Le lien entre le transhumanisme et le métaverse

Pachamama. Peinture murale par Jon Marro
S'il vous plaît partager cette histoire!
La réalité est déjà en 3D et immersive, alors pourquoi avons-nous besoin d'une imitation bon marché appelée Metaverse ? La réponse réside dans le transhumanisme et sa quête pour échapper aux limites mortelles pour entrer dans l'immortalité, l'omniscience et la transcendance, qui sont toutes possibles dans le métaverse mais pas dans la vie réelle. Parents : éloignez vos enfants du métaverse. ⁃ Éditeur TN

1. L'évangile du progrès

Depuis la divergence archaïque de l'humanité par rapport aux autres hominidés, nos systèmes d'outils et de symboles se sont développés à un rythme accéléré. Nous dépendons de moins en moins des capacités physiques de notre corps. Nous opérons de plus en plus dans le domaine de l'information : données, mots, nombres et bits.

Tout naturellement alors, nous avons conçu une idée de progrès qui célèbre cette évolution, et un récit du destin qui prévoit sa poursuite sans fin. Son avenir est celui où nous intégrons de plus en plus la technologie dans notre corps, jusqu'à ce que nous devenions quelque chose de plus que de simples corps. C'est celui où nous nous immergeons si complètement dans la représentation, que la réalité virtuelle devient plus convaincante pour nous que la réalité matérielle. Le premier s'appelle le transhumanisme, le second est le Métavers.

Voici un exemple typique de cette vision, gracieuseté de The Guardian:

Le vieillissement guéri. La mort vaincue. Les travaux sont terminés. Le cerveau humain rétro-conçu par l'IA. Les bébés nés hors de l'utérus. Enfants virtuels, partenaires non humains. L'avenir de l'humanité pourrait être pratiquement méconnaissable d'ici la fin du 21e siècle

Le titre de l'article est "Au-delà de nos 'sacs à viande à cerveau de singe' : le transhumanisme peut-il sauver notre espèce ?" On peut y voir une sorte d'anti-matérialisme, une ambition de transcender notre biologie, de transcender nous-mêmes qui ne sont, suggère l'article, guère plus que des sacs de viande avec un cerveau à l'intérieur. Nous sommes destinés à plus, mieux. Ce préjugé anti-matérialiste se manifeste également dans l'aspiration à mettre fin au travail – à mettre fin à l'exigence que nous utilisions nos corps physiques pour déplacer la matière – ainsi que dans l'ambition ultime, triompher de la mort elle-même. Nous aurons alors bien transcendé la biologie, avec ses cycles, Nous aurons transcendé la matière, avec son impermanence.

Cet objectif a toujours été implicite dans l'idéologie connue sous le nom de progrès. Elle assimile le progrès de l'espèce humaine à l'amélioration de notre capacité à contrôler la nature et à nous approprier ses fonctions. Quand on remplace la pelle par le bulldozer, c'est un progrès. Il aspire à un état divin de seigneurie sur la nature. Descartes, sans doute le précepteur le plus important de la modernité, l'a exprimé de manière célèbre dans sa déclaration du destin humain : devenir, grâce à la science et à la technologie, les « seigneurs et possesseurs de la nature ». Le passage qui le suit préfigure les ambitions de The Guardian article cité ci-dessus. Descartes dit,

Et c'est un résultat à désirer, non seulement pour l'invention d'une infinité d'arts, par lesquels nous puissions jouir sans peine des fruits de la terre, et de toutes ses commodités, mais aussi et surtout pour la préservation de la santé…. et que nous pouvions nous délivrer d'une infinité de maladies du corps comme de l'esprit, et peut-être aussi de la débilité de l'âge...

Le transhumanisme n'est pas nouveau. Elle perpétue une tendance préhistorique vers une dépendance croissante et une intégration avec la technologie. Lorsque nous sommes devenus dépendants du feu, nos muscles de la mâchoire ont rétréci et nos enzymes digestives ont changé. Le développement ultérieur, des centaines de milliers d'années plus tard, du langage de représentation a transformé notre cerveau même. Les technologies matérielles de la domestication, de la poterie, de la métallurgie et enfin de l'industrie ont créé une société entièrement dépendante d'elles. Les visions d'hybrides silicium-cerveau exploitant des centres de contrôle numériques, desservis physiquement à tous égards par des robots, vivant entièrement dans une réalité artificielle, ne représentent que l'aboutissement d'une tendance, et non un changement de direction. Déjà et depuis longtemps, les humains vivent dans une certaine mesure dans une réalité virtuelle - la réalité de leurs concepts, histoires et étiquettes. Le Métavers nous y plonge encore plus.

Puisque le transhumanisme représente progrès, il n'est pas étonnant que progressistes ont tendance à le soutenir. Un principe clé du progressisme est d'apporter les bénéfices du progrès à tous, de les distribuer plus équitablement et universellement. Le progressisme ne remet pas en cause ses propres fondements. Le développement est sa religion. C'est pourquoi la Fondation Gates consacre une grande partie de ses ressources à apporter l'agriculture industrielle, les vaccins et les ordinateurs au tiers monde. C'est le progrès. C'est aussi un progrès pour déplacer la vie en ligne (travail, réunions, divertissement, éducation, rencontres, etc.) C'est peut-être pourquoi les politiques de verrouillage de Covid ont rencontré si peu de résistance de la part des progressistes. De la même manière, l'acceptation immédiate des vaccins a du sens s'ils représentent eux aussi un progrès : l'intégration de la technologie dans le corps, l'ingénierie du système immunitaire pour améliorer la nature.

Ce que les gauchistes semblent ne pas remarquer, c'est que ces versions du progrès permettent aussi l'empiétement du capitalisme sur des territoires de plus en plus intimes. Pensez-vous que l'expérience AR/VR immersive du Metaverse sera exempte de publicité, peut-être si subtilement ciblée qu'elle sera invisible ? Plus notre intégration avec la technologie dans tous les aspects de la vie est étroite, plus la vie peut devenir un produit de consommation.

Encore une fois, ce n'est pas nouveau. La crise marxienne du capital (baisse des marges bénéficiaires, baisse des salaires réels, évaporation de la classe moyenne, paupérisation prolétarienne - cela vous dit quelque chose ?) n'a été prévenue que par l'expansion constante des économies de marché à travers deux principaux vecteurs : le colonialisme et la technologie. La technologie ouvre de nouveaux domaines d'activité économique à haut rendement pour maintenir le capitalisme en marche. Cela permet de convertir plus de nature et de relations humaines en argent. Lorsque nous dépendons de la technologie pour des choses telles que l'eau potable, la résistance à une maladie ou l'interaction sociale, ces choses gonflent le domaine des biens et services monétisés. L'économie croît, le retour sur investissement financier reste supérieur à zéro et le capitalisme continue de fonctionner. Mes chers gauchistes - si vous restez bien des gauchistes (et non des corporatistes autoritaires, c'est-à-dire des crypto-fascistes) - pouvez-vous s'il vous plaît réévaluer votre alliance politique avec l'idéologie du progrès et du développement ?

Les promoteurs du métavers transhumaniste le décrivent non seulement comme bon, mais inévitable. Cela peut sembler le cas, étant donné qu'il s'agit d'un prolongement d'une tendance séculaire. J'espère cependant qu'en rendant visibles ses mythes et hypothèses sous-jacents, nous pourrons exercer un choix conscient en l'embrassant ou en le refusant. Nous n'avons pas besoin de continuer dans cette voie. D'autres chemins bifurquent devant nous. Peut-être qu'ils ne sont pas aussi bien éclairés ou évidents que l'autoroute à huit voies vers la technotopie transhumaniste, mais ils sont disponibles. Une partie de l'humanité au moins peut choisir de sortir de cet axe particulier de développement et de se tourner vers un autre type de progrès, un autre type de technologie.

2. Les saveurs gâtent le palais

Les yeux des personnes aveugles aux couleurs ; les sons assourdissent leurs oreilles ; saveurs gâtent leurs palais.
– le Tao Te King

Il y a des années, j'ai emmené mon fils Philip avec son ami voir un film. Nous avons mis des lunettes 3D et avons eu droit à toutes sortes d'objets qui semblaient jaillir de l'écran. "Ce ne serait pas génial si le monde réel était en 3D, tout comme les films ?" ai-je demandé en plaisantant.

Les garçons pensaient que j'étais sérieux. "Ouais!" ils ont dit. Je n'ai pas pu expliquer mon ironie. La réalité à l'écran était si vive, stimulante et intense qu'elle rendait le monde réel ennuyeux en comparaison. (Lire l'histoire complète ici.)

Eh bien, il semble que mon fils de 11 ans était en bonne compagnie. Considérez ces mots de Julia Goldin, Chief Product & Marketing Officer de LEGO :

Pour nous, la priorité est d'aider à créer un monde dans lequel nous pouvons donner aux enfants tous les avantages du métavers - un monde avec des expériences immersives, la créativité et l'expression de soi à la base - d'une manière qui est également sûre, protège leurs droits et favorise leur bien-être.

Wowee, une « expérience immersive ». Ça sonne bien, n'est-ce pas? Mais attendez ici, ne sommes-nous pas déjà dans une expérience immersive appelée réalité 3D ? Pourquoi essayons-nous de recréer ce que nous avons déjà ?

L'idée, bien sûr, est que la réalité artificielle que nous créons sera meilleure que l'originale : plus intéressante, moins limitée, mais aussi plus sûre. Mais la simulation de la réalité peut-elle jamais correspondre à l'original ? Cette ambition repose sur l'hypothèse supplémentaire que nous pouvons convertir toute expérience en données. Il s'appuie sur le modèle informatique du cerveau. Il suppose que tout est quantifiable, que la qualité est une illusion, que tout ce qui est réel peut être mesuré. La récente affaire concernant l'employé de Google, Blake Lemoine, qui a divulgué des transcriptions de conversations qu'il a eues avec un chatbot IA qui affirme sa propre sensibilité puise dans la théorie informatique du cerveau et de la conscience. Si même la conscience naît de la disposition des zéros et des uns, alors qu'est-ce que cela signifie pour que quelque chose soit réel ?

Vespertine. par Greg Spalenka.

Les IA de réseaux de neurones nous semblent être calquées sur le cerveau, mais c'est peut-être plutôt l'inverse : nous imposons le modèle de réseau de neurones au cerveau.1 Certes, le cerveau présente des similitudes superficielles avec un réseau de neurones artificiels, mais il existe également des différences profondes que nos préjugés computationnels ignorent. Un catalogue d'états neuronaux est bien moins qu'un état cérébral complet, qui comprendrait également toutes sortes d'hormones, de peptides et d'autres produits chimiques, tous liés à l'état du corps entier et de tous ses organes. La cognition et la conscience ne se produisent pas uniquement dans le cerveau. Nous sommes des êtres de chair.

Ce n'est pas mon but ici d'offrir une critique détaillée du calculalisme. Mon but est de montrer avec quelle facilité nous l'acceptons, et croyons donc que l'on pourrait concevoir n'importe quelle expérience subjective en manipulant les neurones appropriés.

Même si cela ne peut pas égaler la réalité, la simulation est généralement beaucoup plus forte, plus lumineuse et plus rapide. Lorsque nous entrons dans l'intense "expérience immersive" de la réalité virtuelle (VR), de la réalité augmentée (AR) et de la réalité étendue (XR), nous devenons conditionnés à son intensité et souffrons de retrait lorsqu'ils sont limités à la prévisibilité (généralement) lente du monde matériel. À l'inverse, c'est la suppression de l'intensité de l'expérience du monde réel à l'intérieur de nos bulles isolées sûres, climatisées et contrôlées qui rend AR/VR/XR attrayant en premier lieu. Une autre chose qui se produit avec notre accoutumance à des stimuli intenses est que nous perdons la capacité d'exercer d'autres sens et d'autres modes de détection. En nous orientant de plus en plus vers ce qui crie le plus fort, nous ne nous accordons plus sur des voix plus calmes. Habitués aux couleurs criardes, on ne perçoit plus les teintes subtiles.

Heureusement, tout ce qui est perdu peut être récupéré. Même debout en silence dans les bois pendant une demi-heure, le lent et le calme reviennent dans ma réalité. Des êtres cachés se montrent. Des pensées subtiles et des sentiments secrets remontent à la surface. Je peux voir au-delà de l'évidence. Qu'est-ce qui se cache derrière les grondements et les rugissements des moteurs omniprésents d'aujourd'hui ? Quelles choses incommensurables et innommables se cachent entre les nombres et les étiquettes de la science moderne ? Quelles couleurs manquons-nous lorsque nous appelons la neige blanche et le corbeau noir ? Qu'y a-t-il entre et en dehors des données ? Nos tentatives de simulation de la réalité laisseront-elles de côté les choses que nous ne voyons déjà pas, et amplifieront-elles ainsi nos lacunes et nos préjugés actuels ? J'entrevois un danger : qu'en construisant un Métavers transhumaniste on ne construise pas un paradis mais un enfer. Nous nous enfermerons dans une finitude maîtrisée et délimitée, nous illusionnant que si nous en accumulons suffisamment, nos bits et nos octets, nos zéros et nos uns, s'additionneront un jour à l'infini.

3. À la poursuite d'un mirage

Le transhumanisme est anti-naturel, en ce qu'il ne reconnaît pas une intelligence innée dans la nature, le corps ou le cosmos, mais cherche plutôt à imposer l'intelligence humaine à un monde qu'il croit n'en avoir aucune. Tout peut être amélioré grâce à la conception humaine (et finalement, à la conception d'IA créée par l'homme). Pourtant, de manière déroutante, de nombreux transhumanistes déploient des arguments écologiques dans leurs visions futuristes. Nous réduirons notre nombre et nous nous absenterons de la nature, laissant la planète se régénérer alors que nous nous retirons dans les villes bulles et le métaverse, subsistant grâce à des fermes verticales robotisées, des usines de fermentation de précision, de la viande de culture de cellules animales et du lait artificiel ("Mylk") .

Certains théoriciens du complot soulignent que certains défenseurs éminents des technologies transhumanistes préconisent également l'eugénisme ou les politiques de contrôle de la population. La connexion est tout à fait logique et n'implique pas nécessairement un mal monstrueux. Si les robots et l'IA peuvent remplacer le travail humain dans de plus en plus de domaines, alors nous avons besoin de moins en moins d'humains. Cela, pensent-ils, aura l'avantage supplémentaire d'alléger le fardeau de l'humanité sur la planète. Le même état d'esprit d'ingénierie qui «améliore» le corps et le cerveau se traduit naturellement par l'optimisation de la société, du génome et de la terre.

Que l'humanité soit fondamentalement un fardeau pour la planète est une hypothèse participant du même exceptionnalisme qui motive l'ambition transcendante au départ. Peut-être que si nous concevions différemment la destinée humaine, nous ne serions pas un tel fardeau. Si notre ambition n'était pas de transcender la matière et la chair, mais plutôt de participer au déploiement sans fin de toujours plus de vie et de beauté sur terre, nous serions comme les autres espèces : parties intégrantes d'un tout en évolution.

