Texte complet du discours du pape François à la conférence des Nations Unies sur l'ordre du jour 2030

S'il vous plaît partager cette histoire!

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie pour vos aimables paroles. Une fois de plus, suivant une tradition à laquelle je me sens honoré, le Secrétaire général des Nations Unies a invité le Pape à s'adresser à cette distinguée assemblée de nations. En mon nom personnel et celui de l'ensemble de la communauté catholique, je tiens à vous exprimer, monsieur Ban Ki-moon, mes sincères remerciements.

Je salue les chefs d’État et de gouvernement présents, ainsi que les ambassadeurs, diplomates et responsables politiques et techniques les accompagnant, le personnel des Nations Unies réuni à la 70e Session de l’Assemblée générale, le personnel des différents programmes et agences de la famille des Nations Unies et tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, participent à cette réunion. Par votre intermédiaire, je salue également les citoyens de toutes les nations représentées dans cette salle. Je vous remercie tous et toutes pour vos efforts au service de l’humanité.

C'est la cinquième fois qu'un pape se rend à l'ONU. Je suis les traces de mes prédécesseurs Paul VI, in1965, Jean-Paul II, dans 1979 et 1995, et de mon dernier prédécesseur, l'actuel pape émérite Benoît XVI, dans 2008. Tous ont exprimé leur grande estime pour l’Organisation, qu’ils considéraient comme la réponse juridique et politique appropriée à ce moment historique de l’histoire, marqués par notre capacité technique à surmonter les distances et les frontières et, apparemment, à surmonter toutes les limites naturelles à l’exercice de la profession. Puissance. Une réponse essentielle, dans la mesure où le pouvoir technologique, aux mains d'idéologies nationalistes ou faussement universalistes, est capable de perpétrer de terribles atrocités. Je ne peux que réitérer l'appréciation exprimée par mes prédécesseurs en réaffirmant l'importance que l'Église catholique attache à cette institution et à l'espoir qu'elle place dans ses activités.

Les Nations Unies célèbrent actuellement leur 70ththth anniversaire. L’histoire de cette communauté d’États organisée est l’une des réalisations communes importantes au cours d’une période de changements inhabituellement rapides. Sans prétendre être exhaustif, nous pouvons mentionner la codification et le développement du droit international, l’établissement de normes internationales relatives aux droits de l’homme, les avancées du droit humanitaire, la résolution de nombreux conflits, les opérations de maintien de la paix et de réconciliation, ainsi que de nombreux autres facteurs. réalisations dans tous les domaines d’activités et d’activités internationales. Toutes ces réalisations sont des lumières qui aident à dissiper les ténèbres du désordre causé par des ambitions débridées et des formes collectives d’égoïsme. Certes, de nombreux problèmes graves restent à résoudre, mais il est clair que, sans toutes ces interventions au niveau international, l’humanité n’aurait pas pu survivre à une utilisation non contrôlée de ses propres possibilités. Chacune de ces avancées politiques, juridiques et techniques est un moyen de parvenir à l’idéal de la fraternité humaine et un moyen de la réaliser davantage.

Pour cette raison, je rends hommage à tous ces hommes et ces femmes dont la loyauté et le sacrifice de soi ont été bénéfiques pour l’ensemble de l’humanité au cours des soixante-dix dernières années. En particulier, je rappellerais aujourd’hui ceux qui ont donné leur vie pour la paix et la réconciliation entre les peuples, de Dag Hammarskjöld aux nombreux responsables de l’ONU à tous les niveaux qui ont été tués au cours de missions humanitaires et de missions de paix et de réconciliation.

