L'État de New York propose des centres de détention pour les citoyens qui sont `` potentiellement dangereux pour la santé publique ''

Wikimedia Commons / La Garde nationale
S'il vous plaît partager cette histoire!
Ce projet de loi 2021 dans l'État de New York vient d'être déposé et n'a pas encore été adopté, mais il semble avoir du soutien. S'il est légiféré, ce sera la première instance de centres de détention autorisés par l'État pour quiconque est considéré comme «potentiellement dangereux pour la santé publique».

Cela signifie que l'État peut vous retirer de force de la société s'il estime que vous présentez un risque pour la santé publique. Ce serait une invitation ouverte à la tyrannie technocrate à part entière. ⁃ Éditeur TN

ÉTAT DE NEW YORK
________________________________________________________________________

416

Séances régulières 2021-2022

MONTAGE

(PRÉFILÉ)

Le 6 janvier 2021
___________

Présenté par M. de A. PERRY - lu une fois et renvoyé au Comité  sur la santé

LOI modifiant la loi sur la santé publique, en ce qui concerne l'élimination des cas, des contacts et des porteurs de maladies transmissibles potentiellement dangereuses pour la santé publique

LE PEUPLE DE L'ÉTAT DE NEW YORK, REPRÉSENTÉ AU SÉNAT ET À L'ASSEMBLY, ÉNONCEZ CE QUI SUIT:

§ 2120-A. RETRAIT ET RETENTION DES CAS, CONTACTS ET TRANSPORTEURS QUI SONT OU PEUVENT ÊTRE UN DANGER POUR LA SANTÉ PUBLIQUE; AUTRES COMMANDES. 1. LES DISPOSITIONS DE LA PRÉSENTE SECTION SONT UTILISÉES DANS LE CAS OU LE GOUVERNEUR DÉCLARE UN ÉTAT D'URGENCE SANTÉ EN RAISON D'UNE ÉPIDÉMIE DE TOUTE MALADIE TRANSMISSIBLE.

2. APRÈS AVOIR DÉTERMINÉ PAR DES ÉLÉMENTS CLAIRS ET CONVAINCANTS QUE LA SANTÉ D'AUTRES EST OU PEUT ÊTRE MENACÉE PAR UN CAS, UN CONTACT OU UN TRANSPORTEUR OU UN CAS SUSPECTÉ, UN CONTACT OU UN PORTEUR D'UNE MALADIE CONTAGIEUSE QUI, DE L'OPINION DU GOUVERNEUR, APRÈS CONSULTATION AVEC LE COMMISSAIRE, MAI POSER UNE MENACE IMMINENTE ET SIGNIFICATIVE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE RÉSULTANT D'UNE MORBIDITÉ GRAVE OU D'UNE MORTALITÉ ÉLEVÉE, LE GOUVERNEUR OU SON OU SON DÉLÉGUÉ, Y COMPRIS, MAIS SANS S'Y LIMITER, LE COMMISSAIRE OU LES CHEFS DES DÉPARTEMENTS LOCAUX DE LA SANTÉ, PEUVENT ORDONNER LE RETRAIT ET / OU LA DÉTENTION D'UNE TELLE PERSONNE OU D'UN GROUPE DE TELLES PERSONNES EN PASSANT UNE SEULE COMMANDE, EN IDENTIFIANT CES PERSONNES SOIT PAR NOM OU PAR UNE DESCRIPTION RAISONNABLEMENT SPÉCIFIQUE DES INDIVIDUS OU DU GROUPE DÉTENUS. TELLE PERSONNE OU UN GROUPE DE PERSONNES EST DÉTENU DANS UN ÉTABLISSEMENT MÉDICAL OU AUTRE ÉTABLISSEMENT APPROPRIÉ OU DES LIEUX DÉSIGNÉS PAR LE GOUVERNEUR OU SON HERDELEGEE ET CONFORMÉMENT À LA SOUS-SECTION CINQ DE CETTE SECTION.

3. UNE PERSONNE OU UN GROUPE SUPPRIMÉ OU DÉTENU PAR ORDRE DU GOUVERNEUR OU DE SON DÉLÉGUÉ EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE CETTE SECTION SERA DÉTENU POUR UNE TELLE PÉRIODE ET DE LA MANIÈRE QUE LE DÉPARTEMENT PEUT DIRECTEMENT CONFORMÉMENT À CETTE SECTION.

