Le pouvoir de l'endroit : l'infrastructure GEOINT en expansion rapide de l'ONU

S'il vous plaît partager cette histoire!
L'intelligence géospatiale (GEOINT) a été définie en 2005 par James R. Clapper (Lt. Gen., USAF, Ret) comme englobant « tous les aspects de l'imagerie et des informations et services géospatiaux. Cela inclut, mais n'est pas limité à l'analyse de l'imagerie littérale ; données géospatiales ; et des informations techniquement dérivées du traitement, de l'exploitation, de l'analyse littérale et non littérale de produits fusionnés spectraux, spatiaux et temporels. ⁃ Éditeur TN

C'est l'âge où les humains et les machines se rencontrent. Nous l'appelons la quatrième révolution industrielle (4IR) ; elle se caractérise par des connaissances issues de données, de réseaux et d'outils puissants. L'interdépendance entre le monde numérique (machine) et le monde humain est totale ; les humains conçoivent les machines mais ne peuvent exister sans elles.

Bon nombre des plus grands défis mondiaux sont liés au lieu et au temps. Par exemple, la pauvreté et les droits fonciers, l'économie circulaire, le changement climatique et l'élévation du niveau de la mer, les énergies renouvelables et leur exploitation efficace, la protection contre les pandémies et la science géospatiale de l'épidémiologie. Le secteur de la défense reconnaît également depuis longtemps la valeur des connaissances géospatiales, qu'il appelle souvent l'intelligence géospatiale.

Qu'il s'agisse de médecine avancée, de véhicules automatisés ou de rencontres en ligne, une combinaison de capteurs, de données et d'analyses soutient la prise de décision humaine. Ils influencent également la prise de décision humaine. L'automatisation connaît de plus en plus de changements qui excluent les humains des décisions finales. Le premier service de taxi sans chauffeur est désormais opérationnel et des couloirs de drones automatisés sont en cours de mise en place. Mais nous n'avons pas encore atteint un état de Nirvana, même pas presque. Combien de fois avons-nous entendu des dirigeants du monde entier dire qu'ils "n'ont pas encore les données pour savoir" (et par implication, ne peuvent pas décider quoi faire), dans le contexte de la pandémie de Covid-19 ? Cette seule question résume tout l'objectif de ce document. Les données ne sont pas le point final. Connaissances, décisions, services, satisfaction sont la chaîne de valeur que les données alimentent. Alors que nous appelons les données « le nouveau pétrole », la connaissance est peut-être « le nouveau capital ». Sa valeur est déterminée par l'application de ces connaissances, qui sont dérivées des données. Malheureusement, les producteurs de données ignorent souvent cette valeur non plus, car ils sont très éloignés de l'intégration des données et des applications, modèles et machines qui fournissent les connaissances et la valeur à l'utilisateur.

Les données se présentent sous de nombreuses formes, provenant de nombreuses directions et dépeignent de nombreuses réalités, y compris le monde réel. Les données et les applications reposent en grande partie sur l'infrastructure numérique mondiale, qui a considérablement mûri ces dernières années. Les jumeaux numériques représentent ce monde dans le cyberespace, mais ne peuvent le faire que si le lieu et le temps sont également numériques. Le lieu et le temps numériques sont donc des composants essentiels à notre ère numérique, mais les mathématiques 4D associées sont une science complexe. Les technologies et les données géospatiales ont répondu à cette complexité et se sont développées parallèlement à l'écosystème numérique plus large, souvent en tête. Cela a conduit à de grands succès, mais aussi à une certaine séparation de l'écosystème numérique et de la connaissance au sens large. Certaines données ont l'emplacement comme principe ou attribut d'organisation, d'autres non.

Le lieu et le temps sont des attributs puissants, les moyens les plus puissants d'intégrer et d'analyser les données pour permettre la compréhension par la connaissance. Les connaissances dans le monde numérique proviennent de la combinaison d'un problème, de données et d'outils analytiques virtuellement, et de plus en plus en temps réel, mais cela a beaucoup plus de valeur si le lieu et le temps sont pris en considération. En fait, il est impossible de répondre aux questions « quoi », « où » et « quand » dans le monde virtuel sans l'utilisation des technologies géospatiales. Au cours d'un programme de trois ans (janvier 2020 à avril 2023), un partenariat mondial développera les concepts et un plan directeur pour une infrastructure de connaissances géospatiales (GKI). Au cours de la première année, des concepts ont été développés dans une perspective géospatiale, ce qui a donné lieu à ce document, qui s'intéresse à la connaissance, qu'elle soit machine ou humaine, car c'est là que réside la valeur. Il intègre fermement l'écosystème géospatial dans l'écosystème numérique plus large et garantit une utilisation beaucoup plus importante de la localisation dans les secteurs industriels et les agences gouvernementales.

Afin de faire fonctionner les choses, il englobe les parties prenantes du gouvernement et de l'industrie et se concentre sur l'ensemble de l'écosystème numérique / de la connaissance. La deuxième année apportera un engagement avec de vastes secteurs industriels définis pour développer davantage le concept, y compris d'un point de vue technique, et la troisième année s'engagera avec les responsables de la politique numérique du gouvernement pour développer et défendre l'adoption de GKI dans le cadre de politiques gouvernementales intégrées. Ce document est basé sur la première année et sera développé et affiné tout au long du programme de trois ans. Nous avons une vision pour « la connaissance géospatiale au cœur de la société numérique durable de demain ». Ce document fournit un plan directeur pour intégrer les économies, les sociétés et les citoyens numériques aux approches, données et technologies géospatiales et, ce faisant, fournir les connaissances, les services et l'automatisation basés sur la localisation attendus dans la quatrième révolution industrielle. C'est un voyage qui vise à profiter aux personnes et à la planète en stimulant la croissance inclusive, le développement durable et le bien-être mondial.

Ce document examine comment les technologies géospatiales, les données, les personnes, les processus et les algorithmes constituent la composante géospatiale des connaissances dans l'ensemble de l'écosystème numérique. Il fournit une orientation aux agences géospatiales qui cherchent à monter dans la chaîne de valeur et examine comment les technologies 4IR peuvent améliorer l'utilisation de la localisation dans le monde virtuel. Il invite les leaders d'opinion du gouvernement, de l'écosystème numérique, de l'écosystème géospatial et du monde des affaires à travailler vers un objectif commun : de meilleures connaissances et de meilleures décisions. Cela va au-delà des données et des technologies géospatiales sur mesure actuelles pour prendre des décisions, de l'automatisation et des connaissances à la demande.

Les gouvernements ont un rôle de facilitateur dans la fourniture de GKI, dans le cadre d'une politique numérique intégrée plus large. Dans un monde d'incertitude, il existe également un besoin absolu de données de base faisant autorité pour soutenir et ancrer les décisions, que ce soit en tant que jumeau numérique de confiance ou pour améliorer les modèles d'intelligence artificielle. Les partenariats sont essentiels; la connaissance naît de la collaboration dans le monde réel et donc, de même, dans le numérique. De plus en plus, l'industrie dirige de nombreux aspects de la création de connaissances et devrait s'associer aux gouvernements pour fournir GKI au profit de tous. Les communautés Analytics, IA, Modélisation (et Gaming) sont essentielles à la connaissance et ne sont plus des clients mais une seule et même chose que les fournisseurs de données.

Enfin, l'écosystème géospatial fait partie de l'écosystème numérique plus large, et les deux doivent fusionner. Cette GKI exploite de nombreuses nouvelles opportunités rendues possibles par 4IR. Il accélère l'automatisation et la connaissance à la demande. Elle est aussi pertinente dans les pays les plus pauvres que dans les pays riches. Il soutient la Vision des Nations Unies - L'Agenda 2030 pour le développement durable. En effet, ce document préconise que le Cadre intégré d'information géospatiale des Nations Unies (UN IGIF) soit le cadre de choix pour les nations pour construire l'information géospatiale essentielle à un écosystème numérique. GKI prend cela en charge mais est beaucoup plus large, les informations géospatiales activées par UN IGIF n'étant qu'un élément de GKI.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité

3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Cliquez sur ce lien pour la source originale de cet article. Auteur : via les Nations Unies, Geospatial World […]

[…] Le pouvoir de l'endroit : l'infrastructure GEOINT en expansion rapide de l'ONU […]