Texte intégral du discours du pape François au Congrès

S'il vous plaît partager cette histoire!

Note TN: Ceci est le texte complet et non édité du discours du Pape François au Congrès le 24 septembre 2015.

'Monsieur. Vice-président, Monsieur le Président, Honorables membres du Congrès, chers amis,

«Je vous suis très reconnaissant de votre invitation à prendre la parole à cette session conjointe du Congrès dans« la terre des libres et la maison des braves ». Je voudrais penser que la raison en est que je suis moi aussi un fils de ce grand continent, dont nous avons tous tant reçu et envers lequel nous partageons une responsabilité commune.

«Chaque fils ou fille d'un pays donné a une mission, une responsabilité personnelle et sociale. Votre propre responsabilité en tant que membres du Congrès est de permettre à ce pays, par votre activité législative, de grandir en tant que nation. Vous êtes le visage de son peuple, ses représentants. Vous êtes appelés à défendre et à préserver la dignité de vos concitoyens dans la poursuite inlassable et exigeante du bien commun, car c'est le but principal de toute politique. Une société politique perdure lorsqu'elle cherche, en tant que vocation, à satisfaire les besoins communs en stimulant la croissance de tous ses membres, en particulier ceux en situation de plus grande vulnérabilité ou de risque. L'activité législative est toujours basée sur le souci du peuple. Pour cela, vous avez été invité, appelé et convoqué par ceux qui vous ont élu.

«Le vôtre est un travail qui me fait réfléchir de deux manières sur la figure de Moïse. D'une part, le patriarche et le législateur du peuple d'Israël symbolise la nécessité pour les peuples de maintenir vivant leur sentiment d'unité au moyen d'une législation juste. De l'autre, la figure de Moïse nous conduit directement à Dieu et donc à la dignité transcendante de l'être humain. Moïse nous fournit une bonne synthèse de votre travail: il vous est demandé de protéger, au moyen de la loi, l'image et la ressemblance façonnées par Dieu sur chaque visage humain.

«Aujourd'hui, je voudrais non seulement m'adresser à vous, mais à travers vous tout le peuple des États-Unis. Ici, avec leurs représentants, je voudrais profiter de cette occasion pour dialoguer avec les milliers d'hommes et de femmes qui s'efforcent chaque jour de faire un travail honnête, de ramener leur pain quotidien à la maison, d'économiser de l'argent et - une étape à un temps - pour construire une vie meilleure pour leurs familles. Ce sont des hommes et des femmes qui ne se préoccupent pas simplement de payer leurs impôts, mais qui soutiennent tranquillement la vie de la société. Ils génèrent de la solidarité par leurs actions et créent des organisations qui offrent un coup de main à ceux qui en ont le plus besoin.

«Je voudrais également entrer en dialogue avec les nombreuses personnes âgées qui sont une réserve de sagesse forgée par l'expérience et qui cherchent de nombreuses manières, notamment par le biais du bénévolat, à partager leurs histoires et leurs idées. Je sais que beaucoup d'entre eux sont à la retraite, mais toujours actifs; ils continuent à travailler pour construire cette terre. Je veux aussi dialoguer avec tous ces jeunes qui s’emploient à réaliser leurs grandes et nobles aspirations, qui ne sont pas égarés par des propositions faciles, et qui font face à des situations difficiles, souvent en raison de l’immaturité de nombreux adultes. Je souhaite dialoguer avec vous tous, et je voudrais le faire à travers la mémoire historique de votre peuple. 

«Ma visite a lieu à un moment où des hommes et des femmes de bonne volonté célèbrent les anniversaires de plusieurs grands Américains. Malgré les complexités de l'histoire et la réalité de la faiblesse humaine, ces hommes et ces femmes, malgré toutes leurs nombreuses différences et limitations, ont pu, grâce à un travail acharné et au sacrifice de soi - certains au prix de leur vie - construire un avenir meilleur. Ils ont façonné des valeurs fondamentales qui perdureront à jamais dans l'esprit du peuple américain. Un peuple avec cet esprit peut vivre de nombreuses crises, tensions et conflits, tout en trouvant toujours les ressources pour avancer, et le faire avec dignité. Ces hommes et ces femmes nous offrent une manière de voir et d'interpréter la réalité. En honorant leur mémoire, nous sommes inspirés, même au milieu des conflits, et dans l'ici et maintenant de chaque jour, à puiser dans nos plus profondes réserves culturelles.

