À qui appartient le coup d'État, de toute façon?

Napoléon Bonaparte
S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print

par Patrick M. Wood

Depuis le jour où j'ai commencé à écrire sur la mondialisation il y a 45 ans, mon co-auteur, feu le professeur Antony C. Sutton, m'a percé le cerveau: «Suivez l'argent, suivez le pouvoir.» Cela m'a bien servi au fil des ans.

Aujourd'hui, nous devons également ajouter: «Suivez les DONNÉES, suivez le pouvoir.» Bien sûr, les données, c'est de l'argent et c'est la dépendance des technocrates partout.

Big Tech, qui regorge de technocrates purs et durs, vient de tuer la puissance émergente des médias sociaux, Parler. Tout d'abord, ses applications ont été abandonnées sur les téléphones Android et Apple, puis Amazon a brusquement annulé son contrat de stockage / traitement de données et a résilié sommairement toutes les connexions.

Parti en quelques heures aux mains de trois géants de Big Tech co-conspirateurs.

Maintenant, c'est le pouvoir.

Qui a le pouvoir de censurer le président des États-Unis de communiquer avec les citoyens américains et d'assassiner ensuite une entreprise florissante comme Parler en même temps?

Pas Nancy Pelosi. Pas Chuck Schumer. Pas Adam Schiff. Pas Antifa. Ce n'est pas la vie noire qui compte. Pas des marxistes. Pas des communistes. Pas des fascistes. Pas les Nations Unies. Pas des républicains. Pas des anarchistes. Pas des extrémistes environnementaux. Pas l'Organisation mondiale de la santé.

Voilà pour qui a le pouvoir. Tu obtiens le point. C'est Big Tech.

Qu'en est-il de l'argent et des données?

Google contrôle 91% du trafic des moteurs de recherche dans le monde et plus de 72% de tous les systèmes d'exploitation de téléphones intelligents. Apple contrôle 27% de tous les systèmes d'exploitation de téléphones intelligents et entre les deux, cela représente 99% de tous les téléphones intelligents.

Le service AWS d'Amazon contrôle pas moins de 32% du marché mondial du cloud et a généré plus de revenus que les trois plus grands services combinés. AWS est cinq fois plus grand que Google Cloud.

La part de marché de tous les médias sociaux a Facebook à 68%, Twitter à 10% et la filiale de Google YouTube à un peu plus de 4%.

L'immensité des données et de la richesse contenue dans cette petite clique d'entreprises déroute l'esprit. Ils sont littéralement les descendants de calmar vampire géant du monopole de la Standard Oil du 21st siècle.

Avec cette image en vue, demandons qui dans la société représente la queue et qui représente le chien?

Les démocrates sont absolument certains que Donald Trump et son groupe fou de MAGA-ites orchestrent un coup d'État contre l'Amérique. À l'inverse, le mouvement MAGA est fermement convaincu que les gauchistes radicaux et les démocrates orchestrent le coup d'État.

Les deux peuvent-ils être vrais en même temps? Un côté est-il faux et l'autre correct? Ou les deux sont-ils opposés l'un à l'autre par un tiers non reconnu aux présentes? Euh, comme Big Tech?

Voici l'essentiel: ni les démocrates ni les républicains ne disent aux technocrates de Big Tech quoi faire. Pendant l'administration Trump, les principaux dirigeants de Big Tech ont été appelés à plusieurs reprises devant le Congrès pour subir des coups de langue et des menaces de législation anti-trust. Cela a-t-il changé leur comportement? Pas du tout. En fait, leur comportement est devenu encore plus flagrant lorsqu'ils ont franchi la porte.

Big Tech a l'argent. Big Tech a les données. Big Tech a la technologie. Big Tech contrôle le récit. Big Tech a l'intention claire de micro-gérer tous les aspects imaginables de la société. Pire encore, Big Tech déteste la liberté d'expression, le premier amendement et la Constitution de notre nation.

Maintenant, réfléchissez à cela.

Qui est le chien? Big Tech. Qui est la queue? Tout le monde, y compris les politiciens, les gauchistes, les droitiers, les centristes, les marxistes, les communistes, les socialistes, etc.