Le transhumanisme a un idéal différent. Au fur et à mesure que nous apportons un contrôle plus strict et plus précis au domaine humain, nous nous séparons du naturel. Le transhumanisme est une expression de l'idée beaucoup plus ancienne du transcendantalisme, qui considère que le destin humain réside dans la transcendance du domaine matériel. Le Metaverse est la version moderne du Ciel, un domaine spirituel. C'est un royaume d'esprit pur, de symbole pur, de liberté totale par rapport aux limites naturelles. Dans le Metaverse, aucune limite fondamentale ne s'applique à la quantité de terres virtuelles que vous pouvez posséder, au nombre de tenues virtuelles que votre avatar peut porter ou à la quantité d'argent virtuel que vous pouvez avoir. Quelles que soient les limites existantes, elles sont artificielles, imposées par les ingénieurs en logiciel pour rendre le jeu intéressant et rentable. Il existe aujourd'hui tout un marché de l'immobilier virtuel dans le Métavers, mais sa rareté, et donc sa valeur, est totalement artificielle. Pourtant, cette valeur artificielle est substantielle. Bloomberg estimations que les revenus annuels du Metaverse seront de 800 milliards de dollars d'ici 2024. Déjà, selon à Vogue magasin (paywall), le jeu en ligne Fortnite vend chaque année plus de 3 milliards de dollars de cosmétiques virtuels, ce qui le classe parmi les plus grandes entreprises de mode au monde.

Je me demande ce que les parents des 200 millions d'enfants souffrant de retard de croissance et d'émaciation pensent de cela.

Ce dernier commentaire pointe vers le sale secret sous-jacent à tous les efforts transcendantalistes de l'humanité. Toujours, il fait grand mal à ceux qu'il rend invisibles. Quand on entre dans le métaverse, cela semble être une réalité en soi. Son substrat matériel est presque invisible ; par conséquent, on croit facilement qu'il n'a aucun impact sur le monde matériel en dehors de son enceinte. Plus il devient immersif, plus on pourrait oublier que tout existe en dehors de lui.

La même chose peut se produire chaque fois que nous nous immergeons dans des symboles et des abstractions et oublions leur substrat matériel. C'est ainsi que les économistes, hypnotisés par les chiffres de la croissance économique, ne voient pas la dislocation, la misère et la ruine écologique qui les accompagnent. C'est ainsi que les décideurs climatiques fascinés par les calculs du carbone ne voient pas la dévastation causée par les mines de lithium et de cobalt. C'est ainsi que les épidémiologistes, obsédés par les taux de létalité, considèrent rarement les réalités de la faim, de la solitude et de la dépression qui ne relèvent pas de leurs paramètres.

Il en est ainsi depuis longtemps de toute réalité que nous créons pour nous-mêmes : nous oublions ce qui se trouve en dehors d'elle. On l'oublie même quoi que ce soit d'artificiel se trouve à l'extérieur. Il en était ainsi dans les métropoles du 20e siècle. Immergés dans la vie urbaine, il était facile d'oublier que tout le reste existait ou était pertinent, et facile d'ignorer les dommages sociaux et écologiques entraînés par leur maintien. Le motif se répète à chaque échelle. Entrez dans le monde des super-riches, et encore une fois, il exerce la même logique. Le coût pour le monde matériel et social qui le maintient est difficile à voir de l'intérieur des manoirs et des yachts où tout a l'air si beau.

Laissons-nous aller à une certaine logique métaphysique. Le bien-être est impossible dans la séparation, car va est fondamentalement relationnel. Séparant la réalité en deux domaines, tous deux deviennent malades - l'humain aussi bien que le naturel.

C'est pourquoi je crois que le programme technologique, dans son nouvel extrême du transhumanisme et du métaverse, poursuivra à jamais un mirage. Le mirage est Utopia, une société parfaite dans laquelle la souffrance a été éliminée de l'existence et la vie devient de plus en plus impressionnante chaque jour. Il suffit de regarder le bilan du programme technologique. Nous avons fait d'énormes progrès dans notre capacité à contrôler la matière et à gérer la société. Nous pouvons modifier les gènes et la chimie du cerveau. Ne devrions-nous pas déjà avoir vaincu la dépression ? Nous pouvons surveiller presque tous les êtres humains à tout moment - n'aurions-nous pas dû éliminer le crime maintenant ? Productivité économique par habitant a été multipliée par 20 en un demi-siècle—n'aurions-nous pas déjà dû éliminer la pauvreté ? Nous n'avons pas. On peut dire que nous n'avons fait aucun progrès. L'explication technocratique est que nous n'avons pas terminé le travail, que lorsque notre contrôle est total, lorsque l'Internet des objets relie chaque objet en un seul ensemble de données, lorsque chaque marqueur physiologique est sous surveillance et contrôle en temps réel, lorsque chaque transaction et mouvement est sous surveillance, alors il n'y aura plus de place en réalité pour tout ce que nous ne voulons pas. Tout sera sous contrôle. Ce serait l'accomplissement du programme de domestication commencé il y a des dizaines de milliers d'années. Le monde matériel tout entier aura été domestiqué. Nous serons enfin arrivés à l'oasis à l'horizon désertique. Nous aurons enfin atteint le pot d'or au bout de l'arc-en-ciel.

Et si nous ne l'atteignons jamais ? Et si la misère et la souffrance étaient une caractéristique et non un bug du programme de séparation ? Et si le mirage s'éloignait aussi vite que nous courons vers lui ?

C'est ce qu'il me semble. Je ne peux pas être sûr que la condition humaine se soit détériorée depuis l'époque de Dickens, ou l'époque médiévale, ou même l'époque des chasseurs-cueilleurs. Une version de tous nos drames et de nos souffrances semble envahir chaque société humaine. Cependant, je suis tout à fait sûr que la condition humaine ne s'est pas améliorée non plus. Notre progression apparente vers la transcendance de la matière et la souffrance de la chair ne nous a pas rapprochés de son but. Au mieux, la souffrance n'a fait que changer de forme, si tant est qu'elle ne se soit pas aggravée. Par exemple, grâce à la climatisation, nous n'avons plus besoin de subir une chaleur extrême. Grâce à l'automobile, nous n'avons plus besoin de nous fatiguer pour parcourir quelques kilomètres. Grâce aux excavatrices, nous n'avons plus besoin de souffrir de douleurs musculaires pour creuser les fondations d'une maison. Grâce à toutes sortes de médicaments pharmaceutiques, nous n'avons plus besoin de ressentir la douleur de diverses conditions médicales. Pourtant, d'une manière ou d'une autre, nous n'avons pas banni la douleur, la fatigue, la souffrance ou le stress, même dans les couches les plus riches de la société. Si vous faites attention lorsque vous êtes dans des lieux publics, vous prendrez conscience d'une souffrance énorme et omniprésente. Nos frères et sœurs héroïques le supportent bien. Ils le cachent. Ils le supportent. Ils font de leur mieux pour être civils, gentils, gais, s'en sortir. Mais faites attention, et vous remarquerez beaucoup d'angoisse secrète. Vous remarquerez des douleurs physiques, des douleurs émotionnelles, de l'anxiété, de la fatigue et du stress. Chaque personne que vous voyez est une divinité incarnée, faisant de son mieux dans des conditions qui servent peu son épanouissement. Pourtant, même ainsi, la beauté est toujours là, la divinité cherchant sans relâche à s'exprimer, la vie cherchant à vivre. Dans ces occasions où j'ai la chance de voir cela, je me connais comme un Ami.