Au-delà de ces réalisations, l'expérience des 70 dernières années a montré clairement que la réforme et l'adaptation à l'époque sont toujours nécessaires dans la poursuite de l'objectif ultime d'accorder à tous les pays, sans exception, une part et une influence véritable et équitable. sur les processus décisionnels. La nécessité d'une plus grande équité est particulièrement vraie dans le cas des organes dotés d'une capacité exécutive efficace, tels que le Conseil de sécurité, les agences financières et les groupes ou mécanismes spécifiquement créés pour faire face aux crises économiques. Cela contribuera à limiter tout type d'abus ou d'usure, en particulier dans les pays en développement. Les agences financières internationales doivent veiller au développement durable des pays et veiller à ce qu'elles ne soient pas soumises à des systèmes de prêt oppressifs qui, loin de favoriser le progrès, soumettent les gens à des mécanismes qui génèrent une plus grande pauvreté, exclusion et dépendance.

Conformément aux principes énoncés dans le préambule et dans les premiers articles de sa charte fondatrice, les travaux de l’ONU peuvent être considérés comme le développement et la promotion de l’état de droit, fondés sur le fait que la justice est une condition essentielle de la justice. réaliser l’idéal de la fraternité universelle. Dans ce contexte, il est utile de rappeler que la limitation du pouvoir est une idée implicite dans le concept même du droit. Céder à la sienne, comme le dit la définition classique de la justice, signifie qu'aucun individu, ni groupe humain, ne peut se considérer comme absolu, autorisé à contourner la dignité et les droits des autres individus ou de leurs groupes sociaux.

La répartition effective du pouvoir (politique, économique, lié à la défense, technologique, etc.) entre plusieurs sujets et la création d'un système juridique de réglementation des revendications et des intérêts constituent un moyen concret de limiter le pouvoir. Pourtant, le monde actuel nous présente de nombreux faux droits et, en même temps, de vastes secteurs vulnérables, victimes du pouvoir mal exercé: par exemple, l'environnement naturel et les vastes rangs des exclus. Ces secteurs sont étroitement interconnectés et rendus de plus en plus fragiles par les relations politiques et économiques dominantes.

C’est pourquoi leurs droits doivent être affirmés avec force, en œuvrant pour la protection de l’environnement et en mettant fin à l’exclusion.

Premièrement, il faut affirmer qu’il existe un véritable «droit de l’environnement», et ce pour deux raisons. Premièrement, parce que nous, êtres humains, faisons partie de l'environnement. Nous vivons en communion avec lui, car l’environnement lui-même comporte des limites éthiques que l’activité humaine doit reconnaître et respecter. L’homme, malgré tous ses dons remarquables, qui «sont le signe d’une singularité qui transcende les domaines de la physique et de la biologie» (Laudato Si ', 81), fait en même temps partie de ces domaines. Il possède un corps façonné par des éléments physiques, chimiques et biologiques et ne peut survivre et se développer que si l'environnement écologique est favorable. Tout dommage causé à l'environnement est donc préjudiciable à l'humanité.

Deuxièmement, parce que chaque créature, en particulier une créature vivante, a une valeur intrinsèque dans son existence, sa vie, sa beauté et son interdépendance avec les autres créatures. Nous autres chrétiens, ainsi que les autres religions monothéistes, croyons que l'univers est le fruit d'une décision aimante du Créateur, qui permet à l'homme d'utiliser respectueusement la création pour le bien de ses semblables et pour la gloire du Créateur; il n'est pas autorisé à en abuser, encore moins à le détruire. Dans toutes les religions, l’environnement est un bien fondamental (cf. ibid.).

L’utilisation abusive et la destruction de l’environnement s’accompagnent également d’un processus incessant d’exclusion. En effet, une soif égoïste et sans bornes de pouvoir et de prospérité matérielle conduit à la fois à une mauvaise utilisation des ressources naturelles disponibles et à l’exclusion des faibles et des défavorisés, soit parce qu’ils sont handicapés (handicapés), soit parce qu’ils manquent d’informations techniques et techniques adéquates. expertise, ou sont incapables d'une action politique décisive. L'exclusion économique et sociale est un déni complet de la fraternité humaine et une atteinte grave aux droits de l'homme et à l'environnement. Les plus pauvres sont ceux qui souffrent le plus de telles infractions, pour trois raisons sérieuses: ils sont rejetés par la société, obligés de vivre de ce qui est mis au rebut et souffrent injustement des atteintes à l'environnement. Ils font partie de la «culture du déchet» répandue et en croissance silencieuse d'aujourd'hui.

