India Stack : l'avenir de la Fintech, de la société sans numéraire et de l'inclusion totale

Banque de réserve de l'Inde
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les Nations Unies ont déjà déclaré la Fintech comme le système financier choisi pour le développement durable, alias Technocracy. Il est, bien sûr, entièrement numérique et comprend une technologie de blockchain créative pour la gestion et le contrôle de tout. Il exige également l'inclusion à 100 % de tous les citoyens dans le système. Cet article du FMI montre comment l'Inde ouvre la voie. Éditeur TN

Une infrastructure numérique connue sous le nom d'India Stack révolutionne l'accès au financement

Il y a dix ans, les marchés locaux dynamiques de l'Inde étaient remplis de personnes achetant et vendant des marchandises avec des billets de banque bien usés. Aujourd'hui, ils sont tout aussi susceptibles d'utiliser des smartphones. Les progrès de la finance numérique signifient que des millions de personnes dans l'économie formelle et informelle peuvent accepter des paiements, régler des factures et transférer des fonds n'importe où dans le pays en quelques clics sur l'écran. COVID-19 a accéléré l'utilisation des paiements numériques sans contact pour les petites transactions alors que les gens essaient de se protéger du virus. Ces avancées s'appuient sur l'India Stack, un système complet d'identité numérique, de paiement et de gestion des données sur lequel nous écrivons dans un nouveau papier (Carrière-Swallow, Haksar et Patnam 2021).

L'Inde Stack s'élargit l'accès aux services financiers dans une économie où les transactions de détail sont fortement basées sur les espèces. Une carte d'identité numérique réduit considérablement le coût de la confirmation de l'identité des personnes. Les normes logicielles en libre accès facilitent les paiements numériques entre les banques, les entreprises de technologie financière et les portefeuilles numériques. Et l'accès aux données personnelles des personnes est contrôlé par consentement. L'expansion des paiements numériques, facilitée par la pile, est un moteur important du développement économique en Inde et a contribué à stabiliser les revenus dans les zones rurales et à stimuler les ventes des entreprises du secteur informel (Patnam et Yao 2020). D'autres pays émergents et pays en développement pourraient tirer des enseignements de cette expérience.

Couche 1 : Identification numérique

La première étape de la création de la pile a commencé en 2010 avec le lancement d'un système d'identification numérique biométrique baptisé Aadhaar—Hindi pour « fondation ». Le gouvernement a lancé une campagne encourageant les gens à faire prendre leur photo, leurs empreintes digitales et d'autres détails biométriques dans les centres d'inscription à travers le pays. Chaque personne a reçu un numéro d'identification unique à 12 chiffres qui pouvait être utilisé pour accéder à une gamme de services. Remarquablement, 1.2 milliard de personnes, soit près de 90 % de la population indienne, ont souscrit une carte d'identité numérique en moins d'une décennie, environ la moitié d'entre elles associant leur nouvelle carte d'identité à leur compte bancaire (voir graphique 1). Les limites légales à l'utilisation obligatoire des identifiants numériques ont contribué à protéger le droit des personnes à la vie privée.

Avant Aadhaar, la tenue de registres inégale signifiait que près de la moitié de la population n'avait pas de carte d'identité acceptée au niveau national. Les permis de conduire, les cartes d'identité d'électeur, etc. pourraient fournir une authentification pour une mosaïque de services. Cependant, la complexité de la vérification de l'identité rendait coûteuse la fourniture de services bancaires et autres. Après tout, qui prêterait de l'argent à quelqu'un dont l'identité est inconnue ?

La banque centrale indienne a vu le potentiel d'Aadhaar pour transformer le secteur bancaire. Elle a développé une procédure électronique permettant aux banques commerciales de vérifier instantanément l'identité d'un nouveau client via la base de données Aadhaar. Ces contrôles biométriques vérifient de manière fiable l'identité du titulaire, réduisant ainsi la probabilité de fausses identités et de réclamations frauduleuses. Une politique de développement financier ambitieuse (Pradhan Mantri Jan Dhan Yojana) a été lancé pour fournir un compte bancaire à tous les ménages en Inde. En seulement un an, 166 millions de personnes ont ouvert des comptes dans le cadre du programme. Le nombre était passé à près de 384 millions en 2019.