4. NONOBSTANT TOUTE DISPOSITION INCONSTANTE DE CETTE SECTION:

A) UN CAS CONFIRMÉ OU UN TRANSPORTEUR DÉTENU EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE CETTE SECTION NE POURRA PAS CONTINUER À ÊTRE DÉTENU APRÈS QUE LE DÉPARTEMENT A DÉTERMINÉ QUE CETTE PERSONNE N'EST PLUS CONTAGIEUSE.

(B) UN CAS SUSPECTÉ OU UN TRANSPORTEUR SUSPECTÉ QUI EST DÉTENU EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION NE DOIT PAS CONTINUER À ÊTRE DÉTENU APRÈS QUE LE DÉPARTEMENT A DÉTERMINE, À L'EXERCICE DE LA DILIGENCE RAISONNÉE, QUE CETTE PERSONNE N'EST PAS INFECTÉE OU N'A PAS ÉTÉ EXPOSÉE UNE TELLE MALADIE OU SI UNE TELLE MALADIE EST INFECTÉE OU EXPOSÉE À UNE TELLE MALADIE, N'EST PLUS OU NE DEVIENDRAIT PLUS CONTAGIEUSE.

(C) UNE PERSONNE DÉTENUE EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION EN TANT QU'UN CONTACT D'UN CAS CONFIRMÉ OU D'UN TRANSPORTEUR NE CONTINUERA PAS À ÊTRE DÉTENUE APRÈS QUE LE DÉPARTEMENT A DÉTERMINÉ QUE LA PERSONNE N'EST PAS INFECTÉE PAR LA MALADIE OU QUE CE CONTACT N'EST PLUS PRÉSENTE UN DANGER POTENTIEL POUR LA SANTÉ DES AUTRES.

(D) UNE PERSONNE DÉTENUE EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION EN TANT QU'UN CONTACT D'UN CAS SUSPECTÉ NE CONTINUERA PAS À ÊTRE DÉTENUE:

(I) APRÈS QUE LE DÉPARTEMENT A DÉTERMINÉ, À L'EXERCICE DE LA DILIGENCE RAISONNÉE, QUE LE CAS SUSPECTÉ N'ÉTAIT PAS INFECTÉ PAR UNE TELLE MALADIE OU N'ÉTAIT PAS CONTAGIEUX AU MOMENT QUE LE CONTACT A ÉTÉ EXPOSÉ À CETTE PERSONNE; OU

(II) APRÈS QUE LE DÉPARTEMENT A DÉTERMINÉ QUE LE CONTACT NE PRÉSENTE PLUS UN DANGER POTENTIEL POUR LA SANTÉ DES AUTRES.

5. UNE PERSONNE DÉTENUE EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION DOIT, SELON LES CIRCONSTANCES:

(A) FAIRE ÉVALUER ET RÉGULIER SON ÉTAT MÉDICAL ET SES BESOINS, ET

(B) ÊTRE DÉTENU D'UNE MANIÈRE COHÉRENTE AVEC LES PRINCIPES D'ISOLATION ET DE CONTRÔLE DES INFECTIONS RECONNUS AFIN DE MINIMISER LA PROBABILITÉ DE TRANSMISSION D'INFECTION À CETTE PERSONNE ET AUX AUTRES.

6. LORSQU'UNE PERSONNE OU UN GROUPE EST ORDONNÉ À ÊTRE DÉTENU EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION POUR UNE PÉRIODE NE DÉPASSANT PAS TROIS JOURS OUVRABLES, CETTE PERSONNE OU MEMBRE DE CE GROUPE DOIT, SUR DEMANDE, AVOIR UNE OPPORTUNITÉ D'ÊTRE ENTENDU. SI UNE PERSONNE OU UN GROUPE DÉTENU EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE CETTE SECTION DOIT ÊTRE DÉTENU AU-DELÀ DE TROIS JOURS OUVRABLES, ELLE DOIT ÊTRE FOURNIE D'UN ORDONNANCE SUPPLÉMENTAIRE DU COMMISSAIRE EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX ET HUIT DE CETTE SECTION.