La réalité dramatique de toute cette situation d’exclusion et d’inégalité, aux effets évidents, m’a amené, en union avec l’ensemble du peuple chrétien et de nombreux autres, à faire le bilan de ma grave responsabilité à cet égard et à prendre la parole, avec tous qui recherchent des solutions urgentes et efficaces. L’adoption de l’Agenda 2030 pour le développement durable lors du Sommet mondial, qui s’ouvre aujourd’hui, est un signe important d’espoir. Je suis également convaincu que la Conférence de Paris sur le changement climatique garantira des accords fondamentaux et efficaces.

Les engagements solennels ne suffisent toutefois pas, même s’ils sont indispensables pour trouver des solutions. La définition classique de la justice que j'ai mentionnée précédemment contient parmi ses éléments essentiels une volonté constante et perpétuelle: Iustitia est constans et perpetua voluntas ius sum cuique tribuendi. Notre monde exige de la part de tous les dirigeants gouvernementaux une volonté efficace, concrète, constante et concrète, ainsi que des mesures immédiates visant à préserver et à améliorer l'environnement naturel et à mettre ainsi fin le plus rapidement possible au phénomène de l'exclusion sociale et économique, avec ses conséquences néfastes. conséquences: trafic d'êtres humains, commercialisation d'organes et de tissus humains, exploitation sexuelle de garçons et de filles, travail forcé, y compris la prostitution, commerce de la drogue et des armes, terrorisme et crime organisé international. L’ampleur de ces situations et la dureté de leurs vies innocentes sont telles que nous devons éviter toute tentation de tomber dans un nominalisme déclaratiste qui apaiserait nos consciences. Nous devons nous assurer que nos institutions sont vraiment efficaces dans la lutte contre tous ces fléaux.

Le nombre et la complexité des problèmes exigent que nous possédions des instruments techniques de vérification. Mais cela comporte deux risques. Nous pouvons nous contenter de l'exercice bureaucratique consistant à dresser de longues listes de bonnes propositions - buts, objectifs et indicateurs statistiques - ou penser qu'une solution unique, théorique et aprioristique, permettra de relever tous les défis. Il ne faut jamais oublier que l'activité politique et économique n'est efficace que si elle est comprise comme une activité prudentielle, guidée par un concept de justice éternel et constamment consciente du fait qu'au-delà de nos plans et programmes, nous traitons de les hommes et les femmes qui vivent, luttent et souffrent et sont souvent contraints de vivre dans une grande pauvreté, privés de tous leurs droits.

Pour permettre à ces vrais hommes et femmes d'échapper à l'extrême pauvreté, nous devons leur permettre d'être des agents dignes de leur propre destin. Le développement humain intégral et le plein exercice de la dignité humaine ne peuvent être imposés. Ils doivent être construits et autorisés à se développer pour chaque individu, pour chaque famille, en communion avec les autres et dans de bonnes relations avec tous les domaines dans lesquels la vie sociale humaine se développe - amis, communautés, villes et villages, écoles, entreprises et entreprises. les unions, les provinces, les nations, etc. Cela présuppose et exige le droit à l'éducation - également pour les filles (exclues à certains endroits) - qui est garanti avant tout par le respect et le renforcement du droit fondamental de la famille d'éduquer ses enfants droit des églises et des groupes sociaux de soutenir et d’aider les familles dans l’éducation de leurs enfants. L'éducation ainsi conçue constitue la base de la mise en œuvre de l'agenda 2030 et de la reconquête de l'environnement.

Dans le même temps, les chefs de gouvernement doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que tous puissent disposer du minimum de moyens spirituels et matériels pour vivre dans la dignité et créer et soutenir une famille, cellule de base de tout développement social. Concrètement, ce minimum absolu a trois noms: logement, travail et terre; et un nom spirituel: liberté spirituelle, qui inclut la liberté religieuse, le droit à l'éducation et d'autres droits civils.

Pour tout cela, les mesures et les indicateurs les plus simples et les meilleurs de la mise en œuvre du nouvel agenda pour le développement seront l'accès effectif, pratique et immédiat de tous aux biens matériels et spirituels essentiels: logement, emploi digne et correctement rémunéré, une nourriture adéquate et de l'eau potable; liberté religieuse et, plus généralement, liberté spirituelle et éducation. Ces piliers du développement humain intégral ont un fondement commun, à savoir le droit à la vie et, plus généralement, ce que nous pourrions appeler le droit à l'existence de la nature humaine elle-même.

La crise écologique et la destruction à grande échelle de la biodiversité peuvent menacer l'existence même de l'espèce humaine. Les conséquences funestes d'une mauvaise gestion irresponsable de l'économie mondiale, guidée uniquement par l'ambition de richesse et de pouvoir, doivent servir de sommation à une réflexion franche sur l'homme: «l'homme n'est pas seulement une liberté qu'il se crée. L'homme ne se crée pas. Il est esprit et volonté, mais aussi nature »(Benoît XVI, discours au Bundestag, 22 septembre 2011, cité dans Laudato Si ', 6). La création est compromise «là où nous avons nous-mêmes le dernier mot… Le détournement de la création commence lorsque nous ne reconnaissons plus aucune instance au-dessus de nous-mêmes, lorsque nous ne voyons rien d'autre que nous-mêmes» (ID. Discours au clergé du diocèse de Bolzano-Bressanone, 6 août 2008, cité ibid.). Par conséquent, la défense de l'environnement et la lutte contre l'exclusion exigent que nous reconnaissions une loi morale inscrite dans la nature humaine elle-même, qui inclut la différence naturelle entre l'homme et la femme (cf. Laudato Si ', 155), et le respect absolu de la vie dans toutes ses étapes et dimensions (cf. ibid., 123, 136).

Sans la reconnaissance de certaines limites éthiques naturelles incontestables et sans la mise en œuvre immédiate de ces piliers du développement humain intégral, l'idéal de «sauver les générations futures du fléau de la guerre» (Charte des Nations Unies, Préambule) et de «promouvoir le progrès social et de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande »(ibid.), risque de devenir une illusion inaccessible, ou, pire encore, de bavardages inutiles qui servent de couverture à toutes sortes d'abus et de corruption, ou à la réalisation d'une colonisation idéologique par l'imposition des modèles anormaux et des modes de vie qui sont étrangers à l'identité des gens et, finalement, irresponsables.

La guerre est la négation de tous les droits et un assaut spectaculaire sur l'environnement. Si nous voulons un véritable développement humain intégral pour tous, nous devons travailler sans relâche pour éviter la guerre entre les nations et entre les peuples.

À cette fin, il est nécessaire de garantir l’état de droit incontesté et le recours inlassable à la négociation, à la médiation et à l’arbitrage, comme le propose la Charte des Nations Unies, qui constitue véritablement une norme juridique fondamentale. L’expérience de ces soixante-dix ans depuis la fondation de l’Organisation des Nations Unies en général, et en particulier celle de ces quinze premières années du troisième millénaire, révèle à la fois l’efficacité de la pleine application des normes internationales et l’inefficacité de leur non-respect. .

Lorsque la Charte des Nations Unies sera respectée et appliquée avec transparence et sincérité et sans arrière-pensées, comme point de référence obligatoire de la justice et non comme moyen de masquer de fausses intentions, des résultats pacifiques seront obtenus. Lorsque, au contraire, la norme est simplement considérée comme un instrument à utiliser chaque fois qu’elle se révèle favorable et à éviter si elle ne l’est pas, une véritable boîte de Pandore s’ouvre, libérant des forces incontrôlables qui nuisent gravement aux populations sans défense, aux besoins culturels. milieu et même l'environnement biologique.

