Des bornes interactives « gratuites » surveillent tout le monde tout en récupérant leurs informations personnelles

S'il vous plaît partager cette histoire!
C'est gratuit! Les villes engloutissent cette offre mais ignorent la collecte de données effectuée auprès de leurs habitants. Equipés de caméras « en option », ces « smart city kiosques » recueilleront les données de tous les passants ainsi que de ceux qui s'arrêteront pour se renseigner. Les technocrates qui collectent des données n'en ont jamais assez. Éditeur TN

Il semble que peu importe où vous allez, des bornes interactives intelligentes « gratuites » sont installées dans des villes partout.

Il semble que les politiciens de toute l'Amérique ne peuvent s'empêcher de se vanter des kiosques gratuits « Smart City » d'IKE.

Les kiosques interactifs intelligents comme IKE se vantent d'offrir de la publicité gratuite aux entreprises locales pendant la pandémie, alors comment gagnent-ils de l'argent ?

IKE website fait un excellent travail en se présentant comme un service de kiosque interactif « gratuit » au public. En fait, ils font un si bon travail pour masquer la façon dont ils collectent les informations personnelles des utilisateurs, que je ne pensais pas qu'il y avait beaucoup d'histoire ici.

Après avoir cliqué sur les quatre onglets d'IKE « À propos, Technologie, Applications et Équipe », j'ai pensé qu'ils utilisaient peut-être vraiment l'argent de la publicité pour payer leur expansion rapide. Mais ensuite, j'ai frappé paydirt après avoir cliqué sur leurs politiques de confidentialité au bas de leur site Web.

IKE prétend qu'il « respecte votre vie privée et s'engage à la protéger en nous conformant à cette politique » mais si vous continuez à lire leur politique de confidentialité, vous vous rendez vite compte que tout n'est pas comme il y paraît.

IKE indique aux utilisateurs qu'ils recueilleront des informations sur les interactions de chaque utilisateur avec le kiosque. « Nous pouvons partager ces informations sans restriction avec la ville où se trouve le Kiosque et ses agences… »

Les types d'informations que leurs kiosques collectent deviennent un peu plus clairs dans la section interactive d'IKE.

Le code QR reliera anonymement votre appareil mobile aux applications. Si votre appareil mobile n'est pas capable d'accéder aux applications en scannant le code QR, vous pouvez accéder à ces fonctionnalités en fournissant les informations demandées par le kiosque, dont certaines peuvent vous identifier personnellement.

IKE affirme qu'ils ne partageront ni ne vendront les informations personnelles des utilisateurs à des tiers, mais le paragraphe suivant dit exactement le contraire.

« [I]n choisissant d'utiliser ces fonctionnalités, vous acceptez que nous puissions fournir les informations que vous fournissez à un kiosque, y compris toute information susceptible de vous identifier personnellement, à ce partenaire tiers : (a) 311 ; (b) Se déplacer ; et (c) Photomaton.

Fondamentalement, ce que dit IKE, c'est que toute personne qui utilise les kiosques IKE s'engage à lui fournir, ainsi qu'à des tiers, ses informations personnelles identifiables (PII). Voilà pour le respect de la vie privée des utilisateurs.

IKE poursuit en expliquant que les informations utilisateur 311 sont stockées par des partenaires tiers.

« En ce qui concerne toute fonctionnalité exploitée par un partenaire tiers, le kiosque ne stockera que les informations que vous fournissez suffisamment longtemps pour exécuter le service que vous demandez. Après cela, les informations ne seront plus conservées par le kiosque ou IKE, mais elles pourront continuer à être conservées par le partenaire tiers.

La section Service WiFi d'IKE indique que leur kiosque pourrait "partager certaines informations techniques avec le fournisseur de services Internet via le signal Wi-Fi". Mais les utilisateurs ne devraient pas s'inquiéter car IKE supprime leurs informations personnelles tous les 12 mois.

Il s'agit à peu près du même modèle commercial que les « Kiosques Smart City » utilisés dans New York il y a trois ans, la seule différence est que les bornes IKE ne sont pas équipées de microphones.

Alors, comment IKE fait-il des bénéfices ? Il semble qu'IKE gagne de l'argent en laissant les partenaires tiers payer pour le droit de collecter les informations PII des utilisateurs.

Les utilisateurs de kiosques IKE doivent être préoccupés par deux choses.