Il est grand temps de sortir de la manie inventée de gauche à droite et de regarder carrément le véritable ennemi de l'Amérique - la myriade de technocrates qui ne sont ni élus ni responsables devant quiconque sauf leurs propres seigneurs technocrates.

Les technocrates de la Big Tech sont ceux qui tuent la liberté d'expression et le premier amendement. Ne blâmez aucun politicien, à gauche ou à droite. Ne blâmez pas la soi-disant «culture d'annulation». Ne blâmez pas personne autre.

L'ironie de la liberté d'expression est qu'elle a rendu possible tous les progrès humains à travers les siècles. À l'inverse, toutes les tentatives d'étouffer la liberté d'expression se sont avérées régressives.

Même s'il y a un air de «progrès» autour des réalisations de la Big Tech, leurs actions actuelles sont destructrices pour la liberté et la liberté, sans lesquelles l'Amérique cesse d'être l'Amérique.

Oui, il y a un coup d'État qui se déroule juste sous notre nez collectif, mais il ne vient pas de la gauche ou de la droite. Cette nouvelle colonne de combattants ennemis sont des technocrates et ils veulent un contrôle total sur tout.

Tant que cela ne sera pas clairement reconnu, il n'y aura pas de victoires pour préserver notre grande nation.

Pour ceux qui souhaitent sérieusement changer cette situation, vous êtes encouragés à rejoindre CitizensForFreeSpeech.org et à faire entendre votre voix.

A propos de l'auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
INSCRIVEZ-VOUS
Notifier de
invité
10 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
EK

Bingo! Très bien exposé. Je suis d'accord avec votre évaluation.

Merci !

Brad

Maintenant, c'est la vérité claire, mais je me demande si ces géants de la technologie peuvent financer leurs propres opérations ou ont-ils encore un plafond pour ceux qui créent de l'argent? Bien qu'il s'agisse d'un type de relation symbiotique entre les banquiers et les propriétaires de sociétés technologiques, nous pouvons être certains qu'ils lisent tous à partir de la même page que toutes les sociétés mondialistes synthétisent en une seule entité.

Timothy Driscoll

Oui finalement l'hégémonie bancaire finance l'ensemble du spectacle.

ALISON PEEL

Oui, les banquiers sont un élément clé de cette élite dirigeante. John Ward a dit la même chose dans son blog en observant la situation au Royaume-Uni, en Europe et aux États-Unis depuis sa base en France. ANALYSE: pourquoi les retraités de l'État à moitié affamés, les médecins de première ligne du NHS sous-payés et les petites entreprises en faillite sont tous du même côté. - Le slog (therealslog.com)

laurbiano

big tekka big pharma big banka = domination absolue

Alex

Je suis fortement contre le numérique depuis son apparition dans ma vie vers 1990. Je parle contre le numérique depuis longtemps, mais les gens ne m'ont jamais donné l'heure de la journée. Je suppose que j'ai eu le mauvais mot. Numérique. La grande technologie est probablement ce à quoi je suis si fermement opposé depuis le début. Pourtant, le numérique est leur technologie et sans elle, ils n'auraient pas ce pouvoir, du moins pas à ce niveau. Ou est-ce que je me trompe?

Timothy Driscoll

Je suis tout à fait d'accord! Cependant, les technocrates ont créé une armée virtuelle qui les adore ainsi que leurs jouets / pièges technologiques amusants et pratiques. Je tape ceci en prenant un bain. Je suis également coupable de soutenir leur construction dystopique, c'est une construction artificielle qui se termine lorsque l'univers décide de pointer un CME vers la terre et le skynet et le sous-réseau de frites frisottis ramenant l'humanité à cheval et à calèche. L'humanité refuse de quitter le Golden qui a été construit pour elle. En fin de compte, une cage dorée est toujours une cage. Seulement quand l'humanité s'envole hors de cette cage... Lire la suite »

[…] Sursa: https://www.technocracy.news/just-whose-coup-is-it-anyway/ […]