Harris Stingray: un accord de non-divulgation interdit aux agents de surveillance de parler aux législateurs de la technologie de surveillance

flickr
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les technocrates n'ont aucun respect ni aucun respect pour les politiciens; que Harris, un entrepreneur militaire géant, demande à ses clients de signer un accord de non-divulgation est effronté et non légal. Il met effectivement en place une société secrète de professionnels de la surveillance. ⁃ Éditeur TN

Le FBI a défini la première (et la seconde!) Règles de Stingray Club: NE PARLEZ PAS DE STINGRAY CLUB. Les organismes chargés de l'application de la loi cherchant à acquérir une technologie d'usurpation d'identité de tours de téléphonie cellulaire ont été forcés de signer un accord de confidentialité leur interdisant de divulguer des détails sur les appareils aux accusés, aux juges, au grand public… parfois même aux procureurs.

Une nouvelle vague de construction parallèle balayé la terre, éloignant les accusés de la source des preuves retenues contre eux. Commandes de registre - utilisé pour couvrir les traces des recherches de Stingray - a commencé à apparaître en masse, comme si c'était à nouveau en 1979. Si des avocats et / ou des juges curieux commençaient à renifler, les agences étaient chargées de laisser les criminels accusés errent librement plutôt que d'exposer des détails sur les appareils Stingray. Selon le FBI, la sécurité du public serait irrémédiablement endommagée si les détails de Stingray étaient exposés. Apparemment, le retour de dangereux criminels dans la rue ne nuit pas au public.

Une autre NDA a été découverte, grâce à une longue poursuite judiciaire. Le document finalement remis par la police de l'État du Delaware à l'ACLU était autrefois qualifiée de «mythique» par le DSP devant les tribunaux. Oui, la police d'État a un jour prétendu que cette NDA n'avait jamais existé. Il l'a fait en prétendant qu'il avait zéro communications avec Harris lors de l’acquisition de sa Stingray. L'ACLU a évidemment trouvé cela difficile à croire et le tribunal a renvoyé le DSP pour rechercher plus dur. Le Harris NDA est réel. Et c'est spectaculaire.

L'accord, signé par un détective de la police d'État en 2010, stipulait que les agents ne pouvaient «discuter, publier, divulguer ou divulguer aucune information relative aux produits (de suivi de téléphone portable)» au grand public, aux entreprises, à d'autres agences gouvernementales, ou même à d'autres agents qui n'ont pas «besoin de savoir».

Une lettre jointe à l'accord et signée par le responsable de compte de Harris Corp., a déclaré que la police n'était pas autorisée à parler des appareils avec des «élus».

"La furtivité, une approche silencieuse et une exécution qualifiée sont le ciment qui transforme les investissements d'armes et de technologie en capacités et en résultats", a déclaré Michael E. Dillon de Harris Corp. dans la lettre. «Seuls les agents ayant le pouvoir d'arrêter sont autorisés à les utiliser (Stingrays) ou à savoir comment ils fonctionnent.»

Harris a cité la loi fédérale pour les conditions de l'accord, qui, selon elle, est similaire à d'autres «aspects de vos opérations axés sur le renseignement».

Oui, Harris interprète délibérément mal la loi fédérale pour interdire aux organismes d'application de la loi de discuter de ses dispositifs avec quiconque, y compris ceux qui supervisent les ministères et leurs dépenses. Cela signifie que le public n'a aucune chance de savoir quelle technologie de surveillance les agents locaux déploient. La partie de la loi citée par Harris - 18 USC 2512 - interdit simplement aux entités qui ne sont pas (a) des fournisseurs de services sans fil ou (b) des entrepreneurs du gouvernement de faire de la publicité ou de vendre des outils qui interceptent les communications sans fil. Il n'a absolument rien à dire sur la discussion de ces appareils avec d'autres entités gouvernementales (ou avec le grand public d'ailleurs).

 

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

1 Commentaire
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
EWM

«Tout homme honnête a honte du gouvernement sous lequel il vit.»
- HL Mencken