«Je voudrais mentionner quatre de ces Américains: Abraham Lincoln, Martin Luther King, Dorothy Day et Thomas Merton.

«Cette année marque le cent cinquantième anniversaire de l'assassinat du président Abraham Lincoln, le gardien de la liberté, qui a travaillé sans relâche pour que« cette nation, sous Dieu, [puisse] avoir une nouvelle naissance de la liberté ». Construire un avenir de liberté passe par l'amour du bien commun et la coopération dans un esprit de subsidiarité et de solidarité.

«Nous sommes tous très conscients et profondément préoccupés par la situation sociale et politique inquiétante du monde aujourd'hui. Notre monde est de plus en plus un lieu de conflits violents, de haine et d'atrocités brutales, commis même au nom de Dieu et de la religion. Nous savons qu'aucune religion n'est à l'abri des formes d'illusion individuelle ou d'extrémisme idéologique. Cela signifie que nous devons être particulièrement attentifs à tout type de fondamentalisme, qu'il soit religieux ou de tout autre type. Un équilibre délicat est nécessaire pour lutter contre la violence perpétrée au nom d'une religion, d'une idéologie ou d'un système économique, tout en préservant la liberté religieuse, la liberté intellectuelle et les libertés individuelles. Mais il y a une autre tentation contre laquelle nous devons surtout nous garder: le réductionnisme simpliste qui ne voit que le bien ou le mal; ou, si vous voulez, les justes et les pécheurs. Le monde contemporain, avec ses blessures ouvertes qui affectent tant de nos frères et sœurs, exige que nous affrontions toutes les formes de polarisation qui le diviseraient en ces deux camps. Nous savons que dans la tentative de nous libérer de l'ennemi extérieur, nous pouvons être tentés de nourrir l'ennemi intérieur. Imiter la haine et la violence des tyrans et des meurtriers est la meilleure façon de prendre leur place. C'est quelque chose que vous, en tant que peuple, rejetez.

«Notre réponse doit plutôt être une réponse d'espoir et de guérison, de paix et de justice. Il nous est demandé de rassembler le courage et l'intelligence pour résoudre les nombreuses crises géopolitiques et économiques d'aujourd'hui. Même dans le monde développé, les effets de structures et d'actions injustes ne sont que trop évidents. Nos efforts doivent viser à restaurer l’espoir, à redresser les torts, à maintenir les engagements et à promouvoir ainsi le bien-être des individus et des peuples. Nous devons avancer ensemble, comme un, dans un esprit renouvelé de fraternité et de solidarité, en coopérant généreusement pour le bien commun.

«Les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui appellent au renouvellement de cet esprit de coopération, qui a accompli tant de bien tout au long de l'histoire des États-Unis. La complexité, la gravité et l'urgence de ces défis exigent que nous mettions en commun nos ressources et nos talents, et résolvions à nous soutenir les uns les autres, dans le respect de nos différences et de nos convictions de conscience.

«Dans ce pays, les diverses confessions religieuses ont grandement contribué à la construction et au renforcement de la société. Il est important qu'aujourd'hui, comme par le passé, la voix de la foi continue à être entendue, car c'est une voix de fraternité et d'amour, qui tente de faire ressortir le meilleur de chaque personne et de chaque société. Une telle coopération est une ressource puissante dans la bataille pour éliminer les nouvelles formes mondiales d'esclavage, nées de graves injustices qui ne peuvent être surmontées que par de nouvelles politiques et de nouvelles formes de consensus social.

«Ici, je pense à l'histoire politique des États-Unis, où la démocratie est profondément ancrée dans l'esprit du peuple américain. Toute activité politique doit servir et promouvoir le bien de la personne humaine et être fondée sur le respect de sa dignité. «Nous tenons ces vérités pour évidentes, que tous les hommes sont créés égaux, qu’ils sont dotés par leur Créateur de certains droits inaliénables, parmi lesquels la vie, la liberté et la recherche du bonheur» (Déclaration d’indépendance, 4 juillet 1776). Si la politique doit vraiment être au service de la personne humaine, il s'ensuit qu'elle ne peut être esclave de l'économie et de la finance. La politique est au contraire une expression de notre besoin impérieux de vivre comme un, afin de construire comme l'un des plus grands bien communs: celui d'une communauté qui sacrifie des intérêts particuliers pour partager, dans la justice et la paix, ses biens, ses intérêts. , sa vie sociale. Je ne sous-estime pas la difficulté que cela implique, mais je vous encourage dans cet effort.