Le préambule et le premier article de la Charte des Nations Unies établissent les fondements du cadre juridique international: la paix, la résolution pacifique des différends et le développement de relations amicales entre les nations. La tendance constante à la prolifération des armes, en particulier des armes de distraction massive, telles que les armes nucléaires, est fermement opposée à ces déclarations et, dans la pratique, les nie. Une éthique et une loi fondées sur la menace de destruction mutuelle - et éventuellement de toute l'humanité - sont contradictoires et constituent un affront à tout le cadre des Nations Unies, qui se transformeraient en «nations unies par la peur et la méfiance». . Il est urgent de travailler pour un monde exempt d’armes nucléaires, dans l’application intégrale du Traité de non-prolifération, dans l’esprit et dans la lettre, dans le but d’interdire complètement ces armes.

Le récent accord conclu sur la question nucléaire dans une région sensible d’Asie et du Moyen-Orient témoigne du potentiel de bonne volonté politique et de droit, exercé avec sincérité, patience et constance. J'espère que cet accord sera durable et efficace et qu'il produira les fruits souhaités avec la coopération de toutes les parties concernées.

En ce sens, il ne manque pas de preuves tangibles des effets négatifs d’interventions militaires et politiques non coordonnées entre les membres de la communauté internationale. Pour cette raison, tout en regrettant de devoir le faire, je dois renouveler mes appels répétés concernant la situation douloureuse de tout le Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et d’autres pays africains, où les chrétiens, ainsi que d’autres groupes culturels ou ethniques, de la religion majoritaire qui ne souhaitent pas être pris au piège de la haine et de la folie, ont été forcés d'assister à la destruction de leurs lieux de culte, de leur patrimoine culturel et religieux, de leurs maisons et de leurs biens, et ont été confrontés au choix de fuir ou de payer leur adhésion au bien et à la paix par leur propre vie ou par l’esclavage.

Ces réalités devraient servir de citation grave à un examen de conscience de la part des personnes chargées de la conduite des affaires internationales. Non seulement en cas de persécution religieuse ou culturelle, mais dans chaque situation de conflit, comme en Ukraine, en Syrie, en Iraq, en Libye, au Sud-Soudan et dans la région des Grands Lacs, les êtres humains réels priment les intérêts partisans, aussi légitimes que ces derniers puissent être . Dans les guerres et les conflits, il y a des individus, nos frères et sœurs, hommes et femmes, jeunes et vieux, garçons et filles qui pleurent, souffrent et meurent. Des êtres humains qui sont facilement écartés lorsque notre seule réponse est d’établir une liste de problèmes, de stratégies et de désaccords.

Comme je l’ai écrit dans ma lettre au Secrétaire général de l’ONU sur 9 August 2014, «la compréhension la plus élémentaire de la dignité humaine pousse la communauté internationale, en particulier par le biais des normes et mécanismes du droit international, à faire tout ce qui est en son pouvoir pour: mettre fin aux violences systématiques contre les minorités ethniques et religieuses et les empêcher de nouveau »et protéger les peuples innocents.

Dans le même ordre d'idées, je mentionnerais un autre type de conflit qui n'est pas toujours aussi ouvert, mais tue silencieusement des millions de personnes. Un autre type de guerre que vivent nombre de nos sociétés à la suite du trafic de stupéfiants. Une guerre prise pour acquise et mal menée. Le trafic de drogue est par nature accompagné de trafic d'êtres humains, de blanchiment de capitaux, du commerce des armes, d'exploitation des enfants et d'autres formes de corruption. Une corruption qui a pénétré à différents niveaux de la vie sociale, politique, militaire, artistique et religieuse et, dans de nombreux cas, a donné lieu à une structure parallèle qui menace la crédibilité de nos institutions.

