Technocracy Plus Populism se traduit par un parti «techno-populiste» en Europe

Wikipedia Commons
S'il vous plaît partager cette histoire!
image_pdfimage_print
Maintenant, la London School of Economics (LSE) écrit ouvertement sur la technocratie et sur la manière dont elle influence les partis politiques en Europe. Pendant ce temps, les Américains ne prêtent aucune attention à la vague de technocratie américaine. ⁃ Éditeur TN

Le Mouvement des Cinq Étoiles et la nomination par Lega du professeur de droit italien Giuseppe Conté comme prochain Premier ministre italien constituent un casse-tête: pourquoi un gouvernement apparemment «populiste» désignerait-il un Premier ministre à la taille d'un technocrate? Chris Bickerton écrit qu'étant donné l'histoire du Five Star Movement, nous ne devrions pas être surpris de la nomination de Conte. Le parti représente un mélange curieux de technocratie et de populisme et représente un nouveau type de parti «techno-populiste» qui se développe ailleurs en Europe.

“Je pense que 20th Les schémas idéologiques du siècle ne sont plus adéquats. Il est plus important d'évaluer une force politique basée sur la manière dont ils se positionnent sur les droits fondamentaux et la liberté… et leur capacité à définir des plates-formes utiles pour les citoyens. ”

Ce n'est pas le genre de déclaration que l'on pourrait attendre du Premier ministre d'un gouvernement formé de deux forces politiques populistes qui provoquent une onde de choc dans toute l'Union européenne. Cela vient pourtant de Giuseppe Conte, professeur de droit italien, présenté à la fois par le Mouvement des cinq étoiles et la Ligue comme candidat choisi au poste de Premier ministre de l'Italie. Le 23 May, le président italien, Sergio Mattarella, a accepté sa nomination. Nous observons actuellement un paradoxe frappant en Italie: des partis populistes nommant des technocrates à la tête de leur gouvernement.

Si nous considérons plus étroitement le Mouvement des cinq étoiles (M5S), le paradoxe disparaît. Pour considérer les M5S comme un simple parti populiste, il manque une bonne partie de ce qui le rend distinctif et original en tant que mouvement politique. Certes, l'étiquette populiste est justifiée. Si le populisme implique la mobilisation de l'opposition entre l'establishment politique et le «peuple», le M5S s'inscrit résolument dans cette tradition. Il a utilisé «la casta» comme un paratonnerre politique, afin de stigmatiser ce que ses membres considèrent comme les actions égoïstes de toute une classe politique. Son fondateur, le comédien Beppe Grillo, a déclaré à plusieurs reprises que les partis politiques sont «pervers». Il a bâti sa carrière de comédien et de personnalité politique sur la conviction inébranlable que le système politique italien est pourri.

Et pourtant, considérer les M5S comme un simple hurlement de colère anti-établissement est une erreur. Plus qu’un organe de dénonciation, le M5S a présenté une vision détaillée de la réforme politique, axée sur l’extension des formes de participation directe des citoyens et sur l’exploitation des possibilités offertes par Internet et les communications sans fil. Depuis leur accès au Parlement italien en mai 2013, les députés du M5S ont soumis plus de propositions législatives que le 1,500 sur une période de trois ans. Un élément central de leur manifeste aux élections de mars de 2018 était le «revenu du citoyen» de 780 euros par mois, destiné à tous les citoyens italiens qui remplissaient certaines conditions.

Tous les partis politiques défendent toute une gamme de propositions politiques concrètes. Le M5S se distingue par la manière dont il présente ses politiques comme des solutions pragmatiques à des problèmes très concrets. Il n’existe aucune tentative d’intégrer ses politiques dans une vision idéologique consciemment de la société dans son ensemble. Au contraire, les M5S se considèrent comme post-idéologiques, au-delà gauche et droite.

Le nom M5S est illustratif. Les cinq étoiles ne pointent pas vers des principes ou des valeurs d'organisation. Ils font référence à des problématiques remarquablement sèches, techniques et même apolitiques: eau, environnement, transports, connectivité et développement. Cette préférence pour une approche technique plutôt que politique a façonné le comportement des députés de M5S. Selon les termes du blog M5S, «si une loi est bonne, nous la votons pour, si c'est mauvais, nous ne votons pas pour elle».

La compétence et l'expertise sont au cœur des M5S. De retour dans 2013, le Mouvement a sélectionné les candidats aux élections primaires en les obligeant à télécharger leurs CV, ce qui s'est passé ironiquement dans le «Porte CV”Ligne provoquée par la nomination de Guiseppe Conté. Cette approche de résolution de problèmes est au cœur de l'intérêt des M5S pour Internet et a été à la base de la vision d'Internet présentée par un autre des fondateurs des M5S, Gianroberto Casaleggio. Pour Casaleggio, l’important d’Internet était sa capacité à exploiter l’intelligence collective de l’humanité afin de résoudre des problèmes mondiaux tels que le changement climatique et la crise économique. La confiance des M5S dans la technologie repose sur son épistémique qualités, sur la capacité de la technologie à faire avancer ce que nous savons afin de résoudre les problèmes les plus difficiles à résoudre.

Lire l'histoire complète ici…

S'INSCRIRE
Notifier de
invité
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires