Le gouvernement suit tous les téléphones portables pour les « orientations » de la politique COVID

Une tour de téléphonie cellulaire est photographiée dans une région rurale de l'Ontario le mercredi 15 juillet 2020. LA PRESSE CANADIENNE/Sean Kilpatrick
S'il vous plaît partager cette histoire!
Le gouvernement proteste contre le fait qu'il collecte des données anonymisées sur les déplacements des citoyens, mais des dizaines d'experts en sécurité ont prouvé que tous les téléphones portables sont personnellement identifiés. Le Canada cherche à étendre sa surveillance de suivi à d'autres domaines de la santé au-delà de COVID-19. Éditeur TN

L'ancien commissaire à la protection de la vie privée de l'Ontario tire la sonnette d'alarme au sujet du suivi par le gouvernement des données des téléphones portables pour éclairer la politique, après qu'il a été révélé récemment qu'un organisme fédéral analysait les mouvements des Canadiens depuis le début de la pandémie.

« Cela m'inquiète énormément que cela permette au gouvernement de collecter de plus en plus d'informations », a déclaré Ann Cavoukian à Epoch Times.

«Je ne veux pas [voir] une tendance où le gouvernement fait constamment cela et commence maintenant. Vous ne pouvez pas faire confiance au gouvernement.

Cavoukian, qui a été commissaire à la protection de la vie privée de l'Ontario de 1997 à 2014, est le fondateur du groupe de défense Global Privacy & Security by Design et dirige le Privacy by Design Centre of Excellence à l'Université Ryerson.

« En mars 2020, [le premier ministre Justin] Trudeau a déclaré que le suivi des utilisateurs de téléphones portables n'était pas envisagé. Eh bien, ils l'ont fait, l'ASPC le fait et ils veulent le faire encore plus », a déclaré Cavoukian.

Rapporté pour la première fois par Blacklock's Reporter le 21 décembre, l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a depuis confirmé qu'elle utilisait les données des téléphones portables pour effectuer une analyse des mouvements anonymisés des Canadiens dans le contexte de la pandémie, et qu'elle prévoyait d'étendre le programme à d'autres problèmes de santé et le poursuivre jusqu'en 2026.

« [Les fonctionnaires] disent 'dès que l'urgence sera terminée, nous retournerons à la vie privée.' Ils ne le font pas. Les mesures invasives de la vie privée qui sont introduites pendant les urgences, les pandémies, etc., se poursuivent souvent bien après la fin de l'urgence », a déclaré Cavoukian.

Elle croit que l'ASPC voulait « garder cela secret… parce qu'elle sait que les gens ne veulent pas que leurs appareils mobiles soient suivis ».

Une partie des données utilisées par l'ASPC a été obtenue dans le cadre du programme Data for Good de Telus, qui a débuté en mars et s'est terminé le 8 octobre.

Cavoukian a déclaré qu'elle ne s'inquiétait pas des données de Telus car elles "prenaient la confidentialité très au sérieux", notant que la société avait obtenu la certification pour divers produits et services à cinq reprises dans le cadre du programme Privacy by Design qu'elle dirige à l'Université Ryerson.

Cependant, elle a dit qu'elle était préoccupée par les autres sources de données utilisées par l'ASPC qui sont inconnues.

L'ASPC a consulté d'autres données sur les téléphones cellulaires provenant du Centre de recherches sur les communications (CRC), un organisme peu connu d'Innovation, Sciences et Développement économique Canada qui se spécialise dans la recherche sans fil et l'analyse des mégadonnées.

« En partenariat avec le CRC, l'ASPC a produit des résumés de rapports pour examiner comment les tendances de mouvement de la population canadienne ont changé au cours de la pandémie, y compris l'identification de nouveaux modèles pour aider à orienter les messages de santé publique, la planification et l'élaboration de politiques. a déclaré dans une déclaration à Epoch Times.

L'agence de santé a déclaré qu'elle « n'avait ni reçu ni collecté de données sur la mobilité individuelle » et qu'« aucune donnée au niveau individuel n'avait été acquise ou stockée par l'ASPC ».

L'ASPC est maintenant à la recherche d'un entrepreneur pour lui fournir un flux constant de données de téléphones cellulaires anonymisées. Il a posté son demande de proposition (RFP) en ligne le 16 décembre.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

5 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
coronistan.blogspot.com

Solution : protégez tous les téléphones portables afin qu'ils ne puissent pas les suivre

Freeland_Dave

En 1996, alors qu'ils adoptaient la Loi sur les télécommunications, en tant qu'ingénieur en communication RF chevronné, j'ai essayé de dire aux gens que s'ils tenaient à leur vie privée, ils ne devraient pas utiliser les appareils de téléphonie cellulaire. C'était une époque où vous pouviez retirer les piles pour vous assurer que le téléphone était bien éteint. On s'est moqué de moi. Aujourd'hui, vous ne pouvez pas retirer vos piles et l'arrêt n'est vraiment pas éteint. Non seulement cela, mais ils peuvent désormais surveiller les conversations sur le réseau cellulaire ou même les conversations dans une pièce entre des personnes n'utilisant pas le téléphone, le tout à votre insu. La force du signal vous barre... Lire la suite »

Roy

Merci pour l'information!

poursuivre en justice

J'ai reçu un avis de suivi pour COVID sur mon téléphone. Pour m'en débarrasser, j'ai dû redémarrer le téléphone et il a disparu. Bien sûr, je n'ai pas obtempéré. C'est ce qui se passe aussi de Solari. S'il vous plaît rejoignez-nous. Nous invitons tous nos abonnés à payer leurs abonnements à Solari Report en espèces, chèques, mandats, pièces de monnaie, Western Union, virements bancaires ou EFT (transfert électronique de fonds). En raison de l'augmentation des ventes d'abonnements en 2021 (dont nous sommes reconnaissants), notre fournisseur de paiement en ligne et notre passerelle nous ont informés que notre croissance constitue une « activité de vente suspecte ». Comme un... Lire la suite »