La technocratie nous "enferme tous sans consentement, sans débat, sans droit de retrait"

S'il vous plaît partager cette histoire!
Avez-vous déjà eu ce sentiment de piégeage? Vous n'êtes pas paranoïaque. Vous êtes vraiment pris au piège. La technocratie va entourer, bavarder, surveiller et finalement assimiler tout sur son passage. Il est mécaniste, implacable, impitoyable, anti-humain et complètement dépourvu d'éthique et de moralité. Comme la course Borg dans le jargon de Star Trek, "La résistance est futile". Hélas, non ce n'est pas le cas ! Éditeur TN

Si vous ne vous abonnez pas à Sous-pile de Paul Kingsnorth, vous manquez certains des meilleurs écrits sur Internet. Il vient de publier un essai se demandant ce qui se passe avec Covid et notre réponse à cela. Il pose le genre de questions que nos médias devraient poser, mais ne le sont pas. Voici comment cela commence :

C'est peut-être parce que je suis anglais, ou peut-être que c'est mon âge, ou peut-être que c'est juste un préjugé aveugle, mais quand je me réveille à la nouvelle que le gouvernement autrichien a interné un tiers entier de sa population nationale en tant que « danger pour la santé publique », un frisson me parcourt le dos.

Autriche, je me dis. Ah.

Je regarde les photos d'actualité de policiers armés, masqués et vêtus de noir arrêtant des gens dans les rues pour leur demander leurs papiers numériques, et je lis des histoires d'autres personnes arrêtées pour avoir quitté leur propre maison plus que ce qui est autorisé une fois par jour, et j'entends Les politiciens autrichiens entonnent que ceux qui refusent d'accéder à l'injection doivent être rejetés et désignés comme boucs émissaires jusqu'à ce qu'ils acquiescent. Puis je regarde interviews avec les « gens ordinaires », et ils disent que les « non vaxxés » l'avaient fait venir. Certains d'entre eux disent qu'ils devraient tous être emprisonnés, ces ennemis du peuple. Au mieux, les « anti-vaccins » sont paranoïaques et mal informés. Au pire, ils sont malveillants et devraient être punis.

Quelques jours plus tard, je me réveille avec d'autres nouvelles sur l'Autriche : à partir de l'année prochaine, tout le monde dans le pays aura un vaccin contre le covid forcés par l'État, outrepassant leur droit à ce que certaines personnes, devenues très silencieuses ces derniers temps, appelaient « l'autonomie corporelle ».

C'est aussi sur le point d'être l'Allemagne, selon des responsables allemands. Confinement et vaccinations forcées. Peut-être - peut être — de telles mesures d'État policier seraient justifiées si les vaccins fonctionnaient. Mais remarquez ceci, dit Kingsnorth :

Je regarde tout cela depuis l'Irlande, le pays qui a le taux de vaccination le plus élevé d'Europe occidentale, avec plus de 94 % de la population adulte. Dans le même temps, curieusement, nous avons également les taux d'infection par covid les plus élevés d'Europe occidentale. Le gouvernement n'a pas été en mesure d'expliquer ce fait, mais c'est une tendance qui s'est récemment manifestée dans d'autres endroits très vaccinés : Gibraltar, Israël, Flandre occidentale. Des niveaux élevés de vaccination ne semblent pas correspondre à de faibles niveaux de maladie ; souvent tout le contraire.

Dans d'autres parties du monde, des choses étranges se produisent aussi. L'Afrique, par exemple. La population de l'Afrique est la plus nombreuse, la plus dynamique et la plus pauvre matériellement de tous les continents. Peu de gouvernements là-bas peuvent se permettre de fournir à leur peuple les vaccins d'entreprise coûteux sur lesquels nous, en Occident, avons misé nos nations. Seuls 6 % de la population africaine sont vaccinés et les systèmes de santé nationaux existent à peine dans de nombreux endroits, pourtant l'OMS décrit le continent comme «l'une des régions les moins touchées au monde» par le virus. En fait, les régions les plus riches et les plus «développées» du monde semblent souffrir le plus de la pandémie.

Personne ne semble être en mesure d'expliquer tout cela, mais cela n'a pas changé la direction officielle du voyage. Certes en Irlande, le scénario reste le même. Pendant six mois, nous avons vécu avec l'apartheid vaccinal, avec les « non vaxxés » exclus d'une grande partie de la société, mais cela n'a pas fonctionné. Les taux d'infection augmentent à mesure que l'hiver arrive - comme on peut s'y attendre avec un virus respiratoire. On nous a tous dit récemment de travailler à domicile, et un autre verrouillage est prévu. Un couvre-feu à minuit a récemment été imposé dans les pubs et les discothèques. C'est étrange, car seules les personnes vaccinées y ont été autorisées pendant des mois, et on nous a assuré à plusieurs reprises que les personnes vaccinées étaient en sécurité.

Dans une société honnête, tout cela aurait fait l'objet d'un débat public vigoureux. Nous aurions vu des scientifiques de toutes opinions débattre ouvertement à la télévision, à la radio et dans la presse ; vues de toutes sortes diffusées sur les médias sociaux; les journalistes enquêtant correctement sur les rapports sur les succès et les dangers des vaccins ; explorations sérieuses de traitements alternatifs; débats publics sur l'équilibre entre les libertés civiles et la santé publique, et ce que « santé publique » signifie même. Mais nous ne l'avons pas vu et nous ne le verrons pas, car le débat, comme la dissidence, est démodé. Les médias ici en Irlande n'ont posé de question critique à personne en situation d'autorité depuis au moins dix-huit mois. Les algorithmes de Google sont occupés enfouissement données gênantes, tandis que les canaux de médias sociaux à partir desquels la plupart des gens reçoivent leur vision du monde suppriment ou suppriment les opinions critiques, même si elles proviennent de virologues ou rédacteurs en chef du British Medical Journal. 

Jour après jour, je me suis réveillé en me demandant : que se passe-t-il ?

Paul, qui n'a toujours pas été vacciné et explique pourquoi, dit qu'il n'est pas aussi préoccupé par le vaccin lui-même que par ce qu'il symbolise. Suite:

Nous vivons une époque apocalyptique, au sens originel du mot grec apokalypsis : révélation. Ce qui se passe à la surface révèle ce qui s'est toujours caché en dessous, mais qui en temps normal est caché à la vue. Toute l'action est maintenant dans le monde souterrain. Sous les arguments sur l'opportunité de prendre ou non un vaccin qui peut ou non fonctionner en toute sécurité, se glisse quelque chose de plus ancien, de plus profond, de plus lent : quelque chose avec tout le temps du monde. Un grand esprit dont le travail consiste à utiliser ces temps fracturés pour nous révéler tout ce que nous avons besoin de voir : des choses cachées depuis la fondation du monde moderne.

Le Covid est une révélation. Il a mis à nu des divisions dans le tissu social qui ont toujours existé mais pourraient être ignorées dans des temps meilleurs. Il a révélé la conformité des médias traditionnels et le pouvoir de la Silicon Valley pour organiser et contrôler la conversation publique. Cela a confirmé la malhonnêteté sournoise des dirigeants politiques et leur ultime obéissance au pouvoir des entreprises. Il a montré 'The Science' pour l'idéologie compromise qu'il est.

Surtout, il a révélé la tendance autoritaire qui se cache sous tant de gens et qui émerge toujours dans les moments de peur. Rien que le mois dernier, j'ai vu des commentateurs des médias appeler à la censure de leurs opposants politiques, des professeurs de philosophie justifier l'internement de masse et des groupes de pression des droits de l'homme rester silencieux sur les « passeports vaccinaux ». J'ai observé une grande partie de la transition politique de gauche ouvertement vers le mouvement autoritaire qu'elle a probablement toujours été, et d'innombrables « libéraux » faisant campagne contre la liberté. Au fur et à mesure que la liberté après la liberté a été enlevée, j'ai vu des intellectuels après des intellectuels justifier tout cela. Cela m'a rappelé ce que j'ai toujours su : l'intelligence n'a aucun rapport avec la sagesse.

J'ai appris plus sur la nature humaine au cours des deux dernières années que dans mes quarante-sept précédentes. J'ai appris des choses sur moi aussi, et je ne les aime pas particulièrement non plus. J'ai remarqué ma tentation permanente de devenir partisan : juger et condamner ceux qui sont de l'autre côté de la question – ces brebis, ces ennemis malveillants de la Vérité. J'ai remarqué ma tendance à rechercher uniquement des sources d'information qui confirment mes croyances. La révélation n'est jamais confortable.

Mais surtout, ce que l'apocalypse de Covid m'a révélé, c'est que lorsque les gens ont peur, ils peuvent être facilement contrôlés.

Contrôle : c'est l'histoire du temps. Partout dans le monde, nous assistons à une revendication sans précédent de contrôle jalonné par les forces de l'État, en alliance avec les forces du capital corporatif, sur votre vie et la mienne. Tout cela converge vers le symbole révélé de notre époque : le code QR compatible avec les smartphones qui est devenu, avec une vitesse effrayante et dans un quasi-silence, le nouveau passeport pour une vie humaine pleine. Comme toujours, nos outils se sont retournés contre nous. Autre révélation : ils n'ont jamais été nos outils au départ. Nous étions à eux.