4. Enfants virtuels d'un monde virtuel

Peut-être est-ce le destin humain de chasser à jamais le mirage du contrôle total, la conquête de la souffrance, la conquête de la mort. Et malgré la futilité de cette poursuite, il se pourrait que nous ne souffrions pas plus que jamais, mais pas moins non plus. Ce n'est pas mon propos ici de mettre un coup d'arrêt à l'agenda transhumaniste, aussi répugnant que je le trouve. J'écris cet essai pour deux raisons liées. La première consiste à éclairer le caractère fondamental de cet agenda, ses origines et ses ambitions, et surtout sa futilité ultime, afin que nous puissions le choisir ou ne pas le choisir les yeux ouverts. Deuxièmement, il s'agit de décrire une alternative viable quel que soit le choix fait par la majeure partie de l'humanité. La troisième consiste à poser un scénario de relations pacifiques et amicales entre les deux mondes qui divergent de ce point de choix dans le Jardin des chemins bifurqués, en regardant vers les éons du jour dans le futur où toutes les âmes séparées de l'humanité se réuniront.

Très bien, c'était trois raisons pas deux. Le troisième n'est devenu visible qu'après avoir écrit les deux premiers. Je pourrais revenir en arrière et le modifier et supprimer tout ce paragraphe, qui devient maintenant comiquement autoréférentiel. Oh ! Mais parfois j'aime partager le processus de ma pensée.

Il me vient à l'esprit que l'utilisation familière du terme « méta » pour désigner l'auto-référentialité est aussi un aspect d'une dissociation de la matière, qui nous jette dans le domaine des symboles. Coupés de l'infini-source du monde animé, matériel, qualitatif, nous cannibalisons le monde symbolique qui en est originellement issu. Nous créons des histoires sur des histoires sur des histoires. Nous réalisons des films sur les jouets basés sur des films basés sur des bandes dessinées. Les symboles en viennent à symboliser d'autres symboles, se transformant en auto-référence sans cesse involuée. Sous son caractère ludique fantaisiste, son jeu de mots plein d'esprit, ses innombrables niveaux d'abstraction se cache une horrible vérité : nous nous en fichons. Un cynisme rampant imprègne la société post-moderne, un engourdissement que l'enthousiasme attisé pour le métaverse en vogue ne peut dissiper que temporairement.

Prenez par exemple la merveilleuse nouvelle innovation des enfants virtuels. Oui, tu l'as bien lu. Aussi connus sous le nom d'"enfants Tamagotchi", ce sont des robots logiciels d'IA autonomes programmés pour s'épanouir s'ils reçoivent suffisamment de soins et d'attention numériques (et, vraisemblablement, d'accessoires achetés). Les médias grand public les présentent comme une solution à la solitude, à la surpopulation et au changement climatique. Une récente Courrier quotidien le titre se lit comme suit : Montée en puissance des « enfants Tamagotchi » : les enfants virtuels qui jouent avec vous, vous câlinent et ont même l'air de vous être monnaie courante dans 50 ans - et pourraient aider à lutter contre la surpopulation, prédit un expert en intelligence artificielle. Ces articles sont curieusement dépourvus de réserves sur de tels logiciels (voir ici et  ici). Je ne comprends pas. Vivons-nous déjà dans deux bulles de réalité distinctes ? Est-ce que les gens pensent vraiment que c'est OK ? Pour moi, la chose la plus troublante et la plus époustouflante à propos des enfants Tamagotchi est leur normalisation sans faille. Bien que je doive l'avouer, la même pensée m'est venue à chaque étape de l'ascension vers la virtualité. La télé-réalité, par exemple. "Les gens peuvent-ils réellement accepter cela comme un substitut à l'implication dans les histoires des autres dans la communauté?"

Malgré tout le battage médiatique, malgré toute l'acceptation joyeuse, je détecte toujours le cynisme, le détachement et le désespoir susmentionnés en dessous. Les gens sont-ils réellement excité à l'idée de faire défiler leurs avatars à travers des jeux en ligne, des réunions et des orgies dans le métaverse ? Ou est-ce simplement le meilleur substitut disponible pour ce qui manque dans la société post-moderne ?

J'utilise délibérément ici le terme « post-moderne ». En tant que mouvement intellectuel, le postmodernisme s'inscrit dans une immersion dans un monde de symboles détachés de la matière. Le Métavers réifie la doctrine postmoderne selon laquelle tout est un texte, que la réalité est une construction sociale, que l'on is tout ce que l'on s'affirme être parce que l'être n'est qu'un discours. Il en est ainsi dans le monde des avatars en ligne : l'apparence et la réalité ne font qu'un. La réalité est infiniment malléable, arbitraire, une construction. Il semble donc à quiconque est plongé dans le domaine de la représentation. Le symbole, oubliant qu'il symbolisait autrefois quelque chose, devient réel à part entière. Les marques commerciales assument une valeur détachée du substrat matériel qui leur a donné de la valeur en premier lieu. (Appelez-le Gucci, et le sac à main devient précieux quelle que soit sa qualité.) Finalement, le produit peut disparaître entièrement dans la réalité virtuelle, ne laissant que la marque.

En politique, la même chose se produit. C'est une question d'optique, de perceptions, d'image, de signal, de message. C'est comme si nous votions pour des avatars numériques de politiciens, pas pour la vraie chose. Personne ne prend les promesses de campagne des politiciens au pied de la lettre, mais les entend comme des signifiants. C'est pourquoi personne ne s'étonne qu'aucune des promesses ne soit tenue. Vous souvenez-vous même des promesses de campagne de Joe Biden ? Certainement pas. Peut-être quelque chose à propos de l'annulation de la dette étudiante? Personne ne s'est enthousiasmé à ce sujet, car nous rejetons et ne croyons pas les paroles des politiciens comme une évidence. Malheureusement, cela leur permet de mettre en place des politiques horribles pour lesquelles peu de gens voteraient - s'ils votaient pour la politique elle-même et non pour les images qui l'obscurcissent. Plus les symboles absorbent notre attention, plus facilement ceux qui contrôlent l'information peuvent manipuler le public.

Enfin, n'ignorons pas le roi de tous les symboles : l'argent. Lui aussi n'est réel que par convention, complètement dissocié de tout ce qui est matériel. Il ne symbolise plus une mesure d'or ou un don de blé au grenier du temple. Il ne symbolise rien d'autre que lui-même. Ainsi, il suggère que la richesse n'a pas besoin d'avoir de rapport avec la matière, avec la productivité matérielle ; il ne doit subir aucune contrainte matérielle ou écologique. (Je parle ici non seulement des soi-disant « monnaies fiduciaires » comme le dollar américain, mais également des crypto-monnaies.) Comme avec d'autres systèmes de symboles, des tours d'abstraction s'élèvent sur la base de l'argent : les indices financiers, les dérivés et les dérivés de dérivés.

À l'heure actuelle, il semble que toute la tour de l'abstraction soit sur le point de s'effondrer, alors que le monde matériel orphelin fait intrusion dans la prétendue réalité de l'argent, protestant contre sa négligence. Puisque le monde matériel orphelin comprend tous ceux que le système actuel a dépossédés de leurs illusions ainsi que de leur sécurité matérielle, nous serons sans aucun doute confrontés à des troubles sociaux. Et ce ne sera pas seulement le système financier qui s'effondrera. Il existe de nombreuses autres salles dans la tour de l'abstraction. De moins en moins de personnes y trouveront une demeure confortable. À ce stade, les élites - quiconque reste dans les quelques bunkers intacts de l'ancienne normalité - seront confrontées à un choix. Soit ils se retirent plus loin dans leurs bunkers, resserrant leur contrôle sur les rangs croissants des dépossédés, soit eux aussi fuient la tour et rejoignent le reste d'entre nous dans le monde réel. Concrètement, cela signifie abandonner l'ensemble du système financier mondial ; cela signifie l'annulation de la dette ; cela signifie la fin de l'hégémonie du dollar et de l'extraction coloniale.