7. LORSQUE UNE PERSONNE OU UN GROUPE EST ORDONNÉ À ÊTRE DÉTENU EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION POUR UNE PÉRIODE SUPÉRIEURE À TROIS JOURS OUVRABLES, ET QUE CETTE PERSONNE OU MEMBRE DE CE GROUPE DEMANDE LA LIBÉRATION, LE GOUVERNEUR OU SON DÉLÉGUÉ FAIT UNE DEMANDE DE UNE ORDONNANCE DU TRIBUNAL AUTORISANT UNE TELLE DÉTENTION DANS LES TROIS JOURS OUVRABLES APRÈS CETTE DEMANDE À LA FIN DU PREMIER JOUR OUVRABLE SUIVANT CE SAMEDI, DIMANCHE OU JOUR FÊTE JURIDIQUE, LA DEMANDE INCLUANT UNE DEMANDE D'AUDIENCE ACCÉLÉRÉE. APRÈS UNE TELLE DEMANDE DE LIBÉRATION, LA DÉTENTION NE DOIT PAS CONTINUER PENDANT PLUS DE CINQ JOURS OUVRABLES EN L'ABSENCE D'UNE ORDONNANCE AUTORISANT LA DÉTENTION. NONOBSTANT LES DISPOSITIONS PRECEDENTES, EN AUCUN CAS, UNE PERSONNE NE PEUT ETRE DETENUE PENDANT PLUS DE SOIXANTE JOURS SANS UNE ORDONNANCE DE LA COUR AUTORISANT UNE TELLE DETENTION. LE GOUVERNEUR OU SON DÉLÉGUÉ OU SON SUPPLÉANT DOIT DEMANDER UN EXAMEN COMPLEMENTAIRE DE CETTE DÉTENTION AU COURS DE NINETY JOURS SUIVANT L'ORDONNANCE INITIALE DU TRIBUNAL AUTORISANT LA DÉTENTION ET LÀ APRÈS DANS LES NEUVES JOURS DE CHAQUE EXAMEN COURANT SUBSÉQUENT. DANS TOUT TRIBUNAL PROCÉDURE POUR EXÉCUTER UNE ORDONNANCE DU GOUVERNEUR OU DE SON DÉLÉGUÉ POUR LE RETRAIT OU LA DÉTENTION D'UNE PERSONNE OU D'UN GROUPE ÉMIS EN VERTU DE CETTE SUBDIVISION OU POUR LA RÉVISION DE LA DÉTENTION CONTINUE D'UNE PERSONNE OU D'UN GROUPE, LE GOUVERNEUR OU SON OU SON DÉLÉGUÉ DOIVENT PROUVER LES CIRCONSTANCES PARTICULARISÉES CONSTITUANT LA NÉCESSITÉ D'UNE TELLE DÉTENTION CLAIRE ET CONVIDENTE .

8. (A) UNE COPIE DE TOUT ORDRE DE DÉTENTION DU GOUVERNEUR OU DE SON DÉLÉGUÉ ÉMIS EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE CETTE SECTION SERA DONNÉE À CHAQUE PERSONNEL DÉTENU; TOUTEFOIS, SI L'ORDRE S'APPLIQUE À UN GROUPE DE PERSONNES ET IL EST IMPRACTIQUE DE FOURNIR DES COPIES INDIVIDUELLES, IL PEUT ÊTRE AFFICHÉ DANS UN ENDROIT CONSPICU DANS LES LIEUX DE DÉTENTION. TOUT ORDRE DE DÉTENTION DU COMMISSAIRE PUBLIÉ EN VERTU DE LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION EST ÉNONCÉ:

(I) LE BUT DE LA DÉTENTION ET L'AUTORITÉ JURIDIQUE EN VERTU DE LAQUELLE LA COMMANDE EST ÉMISE, Y COMPRIS LES SECTIONS PARTICULIÈRES DE CET ARTICLE OU D'AUTRES LOIS OU RÈGLEMENTS;

(II) UNE DESCRIPTION DES CIRCONSTANCES ET / OU DU COMPORTEMENT DE LA PERSONNE OU DU GROUPE DÉTENU CONSTITUANT LA BASE DE L'ÉMISSION DE LA COMMANDE;

