Des géants de l'automobile de l'ouest accusés d'espionnage de citoyens pour le gouvernement chinois

Image: Ford
S'il vous plaît partager cette histoire!
Ford, Tesla, Volkswagen, BMW et 200 autres constructeurs automobiles fournissent des données de localisation au gouvernement chinois. Que ces données ne soient pas utilisées pour augmenter l'oppression citoyenne est inconcevable. Le fait est que les voitures électriques transmettent déjà des données de localisation au constructeur automobile; ils ne font que le confier à des technocrates contrôleurs. Les Américains devraient jeter un regard très attentif sur Tesla et Ford, en se rappelant que le grand-père d'Elon Musk était le chef canadien de Technocracy, Inc. au Canada dans les années 1930 et 1940. Ford s'est toujours penché vers la technocratie, jouant sur un thème clé dans Brave New World de Huxley, où le temps était mesuré en AF, ou «Anno Ford». Apparemment, ni Ford ni Tesla ne se soucient du fait qu'ils aident à réduire en esclavage 20% de la race humaine en Chine, et si c'est vrai, le feraient-ils aux 80% restants? La réponse va de soi! ⁃ Éditeur TN

Les géants mondiaux de l'automobile fournissent des informations en temps réel provenant des véhicules électriques au gouvernement chinois, a-t-on rapporté.

Les révélations viennent alors que le président Xi Jinping est accusé d'intensifier l'utilisation de la technologie pour suivre les mouvements de ses citoyens.

Plus de 200 constructeurs automobiles - dont Tesla, Volkswagen, BMW, Ford, Nissan et Mitsubishi - ont transmis l'information.

Associated Press a révélé avoir envoyé au moins des points de données 61 à des plateformes de surveillance soutenues par le gouvernement.

Cependant, les constructeurs automobiles affirment qu'ils ne font que se conformer aux lois locales, qui ne s'appliquent qu'aux véhicules à énergie alternative.

Et les responsables chinois ont déclaré que les données n'étaient utilisées que pour l'analyse afin d'améliorer la sécurité publique, la planification des infrastructures et la prévention de la fraude.

Selon les critiques, les informations recueillies vont au-delà de ces objectifs et pourraient même être utilisées à des fins de surveillance.

Sous Xi, la Chine a été accusée de utiliser la technologie pour «contrôler» tout ce qui menace les parti communiste au pouvoir.

Ding Xiaohua, du Centre de collecte, de surveillance et de recherche de données sur les véhicules électriques de Shanghai, a déclaré qu'il ne facilitait pas la surveillance par l'État.

Cependant, les données peuvent être partagées avec la police, les procureurs ou les tribunaux, si une demande formelle est faite.

Le centre est enregistré comme une organisation à but non lucratif mais est étroitement aligné sur et financé par le gouvernement.

"Pour parler franchement, le gouvernement n'a pas besoin de surveiller via une plate-forme comme la nôtre", a déclaré Ding.

De nombreux véhicules aux États-Unis, en Europe et au Japon transmettent déjà les informations de position aux constructeurs automobiles.

Ils l'alimentent ensuite pour des applications de suivi, des cartes indiquant les commodités proches, etc., mais les données s'arrêtent là.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires