La psychologie du totalitarisme : la « science de l'ingénierie sociale » de la technocratie

Professeur Mattias Desmet
S'il vous plaît partager cette histoire!
En 1938, Le technocrate Le magazine a défini la technocratie comme la «science de l'ingénierie sociale», puis a défini le résultat comme un système économique basé sur les ressources, toutes les décisions étant prises par des technocrates. Puisque leur « science était établie », il n'y avait pas besoin de systèmes politiques qui donnent aux citoyens leur mot à dire sur leur vie. L'environnement d'aujourd'hui est contrôlé par les technocrates. ⁃ Éditeur TN

L'HISTOIRE EN UN COUP D'IL

> La formation de masse est une forme d'hypnose de masse qui émerge lorsque des conditions spécifiques sont remplies, et précède presque toujours la montée des systèmes totalitaires

> Quatre conditions centrales qui doivent exister pour que la formation de masse se produise sont la solitude généralisée et le manque de liens sociaux, ce qui conduit à vivre la vie comme dénuée de sens, ce qui conduit à une anxiété et un mécontentement généralisés, ce qui conduit à un flottement généralisé. frustration et agressivité, ce qui se traduit par un sentiment de perte de contrôle

> Sous formation de masse, une population entre dans une transe de type hypnotique qui la rend prête à tout sacrifier, y compris sa vie et sa liberté

> Les stratégies clés pour perturber le processus de formation de masse sont de s'élever contre lui et de pratiquer la résistance non violente. Les voix dissidentes empêchent les systèmes totalitaires de se détériorer en une inhumanité abjecte où les gens sont prêts à commettre des atrocités odieuses

> En définitive, le « totalitarisme » renvoie à l'ambition du système. Il veut éliminer la capacité de choix individuel et, ce faisant, il détruit le cœur de ce que c'est que d'être humain. Plus vite un système détruit l'individu, plus vite il s'effondre

Le professeur Mattias Desmet, psychologue belge titulaire d'un master en statistiques, a acquis une reconnaissance mondiale vers la fin de 2021, lorsqu'il a présenté le concept de «formation de masse» comme explication du comportement absurde et irrationnel que nous observions à l'égard du COVID pandémie et ses contre-mesures.

Il a également averti que la formation de masse donne lieu au totalitarisme, qui est le sujet de son nouveau livre, «La psychologie du totalitarisme.” Le travail de Desmet a été popularisé par le Dr Robert Malone, dont l'apparition sur le podcast Joe Rogan a été vue par environ 50 millions de personnes.

Mais alors que le terme de recherche "formation de masse" a explosé en popularité, Google a réagi en manipulant les résultats des moteurs de recherche dans le but de discréditer Desmet et de montrer aux gens dans leurs résultats de recherche des informations qui les amèneraient à minimiser l'importance de ce travail. Pourquoi? Parce que Google est au cœur de la cabale mondiale et du mouvement vers le totalitarisme.

Comprendre la psychologie de l'époque est crucial

Ceux qui refusent d'apprendre de l'histoire sont obligés de la répéter, disent-ils, et cela apparaît particulièrement pertinent de nos jours car, comme l'explique Desmet, si nous ne comprenons pas comment se produit la formation des masses et à quoi elle aboutit, nous ne pouvons pas l'empêcher. Comment Desmet est-il parvenu à la conclusion que nous étions en train de former une masse ? Il explique:

"Au début de la crise de Corona, en février 2020, j'ai commencé à étudier les statistiques sur les taux de mortalité du virus, les taux de mortalité par infection, le taux de létalité, etc., et immédiatement, j'ai eu l'impression - et avec moi, plusieurs statisticiens de renommée mondiale, comme John Ioannidis de Stanford, par exemple – que les statistiques et les modèles mathématiques utilisés surestimaient considérablement le danger du virus.

Immédiatement, j'ai écrit un article d'opinion en essayant d'attirer l'attention des gens sur certaines des erreurs. Mais, j'ai remarqué immédiatement que les gens ne voulaient tout simplement pas savoir. C'était comme s'ils ne voyaient même pas les erreurs les plus flagrantes au niveau des statistiques utilisées. Les gens n'étaient tout simplement pas capables de le voir.