Les élites ont fait face à un choix similaire en 2008. Elles ont choisi d'étendre et d'intensifier leur contrôle, continuant à accumuler des richesses en évinçant la classe moyenne, le Sud global et le monde naturel. L'effondrement financier ne nous livrera pas à lui seul à un nouveau monde. Nous pouvons choisir de poursuivre le programme transcendantal. Chaque aspect soutient le reste. La dislocation de la finance de la matière s'apparente à la dématérialisation de l'expérience par le métavers et à la séparation des gens de leur corps par le transhumanisme. Tous contribuent au même évidement de substance. Il n'est donc pas étonnant que leurs idéologues cohabitent avec l'élite financière et politique dans des institutions comme le Forum économique mondial. Ils détiennent un avenir dans lequel nous poursuivons le chemin de la séparation. Mais ce n'est pas le seul avenir.

5. Séparation et inter-être

Revenons un instant à la vaste question de savoir si la réalité simulée peut jamais vraiment remplacer la réalité matérielle. À un certain niveau, il s'agit d'une question technique, dépendante des capacités de calcul, etc. A un autre niveau, c'est une question métaphysique : l'univers peut-il être réduit à des données ? Est-ce discret ou continu ? La doctrine fondamentale de la révolution scientifique est-elle vraie, à savoir que tout ce qui est réel peut être mesuré ? Certains philosophes et physiciens disent oui, parce que, selon eux, notre réalité matérielle est elle-même une simulation, un programme exécuté dans un ordinateur incroyablement puissant. Personnellement j'en doute. Nous appliquons toujours les dispositifs de notre temps métaphoriquement au corps et à l'univers. À l'ère de la machine, le corps était un mécanisme compliqué et l'univers une machine déterministe composée de parties séparées. À l'ère de l'informatique, nous décidons que le cerveau est un ordinateur humide numérique, avec un processeur et des banques de mémoire, et que l'univers est un logiciel.

S'il est vrai que la simulation sera toujours en deçà de la réalité, que la qualité échappera toujours à la quantité, qu'un bébé IA programmé pour imiter la trajectoire de développement d'un enfant n'égalera jamais un vrai humain, alors le vide sous le métaverse numérique, le cynisme et le désespoir, ne partiront jamais. Mais honnêtement, ma méfiance vis-à-vis du métaverse ne dépend pas des doctrines métaphysiques.

Je peux être juste et dire qu'il n'y a peut-être rien de mal à accroître l'intégration machine-humain, cerveau-ordinateur ; qu'il n'y a peut-être rien de mal à ce que les gens vivent dans des bulles, interagissent entièrement dans un univers de jeu numérique avec des amis virtuels. Mais en fait, je ne pense pas que ce soit OK du tout, ou peut-être devrais-je dire que ce n'est pas le cas ressentir D'ACCORD. L'angoisse me déchire lorsque je vois les enfants d'aujourd'hui immergés dans le monde numérique physiquement sûr, vivant des aventures virtuelles sans jamais quitter leur chambre, incapables de lancer une balle ou de sauter à la corde, ne faisant jamais l'expérience de jeux de groupe imaginatifs sans surveillance. Je ne blâme pas les enfants accros à l'écran pour leur affliction, et je ne blâme pas non plus leurs parents. Quand mes fils adultes étaient plus jeunes, je me souviens les avoir envoyés dehors pour jouer. Ils ne voulaient pas rester longtemps dehors, car il n'y avait personne avec qui jouer. Déjà, en tant que culture, nous oubliions comment jouer, au moins avec nos corps, dans la matérialité.

Je me souviens d'un voisin qui ne laissait pas ses enfants sortir parce qu'il y avait eu un cas de virus Zika dans l'État. De toute évidence, cette peur était un proxy pour une peur inconsciente de quelque chose d'autre. Peu d'entre nous se sentent vraiment en sécurité dans la culture moderne, car nous souffrons de l'insécurité existentielle qui vient du déplacement moderne du monde matériel. On se sent mal à l'aise, pas chez soi. Le monde est devenu Autre, hostile, quelque chose dont s'isoler. Pour une telle personne, le monde numérique – confiné et sûr, entièrement domestique – exerce un attrait irrésistible. Assis devant l'écran, à l'intérieur, mon enfant est en sécurité.

Ou alors il semble. Finalement, la séparation du monde se manifestera par une maladie physique et émotionnelle. De manière significative, la véritable pandémie de notre époque est l'auto-immunité, les allergies et autres dysfonctionnements immunitaires - des maladies qui ne peuvent être vaincues en contrôlant quelque chose d'extérieur à soi. Il n'y a rien à tuer ou à empêcher. Ainsi, ils nous reflètent une vérité oubliée : que la nature que nous détruisons si cavalièrement fait aussi partie de nous-mêmes. Nous sommes plus qu'interdépendants avec le reste de la vie, nous sommes interexistants. Ce que nous faisons à la nature, nous le faisons à nous-mêmes. C'est la vérité appelée inter-être. Nous n'échapperons jamais à cette vérité, peu importe jusqu'où nous nous retirons dans nos bulles virtuelles.

Plutôt l'inverse. Plus nous nous retirons dans des bulles virtuelles, plus notre sentiment de déplacement est grand, plus nous sommes mal à l'aise et plus nous nous sentons loin de chez nous. En l'absence de relations incarnées, on se sent étranger au monde. La crise fondamentale de notre époque est une crise d'appartenance. Elle vient de l'atrophie de nos relations écologiques et communautaires. Qui suis je? Chaque relation me dit qui je suis. Quand quelqu'un ne connaît pas les histoires derrière les visages qu'il ou elle voit tous les jours, ou les noms et utilisations des plantes, ou l'histoire d'un lieu et de ses habitants ; quand le plein air est tellement de paysages peuplés principalement d'étrangers; quand on n'a pas de compagnons intimes en dehors de la famille nucléaire ; quand on ne sait pas bien et qu'on n'est pas bien connu, alors on peut à peine exister, car l'existence est relation. L'individu peu sûr et isolé qui reste est toujours anxieux, susceptible d'être manipulé et une cible facile pour les spécialistes du marketing qui vendent des jetons d'identité. Il ou elle adoptera avec empressement toutes les identités politiquement générées disponibles, en s'alignant sur un us contre un le point de vue de  acquérir un fragile sentiment d'appartenance. Et le confort du monde numérique incitera facilement cette personne à remplacer les relations matérielles perdues par des relations numériques.

Je viens de dire que nous ne pouvons jamais échapper à la vérité de l'inter-être, peu importe jusqu'où nous nous retirons dans nos bulles virtuelles. Nous ne pouvons pas y échapper, mais nous pouvons le reporter. Peut-être, paradoxalement, pouvons-nous repousser l'inévitable pour toujours. L'effondrement ne nous sauvera pas de nos choix. Chaque nouveau dysfonctionnement, chaque nouvelle maladie physique, mentale ou sociale, peut être pallié avec encore plus de technologie. Les enfants Tamagotchi peuvent ne pas réussir à apaiser la solitude de la vie dans une bulle, mais heureusement, les neurosciences modernes ont identifié la disposition précise des neurotransmetteurs et des récepteurs qui créent le sentiment de solitude. Nous pouvons les moduler—problème résolu ! Et si cela cause un autre déficit, eh bien, nous pouvons aussi le réparer. Un jour, lorsque notre contrôle sur les gènes, la chimie du cerveau et la physiologie du corps sera perfectionné, nous aurons finalement atteint le paradis. Il n'y a pas de limite au pouvoir de la technologie pour réparer les défaillances de la technologie, tout comme il n'y a pas de limite à la tour d'abstraction financière susmentionnée qui utilise la dette pour financer les paiements sur la dette précédente. Pourtant, nous n'arrivons jamais au paradis.