«Ici aussi, je pense à la marche que Martin Luther King a menée de Selma à Montgomery il y a cinquante ans dans le cadre de la campagne pour réaliser son« rêve »de droits civils et politiques complets pour les Afro-Américains. Ce rêve continue de nous inspirer tous. Je suis heureux que l'Amérique continue d'être, pour beaucoup, une terre de «rêves». Des rêves qui mènent à l'action, à la participation, à l'engagement. Des rêves qui éveillent ce qu'il y a de plus profond et de plus vrai dans la vie d'un peuple.

«Au cours des derniers siècles, des millions de personnes sont venues sur cette terre pour poursuivre leur rêve de construire un avenir dans la liberté. Nous, les habitants de ce continent, n'avons pas peur des étrangers, car la plupart d'entre nous étaient autrefois étrangers. Je vous dis cela en tant que fils d'immigrants, sachant que vous êtes aussi nombreux à descendre d'immigrants. Malheureusement, les droits de ceux qui étaient ici bien avant nous n’ont pas toujours été respectés. Pour ces peuples et leurs nations, du cœur de la démocratie américaine, je tiens à réaffirmer ma plus haute estime et ma plus haute reconnaissance. Ces premiers contacts ont souvent été turbulents et violents, mais il est difficile de juger le passé par les critères du présent. Néanmoins, lorsque l'étranger parmi nous nous interpelle, nous ne devons pas répéter les péchés et les erreurs du passé. Nous devons nous résoudre maintenant à vivre de la manière la plus noble et la plus juste possible, tout en éduquant les nouvelles générations à ne pas tourner le dos à nos «voisins» et à tout ce qui nous entoure. Construire une nation nous appelle à reconnaître que nous devons constamment entretenir des relations avec les autres, rejeter un état d'esprit d'hostilité pour adopter celui de subsidiarité réciproque, dans un effort constant pour faire de notre mieux. Je suis convaincu que nous pouvons le faire.

«Notre monde est confronté à une crise de réfugiés d'une ampleur jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale. Cela nous présente de grands défis et de nombreuses décisions difficiles. Sur ce continent également, des milliers de personnes sont amenées à voyager vers le nord à la recherche d'une vie meilleure pour elles-mêmes et pour leurs proches, à la recherche de plus grandes opportunités. N'est-ce pas ce que nous voulons pour nos propres enfants? Nous ne devons pas être surpris par leur nombre, mais plutôt les considérer comme des personnes, voir leurs visages et écouter leurs histoires, en essayant de répondre du mieux que nous pouvons à leur situation. Répondre d'une manière toujours humaine, juste et fraternelle. Nous devons éviter une tentation courante de nos jours: rejeter tout ce qui s'avère gênant. Souvenons-nous de la règle d'or: «Faites aux autres ce que vous voudriez qu'ils vous fassent» (Mt 7: 12).

«Cette règle nous oriente dans une direction claire. Traitons les autres avec la même passion et la même compassion avec lesquelles nous voulons être traités. Cherchons pour les autres les mêmes possibilités que nous cherchons pour nous-mêmes. Aidons les autres à grandir, comme nous aimerions être aidés nous-mêmes. En un mot, si nous voulons la sécurité, donnons la sécurité; si nous voulons la vie, donnons la vie; si nous voulons des opportunités, fournissons des opportunités. Le critère que nous utilisons pour les autres sera le critère que le temps utilisera pour nous. La règle d'or nous rappelle également notre responsabilité de protéger et de défendre la vie humaine à chaque étape de son développement.

«Cette conviction m'a conduit, depuis le début de mon ministère, à plaider à différents niveaux pour l'abolition globale de la peine de mort. Je suis convaincu que cette voie est la meilleure, car chaque vie est sacrée, chaque personne humaine est dotée d'une dignité inaliénable et la société ne peut que bénéficier de la réhabilitation des personnes reconnues coupables de crimes. Récemment, mes frères évêques ici aux États-Unis ont renouvelé leur appel à l'abolition de la peine de mort. Non seulement je les soutiens, mais j'offre également des encouragements à tous ceux qui sont convaincus qu'une punition juste et nécessaire ne doit jamais exclure la dimension de l'espoir et l'objectif de la réhabilitation.

«En ces temps où les préoccupations sociales sont si importantes, je ne peux manquer de mentionner la Servante de Dieu Dorothy Day, qui a fondé le Catholic Worker Movement. Son activisme social, sa passion pour la justice et pour la cause des opprimés ont été inspirés par l'Évangile, sa foi et l'exemple des saints.