Cette première expérience l'a amené à se concentrer sur les mécanismes psychologiques en jeu dans la société, et il est devenu convaincu que ce que nous voyions étaient en fait les effets d'un processus de formation de masse à grande échelle, car la caractéristique la plus saillante de cette tendance psychologique c'est que cela rend les gens radicalement aveugles à tout ce qui va à l'encontre du récit auquel ils croient.

Ils deviennent fondamentalement incapables de se distancier de leurs croyances, et ne peuvent donc pas assimiler ou évaluer de nouvelles données. Desmet poursuit :

"Une autre caractéristique très spécifique est que ce processus de formation de masse rend les gens prêts à sacrifier radicalement tout ce qui est important pour eux - même leur santé, leur richesse, la santé de leurs enfants, l'avenir de leurs enfants.

Quand quelqu'un est en proie à un processus de formation de masse, il devient radicalement disposé à sacrifier tout son intérêt individuel. Une troisième caractéristique, pour n'en citer que quelques-unes, est qu'une fois que les gens sont sous l'emprise d'un processus de formation de masse, ils montrent généralement une tendance à la cruauté envers les personnes qui n'adhèrent pas au récit ou ne l'acceptent pas. . Ils le font généralement comme s'il s'agissait d'un devoir éthique.

En fin de compte, ils sont généralement enclins, d'abord, à stigmatiser, puis à éliminer, à détruire, les personnes qui ne sont pas d'accord avec les masses.

Et c'est pourquoi il est extrêmement important de comprendre les mécanismes psychologiques à l'œuvre, parce que si vous comprenez les mécanismes à l'œuvre, vous pouvez éviter que la formation de masse ne devienne si profonde que les gens atteignent ce point critique où ils sont vraiment fanatiquement convaincus qu'ils devrait détruire tous ceux qui ne les accompagnent pas.

Il est donc extrêmement important de comprendre le mécanisme. Si vous le comprenez, vous pouvez vous assurer que la foule, la masse, se détruira d'abord, ou s'épuisera, avant de commencer à détruire les gens qui ne suivent pas la masse.

Donc, c'est d'une importance cruciale, et c'est ce que décrit mon livre. Il décrit comment une masse, une foule, émerge dans une société, dans quelles conditions elle émerge, quels sont les mécanismes du processus de formation de masse et ce que vous pouvez y faire. C'est extrêmement important. Je le mentionnerai dès le début.

Habituellement, il est impossible de réveiller les masses. Une fois qu'un processus de formation de masse émerge dans une société, il est extrêmement difficile de réveiller les masses. Mais [les réveiller est] important, [parce que] vous pouvez éviter que les masses et leurs dirigeants ne deviennent si fanatiquement convaincus de leur récit qu'ils commencent à détruire les gens qui ne les suivent pas.

En effet, pour ceux d'entre nous qui ne sont pas tombés sous le charme du récit irrationnel du COVID, la cruauté avec laquelle les dirigeants politiques, les médias et le grand public ont tenté de forcer la conformité était scandaleusement odieuse. Beaucoup ont été agressés physiquement, et certains ont même été tués, simplement pour ne pas avoir porté de masque facial, ce que nous savions être une stratégie de prévention inutile.

Contexte historique de l'hypnose de masse

Il est plus facile de comprendre ce qu'est la formation de masse si vous la considérez comme une hypnose de masse, car ils ne sont pas simplement similaires, ils sont identiques, dit Desmet. La formation de masse est une sorte d'hypnose qui émerge lorsque des conditions spécifiques sont remplies. Et, fait troublant, ces conditions, et la transe hypnotique qui en émerge, précèdent presque toujours la montée des systèmes totalitaires.

Alors que le totalitarisme et une dictature classique partagent certaines caractéristiques, il existe des différences distinctes au niveau psychologique. Selon Desmet, une dictature classique, au niveau psychologique, est très primitive. C'est une société qui a peur d'un petit groupe, d'un régime dictatorial, à cause de son potentiel agressif.

Le totalitarisme, en revanche, relève d'un mécanisme psychologique très différent. Fait intéressant, l'État totalitaire n'existait pas avant le 20e siècle. C'est un phénomène relativement nouveau, et il est basé sur la formation de masse ou l'hypnose de masse.