Dans tous ces cas, la tour n'est autre que la tour de Babel : une métaphore de la tentative d'atteindre l'infini par des moyens finis. Il décrit la quête pour perfectionner la réalité virtuelle, pour créer des versions améliorées de tout ce qui est naturel (mylk synthétique, par exemple, ou fraises génétiquement modifiées, ou utérus artificiels, ou aventures en ligne). Nous consacrons d'énormes efforts à ce projet de construction de tour, mais nous ne nous rapprochons jamais du ciel. Certes, nous ne sommes pas plus loin du ciel non plus. Nous nous sommes en effet élevés très haut et avons un long chemin à parcourir pour tomber. Précaire, sans racine, beaucoup commencent à remettre en question le projet et l'édifice extrêmement compliqué qui s'étend sur les ruines des cultures et des écosystèmes d'origine.

À quoi ressemblerait la civilisation si nous construisions pour la beauté et non pour la hauteur ? Si nous n'utilisions pas les choses de la terre pour tenter de laisser la terre derrière nous ?

La peur de Zika, bien sûr, n'était qu'une préfiguration de la calamité sociale qui devait suivre en 2020. Des familles entières se sont à peine aventurées hors de chez elles pendant des semaines et des mois d'affilée. La vie a accéléré son vol dans le domaine numérique. Le travail, les réunions, l'école, les loisirs, les divertissements, les rendez-vous galants, les cours de yoga, les conférences et bien plus se sont déplacés en ligne - un petit inconvénient, a-t-on dit, pour sauver des millions de vies. La question de savoir si de nombreuses vies ont été réellement sauvées est un sujet de controverse; mon propos ici se concentre sur l'autre partie : le « petit inconvénient ». Était-ce vraiment si petit ? Était-ce un simple inconvénient ? La vie numérique est-elle un substitut quasi adéquat à la vie en personne ? (Bientôt suffisant à mesure que la technologie progresse ?) Cela dépend en grande partie des questions métaphysiques que j'ai soulevées plus tôt.

Là encore, cependant, je voudrais faire appel non pas à l'esprit mais au corps pour répondre à la question de savoir si la vie numérique peut être un substitut adéquat à la vie réelle. Pendant les confinements, je me sentais dépérir. Certes, une première période de retraite était la bienvenue pour beaucoup de gens, une rupture dans les routines de la normalité. Au fil du temps, cependant, beaucoup d'entre nous ont commencé à montrer des signes de malnutrition émotionnelle et sociale. Même les politiciens qui ont imposé les mandats les plus draconiens les ont eux-mêmes violés. Pourquoi? Parce que les confinements étaient inhumains. Ils étaient anti-vie.

Maintenant, je suppose que certaines personnes étaient tout à fait d'accord avec les confinements et l'isolement social, et préféreraient que nous ne revenions jamais à la normale. Ils pourraient dire que c'est pour la sécurité, mais je soupçonne que quelque chose d'autre est à l'œuvre. Pendant le Covid je me suis habitué à ma petite cage et j'ai développé une sorte d'agoraphobie. Je n'avais pas peur de tomber malade; J'étais paniqué par les rituels médicaux de masquage et de distanciation qui envahissaient la société. Ainsi, bien que pour des raisons différentes de celles des orthodoxes Covid, je me suis moi aussi retiré en partie dans un monde numérique. Quand j'en suis sorti, c'était avec un peu d'appréhension, celle qu'on a l'impression d'aborder un territoire étrange. Imaginez ce que c'est pour les personnes qui, même avant Covid, se sentaient étrangères ou en danger dans le monde. Ils pourraient hésiter beaucoup plus que nous à s'aventurer à nouveau et à accueillir l'enrichissement de la bulle d'isolement qu'offre le métaverse.

J'ai décrit des tendances séculaires et des récits inconscients profonds qui contribuent à l'agenda transhumaniste. Si nous essayons de le comprendre comme un simple plan ignoble de Klaus Schwab & Co. pour conquérir le monde, nous manquons 99% de l'image. Les forces qui produisent un Bill Gates, un Klaus Schwab et l'élite technocratique nous manquent. Nous manquons les idéologies qui leur donnent le pouvoir et disposent le public à accepter leurs plans. Ces idéologies sont bien au-delà de la capacité intellectuelle d'hommes comme Gates et Schwab à inventer. Ils sont plus profonds, en fait, que le mot idéologies suggère. Ce sont des aspects de ce qu'on ne peut qu'appeler une mythologie.

6. Sociétés parallèles

Toute alternative au futur transhumain doit puiser dans une mythologie différente. Mais la mythologie, du moins la partie qui comprend le récit et la croyance, est secondaire. L'alternative au transhumanisme et au transcendantalisme en général est de retomber amoureux de la matière. C'est accepter notre place en tant que participants avec le reste de la vie dans un processus de création inconcevable. Au lieu de chercher à transcender notre humanité, nous cherchons à être plus pleinement humains. Nous cherchons plus à échapper à la matière, non par les moyens numériques du métaverse, ni par sa version spiritualisée.

Ici, j'écris à ce sujet. Me voici en train de mettre en concepts un appel à inverser la fuite en concepts. J'espère que vous pouvez entendre la voix derrière les mots et sentir la chair derrière la voix.

Ceux qui retombent amoureux de la matière découvriront que l'être aimé porte des dons imprévus. Par exemple, lorsque nous inversons la quête de la santé par l'isolement et que nous embrassons la relation avec le monde microbien, le monde social et le vent, l'eau, la lumière du soleil et le sol du monde naturel, lorsque nous reconnaissons les dimensions subtiles de la matière... fréquence, énergie et information - alors de nouvelles perspectives de guérison s'ouvrent qui ne dépendent pas de la destruction d'un agent pathogène, de la découpe d'une partie du corps ou du contrôle d'un processus corporel. Le progrès n'a pas besoin de passer par l'imposition d'un ordre dans le monde. Cela peut venir en rejoignant des niveaux de plus en plus grands, de plus en plus subtils d'ordre préexistant et non manifesté.

Le slogan de l'Exposition universelle de Chicago de 1933 pourrait aussi bien être la devise de l'ère moderne : « La science trouve, l'industrie applique, l'homme se conforme ». La doctrine de l'inévitabilité a longtemps été un fil conducteur dans le récit du progrès technologique. La science et la technologie continueront de progresser, et c'est à nous de nous y adapter. Mais sommes-nous vraiment si impuissants ? Ne sommes-nous que des outils de la technologie ? Cela ne devrait-il pas être l'inverse ? L'histoire offre des exemples significatifs, aussi rares soient-ils, de rejet conscient du progrès technologique : les Luddites du début du XIXe siècle et les Amish contemporains viennent à l'esprit. Attendez une seconde, je dois changer mon ruban de machine à écrire. D'ACCORD. Dire que les interfaces cerveau-ordinateur, l'informatique portable, les humains génétiquement modifiés, le métaverse ou l'internet des objets sont inévitables déclare essentiellement que vous n'avez pas le choix en la matière, que le public n'a pas le choix. Eh bien, qui dit? Ceux qui refusent la possibilité de choisir, c'est qui. La logique est circulaire, lorsqu'une organisation d'élite non élue comme le WEF déclare que certains avenirs sont inévitables. Peut-être ne le seraient-ils pas, dans une société démocratique souveraine pleinement informée. Méfions-nous des institutions centralisées proclamant le caractère inévitable des technologies qui renforcent le pouvoir des institutions centralisées.

