Google conserve la «liste noire des nouvelles» pour fausser manuellement les résultats de recherche

Google
S'il vous plaît partager cette histoire!
Après avoir hardiment nié devant le Congrès qu'ils ne manipulaient pas manuellement les résultats de recherche, Google a de nouveau été arrêté pour avoir menti. En fait, ils faussent manuellement les résultats de la recherche lorsque cela convient à leurs opinions de gauche et ils ont été pris en flagrant délit. ⁃ Éditeur TN

Google manipule ses résultats de recherche manuellement, contrairement aux dénégations officielles de la société, indiquent les documents obtenus exclusivement par The Daily Caller.

Deux politiques officielles appelées «politique de fausses déclarations» et «politique de bon voisinage» informent la «liste noire des actualités XPA» de l'entreprise, qui est gérée par l'équipe de confiance et de sécurité de Google. «T&S sera en charge de la mise à jour de la liste noire comme en cas de demande», lit-on dans l'un des documents partagés avec The Daily Caller.

«La liste noire du domaine deceptive_news va être utilisée par de nombreuses fonctionnalités de recherche pour filtrer les sites problématiques qui violent les politiques de bon voisinage et de déclaration erronée», indique le document de politique. (CONNEXE: Rencontrez les cinq membres du personnel de Google qui ont diffusé la pétition visant à déposer Kay Coles James)

Ce document indique qu'il a été «approuvé par gomes @, nayak @, haahr @ à partir de 8 / 13 / 2018». Ben Gomes est le responsable de la recherche chez Google, qui relève directement du PDG, Sundar Pichai. Pandu Nayak est Google Fellow et Paul Haahr est un ingénieur logiciel. Sa bio sur le réseau interne de Google indique qu'il est également impliqué dans un «classement marginal: ne pas diffuser de fausses nouvelles, de discours de haine, de théories du complot ou de science / médecine / le refus de l'histoire à moins d'être sûr que c'est ce que l'utilisateur veut. "

«Le but de la liste noire sera d'empêcher les sites de faire surface dans les fonctionnalités de recherche ou les produits d'actualité. Cela ne provoquera pas de rétrogradation dans les résultats de la recherche organique, ni ne les désindexera complètement », lit-on dans le document de politique obtenu par l'appelant. Cela signifie que les sites ciblés ne seront pas supprimés de la partie "dix liens bleus" des résultats de recherche, mais que la liste noire s'applique à la plupart des autres fonctionnalités de recherche, telles que "top news", "vidéos" ou les différentes barres latérales associées. retourné comme résultats de recherche.

Dans une section de la note intitulée «Admissibilité à l'application du PNB [politique de bon voisinage]», sont décrits les types de résultats de recherche affectés par la politique:

«Si votre produit présente l’un des éléments suivants, l’erreur et le PNB s’appliqueront à votre PA.

    • Affiche le contenu des utilisateurs et des éditeurs de nouvelles (voix percutante 3P). Ex: UGC, corpus de nouvelles, etc.
    • Sortie de réponses uniques (perçues comme provenant du Web ouvert). Ex: réponses Web, réponses vidéo, etc.
    • Affiche le contenu possédé, concédé sous licence ou édité par Google (perçu comme venant directement de Google). Ex: panneaux de connaissances, résumés d'actualités, Onebox, carrousels Munin, etc.

La liste noire ne concerne peut-être pas les "dix liens bleus", mais pratiquement tous les autres types de résultats de recherche Google. Bien que l'on ne dispose pas de chiffres précis sur le volume de trafic acheminé par les liens 10 par rapport aux autres blocs de recherche, ceux-ci apparaissant si haut sur la page de résultats, l'impact pourrait être important.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires