Homeland Security à la recherche d'un logiciel d'analyse des médias sociaux automatisé à la fine pointe de la technologie

S'il vous plaît partager cette histoire!

Remarque TN: le DHS peut s'appuyer sur les informations de renseignement de n'importe quelle autre agence, mais estime qu'il a besoin d'outils logiciels encore plus avancés pour analyser les médias sociaux afin de trouver des malfaiteurs. La RFI se veut du bout des lèvres pour «protéger la vie privée, les droits civils et les libertés civiles des personnes impliquées dans les communications open source et les médias sociaux», mais l'intention d'espionner tous les Américains est claire. La collecte et la surveillance des données sont au cœur de la technocratie, car l'une des premières règles d'ingénierie stipule que vous ne pouvez pas contrôler ce que vous ne pouvez pas surveiller.

Le ministère de la Sécurité intérieure souhaite que les entreprises présentent le mois prochain leurs services d'analyse des médias sociaux de pointe, en particulier une technologie qui pourrait améliorer les enquêtes criminelles, le dépistage des voyageurs et la connaissance de la situation.

Dans un nouveau demande d'information, Le DHS a déclaré qu'il recherchait des outils d'analyse open source capables de rendre les opérations internes plus efficaces et de réduire les coûts grâce à une «automatisation analytique avancée» dans l'ensemble du département, tout en utilisant «des méthodes d'analyse protégeant la confidentialité, les droits civils et les libertés civiles».

Les répondants ont jusqu'au 9 février pour soumettre des descriptions de leurs capacités d'analyse, y compris le traitement géospatial, le traitement des langues étrangères et parlées, et l'analyse de mots clés, d'images et de vidéos, entre autres éléments.

Le DHS prévoit de demander à 30 «exemples de capacités d'analyse des médias sociaux sur le marché» pour présenter une technologie qui pourrait aider les analystes à trouver des modèles «dans le contexte de missions d'enquête, de filtrage et / ou de sensibilisation à la situation liées à la sécurité intérieure».

Ces groupes seront invités à se présenter le 26 février, a indiqué la RFI.

La sollicitation demandait également aux répondants de décrire la manière dont ils «protègent la vie privée, les droits civils et les libertés civiles des personnes impliquées dans les communications open source et les médias sociaux», y compris des facteurs tels que les méthodes de suppression de données, «l'accès basé sur les rôles à l'information, l'audit des utilisateurs, journalisation du système, mécanismes d'application des politiques, chiffrement, etc. »

L'annonce intervient des semaines après que les politiques fédérales de filtrage des médias sociaux ont été critiquées, en particulier à la lumière de la fusillade de San Bernardino, lorsqu'il a été largement rapporté que l'un des tireurs avait publié des messages publics pro-ISIS sur Facebook. (James Comey, directeur du Federal Bureau of Investigation a affirmé Valérie Plante. ceux qui étaient privés, communications directes.)

Les politiques du DHS en particulier ont été critiquées le mois dernier lorsque le Congrès a critiqué le département pour ne pas avoir examiné de près et régulièrement les comptes des immigrants sur les réseaux sociaux lors de l'octroi de visas. La Colline rapporté.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Al

LOL N'utilisez pas le fournisseur qui a institué Obamacare. Vous avez déjà pensé à économiser de l'argent aux contribuables, à vous accrocher au PRISM de la NSA et à nous épargner de l'argent pour nous surveiller ad nauseum.

Kristin

Je suis moins préoccupé par le plan totalitaire du DHS d'espionnage des citoyens que par l'organisation chargée du travail! Juste QUI sera l'organisation chargée de ce nouvel emploi ?? Facebook (ils le font probablement déjà, et utilisent l'information commercialement, ou pire: vendu à la CHINE), le DHS n'a pas besoin de chercher très loin des preneurs avides de cette opportunité. Pendant des années, j'avais soupçonné que Wal-Mart utilisait une sorte d'analyse avec sa surveillance par caméra en magasin, et / ou la vendait à la Chine, car ils ne les utilisaient certainement pas pour des raisons de sécurité. Récemment, un article a été mis en ligne http://www.smartdatacollective.com/bigdatastartups/111681/walmart-makes-big-data-part-its-social-media (ce n'est pas le... Lire la suite »