Les conditions de cet état hypnotique de masse (énumérées ci-dessous) ont été remplies pour la première fois juste avant l'émergence de l'Union soviétique et de l'Allemagne nazie, c'est donc notre contexte historique. Ces conditions étaient à nouveau réunies juste avant la crise du COVID. Ce que nous voyons maintenant est un autre type de totalitarisme, en grande partie dû aux progrès technologiques qui ont créé des outils extrêmement efficaces pour influencer inconsciemment le public.

Nous avons maintenant des outils très sophistiqués avec lesquels hypnotiser des masses de personnes beaucoup plus importantes qu'elles ne le pouvaient auparavant. Mais alors que notre totalitarisme actuel est mondial plutôt que régional, et que la guerre de l'information est plus sophistiquée que tout ce que les Soviétiques ou les Nazis pourraient rassembler, la dynamique psychologique de base est toujours identique.

Comprendre l'hypnose

Alors, quelles sont ces dynamiques psychologiques ? La « formation de masse » est un terme clinique qui, dans le jargon profane, pourrait simplement être traduit par une sorte d'hypnose de masse, qui peut se produire une fois que certaines conditions sont remplies.

Lorsque vous êtes hypnotisé, la première chose que fera l'hypnotiseur est de détacher ou de retirer votre attention de la réalité ou de l'environnement qui vous entoure. Ensuite, grâce à sa suggestion hypnotique - généralement un récit très simple ou une phrase prononcée à haute voix - l'hypnotiseur concentrera toute votre attention sur un seul point, par exemple, un pendule en mouvement ou simplement sa voix.

Du point de vue de la personne hypnotisée, il semblera que la réalité a disparu. Un exemple extrême de cela est l'utilisation de l'hypnose pour rendre les gens insensibles à la douleur pendant la chirurgie. Dans cette situation, la concentration mentale du patient est si étroite et intense qu'il ne remarque pas que son corps est en train d'être découpé.

De la même manière, peu importe le nombre de personnes blessées par les mesures COVID, car l'accent est mis sur COVID et tout le reste a disparu, en termes psychologiques.

Les gens peuvent être tués pour ne pas porter de masque et les hypnotisés ne lèveront pas un sourcil. Les enfants peuvent mourir de faim et les amis peuvent se suicider par désespoir financier - rien de tout cela n'aura d'impact psychologique sur les hypnotisés car pour eux, le sort des autres ne s'enregistre pas. Un exemple parfait de cet aveuglement psychologique à la réalité est la façon dont les décès et les blessures par injection de COVID ne sont tout simplement pas reconnus et ne sont même pas considérés comme causals.

Les gens se feront vacciner, souffriront de graves blessures et diront : « Dieu merci, j'ai reçu le vaccin, sinon cela aurait été bien pire. Ils ne peuvent concevoir la possibilité qu'ils aient été blessés par le tir. J'ai même vu des gens exprimer leur gratitude pour la photo quand quelqu'un qu'ils étaient censés aimer est mort quelques heures ou quelques jours après l'avoir reçu ! C'est juste ahurissant. La dynamique psychologique de l'hypnose explique ce comportement irrationnel et autrement incompréhensible, mais c'est quand même assez surréaliste.

"Même si je connais les mécanismes à l'œuvre, je suis toujours déconcerté à chaque fois que cela se produit", dit Desmet. « Je ne peux presque pas croire ce que je vois. Je connais quelqu'un dont le mari est décédé quelques jours après le vaccin, pendant son sommeil, d'une crise cardiaque.

Et j'ai pensé : 'Maintenant, elle va ouvrir les yeux et se réveiller.' Pas du tout. Elle a juste continué de la même manière fanatique – encore plus fanatique – en disant à quel point nous devrions être heureux parce que nous avons ce vaccin. Incroyable, oui.

Les racines psychologiques de la formation de masse

Comme mentionné, la formation de masse, ou l'hypnose de masse, peut se produire lorsque certaines conditions psychologiques sont présentes dans une partie suffisamment importante de la société. Les quatre conditions centrales qui doivent exister pour que la formation de masse se produise sont :

  1. Une solitude généralisée et un manque de liens sociaux, qui entraînent :
  2. Vivre la vie comme dénuée de sens, sans but et sans sens, et/ou être confronté à des circonstances persistantes qui n'ont pas de sens rationnel, ce qui conduit à :
  3. Anxiété et mécontentement généralisés et flottants (anxiété/mécontentement sans cause apparente ou distincte), qui entraînent :
  4. Frustration et agressivité généralisées et flottantes (la frustration et l'agressivité n'ont pas de cause discernable), ce qui se traduit par un sentiment de perte de contrôle

Comment la formation de masse émerge dans une société

Une fois qu'une partie suffisamment importante de la société se sent anxieuse et incontrôlable, cette société devient très vulnérable à l'hypnose de masse. Desmet explique :

"L'isolement social, le manque de sens, l'anxiété flottante, la frustration et l'agressivité sont très aversifs car si les gens se sentent anxieux, sans savoir pourquoi ils se sentent anxieux, ils se sentent généralement hors de contrôle. Ils sentent qu'ils ne peuvent pas se protéger de leur anxiété.

Et si, dans ces conditions, un récit est diffusé dans les médias de masse, indiquant un objet d'anxiété et, en même temps, fournissant une stratégie pour faire face à l'objet d'anxiété, alors toute cette anxiété flottante pourrait se connecter à l'objet. d'anxiété.

Et, il pourrait y avoir une énorme volonté de participer à une stratégie pour faire face à l'objet d'anxiété, aussi absurde que soit la stratégie. Donc, même s'il est clair dès le début - pour tous ceux qui veulent le voir - que la stratégie pour faire face à l'objet d'anxiété pourrait faire beaucoup plus de victimes que l'objet d'anxiété lui-même… même alors, il pourrait y avoir cette énorme volonté participer à une stratégie de prise en charge de l'objet anxieux.

C'est la première étape de chaque mécanisme majeur de formation de masse. Qu'il s'agisse des croisades, ou des chasses aux sorcières, ou de la Révolution française, ou du début de l'Union soviétique ou de l'Allemagne nazie, nous voyons le même mécanisme, maintes et maintes fois.

Il y a beaucoup d'anxiété flottante. Quelqu'un fournit un récit qui indique un objet d'anxiété et une stratégie pour y faire face. Et puis toute l'anxiété se connecte à l'objet d'anxiété [proposé].

Les gens participent à une stratégie de prise en charge de l'objet anxieux qui procure un premier avantage psychologique important, et dès lors ils ont l'impression de pouvoir contrôler leur anxiété. C'est lié à un objet et ils ont une stratégie pour y faire face.

Le lien social problématique de la formation de masse

Une fois que les personnes qui se sentaient seules, anxieuses et hors de contrôle commencent à participer à la stratégie qui leur est présentée comme la solution à leur anxiété, un tout nouveau lien social émerge. Cela renforce alors l'hypnose de masse, car ils ne se sentent plus isolés et seuls.

Ce renforcement est une sorte d'intoxication mentale et est la véritable raison pour laquelle les gens adhèrent au récit, aussi absurde soit-il. "Ils continueront d'adhérer au récit, car cela crée ce nouveau lien social", déclare Desmet.

Bien que le lien social soit une bonne chose, dans ce cas, il devient extrêmement destructeur, car la frustration et l'agressivité flottantes sont toujours là et ont besoin d'un exutoire. Ces émotions doivent être dirigées vers quelqu'un. Pire encore, sous le charme de la formation de masse, les gens perdent leurs inhibitions et leur sens des proportions.

Ainsi, comme nous l'avons vu pendant la pandémie de COVID, les gens attaqueront et s'en prendront de la manière la plus irrationnelle à quiconque n'adhère pas au récit. L'agression sous-jacente sera toujours dirigée contre la partie de la population qui n'est pas hypnotisée.

En termes généraux, généralement, une fois que la formation de masse a lieu, environ 30 % de la population sera hypnotisée - et cela inclut généralement les dirigeants qui prononcent le récit hypnotisant au public - 10 % restent non hypnotisés et n'adhèrent pas au récit. , et la majorité, 60 %, pensent qu'il y a quelque chose qui ne va pas avec le récit, mais acceptent simplement parce qu'ils ne veulent pas se démarquer ou causer des problèmes.

Un autre problème avec le lien social qui émerge est que le lien n'est pas entre les individus, mais plutôt un lien entre l'individuel et le collectif. Cela donne lieu à un sentiment de solidarité fanatique avec le collectif, mais il n'y a pas de solidarité envers un individu donné. Ainsi, les individus sont sacrifiés sans remords pour le « plus grand bien » du collectif sans visage.

«Cela explique, par exemple, pourquoi pendant la crise de Corona, tout le monde parlait de solidarité, mais les gens acceptaient que si quelqu'un avait un accident dans la rue, vous n'étiez plus autorisé à aider cette personne à moins d'avoir un masque chirurgical et des gants a ta disposition.

Cela explique aussi pourquoi, alors que tout le monde parlait de solidarité, les gens acceptaient que si leur père ou leur mère était mourant, ils n'étaient pas autorisés à leur rendre visite », dit Desmet.

Au final, on se retrouve dans une atmosphère radicale, paranoïaque, où les gens ne se font plus confiance, et où les gens sont prêts à dénoncer leurs proches au gouvernement.

"Donc, c'est le problème avec la formation de masse," dit Desmet. « C'est une solidarité de l'individu avec le collectif, et jamais avec d'autres individus. Cela explique ce qui s'est passé pendant la révolution en Iran, par exemple. J'ai parlé avec une femme qui vivait en Iran pendant la révolution, qui était en fait le début d'un régime totalitaire en Iran.

Elle a été témoin, de ses propres yeux, comment une mère a dénoncé son fils au gouvernement, et comment elle a accroché la corde autour de son cou juste avant sa mort, et comment elle a prétendu être une héroïne pour cela. Ce sont les effets dramatiques de la formation de masse.

Sans ennemi extérieur, que se passe-t-il ?

Nous sommes maintenant confrontés à une situation plus compliquée qu'à n'importe quelle autre époque, car le totalitarisme qui émerge maintenant n'a pas d'ennemis extérieurs, à l'exception des citoyens qui ne sont pas hypnotisés et n'adhèrent pas aux faux récits. L'Allemagne nazie, par exemple, a été détruite par des ennemis extérieurs qui se sont soulevés contre elle.

D'un autre côté, il y a un avantage à cela, car les États totalitaires ont toujours besoin d'un ennemi. C'est quelque chose qui a été très bien décrit par George Orwell dans son livre "1984". Pour que le processus de formation des masses continue d'exister, il doit y avoir un ennemi extérieur sur lequel l'État peut concentrer l'agression des masses hypnotisées.

La résistance non violente et le franc-parler sont cruciaux

Cela nous amène à un point clé, à savoir la nécessité d'une résistance non violente et de la dénonciation du récit. La résistance violente fait automatiquement de vous une cible d'agression, donc "la résistance au sein d'un système totalitaire doit toujours s'en tenir aux principes de la résistance non violente", dit Desmet. Mais vous devez aussi continuer à vous exprimer de manière claire, rationnelle et non abusive. Desmet explique :

« Le principe premier et le plus important auquel la résistance doit s'en tenir au cours d'un processus de formation de masse et de totalitarisme émergent, est que les personnes qui ne suivent pas les masses doivent continuer à s'exprimer. C'est la chose la plus cruciale.

Comme le totalitarisme est basé sur la formation de masse, et que la formation de masse est une sorte d'hypnose, la formation de masse est toujours provoquée par la voix du chef, qui maintient la population dans un processus d'hypnose. Et lorsque des voix dissonantes continueront à s'exprimer, elles ne pourront pas réveiller les masses, mais elles perturberont constamment le processus de formation des masses.

Ils vont constamment interférer avec l'hypnose. S'il y a des gens qui continuent à s'exprimer, la formation de masse ne deviendra généralement pas si profonde qu'il y ait une volonté dans la population de détruire les gens qui ne suivent pas les masses. C'est crucial.

Historiquement parlant, si vous regardez ce qui s'est passé en Union soviétique et dans l'Allemagne nazie, il est clair que c'est précisément au moment où l'opposition a cessé de s'exprimer publiquement que le système totalitaire a commencé à devenir cruel.

En 1930, en Union soviétique, l'opposition cessa de s'exprimer et, en l'espace de six à huit mois, Staline commença ses grandes purges, qui firent des dizaines de millions de victimes. Et puis, en 1935, exactement la même chose s'est produite dans l'Allemagne nazie.

L'opposition a été réduite au silence ou a cessé de s'exprimer. Ils ont préféré entrer dans la clandestinité. Ils pensaient avoir affaire à une dictature classique, mais ce n'était pas le cas. Ils avaient affaire à quelque chose de complètement différent. Ils avaient affaire à un État totalitaire.

Et en décidant d'entrer dans la clandestinité, ce fut une décision fatale pour eux-mêmes. Ainsi, également dans l'Allemagne nazie, dans un délai d'un an après que l'opposition a cessé de s'exprimer en public, la cruauté a commencé et le système a commencé à détruire d'abord ses opposants. C'est toujours pareil.

Dans la première étape, les systèmes totalitaires ou les masses commencent à attaquer ceux qui ne les suivent pas. Mais, au bout d'un moment, ils commencent juste à attaquer et à détruire tout le monde, groupe après groupe.

Et, en Union soviétique, où le processus de formation des masses est allé très loin, bien plus loin que dans l'Allemagne nazie, Staline a commencé à éliminer l'aristocratie, les petits fermiers, les gros fermiers, les orfèvres, les juifs, tous ceux qui selon il ne deviendrait jamais de bons communistes.

Mais au bout d'un moment, il a juste commencé à éliminer groupe après groupe sans aucune logique. Juste tout le monde. C'est pourquoi Hannah Arendt a dit qu'un État totalitaire est toujours un monstre qui dévore ses propres enfants. Et ce processus destructeur commence lorsque les gens arrêtent de parler.

C'est probablement la raison pour laquelle, au début du XXe siècle, il y avait plusieurs pays où il y avait formation de masse, mais où il n'y a jamais eu d'État totalitaire à part entière.

Probablement, il y avait assez de gens qui ne se taisaient pas, qui continuaient à parler. C'est quelque chose qui est tellement crucial à comprendre. Lorsque la formation de masse émerge, les gens ont généralement le sentiment que cela n'a pas de sens de s'exprimer parce que les gens ne se réveillent pas. Les gens ne semblent pas sensibles à leurs contre-arguments rationnels.

Mais, nous ne devons jamais oublier que la prise de parole a un effet immédiat. Peut-être pas que ça réveille les masses, mais que ça perturbe le processus de formation des masses et l'hypnose. Et de cette façon, empêche les masses de devenir très destructrices envers les personnes qui ne les accompagnent pas.

Quelque chose d'autre se produit également. Les masses commencent à s'épuiser. Ils commencent à se détruire avant de commencer à détruire les gens qui ne les accompagnent pas. C'est donc la stratégie à utiliser pour la résistance interne aux régimes totalitaires.

Repousser contre le transhumanisme et la technocratie

Comme mentionné précédemment, les dirigeants qui déclarent les récits sont également toujours hypnotisés. Ce sont des fanatiques dans ce sens. Cependant, alors que les dirigeants mondiaux d'aujourd'hui sont des fanatiques du transhumanisme et de la technocratie, ils ne croient pas nécessairement ce qu'ils disent à propos du COVID.

Beaucoup savent qu'ils racontent des mensonges, mais ils justifient ces mensonges comme nécessaires pour faire fructifier les idéologies du transhumanisme et de la technocratie. Le programme ridicule de COVID est un moyen pour une fin. C'est une autre raison pour laquelle nous devons continuer à repousser et à parler, car une fois les contre-arguments disparus, ces dirigeants deviendront encore plus fanatiques dans leur quête idéologique.

"En fin de compte, le défi ultime n'est pas tant de montrer aux gens que le coronavirus n'était pas aussi dangereux que prévu, ou que le récit COVID est faux, mais plutôt que cette idéologie est problématique - cette idéologie transhumaniste et technocratique est un catastrophe pour l'humanité; cette pensée mécaniste, cette croyance que l'univers et l'homme sont une sorte de système matériel mécaniste, qui devrait être dirigé et manipulé de manière mécaniste technocratique transhumaniste.

C'est le défi ultime : montrer aux gens qu'à terme, une vision transhumaniste de l'homme et du monde entraînera une déshumanisation radicale de notre société. Donc, je pense que c'est le vrai défi auquel nous sommes confrontés. Montrer aux gens, 'Regardez, oubliez un instant le récit de Corona.

Ce vers quoi nous nous dirigeons si nous continuons dans la même voie, c'est une société transhumaniste radicalement contrôlée technologiquement, qui ne laissera aucune place à la vie pour un être humain.

Ça va empirer avant de s'améliorer

Comme moi, Desmet est convaincu que nous nous dirigeons rapidement vers un totalitarisme mondial et que les choses vont empirer avant de s'améliorer. Pourquoi? Parce que nous n'en sommes qu'aux premiers stades du processus de totalitarisme. À l'horizon, l'identité numérique occupe toujours une place importante, et avec cela vient une grille de contrôle incroyablement puissante capable de briser à peu près n'importe qui.

La lueur d'espoir est la suivante : tous ceux qui ont étudié la formation des masses et le totalitarisme ont conclu que les deux sont intrinsèquement autodestructeurs. Ils ne peuvent pas survivre. Et, plus il dispose de moyens pour contrôler la population, plus vite il risque de se détruire, car le totalitarisme détruit le noyau de l'être humain.

En définitive, le « totalitarisme » renvoie à l'ambition du système. Il veut éliminer la capacité de choix individuel, et ce faisant, il détruit le noyau de ce que c'est que d'être humain, "parce que l'énergie psychologique d'un être humain émerge à chaque instant où un être humain peut faire un choix qui est vraiment son choix". propre choix », dit Desmet. Plus vite un système détruit l'individu, plus vite le système s'effondre.

Encore une fois, la seule arme contre la destruction brutale de l'humanité est de repousser, de parler, de résister de manière non violente. Elle n'arrête peut-être pas le totalitarisme dans son élan, mais elle peut tenir à distance les atrocités les plus odieuses. Il fournira également un petit espace où les résistants pourront essayer de survivre ensemble et de prospérer au milieu du paysage totalitaire.

« Ensuite, si on veut réussir, il va falloir réfléchir à des structures parallèles qui peuvent nous permettre d'être un peu autonomes. Nous pouvons essayer de nous assurer que nous n'avons plus trop besoin du système. Mais, même ces structures parallèles seraient détruites en un instant si les gens ne continuaient pas à s'exprimer. Donc, c'est l'essentiel.

J'essaie de porter cela à l'attention de tout le monde. Nous pouvons construire des structures parallèles autant que nous le voulons, mais si le système devient trop destructeur et décide d'utiliser tout son potentiel agressif, alors les structures parallèles seront détruites. Mais, le système n'atteindra jamais ce niveau de profondeur de l'hypnose s'il y a des voix dissonantes qui continuent à s'exprimer. Donc, je suis très dévoué moi-même pour continuer à parler.

Bien qu'il soit impossible de faire des prédictions précises, l'intuition de Desmet est qu'il faudra probablement au moins sept ou huit ans avant que le système totalitaire émerge actuellement avec s'épuiser et s'autodétruire. Peut-être plus, peut-être moins. La société est un système dynamique complexe, et même les systèmes dynamiques complexes simples ne peuvent être prédits ne serait-ce qu'une seconde à l'avance. C'est ce qu'on appelle l'imprévisibilité déterministe des écosystèmes dynamiques complexes.

Plus d'informations

Peu importe le temps que cela prendra, la clé sera de survivre à tout cela et de faire ce que nous pouvons pour minimiser le carnage. Un défi majeur au niveau individuel sera de maintenir les principes élémentaires d'humanité. Dans l'interview, Desmet discute du livre d'Aleksandr Soljenitsyne, "L'archipel du Goulag", qui souligne l'importance de conserver son humanité au milieu d'une situation inhumaine.

«C'est peut-être la seule et unique chose qui peut nous garantir un bon résultat de l'ensemble du processus – qui est un processus nécessaire, je pense. Cette crise n'est pas vide de sens. Ce n'est pas vide de sens. C'est un processus dans lequel la société peut donner naissance à quelque chose de nouveau, quelque chose de bien meilleur que ce qui existe jusqu'à présent. dit-il.

Pour en savoir plus sur ce sujet vraiment crucial, assurez-vous de vous procurer un exemplaire du livre de Desmet, "La psychologie du totalitarisme. »

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
5 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Elle

Excellent article. Bon à savoir Le Dr Desmet a publié un nouveau livre sur le sujet. Le sien devrait bien aller avec Ponérologie politique : la psychologie du mal d'Andrew M. Lobaczewski.

[…] Lire la suite : La psychologie du totalitarisme : la « science de l'ingénierie sociale » de la technocratie […]

[…] Lire la suite : La psychologie du totalitarisme : la « science de l'ingénierie sociale » de la technocratie […]

[…] Posté le il y a 11 heures par CURRENT EVENTS […]

[…] Par le Dr Joseph Mercola / Nouvelles de la technocratie […]