(III) LES MOINS DE RESTRICTIVES ALTERNATIVES QUI ONT ETE TENTÉES ET ONT ETE SANS SUCCÈS ET / OU LES MOINS ALTERNATIVES RESTRICTIVES QUI ONT ÉTÉ EXAMINÉES ET REJETÉES, ET LES RAISONS DE CES ALTERNATIVES ONT ÉTÉ REJETÉES;

(IV) UN AVIS INDIQUANT À LA PERSONNE OU AU GROUPE DÉTENU QU'IL A LE DROIT DE DEMANDER LA MISE À LA DÉTENTION, ET INCLUANT DES INSTRUCTIONS SUR LA FAÇON DE FAIRE UNE TELLE DEMANDE;

(V) UN AVIS AVISANT À LA PERSONNE OU AU GROUPE DÉTENU QU'ILS A LE DROIT D'ÊTRE REPRÉSENTÉE PAR UN AVOCAT JURIDIQUE ET QUE, SUR DEMANDE DE CETTE PERSONNE OU GROUPE, L'ACCÈS AU CONSEIL SERA FACILITÉ DANS LA MESURE FAISABLE DANS LES CIRCONSTANCES; ET

(VI) UN AVIS AVISANT À LA PERSONNE OU AU GROUPE DÉTENU QU'ILS PEUVENT FOURNIR LES ADRESSES ET / OU LES NUMÉROS DE TÉLÉPHONE DES AMIS ET / OU DES PARENTS DE RECEVOIR UNE NOTIFICATION DE LA DÉTENTION DE LA PERSONNE, ET QUE LE DÉPARTEMENT DOIT, À LA DEMANDE DE LA PERSONNE DÉTENUE ET À DANS LA MESURE FAISABLE, AVISER À UN NOMBRE RAISONNABLE DE TELLES PERSONNES QUE LA PERSONNE EST DÉTENUE.

(B) EN OUTRE, UNE ORDRE ÉMIS EN VERTU DES SOUS-DIVISIONS DEUX ET SEPT DE CETTE SECTION, EXIGEANT LA DÉTENTION D'UNE PERSONNE OU D'UN GROUPE POUR UNE PÉRIODE DÉPASSANT TROIS JOURS OUVRABLES, DOIT:

(I) AVISER À LA PERSONNE OU AU GROUPE DÉTENU QUE LA DÉTENTION NE CONTINUERA PAS PENDANT PLUS DE CINQ JOURS OUVRABLES APRÈS UNE DEMANDE DE MISE EN LIBÉRATION EN L'ABSENCE D'UNE ORDONNANCE DE LA COUR AUTORISANT CETTE DÉTENTION

(II) AVISER À LA PERSONNE OU AU GROUPE DÉTENU QUE, QU'ILS DEMANDENT OU NON LA LIBÉRATION DE LA DÉTENTION, LE GOUVERNEUR OU SON OU SON DÉLÉGUÉ DOIVENT OBTENIR UNE ORDONNANCE DU TRIBUNAL AUTORISANT LA DÉTENTION DANS LES SOIXANTE JOURS SUIVANT LE COMMENCEMENT DE LA DÉTENTION ET PAR LA SUITE EXAMEN PAR LE TRIBUNAL DE LA DÉTENTION DANS LES NEUF JOURS DE CETTE ORDONNANCE DU TRIBUNAL ET DANS LES NEUF JOURS DE CHAQUE EXAMEN DU TRIBUNAL SUIVANT; ET (III) AVISER À LA PERSONNE OU AU GROUPE DÉTENU QU'ILS A DROIT DE DEMANDER QUE LE CONSEIL JURIDIQUE SOIT FOURNI, QUE SUR CETTE DEMANDE, LE CONSEIL SERA FOURNI SI ET DANS LA MESURE POSSIBLE DANS LES CIRCONSTANCES, ET QUE SI LE CONSEIL EST FOURNI, CE CONSEIL SERA AVISÉ QUE LA PERSONNE OU LE GROUPE A DEMANDÉ UNE DEMANDE JURIDIQUE .

