La Chine est le joueur de flûte de la technocratie mondiale

La police chinoise soude la porte d'un citoyen
S'il vous plaît partager cette histoire!
Les blocages zéro-Covid de la Chine ne sont peut-être guère plus que théâtraux pour faire avancer la technocratie dans le monde. L'auteur conclut : « Un système ni communiste ni capitaliste, mais absorbant les pires vices tout en purgeant les vertus. Zero Covid, c'est juste la Chine qui travaille comme l'autre côté des ciseaux. Lorsque des vies humaines ne signifient rien, les sacrifier pour atteindre un objectif est normal. ⁃ Éditeur TN

La majeure partie du monde occidental n'est plus confinée, certains mandats de vaccination sont assouplis, les porteurs de masques sont nettement minoritaires partout où vous regardez.

Pour l'instant du moins, et faute d'une meilleure expression, nous sommes en grande partie "retournés à la normale"... sauf, vous savez, maintenant avec une économie totalement en panne, un pouvoir financier plus centralisé, des dizaines de précédents alarmants mis en place pour un déploiement futur et des millions et des millions de personnes injectées de poison sous de faux prétextes.

Mais sur le front du verrouillage au moins, nous sommes normaux… principalement.

Les verrouillages deviennent rapidement l'une de ces choses embarrassantes qui n'ont jamais été prises en charge par d'autres personnes, comme porter des fusées éclairantes ou voter pour Thatcher. Les politiciens se renvoient fébrilement la balle, affirmant n'avoir jamais voulu de verrouillage en premier lieu.

… mais pas en Chine.

Alors que le reste du monde « vit avec Covid », les habitants des villes chinoises sont toujours soumis à des niveaux dystopiques de contrôle et de surveillance. Jusqu'à et y compris être soudé à l'intérieur de leur propre maison.

Pourquoi ?

Eh bien, nous pouvons certainement exclure quelques «explications» courantes:

  • Nous savons que ce n'est pas parce que Covid est une vraie maladie ou particulièrement dangereuse de quelque manière que ce soit. Les données ont parlé de cela.
  • Nous savons que ce n'est pas parce que les confinements servent à protéger la santé du public ou à prévenir les épidémies. Les données ont également parlé de cela.
  • Nous savons que ce n'est pas parce que le gouvernement chinois considère la vie de ses citoyens comme plus précieuse que celle de ses homologues occidentaux.
  • Et nous savons que ce n'est pas parce qu'ils ont été victimes d'une attaque virale bio-conçue par l'Occident. Cette idée a toujours été absurde.

… alors quelle est la vraie explication ?

Eh bien, il y a vraiment plusieurs réponses à cela, qui reviennent toutes à notre vieil ami le faux binaire.

1. TALON CONTRE VISAGE

Si vous acceptez que la « pandémie » de Covid était en fait une opération psychologique mondiale, menée par la plupart des gouvernements du monde travaillant de concert à la demande d'intérêts financiers, commerciaux et politiques supranationaux, alors il de facto s'ensuit que toute différence apparente d'approche ou d'attitude entre ces gouvernements coopérants joue un rôle dans le récit.

Bref, quelqu'un doit jouer « le méchant ».

Dans ce cas, l'approche brutale "zéro-Covid" de la Chine permet aux gouvernements occidentaux de revendiquer l'étiquette "modérée" simplement parce qu'ils ne sont pas aussi "méchants" que la Chine.

Bien sûr, cela fonctionne dans les deux sens.

"L'Occident" peut dire à ses citoyens, "Regardez à quel point le verrouillage de la Chine a été brutal, nous n'irions jamais aussi loin, car nous nous soucions de vos droits".
Pendant ce temps, la Chine peut dire "Regardez à quel point la réponse Covid de l'Occident a été laxiste et désorganisée, nous ne serions jamais aussi négligents, car nous nous soucions de votre santé".

C'est - et voici encore cette phrase - un faux binaire.

Chaque côté sert de gentil dans son propre récit, et de méchant dans l'autre, et de cette façon ils se soutiennent mutuellement tout en regroupant les dissidents de l'autre dans une « opinion alternative » contrôlée.

2. PROMOUVOIR LES VACCINS

In The Guardian il y a deux jours, le désormais omniprésent Devi Sridhar a en fait défendu les "décisions difficiles" de la Chine sur Zero Covid, en venant sous l'angle que la Chine doit être si dure parce que leurs vaccins ne fonctionnent pas aussi bien que les nôtres:

La population chinoise a un taux de vaccination inférieur, avec des vaccins qui semblent moins efficaces, que dans la plupart des autres pays. Et de nombreuses personnes n'ont pas non plus d'immunité acquise à la suite d'une infection antérieure. Si la Chine renonce au confinement et autorise une grande vague d'infections, le pays subira une énorme perte de vie compte tenu des niveaux de vaccination actuels

La colonne entière n'est vraiment qu'un moyen de shilling "sûr et efficace" Vaccins à ARNm (ainsi que d'autres programmes que nous traiterons ci-dessous) :

Les inquiétudes croissantes concernant la faible efficacité des vaccins chinois sans ARNm étaient également préoccupantes : des études ont indiqué que la protection s'estompait rapidement et était indétectable après six mois […] La Chine prend, elle doit améliorer ses vaccins. Mais pour ce faire, il aura besoin d'accéder à la technologie de l'ARNm, et celle-ci est bloquée dans une impasse. Moderna a refusé de transférer sa technologie à des entreprises chinoises pour la fabrication, souhaitant plutôt vendre directement à un grand marché. La Chine a plutôt travaillé pour développer un vaccin à ARNm maison, mais cela a entraîné des retards dans le déploiement […] La Chine doit fournir rapidement des vaccins à ARNm aux plus grands groupes prioritaires

Encore une fois, le récit à double face.