«Quels progrès ont été accomplis dans ce domaine dans tant de régions du monde! Combien a été fait ces premières années du troisième millénaire pour sortir les gens de l'extrême pauvreté! Je sais que vous partagez ma conviction qu'il reste encore beaucoup à faire et qu'en temps de crise et de difficultés économiques, un esprit de solidarité mondiale ne doit pas être perdu. En même temps, je vous encourage à garder à l'esprit toutes les personnes qui nous entourent qui sont prises au piège d'un cycle de pauvreté. Eux aussi ont besoin d'espoir. La lutte contre la pauvreté et la faim doit être menée en permanence et sur de nombreux fronts, en particulier dans ses causes. Je sais que de nombreux Américains travaillent aujourd'hui, comme par le passé, à résoudre ce problème.

«Il va sans dire qu'une partie de ce grand effort est la création et la distribution de la richesse. La bonne utilisation des ressources naturelles, la bonne application de la technologie et la maîtrise de l'esprit d'entreprise sont des éléments essentiels d'une économie qui se veut moderne, inclusive et durable. «Les affaires sont une noble vocation, orientée vers la production de richesse et l'amélioration du monde. Elle peut être une source fructueuse de prospérité pour la zone dans laquelle elle opère, surtout si elle considère la création d'emplois comme un élément essentiel de son service au bien commun »(Laudato Si ', 129). Ce bien commun inclut également la terre, thème central de l'encyclique que j'ai récemment écrite pour «entrer en dialogue avec tous sur notre maison commune» (ibid., 3). «Nous avons besoin d'une conversation qui inclut tout le monde, car le défi environnemental que nous sommes confrontés et ses racines humaines nous préoccupent et nous affectent tous» (ibid., 14).

«À Laudato Si», j'appelle à un effort courageux et responsable pour «réorienter nos pas» (ibid., 61) et pour éviter les effets les plus graves de la détérioration de l'environnement causée par l'activité humaine. Je suis convaincu que nous pouvons faire une différence et je ne doute pas que les États-Unis - et ce Congrès - ont un rôle important à jouer. Le moment est venu pour des actions et des stratégies courageuses, visant à mettre en œuvre une «culture de la protection» (ibid., 231) et «une approche intégrée de la lutte contre la pauvreté, de la restauration de la dignité des exclus et en même temps de la protection de la nature» (ibid. ., 139). «Nous avons la liberté nécessaire pour limiter et diriger la technologie» (ibid., 112); «Concevoir des moyens intelligents de… développer et limiter notre pouvoir» (ibid., 78); et de mettre la technologie «au service d'un autre type de progrès, plus sain, plus humain, plus social, plus intégral» (ibid., 112). À cet égard, je suis convaincu que les remarquables institutions universitaires et de recherche américaines peuvent apporter une contribution vitale dans les années à venir.

«Il y a un siècle, au début de la Grande Guerre, que le pape Benoît XV qualifiait de« massacre inutile », un autre Américain notable était né: le moine cistercien Thomas Merton. Il reste une source d'inspiration spirituelle et un guide pour de nombreuses personnes. Dans son autobiographie, il écrit: «Je suis venu au monde. Libre par nature, à l'image de Dieu, j'étais pourtant prisonnier de ma propre violence et de mon propre égoïsme, à l'image du monde dans lequel je suis né. Ce monde était l'image de l'Enfer, plein d'hommes comme moi, aimant Dieu, mais le haïssant; né pour l'aimer, vivant plutôt dans la peur d'une faim désespérée et contradictoire. Merton était avant tout un homme de prière, un penseur qui contestait les certitudes de son temps et ouvrait de nouveaux horizons aux âmes et à l'Église. C'était aussi un homme de dialogue, un promoteur de la paix entre les peuples et les religions.

«Dans cette perspective de dialogue, je voudrais saluer les efforts déployés ces derniers mois pour aider à surmonter les différences historiques liées à des épisodes douloureux du passé. Il est de mon devoir de construire des ponts et d'aider tous les hommes et toutes les femmes, de toutes les manières possibles, à faire de même. Lorsque des pays en désaccord reprennent la voie du dialogue - dialogue qui peut avoir été interrompu pour les raisons les plus légitimes - de nouvelles opportunités s'ouvrent à tous. Cela a exigé et exige du courage et de l'audace, ce qui n'est pas la même chose que l'irresponsabilité. Un bon leader politique est celui qui, avec l'intérêt de tous à l'esprit, saisit le moment dans un esprit d'ouverture et de pragmatisme. Un bon dirigeant politique choisit toujours d'initier des processus plutôt que de posséder des espaces (cf. Evangelii Gaudium, 222-223).