9. UNE PERSONNE DÉTENUE DANS UN ÉTABLISSEMENT MÉDICAL, OU AUTRE ÉTABLISSEMENT OU LOCAL APPROPRIÉ, NE DOIT PAS SE CONDUIRE DE MANIÈRE DÉSORDONNÉE ET NE DOIT PAS QUITTER OU TENTER DE QUITTER CETTE ÉTABLISSEMENT OU LES LIEUX AVANT QU'ELLE NE SE DÉCHARGE CETTE SECTION.

10. SI NÉCESSAIRE ET FAISABLE DANS LES CIRCONSTANCES, DES INTERPRÈTES LINGUISTIQUES ET DES PERSONNES HABILETÉES À COMMUNIQUER AVEC VISION ET À ENTENDRE LES PERSONNES HANDICAPÉES SONT FOURNIES.

11. LES DISPOSITIONS DE CETTE SECTION NE S'APPLIQUERONT PAS À L'ÉMISSION DE COMMANDES CONFORMÉMENT AU § 11.21 DU CODE DE SANTÉ DE NEW YORK.

12. EN PLUS DES ORDONNANCES DE RETRAIT OU DE DÉTENTION VISÉES À LA SOUS-SECTION DEUX DE LA PRÉSENTE SECTION, ET SANS AFFECTER OU LIMITER TOUTE AUTRE AUTORITÉ QUE LE COMMISSAIRE POURRAIT AVOIR AUTREMENT, LE GOUVERNEUR OU SON OU SON DÉLÉGUÉ PEUT, À SA DISCRÉTION OU À SA DISCRÉTION, DÉLIVRER ET DEMANDER L'EXÉCUTION DE TOUT AUTRE ORDRE QU'IL OU ELLE DÉTERMINE NÉCESSAIRE OU APPROPRIÉ POUR ÉVITER LA DIFFUSION OU LA TRANSMISSION DE MALADIES CONTAGIEUSES OU D'AUTRES MALADIES QUI PEUVENT ENTRAÎNER UNE MENACE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE Y COMPRIS, MAIS SANS S'Y LIMITER, LES COMMANDES EXIGEANT L'EXCLUSION DE TOUTE PERSONNE OU PERSONNE NON SOUS LA GARDE DU SERVICE; DE RESTER ISOLÉ OU QUARANTINÉ À DOMICILE OU DANS UN LIEU AU CHOIX DE CETTE PERSONNE, ACCEPTABLE AU DÉPARTEMENT ET DANS CES CONDITIONS ET PENDANT UNE PÉRIODE QUI EMPÊCHERA LA TRANSMISSION DE LA MALADIE CONTAGIEUSE OU D'AUTRES MALADIES; POUR EXIGER LE TEST OU L'EXAMEN MÉDICAL DES PERSONNES POUVANT AVOIR ÉTÉ EXPOSÉES OU INFECTÉES PAR UNE MALADIE CONTAGIEUSE OU QUI PEUVENT AVOIR ÉTÉ EXPOSÉES OU CONTAMINÉES PAR DES QUANTITÉS DANGEREUSES DE MATIÈRES RADIOACTIVES OU DE PRODUITS CHIMIQUES TOXIQUES; POUR EXIGER UNE PERSONNE QUI A ÉTÉ EXPOSÉE OU INFECTÉE PAR UNE MALADIE CONTAGIEUSE, À REMPLIR UN COURS DE TRAITEMENT, DE MÉDICAMENT PRÉVENTIF OU DE VACCINATION APPROPRIÉ ET PRESCRIT, Y COMPRIS UNE THÉRAPIE DIRECTEMENT OBSERVÉE POUR TRAITER LA MALADIE ET ​​SUIVRE LA DISPOSITION DE CONTRÔLE DE PRÉVISION OU POUR EXIGER UNE PERSONNE QUI A ÉTÉ CONTAMINÉE PAR DES QUANTITÉS DANGEREUSES DE MATIÈRES RADIOACTIVES OU DE PRODUITS CHIMIQUES TOXIQUES TELS QUE DIT INDIVIDU PEUT PRÉSENTER UN DANGER POUR LES AUTRES, DE SUIVRE DES PROCÉDURES DE DÉCONTAMINATION jugées NÉCESSAIRES PAR LE DÉPARTEMENT. SUR DEMANDE, CETTE PERSONNE OU TELLES PERSONNES SERA OFFERT UNE OCCASION D'ÊTRE ENTENDU, MAIS LES DISPOSITIONS DES SOUS-DIVISIONS DEUX À ONZE DE CETTE SECTION NE S'APPLIQUENT PAS AUTREMENT.