Encore un passage :

Mon propre pressentiment s'approfondit chaque jour. Sous la surface, dans ces profondeurs, je suis loin d'être le seul à voir ce qui se dessine. Le récit ne tient pas, l'histoire ne se fige pas, mais elle fait quand même son travail. Il est utilisé pour invoquer et justifier une technocratie autoritaire sans précédent qui nous enferme tous sans consentement, sans débat et sans droit de retrait.

En deux ans, brefs mais importants, c'est ce que nous sommes devenus. Nous, en Occident, qui avons passé des décennies, voire des siècles, à faire la leçon au reste du monde sur la « liberté », et parfois à essayer de les bombarder pour qu'ils l'acceptent. Nous qui avons inventé cette chose appelée « libéralisme » ; nous qui l'enterrons maintenant. Il n'en fallait pas plus, n'est-ce pas, pour que nos paroles se révèlent creuses ?

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteure

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
11 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Janice

Pas le choix alors – Gunner veut fusiller tout le monde !

sharon un

Lutte antiparasitaire… « Piégeage des porcs sauvages »… Les vidéos qui accompagnent la photo du porc sauvage en haut de la page sont à voir absolument ! Cela aidera à visualiser pour les gens ce qui se passe lorsque cette dernière porte est fermée.
Gardez à l'esprit… Nous ne sommes que des parasites pour M. Global et les maniaques du contrôle ont perdu la tête !

Karen Bracken

Ce type est un communiste chinois en colère. Anti Vax = EXTRÊMEMENT INTELLIGENT. Alors pourquoi ce qu'il pense de Vaccine now est-il un évangile ? Encore une fois, l'Australie s'est vendue aux Chinois.

Dernière modification il y a 1 mois par Karen Bracken
Matthew / Boston

Nous avons reçu un modeste cadeau et une opportunité aujourd'hui, vendredi. Il y a une nouvelle variante fraîchement débarquée d'Afrique australe. Il s'appelle OMICRON. Sur les talons de DELTA. Les variantes alléguées ne cesseront jamais.

Ce qu'il devrait s'appeler est OMNICON.

J'aimerais voir chaque homme, femme et enfant éveillé à travers le pays se référer à cette nouvelle variante présumée sous le nom d'OMNICON dans chaque message qu'ils publient et chaque conversation qu'ils ont. Ils se sont mis en place pour celui-ci.

Les gens d'OMNICON. OMNICON. Appelez-le par son vrai nom et faites passer le mot !

vainqueur

Les gens de nos ancêtres ont quitté l'Afrique pour une raison, et ce n'est pas parce qu'il n'y avait pas de nourriture, d'eau, de ressources et de soleil en abondance là-bas. Arrêtez de tolérer le MAL et ripostez car il n'y a pas de nouveaux mondes, pas de pays ou de masses terrestres inconnus, le conflit doit être décidé ici, vous ne pouvez pas le fuir.

juste dire

Ce gars dans la vidéo est très en colère et démoniaque. C'est du passé avide de pouvoir. Personne ne pourra le raisonner à moins qu'il ne soit expulsé de son poste. Cela se produit partout dans le monde. N'appelez pas un soi-disant prêtre, Satan ne chassera pas Satan.

JollyGoodOne

C'est une porcherie ? C'est les cochons dedans ? Ha! Ha! Ha! La méchanceté et l'ignorance des gens (cochons) qui émergent dans une catastrophe mise en scène ont en effet toujours été là. Surtout parmi ceux (les cochons) qui se présentent toujours comme les plus louables défenseurs de la « liberté » (quand ils ne refusent pas la liberté à leurs victimes triées sur le volet). En tant que victime de gangsters depuis des années, qui aiment empoisonner leurs victimes, je reste assis à rire parce que tous mes gangsters les plus immédiats, qui me narguaient, "utilisez-vous des remèdes naturels", ont été si ignorants et si lâches qu'ils se précipiter pour être injecté avec... Lire la suite »

[…] La technocratie nous "enferme tous sans consentement, sans débat, sans droit de retrait" […]

vainqueur

C'est la Révélation de JÉSUS-CHRIST pas des folies des hommes et de leur mal ! L'antéchrist est chacun de nous. Nous devons COMBATTRE contre le diable, le monde et la chair MAINTENANT ! La résistance est vaine car l'ennemi a déjà été vaincu par la Croix : une guerre juste DOIT être menée pour préserver l'Evangile au milieu de cette persécution et de la Cité de Dieu sur terre, course de pèlerins sur le chemin du ciel. Le nombre de l'antéchrist est le nombre de l'homme, six cent trois vingt et six, ou 6 trois fois, une perfection, six lui-même... Lire la suite »

Meule

héhé oui, il y a le droit de se retirer… deuxième amendement !