L'Occident dit, "Vous voyez, nous n'avons pas besoin de ces confinements brutaux, car nous avons des vaccins magiques", avec l'inévitable corollaire tacite de cet être "nous devrons entrer dans des confinements si vous ne vous faites pas suffisamment vacciner" .

Pendant ce temps, la Chine peut rejeter la responsabilité de ses propres blocages sur l'égoïsme occidental, "la seule raison pour laquelle nous avons ces confinements est que les entreprises occidentales égoïstes ne partageront pas leur technologie". Cela transforme parfaitement TOUTES les voix pro-chinoises dans les voix des médias alternatifs occidentaux en voix pro-vaccins également.

3. NOURRIT LE MENSONGE QUE "LES VERROUILLAGES FONCTIONNENT"

Les confinements ne fonctionnent pas pour arrêter la propagation des maladies et, avant 2020, n'ont jamais été suggérés ou utilisés de cette manière.

Puis, au printemps 2020, presque tous les gouvernements du monde ont pris apparemment simultanément la décision sans précédent de se mettre en quarantaine pour combattre Covid. Pour justifier cela, le récit grand public avait besoin de certains travaux de verrouillage des preuves.

Entrez en Chine.

Maintes et maintes fois, vous lirez une «condamnation» apparente des blocages de la Chine parallèlement à la qualification de leur nombre de décès supposément faible de Covid.

Dans les sources grand public, l'implication claire n'est pas dite, mais des voix alternatives éminentes sont heureuses de le dire à haute voix : "Ces confinements peuvent sembler contraires à l'éthique, mais ils ont sauvé des millions de vies."

Étant donné que TOUS les "cas" de Covid sont entièrement le produit de programmes de tests PCR, et que TOUS les "décès de Covid" sont soumis à des définitions ridiculement torturées, nous pouvons conclure que les statistiques chinoises sur le Covid sont un stratagème conçu pour vendre l'idée que les confinements fonctionnent réellement.

Plus que de simples blocages, un courant sous-jacent du récit de la pandémie a été un assouplissement de l'attitude du public à l'égard de la gouvernance autoritaire en général, généralement par le biais de compliments à la Chine.

Dès mars 2020, nous avions des «experts» sur Channel 4 louant l'approche de la Chine, nous avions Neil Ferguson déplorant le gouvernement britannique n'avait pas le pouvoir de suivre le plan de jeu de la Chine, nous avions des organes de presse occidentaux affirmant que la Chine avait « triomphé » de Covid.

Le message était clair, et pas du tout subtil : « L'homme, évidemment, ne pas tenir compte des droits individuels est mauvais, mais cette approche semble vraiment fonctionner, n'est-ce pas ? De toute évidence, nous ne ferions jamais cela, mais vous ne pouvez pas nier que c'est efficace, n'est-ce pas ? »

Ce message est toujours d'actualité et n'a rien à voir avec la Chine per se, et tout ce qui a à voir avec la légitimation lente de la tyrannie en vertu de la fin justifiant les moyens.

CONCLUSION

Pour résumer, l'approche « zéro covid » de la Chine constitue un élément essentiel du récit global de la pandémie, travaillant en collaboration avec les gouvernements occidentaux comme un contraste délibérément saisissant :

  1. Il promeut l'idée que les vaccins fonctionnent et a aidé à prévenir de nouveaux confinements ici.
  2. Il jette une lumière flatteuse sur les gouvernements occidentaux, qui semblent moins draconiens en comparaison.
  3. Il sert d'argument pour l'efficacité des confinements et autres mesures autoritaires.

Peut-être plus important encore, la supposée différence sert à encercler et à contrôler le débat public.

Les critiques traditionnellement de gauche du capitalisme occidental sont obligés de défendre les vaccins et les confinements par leur loyauté idéologique envers la Chine.

À l'inverse, les gens de droite pointent du doigt les pratiques «socialistes» de la Chine, tout en louant l'innovation pharmaceutique capitaliste occidentale pour nous avoir épargnés de la nécessité de mesures de confinement plus strictes.

Chaque partie est contrôlée par son idéologie, ne réalisant pas que sa loyauté est utilisée pour se positionner dans le spectre d'opinion autorisé.

Pendant tout ce temps, les deux parties affirment que le virus est réel et dangereux, les deux parties utilisent les mêmes tests PCR et les deux parties utilisent des vaccins fabriqués par les mêmes sociétés. Les "différences" superficielles ne servent qu'à vendre leurs nombreux points d'accord.

En d'autres termes, la division sur les tactiques de Covid est aussi réelle que la lutte contre l'Ukraine. Tout cela sert le même objectif, promouvoir la grande réinitialisation et le gouvernement technocratique mondial. Un système ni communiste ni capitaliste, mais absorbant les pires vices tout en purgeant les vertus.

Zero Covid, c'est juste la Chine qui travaille de l'autre côté des ciseaux.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l'éditeur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

2 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Lire l'article original […]

Elle

Bonne analogie, Patrick. Les gens n'ont aucune mémoire. C'est dégoutant. Le PCC a toujours été un régime meurtrier, quelle que soit sa politique oppressive du moment. Le régime Biden et le reste de l'Occident se sont joints à leur mal. Quelle que soit l'étiquette que l'on applique - totalitaires, communistes, technocrates, fascistes, cartel criminel, etc. - c'est le mal sur un bâton. Les Woketards sont bien trop stupides (ou diaboliques) pour voir que la grosse bouchée pour laquelle ils se sont échinés est du poison, par exemple, des coups mortels. Comme dans les histoires de vampires, ils sont devenus hypnotisés et piégés par le plus grand mal et vont de l'avant pour créer leur... Lire la suite »