13. LES DISPOSITIONS DE CETTE SECTION NE SERONT PAS CONSTRUITES POUR PERMETTRE OU EXIGER L'ADMINISTRATION FORCÉE DE TOUT MÉDICAMENT SANS ORDONNANCE PRÉALABLE DU TRIBUNAL.

§ 2. Cet acte prendra effet le trentième jour après qu'il sera devenu loi. En vigueur immédiatement, l'ajout, la modification et / ou l'abrogation de toute règle ou règlement nécessaire à la mise en œuvre de la présente loi à sa date d'entrée en vigueur sont autorisés à être apportés et achevés à cette date ou avant.

Lire la facture originale ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

14 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Laura Ann

Cuomo et d'autres gouverneurs ailleurs sont pro marxistes / Agenda 2030 et d'autres États à l'extrême gauche suivront si NY passe cela. Les hommes les plus jeunes / d'âge moyen ont besoin de faire pousser des épines, de sortir et de résister à toutes les violations des droits civils / du droit de mouvement / des voyages dans tout l'État. Les compagnies aériennes et les trains ont leurs propres règles de voyage. Les bars, restaurants et centres de remise en forme ont le droit de gérer leur entreprise et de gagner leur vie.

Arnie

Nous ferions tous mieux de nous réveiller. Ils sont allés trop loin.

PatriotePène

Cela me dérange sans fin. Personne n'a le droit de dire que quelqu'un représente un risque pour la santé de la société, sauf un médecin agréé. Et puis, si cette personne présente un risque pour la santé, elle devrait être dans un hôpital pour l'amour du Christ. Il n'y a pas de «gouverneur» qualifié pour prendre cette décision. Ces gens pensent qu'ils peuvent inventer n'importe quelle loi qu'ils veulent et les gens vont y obéir. Oh j'ai oublié…. les masques,… .. les gens y obéissent. Quelle honte! Ce n'est pas juste un non-sens, ce n'est PAS un sens.

Elle

Je ne pouvais plus lire ce document odieux et FASCISTE. C'est un appel à incarcérer le public pour quelque raison que ce soit, y compris des «comportements» indésirables sans recours, sans droits, sans aucune liberté sous sa langue. NY abandonne officiellement la Déclaration des droits de ses résidents. Ils ont même une échappatoire pour fournir un conseil si vous ne pouvez pas vous en payer un, c'est-à-dire que les citoyens des États-Unis et les résidents de New York n'ont officiellement AUCUN DROIT EN VERTU DE LA CONSTITUTION à recevoir un conseil à moins que l'État ne décide qu'ils peuvent / veulent en fournir un. Ce document est totalement inconstitutionnel à tous égards.... Lire la suite »

Vickie Zaccardo

Pareil ici. Ça transforme mon ventre

Vickie Zaccardo

Je peux à peine le lire. Cela me dégoûte. Cuomo me dégoûte. La plupart des gouvernements (si vous pouvez les appeler, ça) me dégoûtent. Quiconque est d'accord avec cela me dégoûte.

Abraham

Les gens doivent comprendre qu'ils ne peuvent pas garder Dieu hors de leur vie et s'attendre à une protection de Dieu. Les chrétiens devraient avoir une vraie croyance en l'Évangile de Jésus-Christ et vivre en conséquence. Lorsque les chrétiens croient en des doctrines comme la sécurité éternelle, mènent une vie injuste et déforment les écritures pour soutenir les programmes du monde, ils ne peuvent s'attendre à aucune protection contre le mal. Quand les gens acceptent l'Évangile et prient Dieu pour l'aide, il y aura de l'aide. Lorsque les chrétiens du monde se repentent et prient, il peut y avoir de l'aide de Dieu.

Béa P

cet homme maléfique doit être démis de ses fonctions et tous ses copains aussi Ils sont une menace pour notre santé !!!!
Oui, nous devons défendre nos droits inaliénables donnés par notre Créateur et débarrasser la société de tant de boue et de mal!

Béa P

cuomo EST CELUI QUI EST DANGEREUX POUR LA SOCIÉTÉ !!!!