Les prestations gouvernementales pourraient être versées directement sur ces comptes nouvellement ouverts, et les gens pourraient accéder facilement à leurs fonds via des cartes de débit ou des smartphones. Il s'agissait d'une avancée impressionnante du développement financier traditionnel. À peine dix ans plus tôt, seulement un adulte sur trois en Inde possédait un compte bancaire. Des expansions similaires de l'accès financier ailleurs ont pris près d'un demi-siècle (D'Silva et al. 2019).

Cependant, persuader les gens d'ouvrir des comptes bancaires n'était qu'un début. Près de la moitié de tous les comptes bancaires en Inde sont inactifs, ce qui signifie qu'ils ne reçoivent jamais de dépôt, le plus grand nombre de comptes inactifs au monde (Demirguc-Kunt et al., 2018). Les progrès ultérieurs dépendaient de l'ajout de couches supplémentaires à la pile.

Couche 2 : Paiements interopérables

Alors même que le gouvernement élargissait l'accès aux comptes bancaires, les sociétés de technologie financière à croissance rapide de l'Inde lançaient des portefeuilles numériques et de l'argent mobile. Ces innovations ont rendu bon marché et simple le stockage et le transfert d'argent numériquement, même pour ceux qui n'avaient pas de compte bancaire. Cela a suscité une innovation de la part des autorités. Ils ont introduit une nouvelle couche dans le système de paiement de détail, connue sous le nom d'interface de paiement unifiée (UPI), afin que les banques puissent échanger des messages et des ordres de paiement avec des entreprises non bancaires. Cela a formé la deuxième couche de India Stack.

Avec le nouveau système en place, les vendeurs de rue et les petits commerçants sans compte bancaire pourraient recevoir des paiements pour des biens ou des services via un portefeuille numérique. Ils pouvaient transférer des fonds instantanément à quelqu'un d'autre - un parent en difficulté dans un village éloigné, disons - tant que le bénéficiaire avait lui aussi un portefeuille numérique. Dans de nombreux autres pays, en particulier dans les économies en développement, de tels transferts prendraient des jours, voire des semaines, et impliqueraient probablement le dépôt d'espèces dans une succursale bancaire éloignée et le paiement de frais de transfert élevés.

Comme pour l'identification numérique Aadhaar, une caractéristique cruciale du système était son interopérabilité : les utilisateurs pouvaient effectuer des transactions avec tous les acteurs du système financier, publics et privés, grands ou petits. Pour participer à l'UPI, les entreprises fintech devaient s'associer à une banque ou obtenir leur propre licence spéciale. Le fait de garder tous les participants sous l'œil vigilant du régulateur a permis à la banque centrale de promouvoir l'inclusion financière tout en préservant la stabilité. Le système s'est rapidement développé et a également vu l'entrée rapide de grandes entreprises technologiques. La plupart des petits paiements de détail en Inde sont désormais acheminés via l'UPI (voir graphique 2).

Niveaux 3 et 4 : La confiance par le consentement

Les données sont en train de devenir un élément clé de l'économie numérique. Son accès et son contrôle déterminent de plus en plus la croissance, l'équité et la stabilité d'une économie (Carrière-Swallow et Haksar 2019). Une troisième « couche sans papier » de la pile permet de vérifier numérique des documents pouvant remplacer les équivalents papier traditionnels, augmentant ainsi l'efficacité et l'intégrité. Plus important encore, la quatrième et dernière couche de l'India Stack (qui n'est pas encore pleinement opérationnelle) est constituée d'agrégateurs qui assurent l'intermédiation du flux de données financières entre les particuliers et les sociétés financières.

Ces intermédiaires de données (« fiduciaires », dans le jargon) sont chargés de la gestion des données personnelles. Les réglementations stipulent qu'elles doivent obtenir le consentement des personnes avant de traiter des données personnelles. Les fiduciaires ne peuvent pas accéder ou stocker les données qui ont été partagées, mais ils peuvent facturer leurs services. Il s'agit d'une approche très différente de celles de nombreux autres pays. Ailleurs, les agrégateurs proposent généralement des services en échange d'un accès à des données, qu'ils peuvent ensuite utiliser pour vendre d'autres services financiers.