Partager certaines informations techniques avec un « fournisseur de services Internet » est un moyen astucieux de dire qu'IKE et les partenaires tiers identifient chaque appareil compatible Bluetooth.

La deuxième préoccupation est que les fournisseurs de services Internet tiers ne sont pas tenus de supprimer les informations personnelles d'un utilisateur tous les 12 mois, voire jamais.

Les choses deviennent beaucoup plus déconcertantes après avoir lu la section « Appareil photo » d'IKE.

« Chaque Kiosque peut être équipé d'une ou plusieurs caméras. Les caméras capturent des images de la zone entourant le kiosque, et ces images peuvent vous inclure. Nous ne conserverons aucune séquence capturée par une caméra pendant plus de 15 jours, à moins que la séquence ne soit nécessaire pour enquêter sur un incident. De plus, nous n'utiliserons ni ne divulguerons les données collectées par nos caméras, sauf pour améliorer la fonctionnalité et assurer la sécurité des kiosques, si nécessaire pour lutter contre les activités illégales sur, associées ou perpétrées contre les kiosques ou dans les environs, ou si nous croire que la divulgation est requise par la loi ou dans l'intérêt de la sécurité publique.

Toute personne passant devant un kiosque « IKE Smart City » sera enregistrée et aura ses images stockées pendant au moins 15 jours. Sauf, bien sûr, si IKE ou les forces de l'ordre veulent enregistrer les images, chacun peut deviner combien de temps ils conserveront les images.

La section « divulgation d'informations » d'IKE est essentiellement une clause d'indemnisation contre de futures poursuites.

« En plus des divulgations que nous avons identifiées ailleurs dans cette politique, nous pouvons également divulguer toutes les informations collectées par nous ou que vous nous fournissez via un kiosque comme décrit dans cette politique à nos parents, filiales et sociétés affiliées, et/ou toute entité qui acquiert, par quelque moyen que ce soit, tout ou partie des actifs ou des intérêts de propriété d'IKE Smart City, LLC. »

« Nous (IKE) pouvons également divulguer toutes les informations collectées par nous que vous avez fournies via un kiosque » ? Le Bluetooth de votre téléphone était-il activé lorsque vous utilisiez ou passiez devant un kiosque IKE ? À moins que vous ne veniez de cliquer sur leurs politiques de confidentialité au bas de leur site Web, les utilisateurs n'auraient aucun moyen de savoir combien d'informations personnelles sont collectées et stockées.

« Nous pouvons mettre à jour cette politique de confidentialité de temps à autre pour refléter les modifications apportées à la loi applicable. Étant donné que les informations personnelles que vous nous fournissez ne sont pas stockées ou conservées dans des bases de données que nous possédons ou créons, nous ne serons pas en mesure de vous informer au fur et à mesure de la mise à jour de cette politique de confidentialité.

Et pour aggraver les choses, les utilisateurs doivent constamment vérifier et s'assurer qu'IKE n'a pas modifié leur politique de confidentialité. De plus, les bornes IKE ne sont pas censées être utilisées par les enfants de moins de 13 ans. Pourquoi ? Voir au dessus.

Les kiosques de caméras de surveillance d'IKE qui apparaissent dans les villes du monde entier ont toutes les caractéristiques d'un réseau de surveillance Big Brother se faisant passer pour un réseau de kiosques interactifs « gratuits ».

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

6 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Avinesh

Les données sont tout. Vous contrôlez les données, vous contrôlez les masses.

[…] cette histoire récente : des kiosques interactifs « gratuits » surveillent tout le monde tout en récupérant leurs informations personnelles. ⁃ TN […]

[…] cette histoire récente : des kiosques interactifs « gratuits » surveillent tout le monde tout en récupérant leurs informations personnelles. — Patrick, rédacteur en chef des actualités et tendances de la technocratie […]

[…] cette histoire récente : des kiosques interactifs « gratuits » surveillent tout le monde tout en récupérant leurs informations personnelles. — Patrick, rédacteur en chef des actualités et tendances de la technocratie […]

[…] cette histoire récente : des kiosques interactifs « gratuits » surveillent tout le monde tout en récupérant leurs informations personnelles. — Patrick, rédacteur en chef des actualités et tendances de la technocratie […]

[…] cette histoire récente : des kiosques interactifs « gratuits » surveillent tout le monde tout en récupérant leurs informations personnelles. - Patrick, rédacteur en chef des tendances de la technocratie […]