John Kerry étonne en prouvant la futilité des mesures prises pour lutter contre le changement climatique

Wikipédia
S'il vous plaît partager cette histoire!

Note de TN: Le secrétaire d'État John Kerry a attiré une attention inattendue lorsqu'il a déclaré: «Si tous les pays industrialisés étaient à zéro émission - rappelez-vous ce que je viens de dire, toutes les émissions industrielles sont passés à zéro émission - ce ne serait pas suffisant, pas quand plus de 65 pour cent de la pollution au carbone mondiale provient des pays en développement monde."  Cela fait apparaître plusieurs déconnexions logiques. Si l'Amérique était ramenée à un style de vie des années 1800, ne polluerions-nous pas autant que tous les autres pays du tiers monde? Le leadership de l'ONU a déjà révélé que le dogme du changement climatique ne concerne pas du tout le changement climatique, mais plutôt la redistribution de la richesse à l'échelle mondiale. 

Bien qu'il ne l'ait probablement pas voulu, le secrétaire d'État John Kerry a expliqué de manière convaincante pourquoi les États-Unis et d'autres pays ne devraient pas fermer les portes des centrales au charbon, augmenter les prix de l'énergie et ralentir la croissance économique pour lutter contre le réchauffement climatique. .

S'exprimant à Paris, Kerry a déclaré:

«Le fait est que même si chaque citoyen américain qui se rendait au travail à vélo, transportait à l'école, n'utilisait que des panneaux solaires pour alimenter ses maisons, si nous plantions chacun une douzaine d'arbres, si nous éliminions en quelque sorte toutes nos émissions de gaz à effet de serre domestiques, devinez quoi - cela ne suffirait toujours pas pour compenser la pollution par le carbone provenant du reste du monde.

«Si tous les pays industrialisés étaient à zéro émission - rappelez-vous ce que je viens de dire, toutes les émissions industrielles sont passés à zéro émission - ce ne serait pas suffisant, pas quand plus de 65 pour cent de la pollution au carbone mondiale provient des pays en développement monde."

Il a raison. Paul Knappenberger et Patrick Michaels estiment que la réglementation climatique imposée par l'administration Obama au secteur de l'énergie - des coûts qui seront répercutés sur les ménages - évitera un maigre degré 0.018 Celsius de réchauffement d'ici l'année 2100.

En fait, les États-Unis pourraient réduire de 100 le pourcentage de leurs émissions de CO2 et ne feraient aucune différence en matière de réchauffement de la planète.

En utilisant le même modèle de sensibilité au climat que le Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques des Nations Unies, le monde ne serait que 0.137 degré C refroidisseur par 2100. Le pire est que si vous incluiez les pourcentages de réduction 100 provenant de l’ensemble du monde industrialisé dans leur modélisation, prévenir le réchauffement par 0.278 degré C au tournant du siècle.

Si Kerry réalisait son souhait, des pays en développement comme l'Inde et la Chine joueraient à la balle. Mais, franchement, ils ne s'en vont pas non plus, pas plus dans le monde en développement et dans certaines parties du monde développé.

Lire l'histoire complète ici…

S'abonner
Notifier de
invité

10 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Don

Et où le reste du monde emprunterait-il de l'argent si les pays développés cessaient de produire?

Meule

Ils pourraient être libérés de l'esclavage que ces soi-disant «prêts» les enchaînent! Ce n'est pas de l'argent pour commencer, sa «monnaie» et oui, il y a un monde de différence.

Tom

Les analphabètes scientifiques de l’administration Obama opèrent dans une zone de «haute cancérité»… Mais, bon sang, que ce soit l’enfer ou la crue des eaux, ils ont l’intention de «faire à leur manière» même s’ils continuent à se tromper sur le plus fondamental. les lois de la nature. Aw faw down, go splat.

brtanner

Au bas de l'article de Loris: «Kerry a cependant obtenu un point très faux. Nous parlons d'émissions de dioxyde de carbone, pas de pollution par le carbone. L'administration a fait évoluer son message sur cette question, du réchauffement climatique au changement climatique, en passant par la pollution par le carbone.

«Le dioxyde de carbone est un gaz incolore et non toxique qui n'a pas d'effets néfastes sur la santé humaine. Appeler le CO2, la pollution par le carbone, trompe le public. Mais au moins, Kerry a clairement parlé de la futilité de tout plan unilatéral ou multilatéral pour lutter contre le réchauffement climatique.

Utiliser simplement le terme «pollution par le carbone» est une propagande sophistiquée en marche.

Meule

«Tromper le public» ces trois mots à eux seuls décrivent ce qui a empêché et continuera d'empêcher cette espèce de devenir un niveau «1» intelligent à l'échelle extraterrestre utilisée par les cosmologistes et les physiciens! Oui, nous n'avons pas encore atteint le niveau «1»!

Meule

“Pollution de carbone” le grand OXYMORON utilisé par des abrutis!

Dr Tim Ball - Climatologue historique

Dernier livre et documentaire.
"La corruption délibérée de la science du climat".
https://www.youtube.com/watch?v=tPzpPXuASY8

https://www.youtube.com/watch?v=tPzpPXuASY8
https://www.youtube.com/watch?v=sO08Hhjes_0
http://www.drtimball.com

Débat entre le Dr Tim Ball et Elizabeth May
Faites défiler jusqu'à Ian Jessop partie 1
http://www.cfax1070.com/Podcasts

Meule

Bien qu'il n'ait probablement pas voulu le faire? Je commence à différer, c'est tout droit sorti de la boîte cette déclaration, aucune ambiguïté à ce sujet!

Robert Brooks

Je me demande si John Kerry peut produire ce que personne n'a fait jusqu'à présent - la preuve que le CO2 est un facteur important du changement climatique. Les gens de Manny l'ont affirmé, mais aucune preuve scientifique empirique n'est apparue. Ment-il par ignorance?