Les fiduciaires de données peuvent offrir la confiance qui ajoute des synergies aux différentes couches de India Stack. Ils peuvent authentifier l'identité des individus, sur la base de leur identification numérique, et confirmer à des tiers que les données décrivent bien une personne en particulier. Les fiduciaires peuvent également utiliser l'interface de programmation d'applications (API) de la pile, une norme logicielle en accès libre qui permet à différentes applications de communiquer entre elles, pour certifier la véracité des documents numériques. Ces documents peuvent inclure des états des actifs financiers, des passifs et des flux de trésorerie, une base puissante pour établir la confiance dans l'économie numérique et un moyen pour les gens d'exploiter les données générées par leurs activités. Il peut également favoriser l'accès aux services financiers pour les personnes du secteur informel qui peuvent produire peu de documents prouvant leur solvabilité.

Leçons de l'Inde

Aucun aspect de l'India Stack n'est entièrement unique. Cependant, son exhaustivité a permis de construire une économie numérique plus inclusive de bas en haut. L'expérience indienne offre plusieurs enseignements :

  • Une approche fondamentale fournissant une gamme d'infrastructures et de politiques publiques peut permettre des synergies importantes entre les différentes parties de l'économie numérique. Un système d'identification numérique favorise l'inclusion généralisée en donnant à chacun un pied dans l'économie numérique. Les approches courantes des API peuvent mettre en place un écosystème pour les flux de données et de paiement ouvert à la participation de nombreux fournisseurs, conduisant à l'innovation et au choix pour le consommateur. Les fiduciaires de données vont potentiellement opérationnaliser un plus grand contrôle des utilisateurs sur les données individuelles, ouvrant la voie à la transition d'une banque ouverte vers une économie de données ouvertes qui couvre de nombreux secteurs.
  • L'interopérabilité est un outil utile pour favoriser la concurrence dans les services financiers numériques. L'écosystème India Stack est vaste, permettant aux intermédiaires financiers existants, ainsi qu'aux grandes entreprises technologiques et aux nouvelles sociétés de technologie financière, de rivaliser. Mais il est également conscient du besoin de stabilité pour soutenir la confiance du public, soumettant ces divers participants à une réglementation. Les coûts de mise en conformité avec la réglementation pourraient-ils constituer une barrière à l'entrée pour les petites entreprises ? Il est encore tôt, et tandis que les grandes technologies traitent la majeure partie des transactions sur UPI (Frost et autres 2021), les petites sociétés fintech gagnent du terrain. De plus, les intermédiaires existants et certaines fintechs représentent l'essentiel de la source et des points finaux des fonds transférés. Le marché continue de se développer rapidement et, au final, il s'agit de trouver le bon équilibre entre efficacité et stabilité.
  • Des règles du jeu équitables pour les flux de données sont nécessaires pour garantir une concurrence loyale. Certains craignent que les grandes entreprises technologiques puissent obtenir des données financières auprès des banques et des fournisseurs de technologies financières, mais n'aient pas à partager leurs propres données non traditionnelles, telles que l'emplacement, la navigation sur le Web ou l'historique des médias sociaux. Cela reste en dehors du régime de partage de données, mais peut toujours éclairer les décisions financières telles que les évaluations de crédit. Les données non traditionnelles seront cruciales car la pile indienne s'étendra finalement au traitement des données d'assurance et même de santé, qui dépassent la portée de la plupart des cadres bancaires ouverts existants dans le monde.

Des approches telles que l'India Stack peuvent soutenir non seulement la banque ouverte, mais aussi la finance ouverte, avec des synergies entre les produits bancaires, la gestion de patrimoine, l'assurance et d'autres produits à travers le monde.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteure

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S’abonner
Notifier de
invité
5 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
John Wilkins

Personnellement, je ne vois pas ce développement comme une composante de l'avancement de la technocratie, et je suppose que sa publication sur ce site Web n'est pas destinée à transmettre ce message. Après avoir passé plusieurs années en Asie du Sud à travailler avec des agriculteurs pour améliorer leur production alimentaire, j'ai perdu le compte du nombre de fois où j'ai vu des ruraux se débattre avec leur système bancaire « glaciaire » local. C'était déchirant de voir des gens lutter pour obtenir de l'argent, du crédit, des titres de propriété et des licences pour aller de l'avant avec leurs entreprises. Dans un pays de 1.2 milliard d'habitants comme l'Inde, sur une superficie d'un tiers du... Lire la suite »

[…] Lire la suite : L'avenir de la Fintech, de la société sans numéraire et de l'inclusion totale […]

[…] Lire la suite : L'avenir de la Fintech, de la société sans numéraire et de l'inclusion totale […]

[…] Lire la suite : L'avenir de la Fintech, de la société sans numéraire et de l'inclusion totale […]