Peut-être est-il inévitable qu'au moins une partie de l'humanité continue à explorer l'ascension de l'humanité loin de la matière. Malgré la futilité de ses ambitions utopiques, cette exploration découvrira sans aucun doute de nouveaux domaines de créativité et de beauté. Après tout, l'orchestre symphonique, le cinéma et le quatuor de jazz dépendent tous de technologies antérieures qui faisaient partie de la séparation de l'humanité d'avec la nature. La beauté, l'amour et la vie sont irrépressibles. Ils éclatent partout, peu importe à quel point la matrice de contrôle est serrée ou étouffante. Néanmoins, je sais que je suis loin d'être le seul à dire : « Ce n'est pas mon avenir. Je ne suis pas la seule à vouloir être plus incarnée, plus proche du sol, moins dans le monde virtuel et plus dans le matériel, plus dans la relation physique, plus proche de mes sources de nourriture et de médecine, plus ancrée dans le lieu et la communauté. Je vais peut-être visiter Matrix parfois, mais je ne veux pas y vivre.

Suffisamment de personnes partagent ces valeurs pour que la possibilité d'une société parallèle se profile. Nous sommes d'accord avec le fait que certaines personnes choisissent d'explorer l'être humain dans le métaverse, tant que nous ne sommes pas obligés d'y vivre aussi. Les deux sociétés pourraient même être complémentaires l'une de l'autre. Finalement, ils peuvent se diviser en deux espèces symbiotiques distinctes.

Appelons-les les Transhumains et, si vous me permettez, les Hippies. J'ai un faible pour les hippies depuis que j'en ai repéré pour la première fois dans la nature. C'était dans un parc d'Ann Arbor en 1972. "Qui sont-ils?" ai-je demandé à ma mère en désignant des personnes aux cheveux longs et aux perles. "Oh, ce sont des hippies", a déclaré ma mère d'un ton neutre. Mon moi de quatre ans était pleinement satisfait de l'explication.

À cette époque, les hippies remettaient en question l'idéologie du progrès. Ils ont exploré d'autres voies de développement humain (méditation, yoga, psychédéliques). Ils retournèrent à la terre. Ils ont tissé leurs propres paniers, construit leurs propres cabanes, confectionné leurs propres vêtements.

Les Transhumains se distinguent par leur fusion progressive avec la technologie. Ils en dépendent pour leur survie et de plus en plus de fonctions vitales. Leur immunité dépend de mises à jour constantes. Elles ne peuvent pas accoucher sans aide—les césariennes deviennent routinières (c'est déjà le cas). Finalement, ils incubent des fœtus dans des utérus artificiels, les nourrissent de Mylk artificiel, s'occupent d'eux avec des nounous IA. Ils vivent à plein temps dans des environnements VR/AR, interagissant les uns avec les autres à distance depuis des bulles séparées. Leur vie matérielle s'amenuise au fil des générations. Au départ, ils sortent régulièrement de leurs villes intelligentes isolées, de leurs maisons intelligentes et de leurs bulles de protection individuelle, en fonction des virus ou autres dangers qui circulent. Au fil du temps, ils quittent de moins en moins souvent leur domicile. Tout ce dont ils ont besoin arrive par drone de livraison. Ils passent la plupart de leur temps à l'intérieur, car à mesure qu'ils grandissent de plus en plus conditionnés dans des environnements contrôlés avec précision, l'extérieur non conditionné devient inhospitalier. (Cela s'est déjà produit alors que les gens deviennent dépendants de la climatisation. Les Américains passent en moyenne 95% de leur temps à l'intérieur.)

Ils passent également de plus en plus de temps en ligne, dans des espaces numériques et virtuels. Pour faciliter cela, la technologie est intégrée directement dans leur cerveau et leur corps. Des capteurs et des pompes physiologiques sophistiqués ajustent constamment la chimie du corps pour les maintenir en bonne santé, et ils ne peuvent bientôt plus rester en vie sans eux. Dans le cerveau, des interfaces neuronales informatiques leur permettent d'accéder à Internet à la vitesse de la pensée et de communiquer entre eux par télépathie. Les images et les vidéos sont livrées directement à leur nerf optique. Les annonces officielles peuvent également être transmises directement à leur cerveau, et les annonceurs les paient à la minute pour permettre aux messages commerciaux d'être diffusés. Finalement, ils ne peuvent plus faire la distinction entre les images endogènes et celles de l'extérieur. Le contrôle de la désinformation peut être étendu au niveau neurologique. Au fil du temps, leur capacité cognitive devient également dépendante de la technologie, à mesure que le cerveau fusionne avec les IA et Internet. (Encore une fois, ce n'est que la continuation d'une tendance ancienne qui a peut-être commencé avec l'écriture. Les personnes alphabétisées exportent une partie de leur capacité de mémoire sur des documents écrits. Il n'est pas rare que des personnes pré-alphabétisées soient capables de répéter un poème de mille lignes. après l'avoir entendu une fois.)

Dans cette société, le fonctionnement physique de base, l'interaction sociale, l'immunité, la reproduction, l'imagination, la cognition et la santé entrent tous dans le domaine des biens et des services. De nouveaux biens et services signifient de vastes nouveaux marchés, de nouveaux domaines de croissance économique. La croissance économique est essentielle au fonctionnement d'un système monétaire fondé sur la dette. L'économie transhumaine permet donc à l'ordre économique actuel de perdurer.

Les hippies refusent de suivre cette voie et inversent en fait une partie de la dépendance technologique qui est déjà normale en 2022. Cela aussi est déjà en train de se produire. Mes enfants sont nés avec moins d'interventions technologiques que moi. Les hippies se sevrent des accessoires pharmaceutiques pour la santé, acceptant dans certains cas des risques plus élevés et des décès plus précoces, mais à long terme jouissant de plus de vitalité. Elles reviennent — reviennent déjà — à l'accouchement naturel.2 Ils inversent, dans une certaine mesure, l'exquise division du travail qui caractérise la société moderne, cultivant davantage leur propre nourriture, construisant davantage leurs propres maisons, étant plus directement engagés dans la satisfaction de leurs besoins matériels au niveau individuel et communautaire. Leurs vies deviennent moins globales, moins dépendantes de la technologie, plus basées sur le lieu. Ils redéveloppent les capacités atrophiées de l'esprit et du corps humain et en découvrent de nouvelles. Puisqu'ils n'utilisent pas systématiquement la technologie pour se protéger de toutes les menaces et de tous les défis, ils restent forts.

Parce que les hippies récupèrent de vastes domaines de la vie du domaine des biens et des services, leur société bouleverse l'ordre économique familier. Le rôle de l'argent dans la vie diminue. La dette portant intérêt n'est plus le fondement de leur économie. Parallèlement au rétrécissement du domaine financier, de nouveaux modes de partage, de collaboration et d'échange fleurissent dans une économie du don en pleine croissance.

Les hippies voient le travail comme quelque chose à embrasser dans la bonne mesure, pas à minimiser. L'efficacité cède la place à l'esthétique en tant que guide principal de la création de matériaux, et l'esthétique intègre l'ensemble du processus d'approvisionnement, d'utilisation et de retrait des matériaux. En tant qu'individus, dans leurs communautés et en tant que culture mondiale, ils consacrent leurs pouvoirs créatifs à la beauté au-dessus de l'échelle, au plaisir au-dessus de la sécurité et à la guérison au-dessus de la croissance.

7. Le grand travail

Aujourd'hui, nous voyons les premiers signes que l'humanité se résout en deux sociétés. Et si nous nous bénissions mutuellement pour notre choix et nous efforcions de lui faire de la place ? Il se pourrait bien que les Transhumains et les Hippies aient besoin les uns des autres et puissent s'enrichir mutuellement. D'une part, parce que le paradis du contrôle est un mirage, le monde matériel s'immiscera à jamais dans le métaverse d'une manière que les robots et l'IA ne pourront pas résoudre. Quelqu'un devra réparer le toit qui fuit sur les fermes de serveurs informatiques. Les transhumains ne réaliseront jamais pleinement l'objectif de remplacer le travail humain par le travail de la machine. Cependant, ils développeront des technologies basées sur l'abstraction, le calcul et la quantité à un degré extraordinaire, qui dans certaines circonstances peuvent être mises au service des Hippies lorsqu'ils sont confrontés à un défi nécessitant ces technologies. Et ils peuvent partager les merveilles de l'art et de la science qu'ils créent sur le chemin transhumain.

Les deux sociétés partagent certains défis et vivent sur une planète commune. Ils devront coopérer si l'un ou l'autre veut prospérer. Le défi commun le plus important est peut-être celui de la gouvernance et de l'organisation sociale. Alors que le métaverse transhumaniste a aujourd'hui des connotations de contrôle central totalitaire, il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi. On peut facilement imaginer une société numérique décentralisée, tout comme on peut imaginer une société low-tech centralisée. De nombreuses sociétés anciennes étaient exactement cela. Ni l'une ni l'autre des voies, la Transhumaine ou la Hippie, n'est à l'abri des fléaux séculaires de la tyrannie, de la violence civile et de l'oppression.

En fait, je ne crois pas entièrement à ce que je viens d'écrire. Le contrôle toujours croissant sur la matière qu'exige le transhumanisme va de pair avec le contrôle social. Ils viennent de la même vision du monde : le progrès équivaut à imposer l'ordre au chaos. Sachant que l'ensemble des 60 « parties prenantes » du nouveau WEF Initiative métavers sont de grandes entreprises, avides d'une part d'une industrie de 800 milliards de dollars, on peut supposer en toute sécurité que la technologie Metaverse sera utilisée pour étendre et consolider le pouvoir du complexe entreprise-gouvernement.

Ce n'est pas comme certains le disent : « La technologie est neutre, cela dépend de la façon dont nous l'utilisons. La technologie intègre les valeurs et les croyances de ses inventeurs. Elle apparaît dans un contexte social, répond aux besoins d'une société, réalise ses ambitions et incarne ses valeurs. Les inventions qui ne correspondent pas sont marginalisées ou supprimées. Certaines de ces technologies, comme celles de la santé holistique, prospèrent dans les proches banlieues de la réalité officielle. D'autres, tels que les dispositifs à énergie libre, languissent dans les confins de l'irréalité, tant ils contredisent violemment ce que les autorités de la connaissance croient être réel. Ni la valeur ni le système ne sont neutres. Ils se démocratisent tous les deux. Le premier, nécessitant beaucoup moins d'expertise et d'infrastructures de haute technologie, rend la médecine au peuple. Ce dernier décentralise et démocratise littéralement power.

En revanche, la plupart des technologies médicales du transhumanisme placent les gens ordinaires dans un rôle de consommateur. Avalez cette pilule. Recevez cette injection. Implantez ce dispositif.

Néanmoins, il y a du vrai dans les mots ci-dessus - je-ne-crois-pas-entièrement. Nonobstant les valeurs inhérentes à la technologie, nous sommes confrontés à un choix plus fondamental que la technologie à utiliser ou à refuser. Imaginez ce que la technologie de surveillance ferait si elle était dirigée par le peuple vers le gouvernement, plutôt que par les entreprises et le gouvernement vers le peuple. Imaginez si chaque décision et dépense du gouvernement était totalement transparente. Cette idée puise dans l'un des principes qui vont au-delà de la technologie : la transparence. Les mensonges, les commérages, le secret et le contrôle de l'information peuvent transformer n'importe quelle société, de l'âge de pierre ou de l'ère numérique, en un enfer. La déshumanisation peut transformer n'importe quelle société en abattoir. Les récits du bien contre le mal peuvent transformer n'importe quelle société en zone de guerre.

Cela signifie que nous qui sonnons l'alarme transhumaniste avons plus de travail à faire que de simplement nous opposer à certaines technologies et à certains pouvoirs politiques, plus à faire, même, que de construire des institutions parallèles. Nous, les hippies, pourrions faire reculer un peu ou beaucoup la technologie. Nous pourrions continuer à utiliser Internet, les voitures, les excavatrices, les tronçonneuses et les fusils de chasse. Ou peut-être qu'au fil des générations, nous les abandonnons. Peut-être que nous creusons à nouveau les fondations des maisons avec des pioches et des pelles. Peut-être revenons-nous au vélo, ou à l'âne. Cependant, je ne ressens aucune excitation pour un avenir qui n'est qu'un retour vers le passé. Je suis sûr que les technologies miraculeuses permises par le voyage humain de la séparation sont là pour une raison. La pure mélodie de la flûte du berger solitaire ne diminue en rien la valeur de l'orchestre symphonique. Les deux expriment une histoire d'amour avec la matière.

La question est donc de savoir quel est le Grand Œuvre devant nous qui est commun à tout contexte technologique ? Quelle est la vraie révolution, la révolution de la conscience, qui ne laisse personne languir dans une prison médico-numérique totalitaire ?

Je n'offrirai pas pour l'instant de réponses succinctes ou nettes à de telles questions. Les questions elles-mêmes ont plus de pouvoir que leurs réponses. Ils nous invitent à la compassion pour tous les êtres humains. Ils nous renvoient à la vérité de notre interexistence. Ils nous rappellent que, tout comme nous n'avons pas abandonné nos semblables, Dieu ne nous abandonnera jamais. Ils nous sensibilisent au fait que si la situation était sans espoir, nous ne serions pas là pour y faire face. Ils nous demandent de réfléchir à qui nous sommes et pourquoi nous sommes ici ; quoi, et pourquoi, un être humain is. Quelle que soit la Révolution, elle va sûrement jusqu'à ces profondeurs.

Alors je demande à nouveau, quel est le Grand Œuvre devant nous ? Soyez féroce en rejetant toute réponse que votre âme sait être fausse, aussi flatteuse soit-elle pour votre droiture. Soyez doux dans vos jugements, afin que la clarté du but ait de la place pour grandir. Soyez reconnaissant lorsque vous découvrez la joie, la facilité et l'humour que le Grand Œuvre rend disponibles. Ayez confiance dans la vraie connaissance que nous sommes prêts à l'accomplir. Réjouis-toi du renouveau de notre histoire d'amour avec le monde de la matière et de la chair.

Lire l'histoire complète ici…

À propos de l’auteur

Patrick Wood
Patrick Wood est un expert de premier plan et critique sur le développement durable, l'économie verte, l'Agenda 21, l'Agenda 2030 et la technocratie historique. Il est l'auteur de Technocracy Rising: The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I and II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.
S'abonner
Notifier de
invité
3 Commentaires
Le plus ancien
Date Les plus votés
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires

[…] Provenant de Technocracy News & Trends […]

Elle

Cette écriture a fait le tour aujourd'hui. C'est long mais bon.

[…] WEF – le lien entre le transhumanisme et le métaverse […]