J'ai commencé ce discours en rappelant les visites de mes prédécesseurs. J'espère que mes paroles seront considérées avant tout comme la continuation des dernières paroles de l'adresse du pape Paul VI; bien que parlés il y a presque exactement cinquante ans, ils restent toujours d'actualité. «L'heure est venue où une pause, un moment de recueillement, de réflexion, voire de prière, est absolument nécessaire pour que nous puissions repenser à notre origine commune, à notre histoire, à notre destinée commune. L'appel à la conscience morale de l'homme n'a jamais été aussi nécessaire qu'aujourd'hui… Car le danger ne vient ni du progrès ni de la science; si elles sont bien utilisées, elles peuvent aider à résoudre un grand nombre des problèmes graves auxquels l’humanité est confrontée (Discours prononcé devant l’Organisation des Nations Unies, 4 October 1965). Entre autres choses, le génie humain, bien appliqué, aidera sûrement à relever les graves défis de la dégradation de l'environnement et de l'exclusion. Comme le disait Paul VI: «Le véritable danger vient de l'homme, qui dispose d'instruments toujours plus puissants, aussi bien équipés pour la destruction que pour la conquête de nobles conquêtes» (ibid.).

Le foyer commun de tous les hommes et de toutes les femmes doit continuer à s'élever sur les fondements d'une bonne compréhension de la fraternité universelle et du respect du caractère sacré de chaque vie humaine, de chaque homme et de chaque femme, des pauvres, des personnes âgées, des enfants, des infirmes, les enfants à naître, les chômeurs, les abandonnés, ceux considérés comme jetables parce qu'ils ne sont considérés que comme faisant partie d'une statistique. Ce foyer commun de tous les hommes et de toutes les femmes doit également être construit sur la compréhension d’un certain caractère sacré de la nature créée.

Une telle compréhension et ce respect appellent un degré de sagesse supérieur, qui accepte la transcendance, rejette la création d’une élite toute-puissante et reconnaît que la pleine signification de la vie individuelle et collective se trouve dans le service désintéressé des autres et dans le sage utilisation respectueuse de la création pour le bien commun. Pour répéter les paroles de Paul VI, «l'édifice de la civilisation moderne doit être construit sur des principes spirituels, car ils sont les seuls capables de le soutenir non seulement, mais aussi de le éclairer» (ibid.).

El Gaucho Martín Fierro, un classique de la littérature dans mon pays natal, déclare: «Les frères doivent se tenir l'un à côté de l'autre, car c'est la première loi. gardez toujours un lien véritable entre vous, car si vous vous battez entre vous, vous serez dévorés par ceux qui sont à l'extérieur ».

Le monde contemporain, apparemment connecté, connaît une fragmentation sociale croissante et constante, qui met en péril «les fondements de la vie sociale» et conduit par conséquent à «des luttes pour des intérêts opposés» (Laudato Si ', 229).

Le temps présent nous invite à donner la priorité à des actions qui génèrent de nouveaux processus dans la société, afin de porter leurs fruits dans des événements historiques significatifs et positifs (cf. Evangelii Gaudium, 223). Nous ne pouvons pas nous permettre de reporter «certains programmes» pour l’avenir. L’avenir nous impose des décisions critiques et globales face à des conflits mondiaux qui augmentent le nombre des exclus et des personnes dans le besoin.

Le cadre juridique international louable de l’Organisation des Nations Unies et de toutes ses activités, comme toute activité humaine, peut être amélioré, mais il reste nécessaire; en même temps, cela peut être le gage d'un avenir sûr et heureux pour les générations futures. Et il en sera ainsi si les représentants des États peuvent mettre de côté leurs intérêts partisans et idéologiques et s’efforcer sincèrement de servir le bien commun. Je prie Dieu tout-puissant que ce soit le cas, et je vous assure de mon soutien et de mes prières, ainsi que de celui de tous les fidèles de l'Église catholique, que cette institution, tous ses États membres et chacun de ses les fonctionnaires rendront toujours un service efficace à l’humanité, un service respectueux de la diversité et capable de faire ressortir, pour le bien commun, le meilleur de chaque peuple et de chaque individu.

À vous tous et aux peuples que vous représentez, j'invoque la bénédiction du Très-Haut, ainsi que toute paix et prospérité. Je vous remercie.

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires