Jour 7: La Chine est une technocratie

Technocratie chinoiseWikimedia Commons, Yinan Chen
S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print

Grâce aux premiers membres de la Commission trilatérale, la Chine est sortie de sa dictature communiste des âges sombres et est devenue une scène mondiale. De plus, la Commission trilatérale a orchestré puis facilité un transfert massif de technologie vers la Chine afin de construire son infrastructure inexistante.

Le professeur Antony C. Sutton et moi sommes co-auteurs Trilatérales sur Washington, volumes I et II entre 1978 et 1979, et dans ces livres, nous avons minutieusement documenté le soi-disant «commerce chinois»:

Les trilatérales proposent de construire la Chine communiste. La politique trilatérale est claire. L'Occident doit aider à la construction de la Chine communiste: cela est exprimé dans Un aperçu des relations Est-Ouest (Triangle Paper No. 15, 1978, p. 57) comme suit:

"Accorder à la Chine des conditions favorables dans les relations économiques est clairement dans l'intérêt politique de l'Occident", ajoutant "... il semble exister suffisamment de moyens pour aider la Chine sous des formes acceptables avec une technologie civile avancée."

Le papier Triangle 15 ajoute également:

«La situation est différente… en ce qui concerne l’approvisionnement en armes ou les technologies militaires avancées, sauf pour les types d’équipements qui, par leur nature, servent à des fins purement défensives.» (p. 58)

En fait, comme nous le verrons plus tard, les entreprises trilatérales ont même exporté des technologies militaires avancées vers la Chine communiste.

De plus, dans le cadre d’un monde unique, les trilatéralistes envisagent une fusion ultime de la libre entreprise de Taiwan avec le continent communiste. Encore plus remarquable, le document envisage que la Chine communiste revienne à une politique d'agression expansionniste sous deux conditions:

    1. alors que la Chine communiste "se renforce"
    2. si les relations avec les Soviétiques sont «normalisées».

Le journal ajoute: «déjà maintenant, l'activité des guérillas communistes en Thaïlande et en Malaisie, liées les unes aux autres et tournées vers la Chine, persiste et semble même en augmentation». (page 59)

En ce qui concerne la Chine communiste, nous pouvons conclure que les trilatérales:

    • veulent faire de la Chine communiste une superpuissance militaire,
    • souhaitent le faire avec la pleine et claire compréhension que la Chine reprendra probablement sa voie expansionniste en Extrême-Orient, et
    • sont disposés à subventionner les activités de guérilla en Thaïlande et en Malaisie (une grande partie de la «technologie civile» actuellement transférée est utile pour la guerre de guérilla.)

Avec le recul, il est clair que nous avons absolument résolu le problème. Ce n'est pas que nous étions si intelligents, mais que nous lisions simplement ce qu'ils écrivaient eux-mêmes et que nous en rendions compte.

Il a été largement noté que la Chine a été initialement introduite dans le courant dominant du commerce mondial par le co-fondateur de la Commission trilatérale Zbigniew Brzezinski. En tant que dictature communiste qui a échoué, la Chine était une liste vierge avec plus de 1.2 milliard de citoyens sous son contrôle. Cependant, les dirigeants chinois ne savaient rien du capitalisme et de la libre entreprise, et Brzezinski n'a fait aucun effort pour leur en parler. Au lieu de cela, il a planté des graines de technocratie.

Une fois les relations diplomatiques normalisées avec la Chine, des entreprises mondiales liées à la Commission trilatérale se sont précipitées pour construire des infrastructures, des usines, des établissements d'enseignement, des centres financiers, etc. Au cours de la période de 20 ans de 1980 à 2000, une transformation a eu lieu qui n'a été considérée comme rien à court d'un miracle économique; mais ce n'était pas le fait de la Chine. Elle peut plutôt être entièrement attribuée aux maîtres de la technocratie dans les rangs de la Commission trilatérale.

En 2001, un article est paru dans Time Magazine. Le rédacteur en chef de Time, Hedley Donovan, était un membre fondateur de la Commission trilatérale, et sa publication était l'un des nombreux médias qui ont collaboré avec des initiatives trilatérales. L'article, Fabriqué en Chine: La revanche des nerds a révélé avec précision et clarté ce qui s'était passé au cours des 20 dernières années:

Les nerds dirigent le spectacle dans la Chine d'aujourd'hui. Au cours des vingt années écoulées depuis Deng Xiaoping réformes ont démarré, la composition de la direction chinoise s'est nettement modifiée en faveur de technocrates. … Il n’est pas exagéré de décrire le régime actuel comme un technocratie.

Après que la folie maoïste se soit apaisée et que Deng Xiaoping ait inauguré l'ouverture et Les réformes initiées à la fin du 1978 ont réuni les premiers intellectuels scientifiques et techniques. Conscients qu'ils étaient la clé des quatre modernisations adoptées par les réformateurs, des efforts concertés ont été faits pour ramener les «experts» dans le giron.

Au cours des 1980, on a beaucoup parlé de la technocratie en tant que concept, en particulier dans le contexte de ce qu'on appelle«Néo-autoritarisme» - principe sur lequel repose le «modèle de développement asiatique» que la Corée du Sud, Singapour et Taiwan ont appliqué avec un succès apparent. Les croyances et les hypothèses de base des technocrates ont été énoncées très clairement: Les problèmes sociaux et économiques s'apparentaient à des problèmes d'ingénierie et pouvaient être compris, traités et finalement résolus en tant que tels.

L'hostilité ouverte à la religion que Pékin manifeste parfois - plus particulièrement dans sa volonté obsolète d'éliminer le «culte pervers» du Falun Gong) a des racines pré-marxistes. Le scientisme sous-tend la technocratie post-Maoet c’est l’orthodoxie contre laquelle se mesurent les hérésies. [Soulignement ajouté]

Je vais prendre un congé momentané pour demander à mes sceptiques et critiques d'arrêter d'insister sur le fait que la Chine est une dictature communiste et non une technocratie. Pouvez-vous simplement lire l'article ci-dessus?

La technocratie chinoise en pleine floraison

La Chine d'aujourd'hui est un cauchemar de dictature scientifique. Avec 600 millions de caméras de reconnaissance faciale à installer d'ici 2020, la Chine disposera d'une caméra de surveillance pour sept citoyens et d'un logiciel d'intelligence artificielle de reconnaissance faciale pour localiser, identifier et suivre instantanément tout le monde. En bref, la Chine est totalement obsédée par la surveillance et le contrôle absolu de sa population grâce à une technologie de pointe.

Voici quelques exemples de technocratie à l'œuvre en Chine:

Le système chinois de notation du crédit social enregistre tous les citoyens, leurs activités et leur comportement afin de refuser ou d'accorder des privilèges. Les citoyens ne peuvent pas acheter un nouveau téléphone portable sans fournir au préalable un scan facial et d'autres informations d'identification.

Les entreprises en Chine, quelle que soit leur origine nationale, se voient également attribuer des scores de crédit social afin de contrôler leur comportement. Toutes les entreprises sont tenues d'installer des caméras accessibles au gouvernement dans leurs propres bureaux et usines.

La Chine soutient le génie génétique «tout est permis» sur les plantes, les animaux et les humains.

La Chine a l'intention de dominer l'espace et les voyages spatiaux, après avoir récemment posé un véhicule d'exploration sur le côté obscur de la lune. Il teste déjà un atterrisseur Mars et promet de coloniser la planète rouge.

La Chine est actuellement leader mondial dans les domaines de la 5G, de l'intelligence artificielle, de l'Internet des objets et de l'informatique quantique, et elle entend dominer tous les domaines de la science et de la technologie.

La Chine exporte agressivement sa technologie de surveillance vers les pays du monde entier, dans le but d'établir sa technocratie le plus largement possible.

La liste est longue, mais les preuves soutiennent l'analyse: la Chine est une technocratie à part entière et c'est la première du genre sur la planète Terre, grâce à la manipulation intelligente et au soutien des élites occidentales comme la Commission trilatérale. En outre, sa technocratie intentionnelle se propage comme un cancer à d'autres pays, notamment l'Inde, l'Asie, l'Europe, l'Afrique et l'Amérique du Sud. La population combinée de la Chine et de l'Inde représente à elle seule plus de 36% de la population mondiale; en comparaison, le nombre de personnes vivant sous des gouvernements de style marxiste est très faible.

En conclusion, le danger clair et actuel pour la domination du monde n'est pas une sorte de dérivé marxiste, mais plutôt une technocratie néo-autoritaire. Vivre sous un tel système sera bien plus oppressant et douloureux que le socialisme, le communisme ou le fascisme.

A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
M'INSCRIRE
Notifier de
invité
7 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
striketheroot

Ce site attirerait plus d'utilisateurs si vous autorisez plus de discussions / commentaires OUVERTS comme le fait Zerohedge. On dirait qu'on écrit dans le vide. Je suis un petit contributeur mensuel, mais j'aime y contribuer, je suis sûr que beaucoup d'autres aimeraient aussi le faire. Veuillez avoir un indice et malgré les dangers des «trolls», je suis certain que vous trouverez un succès inattendu…

striketheroot

C'est peut-être mon problème, mais quand je vais à la fin d'un article, je vois juste un message "rejoignez la discussion" mais je ne vois aucun autre message / message à lire ou à rejoindre. :-(