au cours de la semaine dernière, vous ne pouvez que remarquer l'augmentation des observations d'une sous-espèce politique rare: le «technocrate». Parmi les principaux technocrates figurent le Premier ministre désigné, Mario Monti, et le Premier ministre grec, Lucas Papademos, qui ont été parachutés dans le poste supérieur, disent les journaux, afin de jouer les diktats de leurs «payeurs» en Allemagne et en France. Dans le Telegraph, Christopher Booker a révélé que «Les architectes de l'UE n'ont jamais voulu que ce soit une démocratie«: La technocratie a toujours été le plan. Dans le même article, Charles Moore a proclamé que "La gauche et la droite devraient convenir que ce n'est pas le moment des technocrates et des Frankfurters", mais de vrais démocrates.

Et en grande partie ils le font. Sur ces pages, il y a eu un certain nombre de commentaires et d'éditoriaux soulignant le «déficit démocratique» de l'Europe, se demandant si la «montée des technocrates» est sage («L'économie n'est pas l'ingénierie») ou même efficaces. Même le FT sobre a un éditorial préoccupé intitulé «Entrez les technocrates»- pas moins de 10 mois après la proclamation du«mort étrange de la technocratie«. J'ai compté au moins une demi-douzaine d'articles qui voyaient des parallèles flagrants avec l'apaisement européen à la Munich '38; le Telegraph réfléchit déjà envoi de Spitfires à travers le canal.

Eh bien, quand le Guardian, le Telegraph et même ces arch-contrarians à Spiked Online sont d'accord sur quelque chose, certaines sonnettes d'alarme devraient se déclencher. Alors essayons au moins de voir s'il pourrait y avoir une autre facette de l'histoire ici.

Le mot «technocratie» vient des mots grecs «tekhne», signifiant compétence, et «kratos» signifiant pouvoir. Les technocrates promettent donc littéralement d'être des «résolveurs de problèmes» - des politiciens qui prennent des décisions en fonction de leur expertise ou de leurs connaissances spécialisées sur un sujet particulier, plutôt que de plaire à un groupe d'intérêt ou à un parti politique en particulier. Le terme est communément attribué à l'ingénieur William H Smyth de Berkely, Californie en 1919, bien que l'idée qu'un pays devrait être organisé et dirigé spirituellement non par l'église, les propriétaires terriens féodaux ou l'armée mais par les chefs industriels et les hommes de science, va retour au premier penseur socialiste Saint-Simon.

Oui, il n'y a pas de mal à le dire: la technocratie était autrefois une grande idée pour la gauche internationale. Dans l'Amérique des années 1930, par exemple, ce n'était pas un terme d'abus mais le programme d'une nouvelle utopie sociale. Au milieu de la Grande Dépression, un mouvement technocratique émergent dirigé par des ingénieurs et des économistes dissidents tels que Thorstein Veblen et Howard Scott a proposé que les politiciens populistes n'étaient tout simplement pas capables de réparer le système: «La mauvaise administration et le chaos imposés au mécanisme industriel par la règle arbitraire d'intérêt étranger a atteint un tel point que de nombreux techniciens ressentent le besoin urgent de fédérer leurs forces dans un programme de coordination industrielle basé non pas sur des croyances, mais sur des connaissances exactes », a tonné un pamphlet de l'Alliance technique.

Le mouvement technocratique américain a été de courte durée, notamment parce que les failles de sa pensée étaient si évidentes: leur conviction que quiconque pourrait jamais être complètement apolitique dans sa prise de décision nous paraît désormais naïf. Personne ne se souvient du «Plan of Plenty» des technocrates, et tout le monde se souvient du New Deal de Roosevelt.

Au cours des prochaines décennies, la technocratie a eu un représentant louche. La vénération du progrès industriel et du pouvoir incontrôlé de la part des bureaucrates sont devenus la marque des régimes totalitaires nazis Allemagne et la Russie soviétique. George Orwell décrit la technocratie comme un précurseur du fascisme. Qu'est-ce qu'Adolf Eichmann sinon un technocrate?

Certains pourraient dire, cependant, que les idéaux et les pratiques technocratiques n'ont jamais vraiment disparu. Le récit critique de Henry Elsner sur le mouvement laisse entendre que le New Deal, avec son adoption de l'ingénierie sociale, était plus d'une synthèse des idéaux technocratiques et démocratiques qu'une alternative.

Dans de nombreux pays européens, le mot technocrate a encore une connotation positive. Dans les 1950, Jean Monnet envisagé la croissance comme quelque chose qui nécessitait une expertise plutôt que la politique de parti. Les petites démocraties, comme la Hollande, ont souvent recours aux technocrates pour négocier entre des gouvernements de coalition indisciplinés ou entre des employeurs et des employés. Belgique, sans gouvernement depuis 17 mois et plus, est le paradis des technocrates et a assez bien résisté à la crise jusqu'à présent. Dans les anciens États communistes d'Europe centrale et orientale, les technocrates ont joué un rôle clé dans la négociation du passage d'un régime autoritaire à la démocratie.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Elle

Le public a une mémoire très, très, très courte. Pourquoi? La plupart dépendent et comptent même être «nourris» de la dernière propagande de leur groupe criminel mondial de parentalité - noté ici. Leur propre refus d'être des partenaires responsables, de grandir et de devenir des adultes les rend heureusement stupides et complètement inconscients. Leur manque de mémoire ne fait qu'alimenter le prochain changement narratif des élites autoproclamées. Pourtant, comme les bébés oiseaux, le public volontairement ignorant continue de crier «NOURRIT-MOI!» maman. Cela me dégoûte.