«Etre au service du dialogue et de la paix, c'est aussi être vraiment déterminé à minimiser et, à long terme, à mettre fin aux nombreux conflits armés à travers le monde. Ici, nous devons nous demander: pourquoi des armes mortelles sont-elles vendues à ceux qui prévoient d'infliger des souffrances indicibles aux individus et à la société? Malheureusement, la réponse, comme nous le savons tous, est simplement pour l'argent: de l'argent trempé dans le sang, souvent du sang innocent. Face à ce silence honteux et coupable, il est de notre devoir d’affronter le problème et d’arrêter le commerce des armes.

«Trois fils et une fille de cette terre, quatre individus et quatre rêves: Lincoln, la liberté; Martin Luther King, la liberté dans la pluralité et la non-exclusion; Dorothy Day, justice sociale et droits des personnes; et Thomas Merton, la capacité de dialogue et d'ouverture à Dieu.

«Quatre représentants du peuple américain.

«Je terminerai ma visite dans votre pays à Philadelphie, où je participerai à la Rencontre mondiale des familles. Je souhaite que tout au long de ma visite, la famille soit un thème récurrent. Comme la famille a été essentielle à la construction de ce pays! Et combien il reste digne de notre soutien et de nos encouragements! Pourtant, je ne peux cacher ma préoccupation pour la famille, qui est menacée, peut-être comme jamais auparavant, de l'intérieur et de l'extérieur. Les relations fondamentales sont remises en question, tout comme le fondement même du mariage et de la famille. Je ne peux que réitérer l’importance et, surtout, la richesse et la beauté de la vie de famille.

«En particulier, je voudrais attirer l'attention sur les membres de la famille qui sont les plus vulnérables, les jeunes. Pour beaucoup d'entre eux, un avenir rempli d'innombrables possibilités nous attend, mais tant d'autres semblent désorientés et sans but, piégés dans un labyrinthe sans espoir de violence, d'abus et de désespoir. Leurs problèmes sont nos problèmes. Nous ne pouvons pas les éviter. Nous devons les affronter ensemble, en parler et rechercher des solutions efficaces plutôt que de s’enliser dans les discussions. Au risque de simplifier à l'extrême, nous pourrions dire que nous vivons dans une culture qui pousse les jeunes à ne pas fonder une famille, car ils manquent de possibilités pour l'avenir. Pourtant, cette même culture offre aux autres tellement d'options qu'ils sont eux aussi dissuadés de fonder une famille.

«Une nation peut être considérée comme grande quand elle défend la liberté comme Lincoln l'a fait, quand elle encourage une culture qui permet aux gens de« rêver »de pleins droits pour tous leurs frères et sœurs, comme Martin Luther King a cherché à le faire; quand elle lutte pour la justice et la cause des opprimés, comme l'a fait Dorothy Day par son travail inlassable, le fruit d'une foi qui devient dialogue et sème la paix dans le style contemplatif de Thomas Merton.

«Dans ces remarques, j'ai cherché à présenter une partie de la richesse de votre patrimoine culturel, de l'esprit du peuple américain. Je souhaite que cet esprit continue de se développer et de grandir, afin que le plus de jeunes possible puissent hériter et habiter dans une terre qui a inspiré tant de gens à rêver.

'Dieu bénisse l'amérique!'

S'abonner
Notifier de
invité

5 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Michael White

Le pape est certainement éloquent et articule dans de nombreuses langues semble-t-il. (a-t-il un rédacteur de discours?) Le Congrès m'a rendu fou de applaudissements lorsque je l'ai entendu sur NPR (avec un commentaire pour les non-éduqués) en expliquant ses références historiques au cas où vous iriez à l'école publique. Il est complètement convaincu que le réchauffement climatique est causé par l'homme et notre problème, quand on penserait aussi bien éduqué et avec l'accès à tant d'astronomes, il saurait que des changements se produisent dans l'univers et pas seulement sur Terre. (Check out suspectsbservers) Je suis d'accord avec lui sur la perte... Lire la suite »

JoAnn Dolberg

Le travail du Congrès est de protéger la liberté de cette nation, de ne pas permettre la «croissance» en adoptant une législation qui ignore les lois déjà en place. Notre héritage culturel est détruit à cause des «penseurs» marxistes comme Obama et ce pape.